Nigerdiaspora, La Communauté Virtuelle du Nigerhttp://nigerdiaspora.netWed, 17 Sep 2014 05:27:12 +0000Joomla! - Open Source Content Managementfr-frVisite du président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) à Zinder : Des échanges très enrichissants sur le rôle des médias dans la promotion de la culture de la paixhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68045-visite-du-president-du-conseil-superieur-de-la-communication-csc-a-zinder-des-echanges-tres-enrichissants-sur-le-role-des-medias-dans-la-promotion-de-la-culture-de-la-paixhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68045-visite-du-president-du-conseil-superieur-de-la-communication-csc-a-zinder-des-echanges-tres-enrichissants-sur-le-role-des-medias-dans-la-promotion-de-la-culture-de-la-paix

Abdourahmane O Csc ZinderPoursuivant sa tournée dans les différentes régions du Niger, à la tête d’une délégation de l’institution qu’il dirige, le président du Conseil Supérieur de la Communication, M. Abdourahmane Ousmane, a séjourné vendredi et samedi derniers, à  Zinder où il a effectué une série de visites au niveau des Stations  de radio et télévision de la localité.

Vendredi dans l’après-midi  la délégation du CSC s’est successivement rendue à la Station Régionale ORTN, à la Télévision Gaskiya,  la Radio Anfani, la Radio Alternative, la Radio Shukurah, aux Centres de Relais de la Radio et Télévision Dounia et Niger 24 et  à la Radio Télévision Ténéré. L’objectif est de s’enquérir des conditions de travail des journalistes qui travaillent au sein de ces médias et de s’informer des mesures prises par les promoteurs pour la sécurisation de leurs installations relativement aux aléas climatiques susceptibles de les affecter en période d’hivernage du fait de l’action  de la foudre.


 Au cours de ces visites, le président du CSC a insisté sur la mission dévolue à son Institution, le rôle des journalistes dans le contexte démocratique en donnant un équilibre à l’information pour permettre au public d’avoir une information plurielle sur la responsabilité sociale du journaliste qui doit servir l’intérêt général et éviter d’aller à l’encontre de la stabilité des institutions pour œuvrer à la consolidation des valeurs démocratiques. La liberté de la presse, a-t-il dit, constitue une réalité bien vivante au Niger et les autorités de la 7ème  République attachent du prix à l’exercice du métier de journaliste. «Les professionnels sont libres de travailler sur toute l’étendue du territoire national en se conformant à l’éthique et la déontologie et aux dispositions légales et règlementaires du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) », a-t-il ajouté. Le président du CSC a insisté sur le traitement des informations et la   véracité des faits qui  sont   livrées au public pour éviter des conflits sociaux et politiques aux multiples conséquences du fait de la légèreté produite dans ce type de traitement et du manque de rigueur et de professionnalisme chez certains hommes des médias.


Il a également attiré l’attention des diffuseurs sur leur rôle et leur   responsabilité dans la diffusion des déclarations et propos individuels qui sont de nature à porter atteinte à l’équilibre social. «Les médias doivent plutôt s’investir  pour apporter leur contribution dans la consolidation de  la  paix sociale et des valeurs démocratiques », a affirmé Abdourahmane Ousmane, qui a adressé ses encouragements aux journalistes des médias visités pour la qualité de leurs prestations et en particulier à la Chaine de  Télévision Gaskiya dont l’expérience originale unique en région a porté ses fruits. 


Par ailleurs, le président du Conseil Supérieur de la Communication a présidé Samedi matin à l’Hôtel Général de Zinder, la cérémonie inaugurale d’une journée d’échanges avec les médias de la région sur le thème : ‘’Promotion de la paix et de la quiétude sociale au sein des communautés par les médias’’.   La tenue de la journée d’échanges a été possible, grâce à l’appui apporté au CSC par le projet –Revalorisation du Vivre Ensemble (REVE) - mis en œuvre par un consortium composé de CARE international du Niger et de l’ONG Nigérienne SOS-Civisme sur financement de l’Union Européenne.


Au cours de cette rencontre, le Président du CSC a exprimé sa reconnaissance et sa gratitude aux journalistes pour leur précieux appui qui entre dans le cadre de la composante ‘’Amélioration de l’environnement professionnel des médias’’. L’objectif visé par cette composante est  selon lui de contribuer à la consolidation de la paix et de  la quiétude sociale à travers une régulation indépendante, transparente et efficace des médias, ainsi qu’une pratique journalistique respectueuse des règles d’éthique et  de déontologie. Les objectifs spécifiques poursuivis consistent à ‘’renforcer les capacités opérationnelles du Conseil Supérieur de la Communication à travers l’élaboration d’outils de planification, la mise en place des relais régionaux du CSC, la mise en place également d’un dispositif de monitoring performant et moderne. A ceux-là s’ajoutent le renforcement des capacités des membres du CSC, du personnel administratif et technique, la révision et la vulgarisation des textes régissant les médias, l’organisation des rencontres périodiques avec les promoteurs des médias et les journalistes et  l’amélioration de  l’environnement professionnel des médias.


Cette journée d’échanges a permis au président du CSC d’informer les journalistes de la région de Zinder sur les objectifs du projet REVE et de chercher leur contribution dans le cadre de la consolidation de la paix et de la quiétude sociale entre les différentes communautés du Niger.
Cela parce que selon  le président du CSC,  ils sont des citoyens qui aspirent aussi à vivre en paix. Ensuite, parce que l’Article 158 de la Constitution du Niger du 25 Novembre 2010 leur impose ‘’l’obligation de favoriser le débat démocratique et de promouvoir les droits humains fondamentaux, les langues et les produits sportifs et culturels nationaux , l’unité nationale, la tolérance et la solidarité entre les différentes communautés, ainsi que la lutte contre toutes les formes de discrimination’’. Les médias ont entre autres missions d’éduquer les citoyens, a rappelé  le président du CSC qui indique par ailleurs qu’on a coutume de dire  que ‘’c’est dans les esprits des hommes que naissent  la guerre et c’est aussi dans leurs esprits qu’il faut ériger les barricades de la paix’’.


La consolidation de la paix et de la quiétude sociale au sein des communautés est un thème d’actualité dans la région parce que, selon le président du CSC, Zinder est une région frontalière à l’un des pays voisins du Sud du Niger, où opère un groupe terroriste, le tristement célèbre Boko Haram qui cherche par tous les moyens à propager et à répandre son  idéologie extrémiste et intolérante avec son cortège de barbaries et de désolations. ‘’Même si, jusque là, nous n’avons pas enregistré des incursions de Boko  Haram à Zinder, la velléité expansionniste de ce groupe terroriste expose toutes les régions à l’extrémisme religieux qui, à coup sûr, a des conséquences fâcheuses si l’on n’y prend garde’’ a-t-il ajouté. Aussi, la région de zinder, précisémént le département de Kantché est chaque année, après les récoltes le point de départ des migrants vers les pays du Maghreb.


Ces migrants empruntent, le plus souvent, des voies clandestines qui les exposent à tous les types de danger comme celui survenu récemment dans le désert nigérien où 92 personnes sont mortes par la soif à la suite d’une panne du véhicule qui les transportait. Et parmi les victimes de ce drame, il ya des ressortissants de Kantché. Ces deux situations et les conséquences lourdes qu’elles pourraient avoir sur la paix et la quiétude sociale à Zinder nous interpellent tous, a affirmé le président du CSC qui appelle les médias à apporter leur contribution en s’investissant dans les actions de sensibilisation.  Pour ce faire, les médias doivent selon lui initier des programmes sur la tolérance inter et intra religieuse. Ils doivent bannir tout discours prônant l’extrémisme violent et doivent éduquer les citoyens sur le danger de la traite des personnes et l’immigration clandestine.
La contribution des médias peut consister aussi à la revalorisation de bonnes pratiques sur la coexistence pacifique entre les communautés. Pour réaliser cet idéal commun, a dit le Président Abdourahamane Ousmane, les médias de la région de Zinder doivent apporter leurs appuis aux autorités régionales, départementales et communales,   à la Haute Autorité pour la consolidation de la paix, aux leaders religieux, à la chefferie traditionnelle, aux partenaires techniques et financiers, aux organisations de la société civile et à toutes les bonnes volontés qui œuvrent pour la paix et la quiétude sociale.


La’’ promotion de la paix et la quiétude sociale au sein des communautés par les médias a-t-il ajouté, passe par le respect des règles éthiques et déontologiques qui régissent le métier et par le respect des obligations contenues dans les cahiers de charges signés par les médias et par l’appropriation des textes régissant la Presse et la communication au Niger’’. C’est ce message que les différentes équipes du CSC qui ont sillonné les huit (8) régions du Niger ont apporté aux médias.


Pour mieux faire, a précisé le Président du CSC, son institution compte bientôt installer, dans les mois à venir, sept (7) Relais basés dans chaque Chef lieu de Région.


A titre expérimental, le CSC compte mettre en place trois Relais dans les régions de Maradi, Zinder et Diffa. Cette expérimentation va se faire dans le cadre de la mise en œuvre du programme REVE. Les trois régions citées constituent en fait les zones d’intervention du programme. Sur la base de ces expériences, le CSC ambitionne d’installer tous les Relais régionaux d’ici la fin de l’année 2014.


Le Secrétaire Général Adjoint de la Région, Moussa Issa a salué la tenue de cette journée d’échanges avec les médias régionaux qui, incontestablement apportera des changements notables dans le programme des radios et télévision de Zinder en accordant une place de choix à la promotion de la paix et de la quiétude sociale.

Siddo Yacouba, ANP/ONEP Zinder

16 septembre 2014
Source : Le Sahel

 

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)POLITIQUE.Tue, 16 Sep 2014 03:43:07 +0000
Prestation de serment à la Cour d’Appel de Niamey : 21 auditeurs de justice prennent fonctionhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/societe/item/68044-prestation-de-serment-a-la-cour-d-appel-de-niamey-21-auditeurs-de-justice-prennent-fonctionhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/societe/item/68044-prestation-de-serment-a-la-cour-d-appel-de-niamey-21-auditeurs-de-justice-prennent-fonction

serment justice21 auditeurs de justice ont prêté serment hier matin à la Cour d’Appel de Niamey devant le président de  séance, M. Ibrahim Moustapha.

L’audience s’est déroulée en présence du substitut général à la Cour d’Appel de Niamey, M. Djibo Souna Hamadou, des magistrats, des proches des assermentés ainsi que de plusieurs invités.
Après l’ouverture de l’audience, le substitut général à la Cour d’Appel de Niamey, M. Djibo Souna Hamadou, a dans un réquisitoire rappelé les dispositions qui régissent un tel événement. En effet, dit-il, la prestation de serment des auditeurs de justice est prévue conformément aux dispositions de la loi organique N°2004-50 du 22 juillet 2004 fixant l'organisation et la compétence des juridictions en République du Niger ; de la loi N°2007-05 du 22 Février 2007 portant statut de la Magistrature ; de l'arrêté N°000051/MJ/GS de la 28/04/2014 portant admission des candidats à  l'ENAM de Niamey, session d'Avril 2014. En effet, rappelle le substitut général, l’article 38 de la loi N°2007-05 du 22 Février 2007, portant statut de la Magistrature, stipule que les auditeurs de justice sont astreints au secret professionnel. Préalablement à toute activité, ils prêtent serment devant la Cour d'Appel.
 M. Djibo Souna Hamadou de rappeler ensuite la formule du serment qui est ainsi libellé : « Je jure de garder régulièrement le secret professionnel et de me conduire en tout comme un digne et loyal auteur de professionnel et de me conduire en tout comme un digne et loyal auteur de justice». Le substitut général près la Cour d’appel précise que les auditeurs de justice ne peuvent en aucun cas, être relevés de ce serment. En constatant que les conditions  exigées par les articles 32, 33, 34,35 et 36 de la loi susvisée sont remplies par les Auditeurs, M. Djibo Souna Hamadou, requiert que le Président de la Cour d'Appel procède à la cérémonie de prestation de serment des auditeurs de justice en présence.
C’est ainsi qu’après la lecture de cette disposition, le président de séance, M. Ibrahim Moustapha a procédé à la relecture de la formule de prestation de serment précité avant d’appeler nommément chacun des récipiendaires qui répond par la formule ‘’je le jure’’. Le président de séance a dit que la Cour a pris acte de cette décision avant de renvoyer les 21 auditeurs à l’exercice de leur fonction. M. Ibrahim Moustapha a ensuite saisi cette occasion pour prodiguer quelques conseils aux concernés. En effet, le président de séance a dit à ces ‘’nouveaux’’ fraichement venus des universités qu’ils auront à faire la distinction entre le terrain théorique et la pratique. Dans un premier temps, ils auront à subir une formation d’un mois pour qu’ils s’imprègnent davantage des modalités et exigences de cette nouvelle fonction mais aussi de comprendre le fonctionnement de l’organe judiciaire qui d’après lui demande la discrétion, le devoir de se comporter avec dignité, l’honnêteté bref, de bien se comporter.

Mamane Abdoulaye

16 septembre 2014
Source : Le Sahel

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)SOCIETE.Tue, 16 Sep 2014 03:39:20 +0000
Message du ministre en charge de l’Environnement à l’occasion de la célébration de la Journée Internationale de la Protection de la Couche d’Ozone : “Protection de la couche d’ozone, la mission se poursuit”, thème retenuhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/environnement/item/68042-message-du-ministre-en-charge-de-l-environnement-a-l-occasion-de-la-celebration-de-la-journee-internationale-de-la-protection-de-la-couche-d-ozone-protection-de-la-couche-d-ozone-la-mission-se-poursuit-theme-retenuhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/environnement/item/68042-message-du-ministre-en-charge-de-l-environnement-a-l-occasion-de-la-celebration-de-la-journee-internationale-de-la-protection-de-la-couche-d-ozone-protection-de-la-couche-d-ozone-la-mission-se-poursuit-theme-retenu

Adamou Chaïfou 01A l’instar de la communauté internationale, le Niger célèbre aujourd’hui la Journée Internationale de la Protection de la Couche d’Ozone. Le thème retenu  cette année pour commémorer l’événement, est ‘’Protection de la couche d’Ozone : la mission se poursuit’’. A la veille de la célébration de cette journée, le ministre de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, M. Adamou Chaifou a livré un message.


Dans son message, le ministre de l’Environnement de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, a rappelé que  la couche stratosphérique de l’ozone est notre bouclier protecteur naturel contre les rayons ultraviolets B du soleil. Elle est quotidiennement menacée par des substances chimiques notamment les chlorofluorocarbones (CFC), le bromure de méthyle, les Halons et autres produits halogénés. M. Adamou Chaifou a ajouté que les CFC, communément appelés gaz fréons, sont libérés dans l’atmosphère de manière non intentionnelle ou lors des travaux de maintenance des équipements qui les contiennent. « Ils sont en grande partie utilisés au Niger dans des équipements de froid et de climatisation. Les CFC, les Halons et le bromure de méthyle, une fois libérés dans l’atmosphère, interagissent et se décomposent pour atteindre et nuire à la couche stratosphérique de l’ozone, qui protège l’humanité contre les rayonnements ultraviolets nocifs du soleil. Ces rayonnements ont des répercussions dangereuses sur la santé et l’environnement. Ils diminuent le système de défense immunitaire, causent des cancers de la peau, la cataracte des yeux, contribuent à la baisse de la production des denrées alimentaires et de la productivité des sols, et enfin dilatent ou dégradent la qualité des matériaux exposés au soleil » a dit le ministre.

Face à ce défi environnemental mondial, a poursuivi M. Adamou Chaifou,  la communauté internationale a mis en place deux instruments juridiques qui régissent la protection de la couche stratosphérique de l’ozone à savoir la Convention de Vienne pour la protection de la couche d’ozone et son Protocole de Montréal adoptés respectivement en mars 1985 et en septembre 1987.  Il a ajouté que  le Niger n’était pas resté en marge de cet élan de citoyenneté planétaire, puisqu’il a ratifié ces deux instruments le 9 octobre 1992 et par la suite tous les amendements. « Le Niger s’est engagé comme tous les pays en développement à l’élimination totale des CFC, qui sont couramment utilisés et consommés au Niger, avant le 1er janvier 2010» a-t-il indiqué.  Evoquant le thème de cette année, le ministre a souligné qu’il a pour but de dynamiser les parties prenantes afin qu’elles accroissent leur effort en vue de relever les défis qui se posent. Ainsi, l’abandon progressif de ces substances nocives par des pays a aidé à protéger la couche d’ozone pour les générations actuelles et futures. Des actions mondiales ont contribué également de manière non négligeable aux efforts déployés pour faire face aux changements climatiques.
Selon le ministre, le Niger, en tant que Partie au Protocole de Montréal, a initié et mis en œuvre depuis 1997 successivement un plan de gestion de fluides frigorigènes et un plan de gestion d’élimination finale des frigorigènes, qui prévoient entre autres : le remplacement des CFC par des substances moins nocives pour l’ozone, la sensibilisation et l’information du public, la formation des techniciens de froid et des agents des douanes chargés du contrôle et la surveillance. « Ainsi, des établissements de formation comme le lycée professionnel Issa Béri de Niamey, le lycée technique de Maradi, le Centre de Formation Professionnelle et d’Apprentissage (CFPA) de Zinder, l’Ecole des Mines de l’Aïr d’Agadez et le ministère des enseignements techniques et professionnels ont bénéficié des équipements et des kits de formation des techniciens de froid et des électromécaniciens. Les représentations régionales du syndicat et des associations des frigoristes ont également bénéficié des kits de formation au profit de leur corporation. Cette dotation va se poursuivre à l’endroit des établissements de formation professionnelle et des organisations des frigoristes grâce à l’appui de nos partenaires techniques et financiers à savoir le PNUE, l’ONUDI et le Fonds multilatéral pour l’application du Protocole de Montréal» a dit M. Adamou Chaifou. Il a ajouté que le  Niger est engagé auprès de la communauté internationale à accélérer le gel des hydrochlorofluorocarbones (HCFC), largement utilisés dans notre pays dans les systèmes de climatisation et de chambres froides. Il a souligné que son département ministériel a engagé le Niger sur le calendrier d’élimination accélérée des HCFC, tel qu’adopté par la Réunion des Parties au Protocole de Montréal. M. Adamou Chaifou a indiqué que malgré tous ces  efforts, beaucoup reste à faire pour respecter les dispositions du Protocole de Montréal dans les pays en développement, qui font face aux défis de développement et de lutte contre la pauvreté. Le ministre a enfin lancé un appel appuyé à tous les Nigériens, aux organisations socioprofessionnelles, aux commerçants importateurs, et à la société civile à  joindre leurs efforts à ceux du gouvernement pour préserver l’environnement global et le cadre de vie de nos populations.

 Oumarou Moussa

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)ENVIRONNEMENT.Tue, 16 Sep 2014 03:32:33 +0000
Les élèves se prononcent sur les fournitures scolaires mises à leur disposition : Moussa Hama, élève en classe de 2nd A au lycée Kassaïhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/education/item/68040-les-eleves-se-prononcent-sur-les-fournitures-scolaires-mises-a-leur-disposition-moussa-hama-eleve-en-classe-de-2nd-a-au-lycee-kassaihttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/education/item/68040-les-eleves-se-prononcent-sur-les-fournitures-scolaires-mises-a-leur-disposition-moussa-hama-eleve-en-classe-de-2nd-a-au-lycee-kassai

 

‘’ Je constate que la rentrée scolaire 2014-2015 n’est pas comme les précédentes en ce sens que les élèves ne  s’attendent pas à avoir un nombre important de cahiers.

 

C’est pourquoi, je salue vivement cet effort du gouvernement tout en l’exhortant à continuer dans la même logique. Nous avons reçu chaque élève de 2nd, 10 cahiers ; un ensemble géométrique et deux stylos. Ce kit est vraiment suffisant pour notre niveau. Tout élève qui part à la maison demander aux parents des cahiers, ce qu’il veut simplement les dribler. Les matières enseignées en classe de seconde sont au nombre de huit (8). C’est dire que l’élève aura deux cahiers pour les exercices, ce qui est formidable. Je souhaite que nos frères et sœurs collégiens puissent avoir le maximum de fournitures scolaires quand ils vont effectuer leur rentrée. Contrairement aux années antérieures où il y avait eu des rentrées purement et simplement politiques, on assiste cette fois-ci à une rentrée bien préparée. Je lance un appel aux parents d’élèves et aux comités de gestion des établissements scolaires pour qu’ils s’associent au gouvernement afin que l’école nigérienne retrouve ses lettres de noblesse’’.


Yahaya Ibrahim, élève en classe de 1ère D3 au lycée Kassaï
 ‘’ C’est un sentiment de joie pour moi de retrouver mes collègues après une longue période de vacances. Sur le plan fournitures scolaires, les élèves n’ont rien à reprocher aux autorités en charge de l’éducation. Cependant, on observe beaucoup d’insuffisances au niveau des infrastructures. Au lycée Kassaï, par exemple  nous avons besoin de tables banc et  d’une salle informatique pour les recherches’’.


Mme Hadjara Seydou Yambabou, élève en classe de 1ère A3 au lycée Kassaï
‘’ la rentrée scolaire s’est bien passée. Je suis surprise d’avoir cette année 13 cahiers ; 4 stylos et un ensemble géométrique. Le budget que nos parents affectent chaque année pour les fournitures scolaires sera injecté dans d’autres choses, ce qui est une charge de moins.  Je lance un appel aux structures syndicales à faire en sorte que l’année 2014-2015 soit une année apaisée avec des résultats satisfaisants aux examens’’.


Mme Halimatou Djibo Amadou, élève en classe de Terminale A5 au lycée Kassaï  ‘’ Nous venons d’effectuer la rentrée académique 2014-2015 dans un environnement salubre. La cour de l’école est propre et les classes sont bien peinturées et dotées de ventilation. Contrairement à l’année passée où  nous avions reçu sept (7) cahiers, cette année, les élèves sont bien dotés en fournitures scolaires. La balle est maintenant dans notre camp pour relever le défi qui est celui d’enregistrer un bon taux de réussite au baccalauréat’’.


Mme Samira Mamane Bachir Paraiso, élève en classe de  Terminale A5 :
‘’ La rentrée scolaire 2014-2015 est une rentrée particulière en ce sens que tous les candidats et candidates au baccalauréat ont reçu 13 cahiers, 4 stylos et un ensemble géométrique pour bien démarrer les cours. Même si ces fournitures scolaires ne vont pas suffire pour toute l’année, il faut quand même reconnaitre les efforts du gouvernement. Il nous revient de nous organiser dès à présent pour mettre en place des groupes de travail,  car la terminale est une classe difficile et nécessite par conséquent une bonne préparation’’.

 Hassane Daouda 

 

16 septembre 2014
Source : Le Sahel

 

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)EDUCATION.Tue, 16 Sep 2014 03:26:18 +0000
Cérémonie de présentation de lettres de créance au Palais de la Présidence : Le Chef de l’Etat reçoit les lettres de créance de quatre ambassadeurshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68031-ceremonie-de-presentation-de-lettres-de-creance-au-palais-de-la-presidence-le-chef-de-l-etat-recoit-les-lettres-de-creance-de-quatre-ambassadeurshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68031-ceremonie-de-presentation-de-lettres-de-creance-au-palais-de-la-presidence-le-chef-de-l-etat-recoit-les-lettres-de-creance-de-quatre-ambassadeurs

Issou Amba USAQuatre ambassadeurs accrédités auprès du Niger  ont présenté successivement le 12 septembre dernier,  leurs  lettres de créance au Président de la République, SEM Issoufou Mahamadou.

Issou Amba MauritanieC’était lors d’une  cérémonie solennelle qui a eu lieu au Palais de la Présidence.    
C’est d’abord  SE  Monsieur Cheikhna Nenni Moulaye Zeine, qui a présenté au Président de la République SEM Issoufou Mahamadou, ses lettres de créance en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République Islamique de Mauritanie auprès de la République du Niger avec résidence à Niamey.


Peu de temps après, SE Madame  Eunice Sharon Reddick, a elle aussi présenté, au  Président de la République, ses lettres de créance, en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire  des Etats Unis d’Amérique auprès de la République du Niger avec résidence à Niamey.


Issou Coree ambCe fut ensuite autour de SE Monsieur Jong Yong Chol, de présenter au Président de la République SEM Issoufou Mahamadou, ses lettres de créance en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République Démocratique et Populaire de Corée auprès de la République du Niger, avec résidence à Abuja (Nigeria).


Issou Amba SenegalEt,  enfin, SE Monsieur Abdou Lahad Sourang, a présenté au Président de la République SEM Issoufou Mahamadou ses lettres de créance en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de la République du Niger avec Résidence à Abidjan (Côte d’Ivoire).

 

 

 

Souley Moutari

Onep

 

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)POLITIQUE.Mon, 15 Sep 2014 03:19:48 +0000
Le Chef de l’Etat a pris part à la Conférence Internationale des Investisseurs à Dubaï : D’importantes retombées pour notre payshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68014-le-chef-de-l-etat-a-pris-part-a-la-conference-internationale-des-investisseurs-a-dubai-d-importantes-retombees-pour-notre-payshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68014-le-chef-de-l-etat-a-pris-part-a-la-conference-internationale-des-investisseurs-a-dubai-d-importantes-retombees-pour-notre-pays

 

Issou Uemoa Dubai 2Le Président de la  République, S.E.M. Issoufou Mahamadou, a effectué, de lundi à  mercredi derniers, une visite de travail  à Dubaï, aux Emirats-Arabes Unis, où il a pris part, aux côtés de ses pairs de l’Union Économique et Monétaire Ouest africaine (UEMOA) et en présence de son Altesse Sheikh Mohammed Bin Rashid Al-Makhtoum,

 

Vice-Président, Premier ministre des Emirats Arabes Unis et Émir de Dubaï, à la session inaugurale de la Conférence Internationale des Investisseurs, initiative ‘’Investir dans l’UEMOA’’.
 L’objectif de cette conférence, il importe de le préciser, est de mettre en exergue les atouts et les potentialités des huit pays qui composent l’UEMOA. Au regard de la pertinence des projets présentés et de la mobilisation des dirigeants des  pays membres de l’Union pour accompagner la Commission de l’UEMOA à travers cette initiative, les engagements des investisseurs n’ont pas tardé à  se manifester. Ainsi, au cours de la cérémonie de clôture, plusieurs conventions portant sur 16 des 17 grands projets intégrateurs ont été signées. Le financement de ces 16 projets d’un montant de près de 20 milliards de dollars témoigne de la mobilisation exceptionnelle des investisseurs à l’occasion de ce sommet. A travers cette initiative,  l’UEMOA ambitionne de mettre en exergue les atouts dont disposent les pays membres de l’Union, notamment dans le secteur des infrastructures économiques, de l’énergie, des télécommunications, de l’agro-industrie, des mines, etc.


Dans une intervention qu’il a faite au cours des travaux de la conférence, le Président de la République, SE. Issoufou Mahamadou, a abordé des points aussi importants que les programmes de développement urbain en cours au Niger et les volets relatifs aux  transferts d’argent de la diaspora.


Par rapport à la question relative  aux infrastructures urbaines, le Président Issoufou Mahamadou a saisi l’opportunité pour présenter les programmes majeurs qui sont en cours dans notre pays. ‘’Au Niger, nous avons  deux (2) projets de développement urbain, en particulier nous avons ce que nous appelons ‘’Niamey Gnala’’ pour le cas de la capitale du Niger. ‘’Gnala’’ veut dire  dans une de nos langues  ‘’Niamey la coquette’’. Nous avons beaucoup  de projets d’infrastructures, non seulement pour la capitale, mais également pour  certaines villes chefs-lieux des régions de notre pays’’, a indiqué le Chef de l’Etat. Au-delà  des projets  intégrateurs et qui  portent  sur l’énergie, la communication, les transports, le chemin de fer, la sécurité alimentaire, le Président Issoufou Mahamadou a présenté les immenses opportunités que notre pays offre aux investisseurs. ‘’Nous avons l’intention, dans le cadre de discussion ‘’Be to Be’’, en ce qui concerne le Niger, d’indiquer aux investisseurs d’autres  opportunités qui concernent non seulement les programmes que j’ai évoqués, mais aussi qui concernent les infrastructures aéroportuaires, les ressources naturelles, parce que vous savez, le Niger est un grand producteur d’uranium. Le Niger  a également commencé à produire  un peu  de pétrole, nous produisons de l’or, nous avons beaucoup des ressources minérales, nous avons des terres rares. Il y a certainement des investisseurs qui peuvent être intéressés par ces domaines, que ça soit le platine ou le vanadium, etc. Nous invitons les investisseurs à saisir les opportunités qui s’offrent à eux au Niger. Comme les autres pays  de l’UEMOA, nous avons une économie dynamique, avec un taux de croissance  assez intéressant. Nous invitons les investisseurs à venir partager ce taux de croissance  avec nous, avec le Niger et avec l’ensemble des pays de notre espace commun’’, a dit SE. Issoufou Mahamadou.


Parlant du second volet portant sur les transferts d’argent de la diaspora, le Président Issoufou Mahamadou a fait remarquer que les chiffres annoncés sont bien en deçà  de la réalité, car en plus des transferts officiels, il y a beaucoup de transferts  qui se font de manière officieuse, de main à main. ‘’Il y a des études de la Banque Mondiale qui ont montré  que le montant de transfert  des différentes diasporas  vers leurs pays d’origine  équivaut au double  de l’Aide Publique au Développement. Ce transfert constitue un moyen de financement  de l’économie  extrêmement important. Il va falloir qu’on les encourage,  surtout qu’on encourage  le transfert officiel aux dépens du transfert officieux. Pour cela, comme  l’ont dit le président de la Commission et le président de la BOAD, il serait bon qu’on définisse, au niveau de l’UEMOA, une politique commune qui doit tenir compte aussi de l’aspect coût de transfert parce que, peut-être, c’est le coût élevé de transfert officiel qui amène les membres de la diaspora à privilégier parfois le transfert officieux’’, a souligné SE. Issooufou Mahamadou.


Il faut rappeler que notre pays est promoteur direct, sur les 17 projets régionaux retenus, du projet de construction de la Centrale thermique de charbon à Salkadamna. Il est en  outre concerné par d’autres projets portés par l’UEMOA dans les domaines des interconnexions ferroviaires, des installations des centrales solaires photovoltaïques, des aménagements de 7000 ha de bas-fonds pour la sécurité alimentaire, de l’aménagement hydraulique multi-usages pour la sécurité alimentaire.


Trois entreprises privées nigériennes ont été retenues dans le cadre cette conférence. Il s’agit de  la Société de Transformation Agricole, la société IBS Agro-Industries  et la Société de construction de logements sociaux Federal Niger Développement.

 

Assane Soumana

 

 

12 septembre 2014

Source : http://lesahel.org/

 

 

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)POLITIQUE.Fri, 12 Sep 2014 04:51:14 +0000
L'air du temps : Ces volants fous de la capitalehttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/l-air-du-temps/item/68008-l-air-du-temps-ces-volants-fous-de-la-capitalehttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/l-air-du-temps/item/68008-l-air-du-temps-ces-volants-fous-de-la-capitale

Si la circulation au sein de la ville de Niamey pouvait se limiter aux scènes d’embouteillage sans casse, la situation serait moins préoccupante. Mais il se trouve que ce n’est pas le cas, les accidents faisant aussi partie du lot quotidien. Tout le monde s’accorde à  reconnaître que les accidents de la circulation sont devenus un sérieux problème au sein de la ville de Niamey. 

Pas un seul jour où l’on ne rencontre un cas d’accident en parcourant la ville. Tout le monde le déplore, mais personne n’y peut rien pour arrêter l’hécatombe.


Pour les causes, n’allons pas chercher loin: l’imprudence et la mauvaise observance des règles élémentaires de conduite sont très flagrantes. La situation est plus critique en cette période de vacances où viennent en rajouter ces joyeux ados au volant. S’emparant de la voiture de papa ou de maman, avec ou sans l’accord de ces derniers, les jeunes vacanciers s’imposent en véritables maitres des rues de la capitale, une fois la nuit tombée. Ces jeunes conducteurs non aguerris, au volant de grosses cylindrées, se hasardent à exécuter des manœuvres périlleuses dignes des scènes de cascades savamment arrangées dans les studios hollywoodiens. Galvanisés par les démons de l’imprudence, ils se lancent dans la circulation à des allures incroyables sans le moindre souci de respecter les panneaux et feux de signalisation. Avec une telle façon de conduire, il vaut mieux prier Dieu pour ne pas se trouver sur leur parcours. Car, il est de notoriété qu’en cas d’accident, ces jeunes sont prompts à s’enfuir pour se fondre dans la nature, laissant derrière eux des victimes sans secours.


Aussi, la difficile équation de cette cuisante question de la fréquence des accidents de la circulation à Niamey, reste de savoir comment empêcher à ces fous du volant, conduisant toujours dans un excès d’euphorie, de continuer à semer la terreur et la désolation dans les rues de la capitale.  Les conséquences de toutes ces inconséquences étant d’une réelle gravité, aucune mesure n’est de trop pour administrer un magistral coup de frein à cette valse cruelle des chauffards qui hantent les rues de la capitale.


S’ajoutent également les motocyclistes qui se faufilent de tous les côtés dans un scénario digne d’un jeu de la mort. Méprisant toutes les règles de prudence, ces derniers roulent n’importe comment entre les autos, brûlent les feux rouges à tombeau ouvert pour traverser les carrefours, et souvent même, tous feux éteints, etc.


Et qu’en est-il des réjouissances de mariage où le fameux ‘’cortège’’ s’assimile à un véritable spectacle de jeu-suicide. Comme envoûtés par le démon, les conducteurs engagés dans ces cortèges roulent à tombeaux ouverts. Et l’ange de la mort plane sur leurs têtes sur tout le parcours. Et une fois à  destination, ils s’offrent en spectacle en exécutant les manœuvres les plus osées  sous les ovations du public. Franchement, il est temps d’imposer la discipline chez les usagers de la route, aussi bien par une saine mais rigoureuse application des textes, que par l’intensification de campagnes de sensibilisation sur le respect des règles élémentaires de prudence.

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)L'AIR DU TEMPS.Fri, 12 Sep 2014 04:21:23 +0000
Inauguration officielle du centre ophtalmologique de l'Hôpital National de Lamordé : Une lueur d’espoir pour les patients atteints de cataractehttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/societe/item/68006-inauguration-officielle-du-centre-ophtalmologique-de-l-hopital-national-de-lamorde-une-lueur-d-espoir-pour-les-patients-atteints-de-cataractehttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/societe/item/68006-inauguration-officielle-du-centre-ophtalmologique-de-l-hopital-national-de-lamorde-une-lueur-d-espoir-pour-les-patients-atteints-de-cataracte

ophtamo lamorde L’Hôpital National de Lamordé dispose désormais d’un centre ophtalmologique flambant neuf, construit et équipé à hauteur de 425 millions de FCFA. Ce joyau, réceptionné officiellement hier matin par la ministre en charge de l’Enseignement Primaire, Mme Ali Mariama Elhadji Ibrahim, assurant l’intérim du ministre de la Santé Publique, est mis gracieusement à la disposition de cette structure médicale par la Banque Islamique de Développement et la Fondation Turque Humanitarian Relief pour renforcer la lutte contre la cécité au Niger.

La cérémonie inaugurale a vu la participation d’une forte délégation venue de la Turquie, notamment des parlementaires et des volontaires du secteur de la santé.


Le nouveau Centre Ophtalmologique est composé de deux parties: une partie pour la chirurgie de la cataracte dirigée par l'ONG IHH de Turquie à travers le projet Africa Cataracte; et une partie nigérienne, chirurgicale également, placée sous la responsabilité du service d'Ophtalmologie de l'Hôpital National Lamordé.


L'objectif de ce projet est d'opérer 30 mille cataractes durant les 5 ans du projet. Sa mission s'inscrit dans le cadre de la lutte contre la cécité, évitable grâce à  une prise en charge de qualité des patients.


Dans son discours inaugural, la ministre de la  Santé par intérim, Mme Ali Mariama Elhadji Ibrahim,  a précisé que la cécité est aujourd'hui reconnue comme un grave problème de santé publique au Niger, avec une prévalence de 2,2%, alors que la norme de l'OMS est de 0,5%.


Le Niger compte 374.000 aveugles qui ont besoin de l'assistance d'une tierce personne tous les jours et ces personnes sont très souvent des petits enfants qui ne connaîtront jamais le chemin de l'école ; ce qui signifie aussi que ceux sont 748.000 personnes qui ne travailleront pas et qui constitueront une charge pour le pays.


C'est dire que la cécité, en plus de l'exclusion et de la souffrance qu'elle engendre pour ceux qui en sont atteints, a d'importantes répercussions socioéconomiques, du fait du manque de productivité qu'elle entraîne dans nos pays à faible économie. A cet égard, les solutions à apporter aux problèmes de cécité doivent prendre en compte non seulement l'aspect médical, mais aussi et surtout envisager la création des activités génératrices des revenus. C'est pourquoi, notre pays  a décidé d'élaborer plusieurs projets de renforcement du système des soins oculaires qui s'intègrent parfaitement dans le système de santé de notre pays, a souligné la ministre Mme Ali Mariama Elhadji Ibrahim a  relevé toute l'importance que revêt la cérémonie, tout en  déclinant les missions assignées au centre ophtalmologique de l'Hôpital National de Lamordé. Celui-ci, a-t-elle dit, contribuera efficacement et durablement à la lutte contre la cécité au Niger, et permettra de réduire le taux des cécités curables (500 cataractes seront opérées gratuitement par mois), de former localement des acteurs de la lutte contre la cécité; d'éduquer les populations à la santé oculaire par des actions de prévention. Rappelant que la lutte contre la cécité et la malvoyance sont des priorités retenues dans le document du Plan de Développement Economique et Social (PDES) adopté par le Gouvernement, la ministre a demandé à l'équipe des techniciens nigériens et expatriés qui auront en charge la gestion de ce bijou, de s’investir pleinement et d'en faire profiter, de manière optimale, les Nigériens et les Nigériennes. Elle a, au nom du Président de la République, Chef de l'Etat, Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou, au nom du Premier ministre, chef du Gouvernement, SEM Brigi Rafini, témoigné toute sa gratitude pour cet appui combien important qui contribuera sans nul doute à sauver des vies humaines,  car, a-t-elle dit,  la vue c'est vie.


Le représentant de l’ONG IHH de Turquie a pour sa part rappelé les actions conduites dans le cadre du projet Africa Cataracte. Il a réitéré l'engagement de son ONG à assurer le renforcement de capacité du personnel du service d'ophtalmologie à la nouvelle technique de chirurgie de la cataracte et à la maîtrise du fonctionnement des appareils de pointe de ce service durant le séjour des médecins et techniciens turcs au Niger.


Le directeur du département de renforcement des capacités de la Banque Islamique de Développement (BID), M. Zaher Rebai,  a indiqué quant à lui que la construction de ce centre entre dans le cadre du Programme à Flux Inversés de la Banque Islamique de Développement en faveur du partage du savoir, et de l’expertise entre ses pays membres. Ila précisé que ce centre ophtalmologique devra soigner 30.000 malades atteints de cataracte et cécité évitable au Niger sur une période de 3 à 4 années. Ce projet, a-t-il dit, comprend aussi le renforcement des capacités des professionnels de la santé au Niger afin de leur permettre de gérer le centre en toute autonomie. L’ONG turque humanitarian relief Foundation, la Banque Islamique de Développement et le Gouvernement du Niger ont construit ce centre, preuve de la solidarité entre les pays membres de la BID, a-t-il souligné.
L’ambassadeur de la Turquie au Niger, Dr Hassan Ulusoy, et le vice ministre turc de la Santé,  ont tour à tour pris la parole pour marquer l’engagement de leur pays à soutenir les actions de développement au Niger. Ils ont exprimé leur satisfaction par rapport à la réalisation de cette infrastructure médicale qui témoigne de l’exemplarité de la coopération entre la Turquie et le Niger. Ils ont marqué la volonté du gouvernement turc à œuvrer aux côtés du Niger pour des actions salvatrices, tout en assurant qu’ils prendront les dispositions pour accompagner le Gouvernement nigérien dans la réalisation de ces objectifs combien profitables aux populations nigériennes
Le représentant de l’ONG turque IHH, M. Ousman Atalay, a quant à lui loué l’exemplarité des relations qui unissent son pays et l’Afrique, particulièrement le Niger, dans le domaine sanitaire. Il a relevé le professionnalisme avec lequel les Turcs mènent les opérations chirurgicales dans ces pays. Cette organisation turque, a-t-il dit, a construit des hôpitaux spécialisés dans la cataracte, des orphelinats dans plusieurs pays africains.


Dans son mot de bienvenue, le directeur général de l’Hôpital National de Lamordé, M. Amadou Sidikou Ibrahim, a exprimé toute sa reconnaissance et tous ses remerciements aux partenaires au développement, notamment l'Agence Turque de Coopération et de Développement,  la Banque Islamique de Développement (BID) et l'équipe de techniciens turcs et nigériens pour la célérité avec laquelle ils ont exécuté les travaux de construction de ce centre.
La cérémonie a  été marquée par une visite guidée du centre et des échanges de cadeaux entre les délégations turques et nigériennes.
Aïssa Abdoulaye Alfary

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)SOCIETE.Fri, 12 Sep 2014 04:08:46 +0000
Fin de la Conférence internationale des investisseurs à Dubaï (Emirats-Arabes Unis) : Intérêt réel pour les projets urbains et ceux relatifs aux transferts d’argent de la diasporahttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68002-fin-de-la-conference-internationale-des-investisseurs-a-dubai-emirats-arabes-unis-interet-reel-pour-les-projets-urbains-et-ceux-relatifs-aux-transferts-d-argent-de-la-diasporahttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68002-fin-de-la-conference-internationale-des-investisseurs-a-dubai-emirats-arabes-unis-interet-reel-pour-les-projets-urbains-et-ceux-relatifs-aux-transferts-d-argent-de-la-diaspora

Issou retour DubaiLe Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a regagné Niamey, hier, en fin d’après-midi venant de Dubaï, aux Emirats Arabes Unis (EAU), où il a pris part mardi à la  Conférence Internationale des Investisseurs ayant pour thème «Investir dans l’UEMOA».

 

A sa descente d’avion, à l’Aéroport international Diori de Niamey, le Chef de l’Etat a été accueilli au pied de la passerelle par le Premier ministre, Chef du gouvernement, SEM. Brigi Rafini. Il a été ensuite salué par les présidents des Institutions de la République, les membres du gouvernement ainsi que plusieurs personnalités civiles et militaires.
Lors des échanges interactifs fructueux entre les investisseurs et les Etats membres de l’Union, portant sur des thèmes importants comme les transferts d’argent de la diaspora et les projets urbains, le Président Issoufou Mahamadou  a apporté une contribution appréciable par rapport à ces deux questions.
Au sujet des transferts des diasporas ouest africaines  vers leurs pays d’origine membres de l’UEMOA, le Chef de l’Etat a relevé que le montant de ces transferts équivaut au double de l’aide publique au développement. Ces transferts, a-t-il souligné, constituent  des moyens très importants de financement de l’économie ouest africaine.
Par conséquent, l’UEMOA doit encourager les transferts officiels aux dépens des transferts officieux et définir une politique commune qui tiendra compte de l’aspect coût des transferts, a indiqué le Président de la République. Car, entre autres facteurs, les coûts élevés des transferts amènent les membres de la diaspora à privilégier les transferts officieux, a-t-il expliqué.
La Conférence a d’ailleurs entériné cette proposition du Chef de l’Etat en invitant, dans son communiqué final, « les institutions communautaires en synergie avec les Etats membres à prendre des mesures incitatives en vue d’orienter une partie des transferts de la diaspora vers les projets d’investissements. »
En ce qui concerne les infrastructures urbaines, le Président de la République  a informé les participants à cette conférence que le Niger dispose de projets de développement urbain dans certaines villes dont Niamey la capitale avec «Niamey Nyala» et Dosso avec «Dosso Sogha». Dans ce sens, la conférence a également invité  les institutions communautaires et  les Etats membres « à mettre en place des conditions attractives pour le financement des projets urbains et à intensifier des réformes en faveur de la sécurisation des investissements privés.». D’autres thèmes importants sur la sécurité alimentaire et les infrastructures routière, aéroportuaire et ferroviaire, entre autres, ont été examinés par la Conférence.
Le communiqué final note à ce sujet que « la conférence de Dubaï concrétise ainsi les actions recommandées lors de la Table Ronde tenue à Abidjan en juillet 2012, sur le financement de la 2ème phase du Programme Economique Régional.»
 Ce programme  a pour vocation d’accélérer l’intégration économique des Etats membres de l’UEMOA et de soutenir leur croissance économique.  Il concerne les  infrastructures, l’énergie, les technologies de l’information et de la communication, la sécurité alimentaire et le développement humain.  
Le Chef de l’Etat était  accompagné, dans ce déplacement, de M. Amadou Boubacar Cissé, ministre d’Etat, ministre du Plan, de l’Aménagement du Territoire  et du Développement Communautaire, M. Foumakoye Gabo, ministre de l’Energie et du Pétrole, M. Gilles Baillet, ministre des Finances et M. Ibrahim Yacouba,  Directeur de Cabinet Adjoint du Président de la République.
Abdourahmane Alilou, AP/PR 

Lire égalemeent

Communiqué final issu de la Conférence internationale des investisseurs à Dubaï (Emirats-Arabes Unis) : Les investisseurs manifestent leur intérêt pour 16 des 17 projets régionaux présentés
«Le 09 septembre 2014, s’est tenue à Dubaï, aux Emirats Arabes Unis, la Conférence Internationale des Investisseurs, dont la cérémonie solennelle d’ouverture a été présidée par son Excellence Docteur Boni YAYI, Président de la République du Bénin, Président en Exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).
La cérémonie officielle d’ouverture a connu la très haute participation de Son Altesse Sheikh Mohammed Bin Rashid Al-Maktoum, Vice-Président et Premier Ministre des Emirats Arabes Unis. Etaient présents : Pour le Bénin, Son Excellence Boni YAYI, Président du Bénin ; pour le Burkina Faso, Son Excellence Monsieur Blaise COMPAORE, Président du Faso ; pour la République de Côte d’Ivoire, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République ; pour la République de Guinée-Bissau, Honorable Cipriano CASSAMA, Président de l’Assemblée Nationale ; pour la République du Mali, Monsieur Abdel Karim KONATE, Ministre du Commerce ; pour la République du Niger, Son Excellence Monsieur Issoufou MAHAMADOU, Président de la République ; pour la République du Sénégal, Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République ; pour la République Togolaise, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République.
La Conférence a également enregistré la participation de : Monsieur Gilles Baillet, Ministre des Finances de la République du Niger, Président du Conseil des Ministres ; Monsieur Cheikhe Hadjibou SOUMARE, Président de la Commission de l’UEMOA ; Monsieur Tiémoko Meyliet KONE, Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) ; Monsieur Christian ADOVELANDE, Président de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) ; Monsieur Jeremias António da Cruz PEREIRA, Président du Conseil Régional de l’Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) ; Monsieur Arun PANCHARIYA, Président de Global Finance & Capital      Limited (GFCL).
Les partenaires traditionnels de référence de l’UEMOA, les réseaux d’investisseurs, les Banques et Institutions financières internationales et le secteur privé international ont été représentés. Ont aussi honoré de leur présence, les Membres du Conseil des Ministres statutaires, les Hautes Personnalités de l’Union, les Ambassadeurs des pays membres de l’UEMOA accrédités auprès des Emirats Arabes Unis et les Représentants des Organisations internationales.
La Conférence a salué la présence effective des Hautes Autorités des Emirats Arabes Unis à la cérémonie officielle d’ouverture. La Conférence a été attentive à l’allocution de la Ministre d’Etat, Son Excellence Reem Ebrahim Al Ashimi qui a magnifié les relations exemplaires entretenues entre les Emirats Arabes Unis et l’Afrique, le continent du vingt-unième siècle. Elle a réitéré la volonté des Emirats Arabes Unis à renforcer leur partenariat actif avec les pays de l’UEMOA.
La Conférence s’est félicitée de la concrétisation de la vision des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union qui placent le financement de l’économie sous-régionale au rang de leur première priorité, en vue d’accroître significativement le niveau des ressources mobilisées pour la réalisation des projets intégrateurs.
La Conférence a félicité les Institutions communautaires pour avoir initié cette rencontre de très haut niveau qui marque une nouvelle étape dans la diversification des partenariats pour le financement des économies de l’Union. La Conférence marque le lancement de l’initiative régionale « Investir dans l’UEMOA ». Cette Initiative permet à l’Union de s’ouvrir davantage au reste du monde et de faire connaître au réseau des investisseurs privés internationaux, des Emirats Arabes Unis et des pays émergents, les opportunités d’investissement et d’affaires au sein de l’UEMOA, à travers des projets structurants, orientés spécifiquement vers les secteurs des infrastructures de transport, de l'énergie et de la sécurité alimentaire.
La Conférence a également relevé le bon déroulement des travaux qui ont porté sur le portefeuille des 17 projets prioritaires à caractère régional ainsi que sur des projets privés programmés dans le cadre de sessions de B to B. La Conférence de Dubaï concrétise ainsi les actions recommandées lors de la Table ronde tenue à Abidjan en juillet 2012 sur le financement de la deuxième phase du Programme Economique Régional (PER), qui a pour vocation d’accélérer l'intégration économique des États membres de l’UEMOA et de soutenir leur croissance économique.
A ce titre, la Conférence s’est réjouie de la forte mobilisation des investisseurs et de la signature effective de protocoles d’entente et de protocoles de collaboration pour la réalisation des projets présentés, formalisant ainsi leur engagement à investir gagnant dans l’UEMOA. Ainsi, sur les 17 projets présentés, les investisseurs ont manifesté leur intérêt pour 16 projets. Le montant des engagements signés s’élève à 19 milliards USD sur un total de 21,5 milliards USD, soit 88% d’engagements attendus.
La Conférence a invité les Institutions communautaires, en synergie avec les Etats membres, à prendre des mesures incitatives en vue d’orienter une partie des transferts de la diaspora vers des projets d’investissements, à mettre en place des conditions attractives pour le financement des projets urbains et à intensifier les réformes en faveur de la sécurisation des investissements privés.
La Conférence a été l’occasion d’échanges interactifs fructueux entre les investisseurs et les Etats membres de l’UEMOA sur des thèmes importants, relatifs aux risques politiques, aux assurances et garanties dans le financement et le délai d’exécution des projets d’infrastructures.
La Conférence a encouragé et exhorté les Institutions communautaires à capitaliser les acquis de la rencontre en vue de faire de la sous-région ouest africaine un espace résolument tourné vers l’amélioration durable du niveau de vie des populations. L’UEMOA a réaffirmé sa détermination à accompagner les investisseurs dans un cadre de concertation dynamique pour le suivi, la réalisation des projets et la concrétisation des engagements pris au cours de la présente Conférence.
La Conférence a exprimé sa satisfaction aux Institutions communautaires et au Cabinet GFCL pour les résultats obtenus. Elle leur recommande d’assurer le suivi diligent de ces résultats. La Conférence salue les partenaires traditionnels pour l’appui constant qu’ils n’ont cessé d’apporter aux efforts de développement des pays de  l’Union. Elle les encourage à poursuivre leurs actions au bénéfice de l’Union.
Au terme de la Conférence, les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UEMOA rendent un  vibrant hommage à Son Altesse Shaikh Khalifa Bin Zayed ALNAHYAN, Président des Emirats Arabes Unis, pour sa clairvoyance et son leadership qui ont permis d’élever son pays au rang des nations les plus prospères et qui doivent inspirer les Etats de l’Union.
Ils expriment également à Son Altesse Sheikh Mohammed Bin Rashid Al-Maktoum, Vice-président et Premier Ministre des Emirats Arabes Unis, ainsi qu’à toutes les éminentes personnalités et au peuple des Emirats Arabes Unis, leur profonde gratitude pour l’accueil chaleureux et fraternel qui leur a été réservé, et pour l’hospitalité généreuse dont ils ont bénéficié pendant leur séjour à Dubaï.».

Onep

11 septembre 2014
Source : http://lesahel.org/

 

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)POLITIQUE.Thu, 11 Sep 2014 00:55:36 +0000
Entretiens avec Binta Adamou et Katiellou Gaptia Lawan, de la Direction de la Météorologie Nationale : Forte probabilité d’une fin de saison normale à tardivehttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/interview/item/67997-entretiens-avec-binta-adamou-et-katiellou-gaptia-lawan-de-la-direction-de-la-meteorologie-nationale-forte-probabilite-d-une-fin-de-saison-normale-a-tardivehttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/interview/item/67997-entretiens-avec-binta-adamou-et-katiellou-gaptia-lawan-de-la-direction-de-la-meteorologie-nationale-forte-probabilite-d-une-fin-de-saison-normale-a-tardive

 champ milDepuis quelques jours, on observe un arrêt des pluies dans certaines localités comme Niamey, globalement, comment se présente la situation pluviométrique cette année (niveaux enregistrés, répartition dans le temps et l’espace)?

 

Une installation globalement tardive de la saison des pluies sur l’ensemble du pays, surtout sur les régions Est du pays où les opérations de semis avaient débuté au cours de la deuxième décade du mois de juillet 2014. Mais les précipitations à localement modérées à fortes enregistrées au mois d’Août, ont été très utiles et ont significativement contribué au développement et à la croissance des cultures. Il est important de noter que les précipitations sont mal réparties dans l’espace et le temps ce qui a engendré des poches de sécheresse par endroits.  


On a constaté ces derniers temps que le FIT est un peu trop descendu, est-ce la fin déjà de la saison des pluies?
En effet, au courant de la troisième décade du mois d’Août 2014, Le FIT a fléchit légèrement sur le Sud des régions d’Agadez et de Bilma, mais cette situation n’est pas du tout inquiétante, ni inhabituelle car nous savons très bien que la position moyenne du FIT est déterminée par la convergence de deux masses d’air dont l’un chaud et sec provenant du Sahara et l’autre humide provenant de la partie Sud de l’océan Atlantique. Par conséquent, le FIT fluctue en fonction de l’influence exercée par l’une des deux masses d’air globalement dû aux poussées anticycloniques des Açores et de Saint hellène dans l’atlantique sud. Présentement, le FIT est bien remonté sur le pays ces dernières 72 heures et les activités pluvio-orageuses ont repris par endroits sur le pays.

Sinon d’après vos prévisions, jusqu’à quelle période peut on encore espérer des pluies au Niger?
D’après nos prévisions, une fin de saison normale à tardive est prévue sur le pays en fonction des localités. De plus, compte tenu de la pénétration relativement bonne de l’air humide sur le pays stabilisant le FIT sur les régions Nord du pays et la présence encore sur le pays des éléments météorologiques clés contribuant à la formation des activités orageuses en ce début du mois de Septembre alors nous espérons des précipitations jusqu’à la deuxième décade voire au-delà de la deuxième décade du mois de Septembre (si le elnino :  réchauffement anormal du pacifique ne s’installe pas très tôt fin septembre) surtout sur les régions situées sur la boucle du Niger.

 

Est-ce qu’à ce stade le niveau de pluies enregistrées est suffisant pour mener les cultures à maturité?
Comme je l’ai dit précédemment, les précipitations sont mal réparties sur le temps et l’espace, donc il y’a des localités où les cultures sont presque à maturité (pas beaucoup de localités) et d’autres au stade de levée et floraison. Alors, selon les spéculations utilisées et les dates des semis et ré-semis les résultats seront différents. Bien qu’il soit difficile de tirer une conclusion générale sur l’ensemble du pays en ce moment, un arrêt de pluie à la première décade ou même avant la fin de la deuxième décade va considérablement affecter les rendements surtout du mil étant donné le retard d’installation de la saison sur la majeure partie de la bande agricole.


Existe-t-il d’après vos observations et relevés, des zones agricoles à risque dans notre pays?
Oui, il existe des zones agricoles à risque car il y a des villages qui n’ont pas semé en fin juillet dans les localités de Zinder, Diffa et Agadez. Du moment que les précipitations sont mal réparties, il y’a au sein de certaines régions, malgré leurs excédents pluviométriques,  des localités où le stress hydrique a été présent, occasionnant un retard dans la croissance des cultures. Et il faut noter que les systèmes précipitant observés cette année occasionné par les perturbations tourbillonnaires appelés Vortex peuvent certes donner des pluies intenses mais, elles sont localisées dans le temps. Cela crée un déséquilibre dans la même région avec des zones fortement arrosées et à côté des zones avec des précipitations faibles. Cela occasionne une mauvaise répartition qui impacte sur le développement des cultures qui devient disparate dans la même zone. Autrefois, les perturbations observées sont ce qu’on appelle des lignes des grains des cellules pluvio-orageuses alignées sur environ 400 km balayant le pays d’Est en Ouest et précipitant sur des espaces très vastes avec des précipitations partout abondantes en un seul évènement. Mais cette année, on n’a quasiment pas vu ces types de formations.


Comment se présente la situation pluviométrique de la région de Niamey?
Si on compare le cumul pluviométrique  de la région de Niamey 2014 à la date de 10 Août 2014, il est légèrement excédentaire au cumul moyenne 81-10 et cumul 2013 à la même période.


 Siradji Sanda

11 septembre 2014
Source : http://lesahel.org/

 

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)INTERVIEW.Thu, 11 Sep 2014 00:32:52 +0000