Nigerdiaspora, La Communauté Virtuelle du Nigerhttp://nigerdiaspora.netFri, 31 Oct 2014 19:41:40 +0000Joomla! - Open Source Content Managementfr-frConseil des ministres du 30 octobre 2014 : Adoption de deux Projets de décrets et de mesures nominativeshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68533-conseil-des-ministres-du-30-octobre-2014-adoption-de-deux-projets-de-decrets-et-de-mesures-nominativeshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68533-conseil-des-ministres-du-30-octobre-2014-adoption-de-deux-projets-de-decrets-et-de-mesures-nominatives

Conseil 30 10 14Le Conseil des ministres s'est réuni, hier jeudi 30 octobre 2014, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Président du Conseil des ministres.


Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :

I. AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après : Projet de décret fixant les avantages accordés aux membres du Pôle judiciaire en matière de lutte contre le Terrorisme.

L'ordonnance n°2011-ll du 27 janvier 2011 modifiant la loi organique n° 2004-50 du 22 juillet 2004, fixant l'organisation et la compétence des juridictions en République du Niger a créé le Pôle judiciaire en matière de lutte contre le terrorisme dont les membres sont :

  • le Président de la chambre de jugement;
  • le Président de la chambre de contrôle;
  • le Magistrat du parquet général;
  • le Président du pôle judicaire ;
  • le Doyen des juges d'instruction;
  • le Procureur de la République.

Le pôle judicaire comprend en outre d'autres magistrats, des greffiers en chef et des greffiers. La même ordonnance a prévu en son article 62. 7 que les membres du Pôle judiciaire en matière de lutte contre le terrorisme bénéficient des avantages dont la nature et les montants sont déterminés par décret pris en Conseil des Ministres. C'est pour satisfaire à cette exigence légale que le présent projet de décret est pris.

1-2. Projet de décret modifiant le décret n°2012-082/PRN/MJ du 21 mars 2012 déterminant l'organisation, la composition et le fonctionnement de la Commission Nationale de Coordination de Lutte contre la Traite des Personnes (CNCLTP).
La modification du décret n°2012-082/PRN/MJ du 21 mars 2012 vise à structurer la Commission Nationale de Coordination de Lutte contre la Traite des Personnes (CNCLTP) de façon à permettre à ses composantes de réaliser des activités permanentes sous l'impulsion du  bureau  de  ladite  Commission  et  ce, dans des conditions satisfaisantes.

Il-MESURES NOMINATIVES.

Le Conseil des ministres a examiné et adopté les mesures individuelles suivantes:

  • Monsieur SANI ANGOU est nommé président du conseil d'administration de l'ONEP.
  • Monsieur WALY ZAKARI est nommé président du conseil d'administration du CNCN.
  • Monsieur GUERO MAÏKASSOUA est nommé président du conseil d'administration de l'IFAENF.
  • Monsieur IBRAHIM KARMAGO KONATE  est nommé président du conseil d'administration du CNOU.
  • Monsieur MAMAN IDI  est nommé président du conseil d'administration du LANSPEX.
  • Madame MAÏGARI ISSOUFOU FERDOSSE MOUSSA, est nommée présidente du conseil d'administration de FINS.
  • Monsieur ALI MATTO,  est nommé président du conseil d'administration   du   Bureau  National   de   la   Carte   Brune CEDEAO (BNCB);
  • Monsieur ADAMOU ALHERI, est nommé président du conseil d'administration de l'Hôpital national de Lamordé (HNL) ;
  • Monsieur ALMOCTAR ICHA est  nommé président du conseil d'administration de l'AVCN.
  • Monsieur ABANKASS ALTININE est nommé président du conseil d'administration de l'APEIC.
  • Monsieur BOCLI NAJIM est nommé président du conseil d'administration du Centre de Multiplication de Bétail (CMB).
  • Monsieur MOUMOUNI ANGO  est nommé président du conseil d'administration de la CRGM.
  • Docteur KONATE  OUSMANE  est nommé président du conseil  d'administration  de  l'Hôpital  national  de  Niamey (HNN).
  • Madame KEITA HAOUA MOUNDJO  est nommée présidente du conseil d'administration de l'INJS.
  • Monsieur BAGALE  OUMARA  est nommé président du conseil d'administration de l'IGNN.
  • Monsieur DARE  DAN FALKE  est nommé président du conseil d'administration de la CARENI.
  • Monsieur IBRAHIM SAIDOU MAÏGA est nommé président  du conseil d'administration du CNUT.
  • Monsieur MAMOUDOU DJIBO est nommé président du conseil d'administration de l'ANAC.
  • Monsieur CHIMERE  DIAGNE  est nommé président du conseil d'administration du LABOCEL.
  • Madame FATOUMA OUSSEINI est nommée présidente du conseil d'administration de l'IFTIC.
  • Monsieur HABOU IBRAHIM   ZATAKA  est nommé président du conseil d'administration de l'ORTN.
  • Monsieur HAROUNA MAGAGI est nommé président du conseil d'administration du CNLA.

II.COMMUNICATIONS.

Le Conseil des ministres a entendu deux (2) communications :

  • une (1) communication du ministre des Transports relative au projet d'ordre du jour du Conseil des Ministres conjoint Niger-Bénin ;
  • une (1) communication de la ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur l'état d'avancement du Processus de Mise en Concession de la Gestion de l'Hôtel Gaweye.

L'ordre du jour étant épuisé, Son Excellence, Monsieur le Président de la République a levé la séance.

Onep

 

31 octobre 2014
Source : http://lesahel.org/

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)POLITIQUE.Fri, 31 Oct 2014 06:30:10 +0000
Electrification des écoles Pays-Bas 1 et 2 par le groupe Akon Lighting Africa : Pour l’amélioration de la qualité de l’éducation au Nigerhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/education/item/68529-electrification-des-ecoles-pays-bas-1-et-2-par-le-groupe-akon-lighting-africa-pour-l-amelioration-de-la-qualite-de-l-education-au-nigerhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/education/item/68529-electrification-des-ecoles-pays-bas-1-et-2-par-le-groupe-akon-lighting-africa-pour-l-amelioration-de-la-qualite-de-l-education-au-niger

La Fondation Tattali-Iyali multiplie les actions en faveur d’une éducation de qualité  au Niger. C’est ainsi que l’artiste américain d’origine sénégalaise  M. Alioune Badara Thiam, connu sous le pseudonyme d’Akon, et  qui séjourne à Niamey, a, en partenariat avec la Fondation Tattali-Iyali, électrifié hier  les écoles  Pays-Bas I et II, en les dotant de trois lanternes solaires.

La cérémonie a été présidée par la ministre des Enseignements Secondaires, Mme Bety Aichatou Habibou Oumani, assurant l’intérim de son homologue de l’Enseignement Primaire, en présence de la Première Dame Dr. Malika Issoufou, présidente de la Fondation Tattali-Iyali; du ministre de la Culture, des Arts et des Loisirs, du secrétaire général du gouvernorat de la région de Niamey ; du maire du 4ème arrondissement de Niamey, et de plusieurs invités.    
Le groupe Akon Lighting Africa est un projet qui vise à déployer de l’énergie solaire  en Afrique. Il est présent dans huit (8) pays africains. En effet, en dotant les écoles Pays-Bas I et II situées dans le quartier Pays-Bas sur la route de l’aéroport, de trois lanternes solaires, l’artiste américain Akon concrétise son ambition qui est celle de faciliter l’intégration des pays africains à travers la création des conditions pour un meilleur apprentissage des élèves. C’est pourquoi en présidant cette cérémonie de grande portée, la ministre Bety Aichatou Habibou Oumani a salué cette initiative louable et importante pour les écoles des pays africains en général, et particulièrement pour l’école nigérienne.
Ce geste n’est pas le premier de cet artiste. Ce dernier, a dit la ministre de l’Enseignement Primaire par intérim,  va parcourir l’Afrique dans le cadre son projet Lighting Africa. Au Niger, le projet de l’artiste américain est soutenu par la Fondation Tattali-Iyali à travers la remise de 200 kits solaires aux ménages vulnérables du quartier Pays-Bas, et l’électrification de deux villages. Toutes ces initiatives, a-t-elle précisé, viennent renforcer le Programme de Renaissance du Niger initié par le Président de la République, Chef de l’Etat, S.E Issoufou Mahamadou, notamment au niveau de l’axe 5. En dotant ces écoles d’électricité solaire, M. Alioune Badara Thiam va certainement contribuer à la réussite des milliers d’élèves qui fréquentent ces établissements scolaires.
Pour la représentante de la Fondation Tattali-Iyali, Mme Ben Wahab Aichatou, l’initiative du groupe Akon illumine l’Afrique. En dehors de l’électrification des écoles primaires I et II du quartier Pays-Bas, le groupe Lighting Africa envisage d’électrifier plus de 2000 villages du Niger. ‘’Nous ne pouvons que remercier cet Américain qui a pensé à ses origines’’, a indiqué la représentante de la Fondation Tattali-Iyali.
Auparavant, l’artiste américain M. Akon s’est réjoui de l’accueil qui lui a été réservé par les autorités du Niger, avant de réaffirmer l’engagement de son groupe à œuvrer aux côtés de la Fondation Tattali-Iyali pour aider la jeunesse nigérienne.

Hassane Daouda

 

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)EDUCATION.Fri, 31 Oct 2014 06:14:38 +0000
Invité : M. Aliou Oumarou, président du Conseil National de la Jeunessehttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/interview/item/68528-invite-m-aliou-oumarou-president-du-conseil-national-de-la-jeunessehttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/interview/item/68528-invite-m-aliou-oumarou-president-du-conseil-national-de-la-jeunesse

Aliou oumarou Monsieur le président, pouvez-vous rappeler à nos lecteurs les missions assignées  au Conseil National de la Jeunesse ?
Le Conseil National de la Jeunesse du Niger (CNJN) est un organe consultatif  indépendant  et apolitique placé sous la tutelle du Ministère de  la Jeunesse et des Sports. Il regroupe toutes les organisations de jeunesse en milieux rural et urbain, en milieux scolaire et non scolaire.

C’est le seul organe mandaté par  le gouvernement à  prendre en charge toutes les questions et préoccupations de la jeunesse nigérienne. Il est composé des jeunes dont l’âge varie entre 15 et 35 ans. Il a pour missions, entre autres, d’émettre des avis et recommandations à l’adresse des pouvoirs publics sur les questions de jeunesse; d’élaborer annuellement un rapport à l’intention des plus hautes autorités du pays; de veiller à la mise en œuvre de la Politique Nationale de la Jeunesse (PNJ), de la Déclaration de Politique Générale (DPG) du Gouvernement  sur les points qui concernent la jeunesse et des différents programmes sectoriels concernant la jeunesse; d’assister les jeunes Nigériens sur l’ensemble des problèmes les concernant, notamment sur les questions de l’emploi, de la formation, de l’éducation, de la santé, des sports et des loisirs; de sensibiliser la jeunesse nigérienne sur  un certain nombre de thématiques,  notamment la culture de la paix et de la non violence, le dialogue interculturel, les  droits humains, la sécurité routière, la gestion axée sur les résultats, le VIH-SIDA, le  changement climatique, le civisme, la bonne gouvernance et les TIC, dans l’optique du changement de comportement des Nigériens prôné par le Président de la République; de nouer un partenariat durable avec les partenaires au développement; et de créer un large réseau de coopération et d’entraide entre les jeunes du Niger et ceux du monde entier, de sorte que les jeunes Nigériens puissent avoir une ouverture beaucoup plus grande sur le monde.

{xtypo_quote}« Vu le nombre d’emplois créés en faveur de la jeunesse en trois ans, les infrastructures construites et celles en cours de réalisation, le chemin de fer et surtout la paix et la sécurité assurées, personne ne pourra rester indifférent’’{/xtypo_quote}


Quel bilan pouvez-vous dresser après avoir géré pendant quelques années  ce Conseil ?
Avant de parler de bilan, permettez-moi d’abord de vous rappeler qu’en 2011, lorsque nous étions élus à la tête de cette institution, nous avions pris l’engagement, lors de la première interview que le Sahel Dimanche nous a accordée,  de faire du Conseil National de la Jeunesse un organe respecté et respectable. Aujourd’hui, il me plait de saluer l’ensemble des membres de notre équipe qui, grâce à la conjugaison de leurs efforts et à la sérénité qui a toujours prévalu  au sein du groupe, nous ont  permis de relever tous ces défis ; car, d’une part, nous avons fait du CNJ un organe incontournable des partenaires au développement, un allié sûr du gouvernement, mais surtout un cadre de référence et de retrouvaille pour l’ensemble de la jeunesse nigérienne.

En trois ans d’exercice, nous sommes allés au-delà de nos attentes, et cela nous  a permis d’enregistrer comme résultats l’annulation du concours de douane de 2011 entaché de graves irrégularités; la  formation de plus de 8000 jeunes sur la vie associative, le leadership, le contrôle citoyen de l’action publique, le montage de projet, la SSRAJ, l’entrepreneuriat social et solidaire, la lutte contre les violences, les TIC, la promotion de la paix et la sécurité; la création d’emplois à 630 jeunes grâce à des paye-phones mises à notre disposition par Airtel Niger; l’organisation régulière des sessions ordinaires du CNJ avec l’appui de l’Unicef; la célébration, chaque année, de la journée africaine et internationale de la jeunesse; la participation au camp national des jeunes  à Takiéta en 2011 et à Tchirozérine en 2012; la  participation à l’organisation des 1er et 2ème forums internationaux sur les emplois verts; l’organisation du camp national des jeunes à Maïné Soroa en août 2013, et à Dosso en 2014; l’organisation des rencontres régionales de sensibilisation  des jeunes sur le terrorisme, avec l’appui de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix; des  audiences régulières avec le Président de la République et  le Premier ministre;  le  parrainage de plus de 524 événements des scolaires, des clubs, fadas et autres organisations de jeunesse; l’organisation et la participation de nos organes à  plus de 680 émissions radiotélévisées; la  représentation de la jeunesse dans les institutions de la République et les instances de prises de décision; l’organisation des rencontres régionales de sensibilisation  des jeunes sur l’extrémisme violent et la mise en place des comités de jeunes médiateurs pour la paix, avec l’appui financier de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique au Niger ; l’organisation du premier forum international des jeunes sur la paix et la sécurité à Tahoua; et la  représentation de la jeunesse  aux rencontres internationales dont entre autres la coupe d’Afrique des Nations à Libreville, la  participation au sommet de haut niveau sur l’emploi des jeunes organisé par l’ONU à New York, le forum francophone préparatoire à Lyon, le  sommet mondial de la Terre Rio+20 à Rio de Janeiro, le  forum mondial de l’eau à Marseille, le  forum des jeunes leaders sur l’entreprenariat à Nouakchott, le  sommet des jeunes leaders du président  Barack Obama aux USA, le  camp international d’intégrité à Abidjan, le  4ème sommet panafricain des jeunes leaders à Dakar,  et le  forum des jeunes leaders sur l’entreprenariat à Abuja.

Nous avons pu établir des  partenariats avec les agences du Système des Nations Unies, l’ambassade des USA, de la France, de la Chine, de la Turquie, Oxfam-Québec, SOS-Civisme, CARE Niger, et l’UEMOA.  Et  il y a beaucoup d’autres activités que je n’ai pas pu citer ici.  Donc, sans risque de me tromper, je peux dire que notre bilan est très positif et je prie Dieu pour que ceux qui viendront après nous face mieux pour cette belle jeunesse du Niger.
 Le Programme de la Renaissance du Niger du Président de la République, Chef de l’Etat, SE Issoufou Mahamadou, et l’Initiative 3N,  placent  la jeunesse au centre de leurs préoccupations. 

Quelle est votre appréciation sur les actions menées dans ce cadre au profit de la jeunesse nigérienne ?
 A mon avis, à partir du moment où le candidat  Issoufou Mahamadou a été élu Président  de la République sur la base de la pertinence de son  Programme de la Renaissance du Niger, c’est un devoir pour chaque citoyen nigérien de s’approprier ce programme, et  d’œuvrer pour sa réussite. En trois ans, vous conviendrez avec moi que vu le nombre d’emplois créés au profit de la jeunesse, les infrastructures construites et celles en cours de réalisation, le chemin de fer, et surtout la paix et la sécurité assurées, personne ne pourra rester indifférent. A cet effet, permettez-moi de m’acquitter d’un  devoir, celui  de féliciter très sincèrement le Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou,  le Premier ministre, Chef du Gouvernement  qui a toujours été à nos cotés, et l’ensemble des membres du gouvernement pour leurs multiples actions de développement, et surtout notre ministre de tutelle, M. Abdoul Karim Dan Mallam, qui a placé notre organe dans ses priorités absolues.

Néanmoins, j’attire l’attention de nos autorités quant aux milliers de diplômés qui sortent chaque année de nos universités  et autres instituts de formation, et qui attendent d’être insérés; les autorités concernées doivent veiller à la transparence lors des recrutements à la Fonction Publique, notamment avec les enseignants contractuels ; de veiller aussi à la disponibilité des enseignants chercheurs dans les universités publiques du Niger ;  de mettre en place un fonds de garantie et un régime fiscal approprié pour accompagner les jeunes entrepreneurs, et surtout de veiller à une exploitation rationnelle de nos ressources naturelles pour mettre à l’abri les générations futures.
Maintenant en ce qui concerne l’initiative ‘’3N’’, je pense que c’est la meilleure réponse que le Président de la République a apportée  aux jeunes  ruraux;  mais nous constatons que ce programme traine dans sa phase opérationnelle. En effet, nous devons, après trois  ans, commencer normalement à ressentir les retombées de ce noble programme qui peut et doit permettre non seulement de retenir la jeunesse rurale dans les campagnes après la saison des pluies, mais aussi assurer  une sécurité alimentaire durable à nos populations, car comme le dit le Chef de l’Etat, la sécheresse ne doit plus  être synonyme de famine au Niger.
En tant que jeune, nous sommes fiers de voir  l’initiative ‘’3N’’ citée en exemple par la communauté internationale, mais aussi en modèle de développement durable dont les Etats membres du Comité Inter Etats de Lutte contre la Sécheresse au Sahel (CILSS) veulent se servir. C’est en ce sens que j’en appelle au sens de responsabilité de l’ensemble de la jeunesse nigérienne afin qu’elle se place au cœur de ce noble et ambitieux programme du Chef de l’Etat et en tirer le maximum de profit. Nous n’allons plus accepter qu’on construise le futur pour nous, mais nous allons nous battre pour que la jeunesse soit construite pour le futur.

 Il y a quelques semaines, des voix se sont élevées pour appeler au renouvellement du Conseil National de la Jeunesse, car votre mandat serait dépassé. Quel commentaire cela vous inspire?
Naturellement, je trouve tout à fait normal les agissements de ces derniers mois autour du CNJ, cela s’explique tout simplement  par le fait que notre équipe a fait un travail remarquable. Sinon, comment peut-on expliquer cette convoitise autour du Conseil National de la Jeunesse qui demeure un organe consultatif, par toutes ces structures de jeunesse et souvent même par d’autres acteurs non jeunes.
Maintenant pour lever toute équivoque en ce qui nous concerne, et pour éclairer davantage l’opinion nationale et internationale, nous avons demandé à rencontrer le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Abdoul Karim Dan Mallam, qui nous a reçus en audience le vendredi 24 octobre dernier, pour lui demander où est-ce que nous en sommes  par rapport aux nouveaux  textes du CNJ afin de procéder au renouvellement des instances.
Et je pense que la réponse du ministre de la Jeunesse à ce sujet   a été très claire: il nous a expliqué que la proposition de texte faite par son département ministériel est soumise au Secrétariat Général du Gouvernement pour conformité avec la Charte Africaine de la Jeunesse. Une fois que ces textes sont amendés et adoptés en Conseil des ministres, aussitôt, toutes les instances seront renouvelées. Ce que nous attendons impatiemment nous aussi.
Mais pour le moment, nous continuons à défendre, en toute légitimité, les intérêts des la jeunesse nigérienne où qu’elle soit, car cette jeunesse en a tant besoin. Et nous continuons également à  saisir toutes les opportunités qu’offrent ce gouvernement et ses partenaires à la jeunesse nigérienne.

 Oumarou Moussa

31 octobre 2014
Source : http://lesahel.org/

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)INTERVIEW.Fri, 31 Oct 2014 06:07:28 +0000
L'air du temps : Code de prudencehttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/l-air-du-temps/item/68527-l-air-du-temps-code-de-prudencehttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/l-air-du-temps/item/68527-l-air-du-temps-code-de-prudence

Accident CirculationLa problématique de la réduction des accidents de la route reste une préoccupation constante dans notre pays. Face à  cette situation désastreuse, le gouvernement a introduit à l’Assemblée Nationale un projet de texte portant révision du Code de la route qui a été adopté, mardi dernier, par les députés. 

Il s’agira d’élaborer un nouveau code plus approprié qui prendra en compte la forte croissance de la population, l'augmentation du parc automobile et la réduction des accidents de la circulation.
Il se trouve en effet que chaque jour, on assiste, à  Niamey et aussi sur nos axes routiers interurbains, à des accidents aussi rocambolesques que tragiques. A Niamey principalement, la fréquence des accidents de la route dépasse l’entendement. Tantôt, c’est un motocycliste enivré qui déboule en pleine avenue en brûlant le feu rouge ou le panneau de stop pour venir s’encastrer dans une auto, quitte à y perdre la vie où, dans le moindre des cas, avec une fracture de jambe ; tantôt c’est un chauffard téméraire qui lance son automobile dans le décor, écrasant tout sur son passage. Selon un rapport sur la situation de la sécurité routière dans le monde en 2012, notre pays enregistre le taux de gravité le plus élevé des accidents de la route en Afrique de l'Ouest, avec 23,7 tués pour 100.000 habitants.
Cependant, au-delà des textes, il faut revoir le comportement des usagers. Ces derniers doivent toujours garder en tête le dicton selon lequel ‘’la prudence est mère de sûreté’’. Car, il apparait clairement que la plupart de ces accidents ‘’bêtes’’ auxquels nous assistons dans les rues de Niamey sont l’œuvre de conducteurs qui se shootent à coups de tramol et autres produits psychotropes insoupçonnés pour, soi-disant, se conditionner. A tout cela, nous disons : trop, c’est trop ! Il est franchement inacceptable qu’on continue à assister à de telles tragédies, sans rien faire pour arrêter l’hécatombe. La loi doit s’appliquer dans toute sa rigueur, et si celle-ci s’avère insuffisante pour dissuader les volants-fous, il va falloir en adopter d’autres textes plus appropriés. Nous osons espérer que le nouveau code routier qui sera élaboré apportera un début de solution à  ce cuisant problème.
Assane Soumana

 

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)L'AIR DU TEMPS.Fri, 31 Oct 2014 06:02:02 +0000
L'air du temps : Code de prudencehttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/societe/item/68526-l-air-du-temps-code-de-prudencehttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/societe/item/68526-l-air-du-temps-code-de-prudence

Accident CirculationLa problématique de la réduction des accidents de la route reste une préoccupation constante dans notre pays. Face à  cette situation désastreuse, le gouvernement a introduit à l’Assemblée Nationale un projet de texte portant révision du Code de la route qui a été adopté, mardi dernier, par les députés.

Il s’agira d’élaborer un nouveau code plus approprié qui prendra en compte la forte croissance de la population, l'augmentation du parc automobile et la réduction des accidents de la circulation.
Il se trouve en effet que chaque jour, on assiste, à  Niamey et aussi sur nos axes routiers interurbains, à des accidents aussi rocambolesques que tragiques. A Niamey principalement, la fréquence des accidents de la route dépasse l’entendement. Tantôt, c’est un motocycliste enivré qui déboule en pleine avenue en brûlant le feu rouge ou le panneau de stop pour venir s’encastrer dans une auto, quitte à y perdre la vie où, dans le moindre des cas, avec une fracture de jambe ; tantôt c’est un chauffard téméraire qui lance son automobile dans le décor, écrasant tout sur son passage. Selon un rapport sur la situation de la sécurité routière dans le monde en 2012, notre pays enregistre le taux de gravité le plus élevé des accidents de la route en Afrique de l'Ouest, avec 23,7 tués pour 100.000 habitants.
Cependant, au-delà des textes, il faut revoir le comportement des usagers. Ces derniers doivent toujours garder en tête le dicton selon lequel ‘’la prudence est mère de sûreté’’. Car, il apparait clairement que la plupart de ces accidents ‘’bêtes’’ auxquels nous assistons dans les rues de Niamey sont l’œuvre de conducteurs qui se shootent à coups de tramol et autres produits psychotropes insoupçonnés pour, soi-disant, se conditionner. A tout cela, nous disons : trop, c’est trop ! Il est franchement inacceptable qu’on continue à assister à de telles tragédies, sans rien faire pour arrêter l’hécatombe. La loi doit s’appliquer dans toute sa rigueur, et si celle-ci s’avère insuffisante pour dissuader les volants-fous, il va falloir en adopter d’autres textes plus appropriés. Nous osons espérer que le nouveau code routier qui sera élaboré apportera un début de solution à  ce cuisant problème.
Assane Soumana

 

 

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)SOCIETE.Fri, 31 Oct 2014 06:04:50 +0000
Fin de la mission diplomatique de l’ambassadeur de la République de Turquie au Niger : Dr Hasan Ulusoy décoré Commandeur de l'Ordre du Mérite du Nigerhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/diplomatie/item/68525-fin-de-la-mission-diplomatique-de-l-ambassadeur-de-la-republique-de-turquie-au-niger-dr-hasan-ulusoy-decore-commandeur-de-l-ordre-du-merite-du-nigerhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/diplomatie/item/68525-fin-de-la-mission-diplomatique-de-l-ambassadeur-de-la-republique-de-turquie-au-niger-dr-hasan-ulusoy-decore-commandeur-de-l-ordre-du-merite-du-niger

Bazoum Hasan Ulusoy Deco Le ministre d’Etat, ministre des Affaires Etrangères de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, M. Mohamed Bazoum, a présidé, hier dans la soirée sur le gazon du Ministère des Affaires Etrangères, la cérémonie de décoration de Son Excellence Dr Hasan Ulusoy, ambassadeur de la République de Turquie au Niger en fin de mission diplomatique dans notre pays. 


Cette cérémonie a réuni les membres du Gouvernement, les présidents des Institutions de la République, les représentants des Corps Diplomatique et des organisations internationales au Niger. C’était aussi en présence du sultan d’Agadez, du personnel de l’Ambassade de Turquie au Niger, des cadres du Ministère des Affaires Etrangères et de la Primature, ainsi que de plusieurs autres invités.
Toutes ces personnalités sont venues pour faire leurs adieux au diplomate turc, Son Excellence  Dr Hassan Ulusoy et sa famille. Un diplomate exemplaire qui a su, pendant son séjour au Niger, développer des relations diplomatiques, fraternelles et d’amitié entre les deux pays, a déclaré le ministre d’Etat, ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur,  M. Mohamed Bazoum.
Premier ambassadeur résident de Turquie au Niger, Dr Hassan Ulusoy est arrivé au Niger au mois de janvier 2012, donc peu après l'installation effective des autorités élues de la 7ème République, en mars 2011. Grâce à son engagement et à son ouverture d’esprit, de nombreux défis de développement auxquels le peuple nigérien et les nouvelles autorités se trouvaient confrontés ont été relevés, a affirmé le ministre d’Etat Mohamed Bazoum.
Poursuivant ses propos,  le chef de la diplomate nigérienne a rappelé les importants résultats obtenus pendant les trois années de mission diplomatique de Dr Hassan Ulusoy au Niger, dans le cadre de la coopération entre les deux pays.
Ainsi, a-t-il dit, Dr Hassan Ulusoy a œuvré au raffermissement de la coopération entre la Turquie et le Niger, sur la base des orientations que son pays a décidé d’imprimer à sa politique de coopération avec l’Afrique suite au sommet Afrique-Turquie. Cette politique de coopération est axée sur la poursuite d’un partenariat stable et à long terme, ainsi que sur les principes d’égalité et d’avantages réciproques.
Le ministre d’Etat, ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur a aussi souligné que les excellentes relations d’amitié et de coopération qui unissent aujourd’hui la Turquie et le Niger dérivent incontestablement de liens historiques particuliers tissés entre les deux peuples depuis le 16ème siècle, à l’apogée de l’Empire Ottoman. Le rayonnement de ces liens avait profondément influencé les populations vivant dans le Sahara et ses environs, a-t-il ajouté. Le chef de la diplomatie nigérienne a en outre précisé que ces relations se sont aussi enrichies grâce à la visite officielle que le Président de la République, Chef de l’Etat, SE Elhadj Issoufou Mahamadou, a effectué en Turquie. Cette visite, précise-t-il, est la première du genre au niveau présidentiel dans l’histoire des relations bilatérales entre les deux pays.
Le ministre d’Etat en charge de la diplomatie nigérienne n’a pas manqué de rappeler aussi la visite au Niger, en 2013, du Président de la République de la Turquie SE Recep Tayyip Erdogan , Premier ministre Turque en ce temps ; une visite au cours de laquelle un forum économique nigéro-turc fut organisé.
Le ministre d’Etat Mohamed Bazoum a indiqué qu’à cette date, 21 accords ont été signés entre les deux pays, couvrant tous les secteurs prioritaires du développement au Niger. Il a aussi rappelé qu’au titre des projets majeurs en cours de finalisation, on peut citer le projet de construction de la route Istambulawa, la construction d’une ligne électrique de 132 KV Tchirozérine-Agadez et RTA-Imouraren, ainsi que le projet de financement d’équipements agricoles dont 1000 tracteurs en vue de la modernisation de l’agriculture au Niger. Il faut aussi noter plusieurs projets en perspective identifiés lors de la commission mixte, et qui visent le raffermissement des liens de coopération entre les deux pays ; l’ouverture du consulat de la Turquie à Agadez en vue de renforcer les liens de fraternité entre les deux peuples frères.
Peu après avoir reçu sa distinction, SE Dr Hassan Ulusoy a présenté, avec une grande émotion, toute sa gratitude à SE Issoufou Mahamadou, Président de la République du Niger, et au peuple nigérien pour l’avoir honoré avec cette précieuse décoration. Il a indiqué qu’il portera toujours cette distinction comme le témoignage de fraternité entre les deux pays frères et amis. Il a déclaré i que c’est un grand honneur pour lui d'être le premier ambassadeur de son pays au Niger.
Après avoir rappelé l’ensemble des accords signés entre les deux pays, il a noté avec satisfaction le développement des relations qui se sont renforcées considérablement dans presque tous les domaines de la coopération bilatérale. Il a souligné que le rétablissement de leur ambassade dans ce pays frère a été une grande retrouvaille pour eux, car cela a permis aux frères er sœurs nigériens et turcs de renforcer leurs liens historiques. Incha Allah,  a-t-il dit-il, ‘’nous ne quitterons jamais nos frères et sœurs nigériens, ce peuple avec lequel nous partageont la même détermination pour avancer vers un avenir plus brillant’’. Il a affirmé que c’était un grand honneur pour lui d'avoir servi au Niger comme le 1er  ambassadeur de la Turquie.
Au terme de son discours, SE Dr Hassan Ulusoy a tenu à rendre un hommage à sa famille grâce à laquelle il a réussi sa mission diplomatique au Niger. Il a aussi adressé tous ses remerciements à ces collègues du Corps Diplomatique pour leur collaboration, ainsi qu’à l’ensemble du personnel de l’Ambassade de Turquie au Niger pour sa disponibilité et son accompagnement.  

Ali Maman (stagiaire)

31 octobre 2014
Source : http://lesahel.org/

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)DIPLOMATIE..Fri, 31 Oct 2014 05:59:49 +0000
Billet : Le module abject ne passera pashttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/societe/item/68524-billet-le-module-abject-ne-passera-pashttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/societe/item/68524-billet-le-module-abject-ne-passera-pas

Assane SoumanaLe bras de fer annoncé n’aura pas lieu. Le Ministère en charge des Enseignements Secondaires n’a pas tardé à réagir suite à la déclaration musclée des oulémas pour protester contre le projet d’introduction d’un module sur la santé de la reproduction des jeunes. Dans un communiqué signé par la ministre des Enseignements Secondaires, en date du 28 octobre 2014, celle-ci a dit comprendre l’inquiétude de certains oulémas au sujet de ce module.

En effet, explique le communiqué, ‘’la ministre des Enseignements Secondaires reconnaît que ce module, élaboré par des consultants, et qui est destiné aux enseignants du secondaire, ne reflète ni les réalités socio-culturelles, ni les us et coutumes de notre pays’’. Aussi, sans céder à l’orgueil et à l’insouciance, la ministre de tutelle a annoncé que ledit module, ‘’qui n'a pas fait l'objet de vulgarisation, a d'ores et déjà été retiré’’. A partir de là,  l’incompréhension est définitivement close. Sus au ‘’ jusqu’au-boutisme’’!
C’est le cas de saluer ici le courage politique et la clairvoyance du gouvernement, à travers la décision de retrait dudit module par la ministre en charge des Enseignements Secondaires, qui a abordé la question avec sérénité. Par ce geste, elle vient ainsi prouver aux auteurs de la déclaration que, sur la question et sur beaucoup d’autres, le gouvernement et les oulémas parlent le même langage et qu’il suffit de s’écouter pour se comprendre. La vérité est que personne, au Niger, ne veut d’un module d’enseignement qui inciterait nos jeunes, garçons et filles, à l’immoralité et à la perversion.
En revanche, il est déplorable et condamnable de voir que les consultants auxquels le travail a été confié aient pu penser un seul instant qu’un tel module, tel qu’ils l’ont présenté, pourrait être validé et mis en application dans un pays comme le nôtre où les valeurs islamiques et morales rejettent tout ce qui a trait à la publicité sur le sexe et surtout à sa perversion. A propos, on pourrait se demander quelle était la motivation de ces consultants qui, en proposant certains passages imbuvables,  à tous points de vue, de ce module, ont voulu piétiner, délibérément ou  par insouciance, toutes les valeurs religieuses, morales et culturelles de la population nigérienne. Soit les intéressés ont péché par simple ignorance, soit ils ont voulu tendre un ‘’piège’’ aux responsables du Ministère des Enseignements Secondaires pour les amener à pourfendre les valeurs sociales qui sont les nôtres, en glissant un module proprement attentatoire, en même temps à la morale islamique et à  nos us et coutumes. Ou peut-être qu’ils ont abusé de la méthode facile, mais aléatoire, du ‘’copier-coller’’ à partir d’un autre document conçu pour une autre société aux antipodes de la nôtre…
Dans tous les cas, il revient aux responsables de nos départements ministériels et autres structures étatiques d’être plus regardants sur le profil réel de ces experts ‘’consultants en tout’’ prompts à s’accaparer de tout dossier de consultations sans trop en appréhender les contours.
Quant aux oulémas, ils pourront taire leurs cris de colère et leurs inquiétudes en se disant, comme en témoigne la réaction de la ministre des Enseignements Secondaires, que le gouvernement veille aux grains pour protéger et promouvoir les valeurs morales et culturelles propres à notre société. A partir de là, ils doivent comprendre que leur combat est aussi celui de nos plus hautes autorités qui, en plus d’être garants du respect des valeurs de notre société, dont celles islamiques, sont aussi, et avant tout, des fervents musulmans.

Assane Soumana

31 octobre 2014
Source : http://lesahel.org/

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)SOCIETE.Fri, 31 Oct 2014 05:57:06 +0000
Une attaque armée contre la prison de Wallamhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/societe/item/68517-une-attaque-armee-contre-la-prison-de-wallamhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/societe/item/68517-une-attaque-armee-contre-la-prison-de-wallam

Prison Civile NiameyUne attaque armée contre la prison de Wallam.
Plusieurs morts parmi les gardes républicains et plusieurs prisonniers évadés. Pour le moment, aucune précision sur les identités des assaillants et le nombre de pertes en vie humaine. Nous y reviendrons .

 

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)SOCIETE.Thu, 30 Oct 2014 15:47:49 +0000
Présentation, aujourd’hui, du nouveau visage du site web de la Présidence de la République : pour une meilleure visibilité des actions de l’Institutionhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68515-presentation-aujourd-hui-du-nouveau-visage-du-site-web-de-la-presidence-de-la-republique-pour-une-meilleure-visibilite-des-actions-de-l-institutionhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68515-presentation-aujourd-hui-du-nouveau-visage-du-site-web-de-la-presidence-de-la-republique-pour-une-meilleure-visibilite-des-actions-de-l-institution

idimama KoutoudiLe directeur de cabinet adjoint de la Présidence de la République, M. Ibrahim Yacouba a présidé, hier matin, la cérémonie de présentation du nouveau visage du site de la dite institution. C’était en présence du conseiller principal en communication du Président de la République ainsi que des conseillers techniques  en  communication de l’institution et des directeurs généraux des médias publics.


A l’entame de la cérémonie le conseiller principal en communication du Président de la République, M. Idimama Koutoudi a d’abord rappelé que le Président de la République SE Issoufou Mahamadou accorde une importance capitale à la communication. A cet effet, le Chef de l’Etat compte sur les différents moyens de communication disponibles afin de rendre compte au peuple nigérien des actions qu’il mène à la tête de l’Etat. Il a indiqué que la Présidence de la République et le gouvernement se sont engagés à développer depuis quelques années les nouveaux moyens de communication notamment l’internet et les réseaux sociaux. Il a précisé  que les tendances actuelles montrent une grande affluence autour des nouveaux médias qui sont l’internet et les réseaux. C’est pourquoi, au niveau du gouvernement, plusieurs actions sont envisagées  pour être au rendez-vous  a-t-il noté. Au niveau de la Présidence de la République, M. Idimama Koutoudi a expliqué qu’ils ont procédé à la fermeture du site web pour des raisons de maintenance. Ainsi, une équipe a été mise en place en vue d’apporter un nouveau visage au site de la Présidence de la République pour rendre le plus attractif et plus    informatif. Selon lui, le site retouché s’ouvre aux différents services de la Présidence, à tous les programmes de l’institution, à toutes les cellules de la Présidence. Rappelons que le site a des liens qui mènent à d’autres sites comme le site gouvernemental ou le site de la renaissance du Niger, etc. Il a souligné que ce travail a été abattu par un groupe de jeunes bénévoles qui ont pris le temps de réaliser le projet avec beaucoup d’enthousiasme et d’engagement connaissant que le Président de la République  accorde un intérêt tout particulier à ce projet. Peu après, il a été procédé à la présentation du site à l’assistance. A partir de ce site, les populations peuvent accéder à toutes les informations relatives aux actions du Président de la République SE Issoufou Mahamadou au bénéfice du peuple nigérien à travers son programme de renaissance. Les jeunes ayant travaillé sur le site ont partagé avec l’assistance le fruit de leurs efforts. Après la présentation, toute l’assistance a été émue de découvrir le nouveau visage du  site plus enrichi et plus plausible.
Laouali Souleymane

30 octobre 2014
Source: Le Sahel

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)POLITIQUE.Thu, 30 Oct 2014 05:20:29 +0000
Session statutaire de l’Association des Journalistes Nigériens pour la Propriété Intellectuelle : la propriété littéraire et artistique au centre des échangeshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68513-session-statutaire-de-l-association-des-journalistes-nigeriens-pour-la-propriete-intellectuelle-la-propriete-litteraire-et-artistique-au-centre-des-echangeshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68513-session-statutaire-de-l-association-des-journalistes-nigeriens-pour-la-propriete-intellectuelle-la-propriete-litteraire-et-artistique-au-centre-des-echanges

Trapsida jeromeSous le Haut patronage du Secrétaire général adjoint du Ministère des Mines et du Développement Industriel, l’Association des Journalistes Nigériens pour la Propriété Intellectuelle (AJNPI) a organisé, hier,  avec l’appui de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI,) sa première session statutaire, au siège de l’Agence Nationale de la Propriété Industrielle et de la Promotion de l’Innovation (AN2PI).


Cette session se tient deux ans après la création de l’Association qui a pour objectif notamment de renforcer les connaissances des journalistes relativement à la propriété intellectuelle. Les objectifs fixés au sortir de cette formation sont d’œuvrer en vue de consolider et de promouvoir les textes législatifs existant en matière de Promotion de la Propriété Intellectuelle ; d’informer et de sensibiliser les populations sur l’importance d’enregistrer et de protéger les œuvres ; de renforcer les capacités des journalistes et des créateurs sur l’importance et la nécessité de protéger les œuvres.    
Lors de cette première session statutaire, il a été question, pour les membres de AJNPI, d’échanger sur la dynamisation des activités. L’agenda de ladite session, s’est articulé autour d’une communication relative aux notions fondamentales sur la propriété littéraire et artistique et sa vulgarisation par les medias présentée par M. Adamou Batouré du BNDA; l’examen et l’adoption des textes ainsi que l’examen et l’adoption du plan d’action 2015 de l’AJNPI.
Le Secrétaire général adjoint du ministère des Mines et du Développement Industriel, M. Hassane Garba a notifié lors de son discours que la propriété intellectuelle est à la base de la compétitivité des entreprises, de la diversification des produits sur les marchés et incite davantage les consommateurs à consommer. ‘’Malgré ce rôle qui est de plus en plus reconnu à la propriété intellectuelle, dans le développement des activités économiques, son utilisation ou du moins son appropriation reste marginale dans notre pays, particulièrement dans certains secteurs comme la recherche, l’artisanat, l’apprentissage ou elle peut contribuer efficacement à leur essor’’ a rajouté M. Hassane Garba. Il a aussi affirmé que la recherche d’une solution à cette préoccupation a amené son département ministériel à solliciter le concours des journalistes dans le processus d’accompagnement de la promotion et de la vulgarisation de la propriété intellectuelles auprès des utilisateurs potentiels.
Le coordonnateur de l’Association des Journalistes Nigériens pour la Propriété Intellectuelle (AJNPI), M. Siradji Sanda a expliqué lors de son allocution, que le piratage des œuvres artistiques, culturelles et industrielles est un fait réel et empêche les inventeurs de jouir véritablement des fruits de leur ingéniosité, cela malgré les efforts des Etats et des structures chargées de cette question. Cette situation nous interpelle en tant qu’hommes et femmes des medias a-t-il indiqué avant d’affirmer que  pour bien traiter ces questions, le journaliste a besoin de se former, de se perfectionner, voire de se spécialiser. Le coordonnateur de l’Association des Journalistes Nigériens pour la Propriété Intellectuelle (AJNPI) a ajouté que la collaboration  avec l’Agence Nationale de l’OAPI, va permettre d’avoir de plus amples connaissances sur le volet de la protection des œuvres cultuelles.
‘’Nous parlons très peu de la propriété intellectuelle au Niger, il faut que l’AJNPI et le ministère des Mines et du Développement Industriel, puissent   d’avantage s’ouvrir aux journalistes, afin qu’ils recueillent les informations qui leurs sont nécessaires, et qu’ils soient bien outillés en vue de transmettre la bonne information en ce qui concerne particulièrement le domaine de la propriété intellectuel’’ a indiqué pour sa part le président de la Maison de la Presse, M. Boubacar Diallo. Il a également lancé un appel aux membres de l’Association des Journalistes Nigériens pour la Propriété Intellectuelle (AJNPI), pour sensibiliser les journalistes sur la ‘’Propriété Intellectuelle’’ afin d’amener l’opinion publique nationale à mieux comprendre les contours de ce sujet, tout en parlant de la protection des œuvres, car le piratage est un mal qui gangrène sérieusement notre société.  
Au terme des assises, le Directeur général de l’Agence Nationale de la Propriété Industrielle et de la Promotion de l’Innovation, M. Trapsida Jérôme a félicité M. Siradji Sanda Coordonnateur de l’AJNPI, pour la confiance qui lui a été réitérée dans ses fonctions de coordinateur pendant les trois (3) années à venir. ‘’Notre institution est disposée à accompagner l’AJNPI pour la mise en oeuvre de son plan d’action 2015. De plus, les portes du centre de documentation de l’Agence Nationale de la Propriété Industrielle et de la Promotion de l’Innovation vous sont ouvertes pour vos travaux, reportages et articles’’ a indiqué M. Trapsida Jérôme.  
Samira Sabou (Stagiaire)


]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)POLITIQUE.Thu, 30 Oct 2014 05:12:07 +0000