Nigerdiaspora, La Communauté Virtuelle du Nigerhttp://nigerdiaspora.netSun, 29 Mar 2015 17:14:19 +0000Joomla! - Open Source Content Managementfr-frInvité : SE. Adani Illo, ambassadeur du Niger auprès de la Belgique, des Pays-Bas, du Luxembourg, de la Grèce et de l’Islande, et représentant permanent auprès de l’Union Européennehttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/interview/item/70073-invite-se-adani-illo-ambassadeur-du-niger-aupres-de-la-belgique-des-pays-bas-du-luxembourg-de-la-grece-et-de-l-islande-et-representant-permanent-aupres-de-l-union-europeennehttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/interview/item/70073-invite-se-adani-illo-ambassadeur-du-niger-aupres-de-la-belgique-des-pays-bas-du-luxembourg-de-la-grece-et-de-l-islande-et-representant-permanent-aupres-de-l-union-europeenne

Adani Illo 0001Excellence, la Coupe du Président de la République, dont vous êtes un des initiateurs, prend fin aujourd’hui au Stade Municipal de Niamey. Qu’est-ce qui a sous-tendu l’idée de l’organisation d’un tel tournoi au Niger ?

Merci de me donner l’occasion de parler de la communauté nigérienne en Belgique à travers ce projet de tournoi dénommé ‘’Coupe du Président de la République’’. Pourquoi ce tournoi? Pour deux raisons essentielles : la première, c’est que la communauté nigérienne de Belgique, qui fait partie de la 9ème région du Niger, comme l’a proclamé le Président de la République, entend apporter sa contribution dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de Renaissance du Niger,  et dans le volet que nous estimons à notre portée, celui qui concerne la jeunesse et le sport, et où nous pensons pouvoir avoir des avantages comparatifs que nous pouvons mettre en avant. La deuxième raison, c’est qu’il vous souviendra que le Président de la République avait promis à la Diaspora nigérienne qu’il allait engager une modification de l’ordonnance portant Code de la nationalité. C’était une promesse, et une promesse qui a été accomplie, et qui est consacrée. Donc, à travers ce tournoi, nous voulons remercier le Président de la République pour cette action. Nous voulons également remercier l’Assemblée Nationale qui a su voter cette loi. Comme vous le savez, nous sommes les bénéficiaires de cette loi, particulièrement les Nigériens qui sont en Europe, et ceux qui sont en Amérique. Il était donc tout à fait naturel que nous remercions la communauté nationale à travers le Président de la République, SEM. Issoufou Mahamadou, d’où la dénomination ‘’Coupe du Président de la République’’, mais aussi l’Assemblée Nationale, à travers le match de gala qui va opposer l’équipe du Gouvernement et l’équipe de l’Assemblée Nationale, pour remercier à la fois les deux.

 

{xtypo_quote} ‘’Cette loi vient rétablir les Nigériens de l’extérieur dans leurs droits parce qu’elle leur permet de recouvrer la plénitude de leurs droits  citoyens’’{/xtypo_quote}


Excellence, comment avez-vous procédé pour concrétiser cette idée d’organiser le tournoi de football à Niamey?
Nous avons commencé par mobiliser tout ce qu’on a comme ressources dans la circonscription de l’ambassade de Bruxelles, notamment des ressources humaines et des ressources financières. Les ressources humaines viennent essentiellement de la diaspora nigérienne en Belgique parce que nous avons des talents au niveau de la communauté nigérienne qui est là-bas. Nous avons des footballeurs professionnels qui ont été ceux qui ont permis techniquement de concevoir ce projet. Quant aux ressources financières, nous avons mobilisé des partenaires qui sont des sociétés qui travaillent avec le Niger, ou qui ambitionnent d’obtenir des marchés au Niger. L’ambassade elle-même a contribué, ainsi que le bureau de l’Association des Ressortissants Nigériens en Belgique. Le partenaire officiel de ce tournoi s’appelle Bio Solar; c’est une entreprise qui est dans le domaine du solaire et qui est en pourparlers avec les autorités nigériennes pour l’électrification à partir de l’énergie solaire. C’est une entreprise belgo-luxembourgeoise. Nous avons, à partir de ce noyau, demandé également la contribution de certaines sociétés de la place. Nous avons des annonces de contributions d’un certains nombre de sociétés de la place. Il y a donc un certain nombre de sociétés qui vont nous aider dans l’organisation du tournoi, mais aussi dans le suivi. Après la formation, que nous allons financer, il faudrait qu’elle débouche sur l’emploi.


En levée de rideau de la finale de cet après-midi, il y aura un match qui opposera l’équipe du Gouvernement à celle de l’Assemblée Nationale. Excellence, quel sens donnez-vous à cette rencontre ?
Le sens que nous donnons à cette rencontre procède de notre propre déontologie diplomatique qui consiste à établir chaque fois la sérénité, la paix. Dans toutes nos actions, nous sommes guidés par cela. Et pour remercier aussi, nous procédons par la compétition qui est aussi un moyen pacifique. Et pour nous, le match Assemblée contre Gouvernement, c’est pour dire merci aux deux institutions. Parce que le Gouvernement a apporté sa contribution à travers l’initiative du Président de la République ; et que l’Assemblée Nationale a voté la loi. En faisant ce match de gala, cela nous permet de leur dire merci. Pour l’arbitrage, c’est une question un peu difficile pour nous, car nous-mêmes, nous représentons à la fois le Niger, et nous sommes une branche de l’exécutif; nous sommes en train de réfléchir sur l’arbitrage, et nous avons pensé que le Corps Diplomatique pourrait valablement arbitrer ce match, car si on demande à un agent de l’Etat de le faire, peut-être que l’Assemblée Nationale ne serait pas tout à fait d’accord.


Excellence, la diaspora nigérienne vivant en Belgique est une des plus actives en Europe. Quel est le socle sur lequel repose ce dynamisme de la communauté nigérienne en Belgique sur toutes les questions d’intérêt national ?
 Le socle sur lequel ce dynamisme se fonde, c’est la structuration  de la communauté nigérienne en Belgique. Elle est importante, c’est vrai, mais je crois que c’est  l’une des diasporas les plus structurées parce qu’elle dispose d’une association qui regroupe l’ensemble des Nigériens sur une base totalement apolitique, sur une base liée essentiellement à l’appartenance à la communauté nationale. A côté de cette structure mère qui est ARNIBEL (Association des Ressortissants Nigériens en Belgique), il y a d’autres associations, qui sont des associations soit thématiques, soit des jeunes, ou qui tendent à promouvoir telle ou telle autre activité, et qui sont fédérées par cette association-mère. Le deuxième élément, c’est qu’il y a vraiment un lien intime entre la communauté nigérienne et l’Ambassade. Et vraiment le courant passe bien entre nous, et parce que le courant passe, on peut aider à canaliser les efforts vers les actions qui fondent le développement, et vers des actions qui tendent à promouvoir des projets pour le pays.


Excellence comment se passe le séjour des Nigériens en Belgique ?
Il y a toujours des difficultés dans toutes les communautés. Mais je peux vous certifier que la communauté nigérienne de Belgique, et celle de la Hollande aussi, est citée en exemple par les autorités belges particulièrement, parce que c’est une des communautés les plus pacifiques. C’est une des communautés où ne prévaut pas la criminalité. C’est une communauté qui vit principalement de ses activités économiques. C’est une communauté qui fait honneur à la communauté nationale. Globalement, tout se passe bien, elle a besoin d’être organisée davantage pour que toute cette énergie, qui est très commerciale, soit canalisée vers des actions plus profitables à la communauté nationale. Du point de vue de l’intégration, il y a certainement des  choses à améliorer, mais la majeure partie de cette communauté dispose des papiers nécessaires. Ce qui n’était pas le cas il y a quelques années, parce que beaucoup étaient dans une situation de clandestinité, qui n’est pas une situation favorable à toute activité économique. La majeure partie de cette communauté est aujourd’hui en règle, d’où l’intérêt pour elle de faire en sorte que ces papiers qu’elle a ne constituent pas une source de sanction par la communauté nationale. Parce que sous l’empire de l’ancienne ordonnance portant Code de la nationalité, un Nigérien qui a acquis une nationalité étrangère soit par le séjour, soit par le séjour de sa famille, soit par le mariage, perd sa nationalité nigérienne. Tant qu’on était dans cette situation, il était difficile de mobiliser cette diaspora. Cette loi vient rétablir quelque chose qui a été cassé entre la communauté nigérienne à l’extérieur et la communauté nationale, elle vient rétablir les Nigériens de l’extérieur dans leurs droits, parce qu’elle leur permet de recouvrer la plénitude de leurs droits  citoyens.


Excellence, pouvez-vous nous donner un aperçu sur l’état de la coopération entre le Niger et la Belgique d’une part, et entre notre pays et l’Union Européenne d’autre part ?
La coopération entre le Niger et la Belgique est importante, elle est dynamique et historique. Parce que la Belgique est un partenaire de tout temps pour le Niger, et un partenaire qui a toujours su accompagner le Niger même pendant les périodes des pires  turbulences politiques où certains partenaires ont même suspendu leur coopération avec le Niger. La Belgique a toujours été présente au Niger. Il vous souviendra, il y a plus de quinze ans de cela, que la Belgique a même eu à payer des arriérés de salaires des fonctionnaires nigériens. C’est donc une coopération qui se porte bien, et qui est en train d’évoluer vers de nouveaux horizons, et de nouveaux défis, notamment sécuritaires qui se posent aujourd’hui. Les secteurs que cette coopération couvre sont importants. La Belgique est le Chef de file des partenaires dans le domaine de la santé, la santé humaine, mais aussi elle intervient dans le domaine de la santé animale. Le deuxième axe est celui du développement rural, en appui à l’Initiative 3N ; le troisième axe est celui de la formation civile et militaire ; et le quatrième axe, c’est celui de l’appui aux collectivités territoriales, particulièrement dans la région de Dosso. Avec le Luxembourg, nous avons un partenariat très dynamique, très spécifique parce que le Niger est un des huit pays au monde de concentration de la coopération luxembourgeoise. Cela vous donne déjà la mesure de l’intérêt que ce pays accorde au Niger. Le deuxième aspect, c’est que c’est un partenariat qui se déroule uniquement sous forme de subvention et de don. Il n’y a aucun prêt dans le domaine de la coopération entre le Niger et le Luxembourg. Le troisième aspect, c’est que cette coopération est concentrée dans le domaine de la formation professionnelle,  dans le domaine agricole et le domaine de l’artisanat. En ce qui concerne les Pays-Bas, la situation est un peu plus compliquée dans la mesure où aujourd’hui nous sommes en train de multiplier les efforts pour reconquérir l’espace que nous avons perdu et pour ramener la coopération au niveau où elle était avant 1999. C’est en 1999 que le Niger est sorti de la liste des pays de concentration des Pays-Bas. Du fait de toutes les turbulences que nous avions connues, les Pays-Bas ont estimé qu’il fallait suspendre la coopération avec notre pays. Aujourd’hui, nous sommes en train de rebondir pour redynamiser et relancer cette coopération autour de deux axes qui sont l’irrigation et la culture maraichère. Nous avons bon espoir d’y arriver. Et nous nous battons pour ça. Avec la Grèce, la situation est au point mort en raison de la situation que connait ce pays là. Avec l’Islande, nous développons un axe de coopération autour de la lutte contre l’érosion des sols, et la fixation de dunes. Aussi curieux que cela puisse paraître, l’Islande a les mêmes problèmes de désertification que nous. Ils ont un désert; la seule différence étant que c’est un désert qui est froid, et notre désert est chaud, notre désert a une couleur sable, le leur a une couleur noire, parce qu’historiquement, il est moins ancien que le nôtre. Il y a un axe qui se développe là dans le domaine de la recherche. Nous avons déjà quelques étudiants que nous envoyons là-bas pour échanger avec l’Islande. 


Concernant la coopération avec l’Union Européenne, il faut dire que l’Union Européenne est le premier partenaire économique du Niger. La coopération s’exerce très bien. Elle s’est intensifiée récemment, il y a un an de cela, grâce à l’impulsion que le Président de la République a lui-même voulu donner à cette coopération, ce qui a permis d’obtenir 10% de plus du montant qui a été négocié par les experts ; mais aussi qui a permis au Niger d’être l’un des rares pays ACP à bénéficier de quatre axes d’intervention de l’Union Européenne. Le montant global est de 596 millions d’euros. C’est un montant qui est assez important sur la base du 11ème FED qui est entré en vigueur le 1er mars dernier, et qui couvre l’horizon 2014-2020. Les  axes d’intervention sont au nombre de quatre : la sécurité alimentaire et la résilience ; l’appui aux secteurs sociaux Education et Santé ; la sécurité au sens de maintien de la paix ; et les infrastructures. Ces axes correspondent pratiquement aux principaux axes d’intervention du Programme de renaissance et du PDES.
Oumarou Moussa

27 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)INTERVIEW.Fri, 27 Mar 2015 06:30:15 +0000
L'air du temps : Chicha, ce nouveau danger qui guette les jeuneshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/l-air-du-temps/item/70072-l-air-du-temps-chicha-ce-nouveau-danger-qui-guette-les-jeuneshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/l-air-du-temps/item/70072-l-air-du-temps-chicha-ce-nouveau-danger-qui-guette-les-jeunes

Les adolescents ! Toujours prompts à dégoter de nouvelles trouvailles à vous donner des… hallucinations ! En matière d’innovation, ils n’ont pas fini de nous étonner. Au fait, avez-vous remarqué ce nouveau transport pour la ‘’chicha’’ ou narguilé chez les ados de Niamey ? Oui, vous les avez certainement vus avec ce mélange de tabac, de mélasse de fruits et d’arôme, qu’ils aspirent, dégageant de grosses buées. 

Le dispositif, composé d’une cheminée, d’un bol supérieur, d’un réservoir, d’une pipe immergée et d’un long tuyau flexible, fait fureur dans le milieu des adolescents. Chose curieuse, mêmes les jeunes filles se ‘’shootent’’ à la chicha !...
 On ne sait pas trop comment cette nouveauté est venue chez nous, mais il est fréquent de voir, à Niamey, des groupes de jeunes assis au sein de leurs fadas, aspirant à tours de passe-passe la fumée de la chicha. Cela est d’autant plus surprenant que l’usage de la ‘’chicha’’ était jusqu’alors l’apanage des adultes, même dans les sociétés arabes du Moyen Orient où il est très répandu. Vous n’avez sans doute pas prêté attention à ce détail, mais il y a déjà  très longtemps que le pot de chicha a pris la place de la traditionnelle marmite de ‘’niébé’’ dans les fada des jeunes à Niamey. Simple effet de mode ou recherche de sensations nouvelles? Peut-être un même élan de retour aux sources, sachant que les traces les plus anciennes de narguilé ont été trouvées au sud ou à l'est de l'Afrique, précisément dans la grotte de Lalibela, en Ethiopie. Quoi qu’il en soit, le phénomène fait fureur et il attire beaucoup de jeunes adolescents à Niamey. Il est vrai que fumer le narguilé a ceci de séduisant qu’il présente un aspect quelque peu festif et convivial pour les jeunes qui s’y adonnent.
Les parents, pourtant très intransigeants face au phénomène du  tabagisme chez les jeunes, assistent impassibles à l’explosion de la chicha. Sans doute parce qu’ils pensent que cette pratique n’a rien de nocif, ils semblent en tolérer la pratique. Erreur ! Le danger guette, et il est réel. Les jeunes ‘’accro’’ de la chica ne sont pas à l’abri des dangers du tabagisme. En effet, une très récente étude menée par des experts internationaux de la Santé réunis à Abu Dhabi, aux Emirats Arabes Unis, vient de prouver que le narguilé serait pire que la cigarette. L’étude conclut qu’une simple bouffée de narguilé serait équivalente à la quantité de fumée avalée avec une cigarette entière. Selon les experts, en fumant une chicha pendant 1 heure environ, on inhale 26 fois la dose maximale quotidienne d'uranium conseillée par l'OMS, ainsi qu'une importante dose de plomb, du fait du charbon utilisé pour chauffer l'eau de l'appareil. S’ajoutent des concentrations anormales de nickel, chrome et cobalt qui ont aussi été repérées. En un mot, un véritable cocktail de composés cancérigènes!
Assane Soumana

27 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

 

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)L'AIR DU TEMPS.Fri, 27 Mar 2015 06:28:08 +0000
Première session du Comité de Concertation sur la Décentralisation (CCD) : Le renforcement du processus de la décentralisation à l’ordre du jourhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/70070-premiere-session-du-comite-de-concertation-sur-la-decentralisation-ccd-le-renforcement-du-processus-de-la-decentralisation-a-l-ordre-du-jourhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/70070-premiere-session-du-comite-de-concertation-sur-la-decentralisation-ccd-le-renforcement-du-processus-de-la-decentralisation-a-l-ordre-du-jour

Le ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Massoudou Hassoumi, a présidé, hier à Niamey, la cérémonie d’ouverture de la première réunion du Cadre de Concertation sur la Décentralisation au titre de l’année 2015. Ont pris part à cette cérémonie, SE. Antoine Anfré, ambassadeur de France au Niger et chef de file des partenaires de la Décentralisation, la représentante des partenaires techniques et financiers; le président de l’ARENI et celui de l’AMN, les membres du Cadre de Concertation sur la Décentralisation,  et plusieurs invités.

Cette rencontre permettra aux participants de partager, à travers leurs échanges, un certain nombre d’informations avec les acteurs nationaux et les partenaires techniques et financiers, afin de renforcer le processus de la décentralisation dans notre pays. Elle leur permettra aussi  d’échanger sur les questions de la mise en œuvre des programmes afin de mener à bien leurs missions. Ces échanges s’articuleront notamment autour du Plan d’Actions du Document Cadre de Politique Nationale de Décentralisation;  de la Stratégie Nationale de Formation et de l’Agence de Financement des Collectivités Territoriales ; du processus d’élaboration des Plans de Développement Régionaux; des priorités programmatiques 2015 relatives à la mise en œuvre de la Politique Nationale de la Décentralisation ; et enfin de la célébration de la Journée Africaine de la Décentralisation.
Dans son discours d’ouverture, le ministre en charge de la Décentralisation a rappelé l’engagement du Gouvernement de la 7ème République, depuis 2011, à mettre progressivement en œuvre toutes les institutions devant concourir à la consolidation de notre jeune démocratie, et plus particulièrement à l’approfondissement du processus de la décentralisation au Niger. M. Massoudou Hassoumi s’est réjoui de voir que le processus de décentralisation gagne chaque jour, lentement mais sûrement, en lisibilité et en crédibilité à travers les réformes structurelles et juridiques qui sont initiées afin d’apporter des solutions tangibles à la mise en œuvre des programmes et initiatives de développement au niveau local.
Il a souligné avec satisfaction que cette réforme a été consolidée, voire approfondie, à travers notamment l’adoption de plusieurs textes complémentaires du Code Général des Collectivités Territoriales, du Document Cadre de la Politique Nationale de Décentralisation et son plan d’actions prioritaires, de la Stratégie Nationale de la Formation des Acteurs de la Décentralisation et son plan d’actions.
A cela s’ajoutent l’opérationnalisation de l’ANFICT, des fonds d’appui à la décentralisation et de péréquation régulièrement versés à cette agence ; l’adoption des textes portant répartition des produits de certains impôts et taxes rétrocédés par l’Etat aux collectivités territoriales,  de directives portant modalités de transfert des compétences et des ressources de l’Etat dans le respect des principes de subsidiarité, de progressivité et de concomitance tels qu’édictés par les dispositions des articles 158 à 162 du code général. Sur ce dernier point, le ministre en charge de la Décentralisation a souligné que les projets de décrets portant transfert des compétences et de ressources dans les quatre domaines, conformément aux orientations gouvernementales en la matière, sont élaborés et soumis au Gouvernement pour adoption. Il s’agit des domaines de la Santé, de l’Education, de l’Hydraulique et l’Environnement.
Pour rendre la décentralisation efficace a-t-il dit, le Gouvernement a pris un certain nombre de dispositions pour renforcer l’accompagnement des collectivités territoriales à travers notamment la création des perceptions départementales, les réflexions en cours sur la loi de programmation de l’administration territoriale, le recrutement de 405 nouveaux agents pour le compte du Ministère chargé de la Décentralisation, etc. Il a enfin adressé ses remerciements aux partenaires techniques et financiers qui les appuient dans la mise en œuvre de ce processus de décentralisation en vue d’améliorer les conditions de vie des populations.
Pour sa part, le chef de file des partenaires de la Décentralisation, SE. Antoine Anfré, a félicité le ministre en charge de la Décentralisation pour la démarche partenariale qu’il a engagée en réunissant les représentants de l’administration de l’Etat,  des collectivités territoriales, de la société civile et des PTF intervenant dans le secteur de la décentralisation et du développement local. Il a enfin réaffirmé leur engagement à apporter leur contribution à la dynamique de réflexion en cours et à la mise en œuvre d’une stratégie véritablement opérationnelle.

Aïchatou Hamma Wakasso

27 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)POLITIQUE.Fri, 27 Mar 2015 06:09:30 +0000
Lutte traditionnelle/Retour triomphal du champion national 2015 : La région de Dosso célèbre le Sabre nationalhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/sport/item/70069-lutte-traditionnelle-retour-triomphal-du-champion-national-2015-la-region-de-dosso-celebre-le-sabre-nationalhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/sport/item/70069-lutte-traditionnelle-retour-triomphal-du-champion-national-2015-la-region-de-dosso-celebre-le-sabre-national

Le champion national de lutte traditionnelle Issaka Issaka est rentré au bercail, mardi dernier. C’est dans une arène archicomble que le détenteur du Sabre national édition 2015, qu’accompagnait un imposant cortège de motos et de véhicules,  a fait son entrée à Dosso sous les applaudissements nourris des populations de la cité des Zarmakoye.

Le spectacle était saisissant et la foule tellement nombreuse que le service de l’ordre ne pouvait  contenir cette marrée humaine. Cela n’est pas surprenant quand on sait que les populations ont attendaient cet évènement depuis 36 ans.
La délégation conduite par le préfet du département de Dosso avait passé la nuit du lundi à Dogondoutchi où les populations de l’Aréwa n’ont pas failli à la tradition en accueillant les ambassadeurs de Dosso. Après Dogondoutchi, le cortège,  avec à sa tête le gouverneur de la région de Dosso, s’est ébranlé en direction de la cité des Zarmakoye.
Arrivé à Boureïmi, la délégation a été l’objet d’un autre accueil sous la supervision du secrétaire général de la région entouré de tous les cadres régionaux, et des représentants de toutes les couches socio-professionnelles. C’est un long cortège qui s’est ensuite ébranlé en direction de la commune urbaine de Dosso. La traversée de la ville a été un véritable parcours de combattant pour la délégation, car chacun voulait saluer le champion.
Sur toutes les artères empruntées par le cortège, les populations étaient sorties massivement pour manifester leur joie suite à cet exploit inédit. A l’arène de lutte Salma Dan Rani pleine à craquer, Issaka Issaka a fait un tour d’honneur, brandissant le sabre. Le service de l’ordre n’a pu contenir cette marée humaine. L’on notait la présence du président du CSOC, M. Moussa Moumouni Djermakoye, du député national Sani Ousmane Dan Dijé, des autorités administratives et coutumières.
Cet accueil des populations de la région de Dosso n’est pas surprenant dans la mesure où depuis 36 ans le sabre a pris d’autres destinations sous les regards impuissants des populations qui ne pouvaient qu’observer le passage des champions. Aujourd’hui, le rêve de toute une région est devenu réalité grâce à l’exploit de Issaka Issaka, ce jeune émérite qui a toujours nourri le désir d’amener aux populations de Dosso le sabre tant convoité par l’ensemble des Nigériens.   
Prenant la parole lors de l’accueil, le gouverneur de la région de Dosso, M. Abdoulaye Issa, a transmis aux populations les salutations fraternelles du Président de la République, SE. Issoufou Mahamadou. La région de Dosso, a dit M. Abdoulaye Issa, est aujourd’hui à jour par rapport aux autres régions du pays après 50 ans de sous développement. C’est depuis 4 ans seulement que  Dosso a émergé. Pour preuve, il a cité le Programme Dosso Sogha et bien d’autres investissements qu’il dit a jugées  extraordinaires.  ‘’Depuis 36 ans, le sabre est resté inaccessible pour les lutteurs de Dosso. Ce sabre est là aujourd’hui à Dosso’’, a-t-il dit. M. Abdoulaye Issa a remercié Allah le Tout Puissant d’avoir choisi Dosso pour être bénéficiaire du Sabre national cette année.
Le Sabre national, dédié au Président de la République, SE. Issoufou Mahamadou
Le gouverneur a exprimé ses sincères remerciements à tous ceux qui ont soutenu les lutteurs de la région pendant les 10 jours qu’ont duré les compétitions. Il a félicité le chef de la délégation, les lutteurs et leurs encadreurs pour le haut niveau d’engagement, de courage et de cohésion,  toutes choses qui ont contribué à la victoire de la région. M. Abdoulaye Issa les a conviés à continuer dans la même lancée afin que la réédition soit au rendez-vous au 37ème  championnat du Sabre national à Dosso.
Le gouverneur de la région n’a pas manqué d’adresser ses remerciements aux autorités d’Agadez pour leur hospitalité, ainsi qu’aux organisateurs de cette fête, au premier rang desquels le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Abdoulkarim Dan Malam. Il a dédié ce Sabre au Président de la République, SE. Issoufou Mahamadou.
Auparavant, le maire de la commune urbaine de Dosso, le président du conseil régional et le sultan de Dosso ont félicité les populations de la région de Dosso pour la qualité de l’accueil réservé aux lutteurs. Après Dosso Sogha ont-ils noté, c’est le Sabre national qui aura lieu à Dosso. Par conséquent, ont-ils indiqué, les populations de la région doivent prendre toutes les dispositions afin  que la fête soit belle, à l’image de la fête du 18 décembre 2014.
Des contributions ont été enregistrées au cours de la manifestation, et parmi les plus importantes, on note  l’enveloppe de 4 millions du député national Sani Ousmane Dan Dijé, les deux parcelles du maire de la commune. C’est donc plus de 20 millions de francs CFA qui ont été acquis depuis Agadez au profit du champion national.
L’orchestre Toubal et le groupe Gnirisso Zarmaganda ont, pour leur part, tenu en haleine le public dans l’arène pleine à craquer.

Mahamane Amadou ONEP Dosso

27 mars 2015
Source : http://lesahel.org/

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)SPORT.Fri, 27 Mar 2015 06:21:07 +0000
Fin de la campagne de restitution des fonds issus du reliquat obtenu par le COHO suite aux opérations «Repas et couchettes à MINA» lors du Hadj 2013 : Environ 200 millions de FCFA remboursés à 7861 pèlerins sur les 12.000 concernéshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/societe/item/70066-fin-de-la-campagne-de-restitution-des-fonds-issus-du-reliquat-obtenu-par-le-coho-suite-aux-operations-repas-et-couchettes-a-mina-lors-du-hadj-2013-environ-200-millions-de-fcfa-rembourses-a-7861-pelerins-sur-les-12-000-concerneshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/societe/item/70066-fin-de-la-campagne-de-restitution-des-fonds-issus-du-reliquat-obtenu-par-le-coho-suite-aux-operations-repas-et-couchettes-a-mina-lors-du-hadj-2013-environ-200-millions-de-fcfa-rembourses-a-7861-pelerins-sur-les-12-000-concernes

Le commissariat à l’organisation du Hadj et de la  Oumra (COHO) a tenu hier, un point de presse relativement à la fin de la campagne de restitution des fonds issus du reliquat obtenu par le COHO suite aux opérations «Repas et couchettes à MINA» lors du Hadj 2013, qui ont  démarré il y a dix mois.

Lors de son  point de  presse, le secrétaire général du COHO, M. Salaou Nouhou a rappelé que «c’est suite à une des recommandations du Comité Consultatif tenu le 26 juillet 2014,  que leur structure  a mis en place un comité composé de personnes ressources indépendantes, des représentants des syndicats des agences de pèlerinage, ceux de la société civile du domaine de la défense des droits des consommateurs et du COHO. La  mission de ce comité  est de veiller à ce que les 250 millions de FCFA représentant le reliquat des fonds obtenus par le COHO suite aux opérations «Repas et couchettes à MINA» lors du Hadj 2013 soient remboursés à l'ensemble des pèlerins ayant   effectué le Hadj 2013».  
Ainsi, dans le  cadre de cette opération, les personnes concernées pouvaient se faire rembourser la somme de 20.365 FCFA sur présentation du passeport comportant le cachet «visa Hadj 2013», et ce, sur l’ensemble du pays au niveau des agences de la  BIA. La campagne qui a duré six  mois a été reconduite par la suite pour trois mois afin de donner le maximum de chance aux bénéficiaires de rentrer dans leurs droits, a précisé le secrétaire général  du COHO. Au moment où le COHO a mis fin à la campagne, le solde financier restant s'élève à une cinquantaine de millions de FCFA. Les organisateurs de la campagne se sont félicités du fait que 7.861 pèlerins sur les 12.000 se sont présentés aux guichets de la BIA pour se faire rembourser. Et selon les responsables du COHO, «le Conseil Islamique du Niger, l'une des plus importantes institutions religieuses a estimé que ce reliquat doit être utilisé dans les opérations du Hadj 2015 ». Toutefois, a ajouté M. Salaou Nouhou, le COHO va soumettre ses propositions à l'instance supérieure hiérarchique pour décision finale.
Le COHO  a saisi l’occasion de ce point de presse pour informer le public que «suite à l'opération ‘’Repas et couchettes à MINA’’ lors du Hadj 2014, un reliquat d'une centaine de millions de FCFA  a été dégagé, et l'utilisation de ces fonds suivra la même procédure». Et, bonne nouvelle pour les pèlerins, le COHO a annoncé l'arrivée par cargo aérien du dernier lot des excédents de bagages le mercredi dernier, ce qui clôt définitivement  les opérations du Hadj 2014. Aussi, le secrétaire général du COHO, a annoncé le lancement  officiel des opérations du Hadj 2015 à partir de la semaine prochaine.

 Souley  Moutari

26 mars 2015
Source : Le Sahel

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)SOCIETE.Thu, 26 Mar 2015 13:59:29 +0000
Le gouverneur de Niamey rencontre la délégation de la région au Sabre National : Faire le bilan des résultats enregistrés par la région à Agadezhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/sport/item/70064-le-gouverneur-de-niamey-rencontre-la-delegation-de-la-region-au-sabre-national-faire-le-bilan-des-resultats-enregistres-par-la-region-a-agadezhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/sport/item/70064-le-gouverneur-de-niamey-rencontre-la-delegation-de-la-region-au-sabre-national-faire-le-bilan-des-resultats-enregistres-par-la-region-a-agadez

Le gouverneur de la région de Niamey M. Hamidou Garba a rencontré, hier après midi, dans la salle de réunion du gouvernorat, la délégation de la région ayant pris part à la 36ème édition du Sabre National de Lutte Traditionnelle qui s’et déroulée du 13 au 22 mars dernier à Agadez. Il s’est agi pour le gouverneur de faire le bilan de la participation de sa région à l’issue de dix (10) jours de compétions marqués par la solidarité et la fraternité entre les lutteurs.

La région de Niamey a pris part à la 36ème édition du Sabre National de Lutte Traditionnelle à Agadez dans les meilleures conditions. Les représentants de Niamey ont défendu avec courage et abnégation la région à travers leurs prestations appréciables. C’est pourquoi, le gouverneur de la région de Niamey s’est félicité des résultats enregistrés par les lutteurs de Niamey qui ont remporté divers prix et empoché des gratifications. Il a également salué le comportement exemplaire observé par les membres de la délégation tout au long de son séjour à la Cité  légendaire de l’Aïr.
En effet, le chef de la délégation de la région de Niamey M. Oufana Moussa a remercié les respon-sables régionaux d’Agadez pour la considération dont sa délégation a été l’objet au cours de son séjour. Il devait par la suite présenter les prix remportés par les ambassadeurs de la région. Notons que la région de Niamey a été classée première en classement général du nombre de points, vice-champion (avec Sabo Abdou) et occupe également la 4ème place (avec Adamou Abdou) en classement individuel des lutteurs. Le vice-champion a reçu 5 millions de FCFA. Il a empoché le prix d’encouragement du Président en exercice du Conseil de l’Entente comprenant une coupe et  une enveloppe d’un million de FCFA.
La région de Niamey a été primée 3ème au concours d’accoutrement de lutte traditionnelle. Ajoutons que des gratifications ont été attribuées aux lutteurs de la région ainsi que d’autres acteurs assimilés. C’est au total, plus de 20 millions de FCFA que la délégation de Niamey a raflé au cours de la 36ème édition du Sabre National. Par ailleurs, le gouverneur de la région de Niamey a rendu un hommage à tous ceux qui ont contribué à l’exploit de la    région. Il a, à cet effet lancé un appel aux lutteurs pour se remettre au travail dès maintenant afin de créer la surprise à la prochaine édition qui se tiendra en décembre 2015 à Dosso. Il a confié que de nouvelles stratégies seront mises en place avec la ligue régionale pour que le sabre national soit   ramené à Niamey.
M. Hamidou Garba s’est réjoui des efforts consentis par les lutteurs de la région et en particulier le vice-champion qui a fait preuve de technicité et de maturité pour atteindre la phase finale. Et pour encourager le vice-champion, la région de       Niamey lui a offert un véhicule neuf. C’est le gouverneur de la région de Niamey, M. Hamidou Garba qui a remis la clé du véhicule à Sabo Abdou.

Laouali Souleymane

 26 mars 2015
Source : Le Sahel

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)SPORT.Thu, 26 Mar 2015 13:40:02 +0000
Le Président de la République, SE Issoufou Mahamadou, préside la cérémonie solennelle de prestation de serment de deux membres de la Cour Constitutionnelle : Les deux nouveaux membres de la Cour, renvoyés à l’exercice de leurs fonctionshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/70060-le-president-de-la-republique-se-issoufou-mahamadou-preside-la-ceremonie-solennelle-de-prestation-de-serment-de-deux-membres-de-la-cour-constitutionnelle-les-deux-nouveaux-membres-de-la-cour-renvoyes-a-l-exercice-de-leurs-fonctionshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/70060-le-president-de-la-republique-se-issoufou-mahamadou-preside-la-ceremonie-solennelle-de-prestation-de-serment-de-deux-membres-de-la-cour-constitutionnelle-les-deux-nouveaux-membres-de-la-cour-renvoyes-a-l-exercice-de-leurs-fonctions

Issou serment Cour ConstitLe Président de la République, Chef de l’Etat, SE Issoufou Mahamadou, a présidé hier matin, à l’auditorium Sani Bako du Ministère des Affaires Etrangères, la cérémonie de prestation de serment de deux membres de la Cour constitutionnelle.

Il s’agit de Kader Chaibou, représentant des Avocats et Issaka Moussa, représentant  des Organisations et Associations de Défense des Droits de l’Homme et de la Promotion de la Démocratie. Cette cérémonie de prestation de serment s’est déroulée en présence du président de l’Assemblée nationale, des présidents des autres Institutions de la République, des membres du Gouvernement, des diplomates accrédités au Niger, des membres de la Cour Constitutionnelle et de nombreuses personnalités.


Conformément à l’article 124 de la constitution du 25 novembre 2010 «  avant leur entrée en fonction, les membres de la cour constitutionnelle prêtent serment sur le livre saint de la confession devant le Président de la République ». Par cet acte de prestation de serment, les deux membres de la Cour Constitutionnelle s’engagent solennellement à respecter les principes essentiels de leur nouvelle fonction.


Après la lecture des décrets portant nomination des membres de la Cour constitutionnelle par la Greffière de la Cour, le Président de la République SE Issoufou Mahamadou a fait prêté le serment ainsi libellé  « je jure de bien et fidèlement remplir mes fonctions, de les exercer en toute impartialité dans le respect de la constitution et en toute indépendance, de garder le secret de délibération et  de vote, de ne prendre aucune position publique et de ne donner aucune consultation sur les questions relevant de la compétence de la cour constitutionnelle, puisse Dieu nous venir en aide », avant de les renvoyer à leur charge.


Aussitôt près la lecture du serment, chaque membre  a posé la main droite sur le livre de sa confession religieuse en déclarant à haute et intelligible voix « je le jure ».


Ces personnalités sont nommées par décret n° 2015- 152/PRN/MJ du 20 mars 2015 portant nomination des deux membres de la cour constitutionnelle, à savoir le Représentant des Avocats  et celui des Organisations et Associations de Défense des Droits de l’Homme et de la Promotion de la Démocratie. Ces personnalités sont nommées après élection de leurs structures.

 Aïssa Abdoulaye Alfary

26 mars 2015
Source : Le Sahel

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)POLITIQUE.Thu, 26 Mar 2015 06:22:00 +0000
Assemblée nationale : Reprise des travaux en séance plénière, ce mercredi matin à partir de 9 H 30 mn.http://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/70045-assemblee-nationale-reprise-des-travaux-en-seance-pleniere-ce-mercredi-matin-a-partir-de-9-h-30-mnhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/70045-assemblee-nationale-reprise-des-travaux-en-seance-pleniere-ce-mercredi-matin-a-partir-de-9-h-30-mn

Amadou salifou seance pleniereLes travaux de la 1ère Session ordinaire au titre de l’année 2015, dite session des lois, se poursuivent à l’Assemblée Nationale. Hier matin, une séance plénière s’est tenue à l’hémicycle sous la présidence de SEM. Amadou Salifou, président de l’Assemblée nationale.  Au cours de cette séance, les parlementaires ont procédé à l’examen et l’adoption du projet de compte-rendu sommaire de la séance du vendredi 13 mars 2015.

Ils ont également examiné et adopté les modifications apportées au calendrier des travaux, suite à la conférence des présidents du vendredi 20 mars 2015. Les travaux en séance plénière reprennent ce mercredi matin  à partir de 9 H 30 mn.

Onep

25 mars 2015

Source : http://lesahel.org/

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)POLITIQUE.Wed, 25 Mar 2015 06:26:32 +0000
Séminaire sur l’adaptation sur le changement climatique : Bien cerner les préoccupations du Niger lors de la 21ème conférence de Parishttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/environnement/item/70043-seminaire-sur-l-adaptation-sur-le-changement-climatique-bien-cerner-les-preoccupations-du-niger-lors-de-la-21eme-conference-de-parishttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/environnement/item/70043-seminaire-sur-l-adaptation-sur-le-changement-climatique-bien-cerner-les-preoccupations-du-niger-lors-de-la-21eme-conference-de-paris

Seminaire Climat Niger ParisEn prélude à la tenue en fin d’année 2015 de la 21ème Conférence des Parties (COP 21) à Paris, un séminaire sur l’adaptation au changement climatique se tient depuis, hier à Niamey, à l’initiative de la Fondation ‘’Guri Vie Meilleure’’, la Fondation Jean Jaurès et la Fondation Européenne d’Etudes Progressistes.

C’est la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou, présidente de la Fondation Guri Vie Meilleure, qui a présidé, la cérémonie d’ouverture dudit séminaire à l’auditorium Sani Bako du ministère des Affaires Etrangères, en présence des députés nationaux, des membres du gouvernement, des autorités diplomatiques, des épouses des hautes personnalités, et de plusieurs invités.
Cette rencontre qui durera deux jours permettra aux participants de Partager les informations relatives aux expériences de terrain sur les risques liés aux changements climatiques ; de faire le point des principales questions, objet des discussions devant aboutir à un accord global sur le climat à Paris ; de faire le point sur la gestion de la question de l’adaptation par la Conférence de Lima et les aspects de la question à débattre à Paris. Ce séminaire de Niamey regroupe des experts sur le changement climatique venus d’Europe. En ouvrant les travaux de ce séminaire, la Première Dame Hadjia Aissata Isssoufou a manifesté l’intérêt qu’elle porte pour les questions environnementales. «C’est un sujet qui a toujours retenu mon attention à telle enseigne  que l’environnement est devenu un des axes parmi les trois de la fondation Guri vie meilleure que j’ai l’honneur de présider. Le Niger étant un pays désertique sur la majeure partie de sa superficie, les questions environnementales doivent nous interpeller tous », a-t-elle déclaré.
Pour la 1ère dame, le Changement climatique n’est plus une question d’échéance lointaine. «Nos populations vivant depuis lors l’implacable réalité des changements climatiques, sont de plus en plus attentives à la façon dont ce sujet est pris en charge par les décideurs, en particulier, suite à des rencontres de ce genre» a indiqué Hadjia Aissata Issoufou. Elle s’est dite consciente du fait que la réalisation d’un développement durable, résilient au climat nécessitera d’entreprendre des actions transformatrices aussi bien au niveau des systèmes  de production, des écosystèmes, qu’au niveau des sociétés et des économies. La Fondation «Guri Vie meilleure »  a très tôt orienté ses actions dans le domaine de l’environnement  particulièrement en direction des projets visant à renforcer la résilience des femmes face au changement climatique.
«Notre expertise est dans le cadre du renforcement de cette résilience pour les femmes œuvrant dans le commerce et l’exploitation des produits halieutiques», a-t-elle ajouté  rappelant que la Fondation a organisé en partenariat avec le NEPAD, deux ateliers intitulés «atelier régional de renforcement des  capacités des femmes  de l’Afrique de l’Ouest et du centre sur le commerce intra régional de produits halieutiques» les 11 et 12 novembre 2013 à Niamey et «atelier d’internalisation de la phase d’initialisation du programme d’appui au genre et au changement climatique» tenu en juillet 2014. Suite à ces ateliers et à des études menées, la fondation a bâti un projet intitulé ‘’Projet de renforcement de la résilience des Femmes de la Filière Poisson de la région de Tillabéry face aux effets des Changements Climatiques (PROREF) qui en cours de mise en œuvre.
Les actions de la Fondation ‘’Guri Vie Meilleure’’ visent également la récupération des terres, le reboisement et la lutte contre le déboisement à travers des activités multiples tel que la mise en œuvre d’un projet de vulgarisation de l’utilisation en cuisine, du gaz butane; les plantations d’arbres dans les espaces déboisées et dans les écoles dans le cadre de l’éducation environnementale; l’octroi des terres à usage de jardins et leur aménagement pour des groupements féminins, etc.  «Pour notre part, et au regard de notre contribution insignifiante au rejet global des gaz à effet de serre dans l’atmosphère, nous souhaitons  vivement que soit surtout mis en avant dans les discussions qui auront lieu à Paris, la promotion d’un développement humain résilient au climat à travers une feuille de route traduisant dans les faits le choix fait en 2012 par les Nations Unies de la résilience pour l’avenir des hommes et de la planète» a plaidé la Première Dame avant de présenter ses remerciements à la fondation Jean Jaurès et son partenaire la Fondation Européenne d’Etudes Progressiste pour leur contribution à l’organisation de ce séminaire.
Le ministre de l’Environnement de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, M. Adamou Chaiffou, a, de son côté adressé sa reconnaissance et sa gratitude à la Première Dame pour les multiples efforts  qu’elle ne cesse de déployer pour la mobilisation des ressources et l’amélioration de la visibilité du secteur. S’exprimant sur la tenue prochaine de la conférence sur les changements climatiques de Paris, le Ministre Adamou Chaiffou a dit que cet événement  est pertinent parce qu’il met la question de l’adaptation aux changements climatiques au centre des débats. En effet, en tant que pays sahélien, les enjeux pour le Niger se trouvent au niveau de la prise en compte des initiatives et stratégies visant par des mesures adaptées, à réduire la vulnérabilité des systèmes naturels et humains contre les effets réels ou attendus des changements climatiques.
Ces initiatives et stratégies, dans le cas d’espèces, font de l’agriculture, donc l’atteinte des objectifs de sécurité alimentaire comme la priorité des priorités. Ce qui est conforme à l’Initiative 3N de SE Issoufou Mahamadou. Discuter de cette thématique, a dit le ministre. Aussi estime-t-il, la présence d’une telle diversité d’acteurs à ce séminaire, va certainement contribuer à mettre   l’agriculture et la préservation de l’environnement au centre des négociations sur le climat. Le Ministre en charge de l’Environnement a invité les participants à des discussions franches et ouvertes et les a rassurés que son département ministériel capitalisera les conclusions de ce séminaire pour les prochaines étapes de la préparation de notre pays.
Inscrivant les questions d’adaptation aux changements climatiques parmi leurs priorités, le Directeur du secteur international de la Fondation Jean Jaurès M. Fuchs Gérard s’est beaucoup attardé sur les relations qu’il entretient avec une quarantaine de fondations sœurs comme la fondation Guri vie meilleure. Il s’est dit fier et honoré d’entretenir un partenariat avec Guri Vie meilleure. Il a aussi apprécié les progrès réalisés par le Niger en termes de démocratie tout en espérant que ce développement du pays puisse continuer dans les meilleures conditions. M. Fuchs a expliqué que les risques du changement climatique sont considérables particulièrement pour un pays vulnérable comme le Niger. «Une élévation de température peut signifier des sécheresses supplémentaires, le Niger en a eu assez», a dit le Directeur de la Fondation Jean Jaurès. Pour Fuchs Gérard, sans une modification positive de l’environnement la lutte contre le changement climatique serait perdue d’avance.
 Aïssa Abdoulaye Alfary

25 mars 2015

Source : http://lesahel.org/

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)ENVIRONNEMENT.Wed, 25 Mar 2015 06:22:35 +0000
Rencontre entre la CNDH et la mission de l’Office du Haut Commissariat aux droits de l’homme : Collecter des informations fiables sur la situation des droits humainshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/70042-rencontre-entre-la-cndh-et-la-mission-de-l-office-du-haut-commissariat-aux-droits-de-l-homme-collecter-des-informations-fiables-sur-la-situation-des-droits-humainshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/70042-rencontre-entre-la-cndh-et-la-mission-de-l-office-du-haut-commissariat-aux-droits-de-l-homme-collecter-des-informations-fiables-sur-la-situation-des-droits-humains

CNDH Rencontres Le Président de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH), M. Khalid Ikiri, a rencontré, hier dans la salle de réunion de ladite institution la mission de l’Office du Haut Commissariat des Droits de l’Homme de l’ONU, conduite par M. Narcisse Madjiyore Dangar, spécialiste des droits de l’homme à la branche Afrique du Haut Commissariat des droits de l’homme.

Il s’agit pour ce dernier d’écouter les responsables en charge des droits humains du Niger  afin d’avoir une situation globale de ce qui se déroule sur le terrain ; connaître les actions qui ont été déjà entreprises dans le domaine et aussi avoir des recommandations sur les besoins éventuels identifiés lors de leurs entretiens respectifs et des visites sur le terrain. Cette rencontre s’est tenue en présence d’un analyste des droits humains au bureau du Coordinateur du PNUD au Niger, M. Kane Ismaël Abdoulaye, et des membres de la CNDH.  
Dans son mot introductif, le Président de la Commission Nationale des Droits Humains a d’bord salué les efforts multiples que le PNUD ne cesse d’apporter à  cette jeune commission afin d’être à la hauteur des textes qui l’ont constitué. La préoccupation relative aux violations des droits humains suite aux attaques terroristes et une guerre imposée au peuple nigérien est selon M. Khalid Ikiri extrêmement d’actualité. C’est pourquoi explique t-il, la CNDH a effectué un déplacement sur le lieu afin de constater tous les méfaits mais également encourager les institutions et les structures qui sont sur place et qui se sont mobilisées pour faire face à cette agression. Il s’agit notamment des forces de défense et de sécurité, des responsables  sanitaires, des structures humanitaires, des  enseignants ainsi que tous ceux qui directement ou indirectement ont pu maintenir le cap pour dire non à une injustice et à une guerre imposée suite à ces agressions.
En effet, a déclaré le président de la Commission Nationale des Droits Humains, la mission a sur le lieu constaté des méfaits liés à l’économie car la production du poivron qui est une culture capitale pour la région de Diffa et les échanges avec leur voisin le Nigéria par rapport à la production de poisson sont arrêtés. Il s’est surtout appesanti sur la question de la mobilité des jeunes. «La situation est maitrisée pour l’essentiel compte tenu des différentes frappes qui ont été menées et de la coalition des différents pays à savoir le Cameroun, le Tchad, le Nigéria et le Niger pour faire face à ces terroristes. Cependant, il est tout de même essentiel de penser à un large programme en vue d’occuper la jeunesse. «Cette dernière, non scolarisée pour la plupart et limitée dans la prise de décision parce qu’elle est pauvre et susceptible d’être appâté par un minimum vital» a-t-il indiqué.
Pour sa part, le spécialiste des droits de l’homme à la branche Afrique du Haut Commissariat des droits de l’homme a expliqué la raison de leur mission qui dit-il consiste à évaluer la situation des droits de l’homme créée du fait des attaques de la secte Boko Haram sur le Niger pour situer le contexte général ; essayer de rassembler des informations par rapport à la situation des droits de l’homme dans les différents pays où cette secte est active et de pouvoir faire des propositions à leur tour au siège afin d’envisager des possibilités d’action au niveau de ces pays.

Aïchatou Hamma Wakasso

25 mars 2015

Source : http://lesahel.org/

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)POLITIQUE.Wed, 25 Mar 2015 06:21:14 +0000