Nigerdiaspora, La Communauté Virtuelle du Nigerhttp://nigerdiaspora.netWed, 26 Nov 2014 08:32:49 +0000Joomla! - Open Source Content Managementfr-frPoint de presse du Procureur général près la cour d’Appel de Niamey : Des précisions suite à la décision de liberté provisoire accordée à 16 personnes inculpées dans le dossier de supposition d’enfantshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68796-point-de-presse-du-procureur-general-pres-la-cour-d-appel-de-niamey-des-precisions-suite-a-la-decision-de-liberte-provisoire-accordee-a-16-personnes-inculpees-dans-le-dossier-de-supposition-d-enfantshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68796-point-de-presse-du-procureur-general-pres-la-cour-d-appel-de-niamey-des-precisions-suite-a-la-decision-de-liberte-provisoire-accordee-a-16-personnes-inculpees-dans-le-dossier-de-supposition-d-enfants

Ibrahim Boubacar ZakariaAprès l’arrêt rendu le 25 novembre,  par la chambre d’accusation de la Cour d’appel de Niamey, et par lequel 16 personnes  inculpées dans le dossier de supposition d’enfants ont été mises en liberté provisoire, le procureur  général près la Cour d’appel de Niamey, M Ibrahim Boubacar Zakaria a animé le même jour dans l’après midi un point de presse pour, dit-il, «éclairer l’opinion publique»,  suite aux commentaires suscités par la décision.


Relativement à  cette  décision qui a été rendue, le procureur a indiqué que ce qu’il faut retenir est que «la chambre d’accusation a été saisie par des appels interjetés respectivement courant septembre et octobre 2014 contre des ordonnances de rejet de mise en liberté provisoire rendue par le doyen des juges d’instruction du tribunal de grande instance hors classe de Niamey». Et, a précisé M. Ibrahim Boubacar Zakaria,  ce sont des ordonnances de rejet de mise en liberté provisoire qui ont été attaquées par la voie de l’appel.  
«L’affaire a été plaidée le 11 novembre dernier, ce qui veut dire qu’elle a été discutée devant la chambre d’accusation et elle a été mise en délibéré pour le 25 novembre. Elle pouvait bien être mise en délibéré le 18 novembre, mais malheureusement  la date a été retenue pour l’ouverture de la Cour d’assises de Niamey, on ne  pouvait pas vider le délibéré. Voilà pourquoi la décision a été rendue aujourd’hui. C’est pour dire que la décision d’aujourd’hui n’a rien à avoir avec les travaux qui se déroulent actuellement à l’Assemblée nationale, précisément avec l’élection du nouveau président de l’Assemblée nationale. Il n’y a absolument aucun lien», a tenu à dire le procureur général près la cour d’appel de Niamey.   
«C’est donc sur ces appels qui ont été interjetés courant septembre et octobre 2014  que la chambre d’accusation devrait  se prononcer, et c’est ce qu’elle a fait. En droit, la saisine de la chambre d’accusation ne saurait légalement s’étendre  à un objet autre que celui de l’appel qu’elle a reçu. C’est une saisine limitée. La cour ne pouvait pas se saisir de quelque chose qui ne concerne pas les appels qui ont été interjetés. Il est donc tout à fait normal, et même fondé en droit que tous  ceux qui n’ont pas formulé de demande de mise en liberté à cette occasion, ou qui n’ont pas fait appel, il est normal qu’ils ne soient pas concernés par la décision de ce matin. Ça ne les concerne pas. La cour a répondu sur des questions qui lui ont été posées. Voilà des gens ont formulé des demandes de mise en liberté qui ont été rejetées  et qui ont fait appel, c’est venu ici, on a examiné leur appel. Tous ceux qui n’ont pas formulé de demande, ou qui n’ont pas fait d’appel à l’occasion de la présente instance ne sont pas concernés par la présente décision», a expliqué M Ibrahim Boubacar Zakari.
Poursuivant son argumentation, il a ajouté que « la chambre d’accusation ne peut pas s’autosaisir des cas qui ne lui ont pas été soumis». Pour le  procureur général près la cour d’appel de Niamey, les commentaires suite à cette décision sont « dénués de tout fondement».  «Je voudrais préciser pour terminer que les demandes de mise en liberté peuvent être introduites à tout moment, et à toute étape de la procédure. C’est un droit pour tout inculpé », a  dit  M Ibrahim Boubacar Zakari, qui voulant mettre un terme au point de presse a dû répondre à une question  précise sur le cas de  l’épouse de Hama Amadou, qui n’est pas concernée par la décision de mise en liberté provisoire.  
«Pour la présente instance, il n’y a pas son nom. Cette affaire ne la concerne pas. Si elle a eu à faire des  demandes qui ont été rejetées, peut être qu’avec son avocat ils ont eu à faire pourvoi en cassation, le dossier se trouve là-bas. Mais, nous avons appris que les gens disent qu’on a libéré tout le monde sauf elle. Je précise au passage qu’il n’y a pas qu’elle, qui continue à être gardé en prison dans cette affaire. Il y en a d’autres, ce matin la chambre a eu à confirmer une demande de rejet. Il y a quelqu’un qui a fait appel, ici, on a confirmé le rejet, on a dit qu’il doit continuer à être gardé en prison, dans le cadre du même dossier, dans la même décision qui a été rendue», a conclu le procureur général près la cour d’appel de Niamey.
Souley Moutari

26 novembre 2014
Source : http://lesahel.org/

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)POLITIQUE.Wed, 26 Nov 2014 05:21:04 +0000
Remise du prix de l’espoir du Festival de Films Documentaires de Blitta (FESDOB 2014) : Le film ‘’La merveilleuse et mystérieuse croix d’Agadez’’ primé lors du FESDOBhttp://nigerdiaspora.net/culture/item/68794-remise-du-prix-de-l-espoir-du-festival-de-films-documentaires-de-blitta-fesdob-2014-le-film-la-merveilleuse-et-mysterieuse-croix-d-agadez-prime-lors-du-fesdobhttp://nigerdiaspora.net/culture/item/68794-remise-du-prix-de-l-espoir-du-festival-de-films-documentaires-de-blitta-fesdob-2014-le-film-la-merveilleuse-et-mysterieuse-croix-d-agadez-prime-lors-du-fesdob

FESDOB 2014Du 6 au 9 novembre 2014,  s’est tenu  à Lomé, le  Festival de Films Documentaires de Blitta (FESDOB)  qui a eu pour thème : «  rôle du film documentaire dans la réalisation des OMD». Le Niger qui était représenté à cette rencontre culturelle régionale par  une étudiante en journalisme de l’IFTIC,  Mme Charifatou Paraiso a remporté le prix de l’espoir  du documentaire court métrage. C’est un film documentaire de 13mn intitulé, ‘’la merveilleuse et mystérieuse croix d’Agadez’’.

Ce prix de 500.000FCFA a été présenté hier, au ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions M. Sadissou Yahouza  assurant l’intérim de celui de la Culture qui, à son tour, l’a remis au Directeur Général de l’Institut de Formation aux Techniques de l’Information et de la Communication (IFTIC) M. Khamed Abdoulaye.
En remettant officiellement ce prix de l’espoir au Directeur Général de l’IFTIC, le ministre  de la Communication et des Relations avec les Institutions M. Sadissou Yahouza a  salué les différentes initiatives du Ministère de la Culture entrant dans le cadre de la promotion de la production culturelle au Niger., il a félicité et a encouragé le  Directeur Général de l’IFTIC pour tous les efforts  entrepris au niveau de son institut lors des différents festivals. «En deux ans, l’ITIC a remporté cinq (5) prix, c’est une prouesse, nous vous encourageons à faire davantage, nous félicitons également Charifatou pour cette production qui servira d’exemple aux étudiants car il n’y a que le travail qui paie »  a indiqué le ministre en charge de la communication.
Dans ses mots de remerciement, le Directeur Général de l’IFTIC  a exprimé toute sa reconnaissance pour les appuis multiformes des autorités. Il a énuméré un certain nombre de prix remporté par l’institut durant ces deux ans, tout en précisant que ces prix sont tous dédiés aux autorités de notre pays notamment le Premier ministre et les trois derniers ministres de la Communication qui ont de tout temps accompagné l’IFTIC.
Le DG Khamed Abdoulaye a expliqué par ailleurs que «l’IFTIC ne détient pas le monopole de l’intelligence, il n’a pas le monopole du bon sens, si nous avons récolté tous ces prix successivement en moins de deux ans, en réalité, c’est parce que nous nous inspirons du curricula qui a consacré 75% du temps à la formation professionnalisant, nous apprenons à nos étudiants des métiers ».
La Directrice de la promotion des Industries Culturelles, Mme Inoussa Djiré Fatima s’est quant à elle  réjouie de ce prix remporté par notre compatriote. Elle a annoncé que le rôle du Ministère est de promouvoir les films nigériens de toutes catégories (fiction, documentaires, séries, animations). Pour elle, ce festival de Blitta était un lieu d’échanges entre les cinéphiles professionnels sur le cinéma du réel et la culture, mais aussi une rencontre pour un grand nombre de réalisateurs, une rencontre pour la promotion des films. L’heureuse gagnante du prix de l’espoir Mme Charifatou Paraiso a témoigné toute sa gratitude au Ministère de la Culture, des Arts et des Loisirs  pour l’attention particulière qu’elle accorde à la production des films. Présentant son film, la réalisatrice a expliqué que ce court métrage d’une durée de treize mn a été conçu dans le cadre de son mémoire pour l’obtention de la licence professionnelle en journalisme. Selon elle, ce documentaire fait ressortir la signification réelle de la croix d’Agadez. La croix d’Agadez  qui est connue au delà de nos frontières fait la fierté de tout le Niger. « La croix est une identité culturelle, un symbole à sauvegarder, outre le charme qu’elle reflète à travers les colliers portées par les femmes touarègues surtout, elle est utilisée dans plusieurs décorations (les tableaux, les armoiries, les symboles). Et nous en tant que nigérienne, nous nous  devons de la valoriser davantage pour notre identité, je suis très heureuse de recevoir ce prix, que je dédie à mes parents et à tous ceux qui ont contribué à la réussite de ce court métrage » a-t-elle affirmé.

 Aïssa Abdoulaye Alfary

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)CULTURE.Wed, 26 Nov 2014 05:14:40 +0000
Cérémonie de lancement officielle de l’opération d’identification des détenteurs d’armes légaux des armes à feu : Contrôler la circulation et la prolifération des armes légères et de petit calibrehttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68792-ceremonie-de-lancement-officielle-de-l-operation-d-identification-des-detenteurs-d-armes-legaux-des-armes-a-feu-controler-la-circulation-et-la-proliferation-des-armes-legeres-et-de-petit-calibrehttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68792-ceremonie-de-lancement-officielle-de-l-operation-d-identification-des-detenteurs-d-armes-legaux-des-armes-a-feu-controler-la-circulation-et-la-proliferation-des-armes-legeres-et-de-petit-calibre

Après les régions de Niamey, Maradi, Zinder, Tahoua, Agadez, Dosso et Diffa, ce fut le tour de la région de Tillabéri de recevoir la commission nationale pour la collecte et le contrôle d’armes Illicites (CNCCAI) conduite par le Général Youssoufa Mamadou Maïga pour l’opération d’identification des détenteurs d’armes légaux des armes à feu. 

La cérémonie de lancement officielle de l’opération s’est déroulée le Jeudi 12 Novembre 2014.
Dans son intervention le secrétaire général de la région a situé l’intérêt que revêt l’opération particulière pour la région de Tillabéri. Moussa Mossi  a demandé la collaboration des autorités et de la population de la région pour la réussite de cette opération qui, une fois terminée permettra d’avoir des statistiques fiables sur le flux d’armes dans la région.
Pour sa part, le président de la Commission pour la Collecte et le Contrôle d’Armes Illicites le Général Youssoufa Mamadou Maïga  a indiqué que cette opération d’identification des détenteurs légaux des armes à feu rentre dans le cadre des activités de la Commission Nationale afin de contrôler la circulation et la prolifération des armes légères et de petit calibre (ALPC). Conformément aux dispositions pertinentes de la convention de la CEDEAO sur les dites ALPC. Le Général  Youssoufa Mamadou Maîga a aussi rassuré les détenteurs d’armes à feu que la Commission est là pour les aider à être dans la légalité, c’est-à-dire la conformité à la loi. L’identification est nationale et obligatoire, c’est pourquoi, le président de la Commission Nationale pour la Collecte et le Contrôle des Armes Illicites a invité la population de Tillabèri à accompagner cet exercice qui cadre parfaitement a t-il dit avec la sécurité du Niger si cher au Président de la République chef de l’Etat Issoufou Mahamadou. Après la salle de réunion du gouvernorat, le président de la Commission, le SG de la région et les membres de la mission se sont retrouvés avec le PANEL d’enregistrement constitué des trois (3) corps à savoir la police
Nationale, la Gendarmerie Nationale et la Garde Nationale pour s’enquérir du démarrage de l’opération d’identification.
Le chargé des armes légères (ALPC) le MDL /C Mahamane Ligari a donné d’amples explications sur le processus d’enregistrement des détenteurs légaux des armes à feu. Aussitôt après, les explications, le SG de la région et le Maire de la commune étaient les premiers à se présenter devant le PANEL pour se faire enregistrer. Il est à noter que l’objectif de la CNCCAI est à terme de disposer d’une base de données complète des armes légalement détenues par la populati
 Zakari Mamane ONEP/Tillabéri


26 novembre 2014
Source : http://lesahel.org/

 

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)POLITIQUE.Wed, 26 Nov 2014 05:08:28 +0000
Interview du président de l’Association ‘’Elite Africaine au Service du Développement’’ (EASD), M. Boulamine Moustaphahttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/interview/item/68791-interview-du-president-de-l-association-elite-africaine-au-service-du-developpement-easd-m-boulamine-moustaphahttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/interview/item/68791-interview-du-president-de-l-association-elite-africaine-au-service-du-developpement-easd-m-boulamine-moustapha

Boulamine MoustaphaPouvez-vous présenter à nos lecteurs l’Association ‘’Elite Africaine au Service du Développement ?
L’association ‘’Elite Africaine au Service du Développement’’ (EASD),  a été créée, il y a  de cela deux mois par des jeunes diplômés nigériens issus de la diaspora. Autrement dit, c’est une équipe composée de gestionnaires, de planificateurs, d’économistes, de sociologues, de géographes etc. Le siège de cette association est à Niamey.

{xtypo_quote}  «Notre association a une dimension africaine, car en plus des diplômés nigériens de la diaspora, elle vise aussi les autres jeunes diplômés des pays africains»{/xtypo_quote}

 

Elite africaine au service du développement comme son nom l’indique est une association des jeunes diplômés qui veulent mettre leurs expériences acquises ailleurs au service du développement de leur pays. De ce fait, notre association a une dimension africaine, car en plus des diplômés nigériens de la diaspora, elle vise aussi les autres jeunes diplômés des pays africains. La finalité pour nous, c’est le développement de tout le continent. Notre structure n’a que deux mois d’existence, et d’ores et déjà, nous avons élaboré un plan d’actions pour 2014-2015. Dans ce plan d’actions, il est prévu l’organisation des grandes conférences internationales au cours desquelles l’association Elite Africaine au service du développement va inviter des professeurs de renommée internationale. Ces invitations seront à priori faciles puisque, la plupart de ces jeunes diplômés membres de l’EASD ont étudié dans les grandes Universités du monde. Ces jeunes diplômés ont les carnets de leurs enseignants. Ces derniers seront invités au Niger pour animer des conférences sur des thématiques de portée internationale.

Quels sont les domaines d’intervention de l’association Elite Africaine au Service du Développement ?
Les domaines d’intervention de l’EASD touchent d’abord le renforcement des capacités parce qu’il faut mettre l’homme au centre de toute les actions. Cela passe par l’amélioration des capacités d’intervention de l’homme. C’est seulement à cette condition que nous pourrons gagner la marche vers le développement. Et quand on parle de renforcement des capacités, il faut voir cela en termes de formation, de séminaires sur des nouveaux instruments de gestion. Ainsi, comme toute association, il faut d’abord promouvoir ses propres membres. Etant membre de l’association Elite Africaine au Service du Développement, j’ai participé à un certain nombre de conférences et séminaires dans les pays asiatiques ; en Europe et en Afrique. Bref, nous sommes invités un peu partout de part le monde à des  conférences et colloques internationaux animés par des éminents professeurs. Le défi pour notre association, c’est absolument la lutte contre l’ignorance et la pauvreté.  

Elite Africaine au Service du Développement prévoit dans son plan d’actions d’organiser des conférences et des séminaires de formation. Quels sont les groupes cibles et les thématiques qui seront développées au cours de ces activités?

Ces séminaires et formations que nous comptons organiser vont cibler en l’occurrence les travailleurs de l’administration nigérienne ; les employés des entreprises publiques et privées et les étudiants désireux de renforcer leurs   capacités dans des domaines spécifiques. Au cours de ces conférences, plusieurs  thématiques touchant des préoccupations mondiales seront développées. Il s’agit des thématiques comme l’économie verte, la gestion, les questions environnementales, la consommation des crédits, le développement durable etc. Pour ce faire, l’Association Elite Africaine au Service du Développement est en train e voir dans quelle mesure  elle peut nouer des partenariats avec les autres associations de la diaspora nigérienne et les autres structures nationales et internationales.

Au niveau national, il faut reconnaitre que la chambre de commerce nous a aidés même si ce n’était pas un partenariat formel. Nous saluons vivement ce partenariat qui a permis aux membres de l’association élite africaine au service du développement d’être formés en vie associative. Ce partenariat, nous comptons le formaliser avec la chambre de commerce et les autres structures avec lesquelles nous avons des contacts notamment le Centre National de Perfectionnement en Gestion (CNPG).

Quelles sont les sources de financement de l’association Elite Africaine au service du Développement ?
Les sources de financement, comme pour toute autre association, c’est d’abord la cotisation de ses membres. Pour l’instant, nous n’avons pas de financements. Mais nous n’avons pas baissé les bras dans la mesure où les financements existent. Notre objectif est de partager nos connaissances théoriques et pratiques avec nos frères et sœurs du Niger. Pour chaque activité, on élabore un terme de référence dans lequel seront consignées les modalités pratiques pour participer à la formation. En perspective, nous comptons travailler avec l’Union Africaine et même nous ingérer dans les grandes questions de l’Afrique.

Hassane Daouda

26 novembre 2014
Source : http://lesahel.org/

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)INTERVIEW.Wed, 26 Nov 2014 05:00:36 +0000
Ouverture du 1er Comité national de Coordination-Suivi- Evaluation de l’Instrument de Stabilité phase II (2014-2016) : Atténuer les risques de conflits et appuyer les actions d'insertion sociale et économiquehttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68790-ouverture-du-1er-comite-national-de-coordination-suivi-evaluation-de-l-instrument-de-stabilite-phase-ii-2014-2016-attenuer-les-risques-de-conflits-et-appuyer-les-actions-d-insertion-sociale-et-economiquehttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68790-ouverture-du-1er-comite-national-de-coordination-suivi-evaluation-de-l-instrument-de-stabilite-phase-ii-2014-2016-attenuer-les-risques-de-conflits-et-appuyer-les-actions-d-insertion-sociale-et-economique

Le Président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix, le Colonel-Major, Mahamadou Abou Tarka a présidé, hier matin, au Palais des congrès de Niamey, l’ouverture du 1er Comité national de coordination-suivi- évaluation de l’Instrument de Stabilité phase II. La cérémonie d’ouverture de cette assise s’est déroulée en présence de l’ambassadeur, Chef de Délégation de l’Union Européenne au Niger, M. Raul Mateus Paula, de la représentante du gouverneur de Niamey et de plusieurs invités.


Le Programme d'appui à la réduction des risques d'insécurité et d'instabilité dans les régions du nord-ouest et du sud-est du Niger est un programme financé par l'Union européenne au travers de l'Instrument contribuant à la stabilité et à la paix. Cet instrument intervient au Niger dans un contexte sous-régional fortement perturbé, notamment par l'insécurité persistante au Nord Mali et en Lybie, ainsi que par la montée en puissance de groupes extrémistes tel que Boko Haram au nord du Nigeria sans oublier les menaces réelles de prolongement de ces conflits au Niger du fait de la perméabilité des frontières au niveau desquelles les groupes armés se livrent à des trafics illicites et véhiculent des thèses extrémistes qui sont vecteurs de violence.
Le président de la HACP, le Colonel-Major, Mahamadou Abou Tarka a dans son discours d’ouverture, rappelé que dans ce contexte très sensible, l'Instrument contribuant à la stabilité et à la paix, communément appelé Instrument de Stabilité, vise donc à atténuer les risques de conflits et à appuyer des actions de relèvement et d'insertion sociale et économique, spécialement pour les jeunes, dans les régions du Niger qui sont les plus exposées aux risques sécuritaires. Mahamadou Abou Tarka d’ajouter que la phase actuellement en cours a démarré au début de cette année et constitue le prolongement des actions déjà mises en œuvre avec succès lors de la première phase dans le nord du pays en 2012 et 2013.
Ce programme s'inscrit dans le cadre plus large de la Stratégie de l'Union européenne pour la Sécurité et le Développement au Sahel ainsi que dans le cadre de la SDS, la Stratégie nigérienne qui vise à développer et à sécuriser les zones sahélo-sahariennes. ‘’C'est donc fort de cette première expérience réussie qu'il a été décidé, d'un commun accord entre le Niger et l'Union Européenne de poursuivre cet effort dans le cadre de cette nouvelle phase avec le Programme d'appui à la réduction des risques d'insécurité et d'instabilité dans les régions nord-est et sud-est du Niger’’ a-t-il indiqué.
Auparavant, l’ambassadeur, Chef de Délégation de l’Union Européenne au Niger, M. Raul Mateus Paula,  a souligné que les résultats obtenus lors de cette 1ère  phase, s’expliquent par l’engagement constant de la HACP appuyé par des partenaires d'exécution. Il cite entre autres résultats, la formation et le développement des polices municipales dans la région d’Agades.  A cela s’ajoute la création des conditions d'insertion socioprofessionnelle des jeunes sans oublier le renforcement des capacités des institutions en charge de la Consolidation de la paix tant au niveau national que régional.
Dans le sillage des résultats positifs ainsi obtenus, la 2ème phase du programme qui doit durer trois ans, vise de façon globale à atténuer les risques d'insécurité et d’instabilité provenant des menaces terroristes et de l'extrémisme intercommunautaires. Mieux, insiste l’ambassadeur Chef de la Délégation de l’UE au Niger, cet 2ème phase doit contribuer de façon plus spécifique, à renforcer la sécurité dans les
régions nord-est et sud-est du Niger ; à offrir aux jeunes des opportunités de formation et d'emploi ainsi que des activités économiques, culturelles, sportives ou de loisirs ; à promouvoir la tolérance et le dialogue intra- et inter-religieux en favorisant l'appropriation de la lutte contre l'extrémisme violent par les pouvoirs publics et la population.
«A ce stade, il me plait d'indiquer que d’importants moyens ont été engagés, à la mesure des objectifs assignés. En effet, un montant  total de 21,3 millions  d’EURO, soit 14 milliards de FCFA ont été alloués au Programme, y compris une contribution du Danemark de 2,7 millions d’EURO soit 1,7 milliard de FCFA sans oublier que dix projets, qui doivent concourir à l’'atteinte des objectifs du programme, sont actuellement en cours d'exécution, à des degrés divers et certains sont déjà bien avancés, pendant que d'autres sont en cours de démarrage’’, assure M. Raul Mateus Paula.
Pour sa part, la représentante du gouverneur de Niamey a dans son discours de bienvenue salué cette initiative chère aux plus hautes autorités de notre pays avant d’exhorter les participants à donner le meilleur d’eux mêmes au vu de l’importance de la question sécuritaire pour notre pays dans le contexte actuel.

Mamane Abdoulaye


26 novembre 2014
Source : http://lesahel.org/

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)POLITIQUE.Wed, 26 Nov 2014 04:58:25 +0000
Campagne agro-sylvo-pastorale : Risque de résultats erronéshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/agriculture/item/68788-campagne-agro-sylvo-pastorale-risque-de-resultats-erroneshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/agriculture/item/68788-campagne-agro-sylvo-pastorale-risque-de-resultats-errones

Depuis plusieurs semaines le secteur du développement rural est en proie à des mouvements  de grève des agents dudit secteur qui exige une amélioration de leurs conditions de vie et de  travail. Ces agents sont même allés jusqu’à ce bloquer les informations sur la campagne agro-sylvo-pastorale. Malgré tout, des missions ministérielles ont sillonné les différentes régions du pays pour  procéder à une évaluation de cette campagne.


Regroupés au sein d’un collectif de cinq syndicats, les agents du développement rural observent des grèves périodiques en vue d’amener le gouvernement du Premier ministre Brigi Rafini à engager des négociations autour de leurs revendications qui tournent autour de l’attribution des indemnités spécifiques à tous les personnels de l’agriculture, de l’élevage, de l’hydraulique, du génie rural et de la recherche agronomique. Malheureusement, depuis plusieurs semaines que ces grèves ont cours, il n’y a toujours pas eu des réelles  négociations entre les deux parties. Dans le nouveau préavis de grève qu’ils viennent de déposer, le Syndicat national des agents de l’agriculture du Niger (SNAAN) ; le Syndicat unique du personnel des ressources animales (SUPRA) ; le Syndicat national des agents de l’hydraulique et équipement rural (SNAHER) ; Syndicat national des travailleurs des ressources animales (SYNTRARA) et Syndicat national du personnel de la recherche agronomique (SYNPRA) ont appelé leurs militants à observer un arrêt de travail de cinq jours à partir de ce lundi 24 novembre 2014. Entre autres stratégies de lutte, les agents du développement rural ont décidé  de bloquer les informations relatives à la campagne agro-sylvo-pastorale 2014. Les dernières missions ministérielles d’évaluation de cette campagne ont donc été menées sans la collaboration nécessaire de ces agents du développement rural, seuls aptes à fournir les informations utiles. La question que les observateurs se posent est celle de savoir quelle pertinence auront les résultats issus de ces missions ministérielles d’évaluation. Pour qui connaît l’importance des techniciens du développement rural dans l’évaluation d’une campagne agro-sylvo-pastorale, notamment pour ce qui est du secteur de l’agriculture et du pâturage, le risque est  grand que le gouvernement de Brigi Rafini fournisse des résultats erronés. Si les grèves de ces techniciens du développement rural devaient encore se poursuivre, tous les autres secteurs risquent d’être perturbés. Il est donc urgent à ce que le gouvernement engage au moins des négociations afin d’explorer les voies pouvant amener vers une sortie rapide de cette impasse.
Moussa Douka

26 novembre 2014
Publié le 24 novembre 2014
Source : http://lagriffe-niger.com/

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)AGRICULTURE.Wed, 26 Nov 2014 04:41:33 +0000
Réédition des attaques terroristes au Niger : Que sont devenues les recommandations de la CNDH ?http://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68787-reedition-des-attaques-terroristes-au-niger-que-sont-devenues-les-recommandations-de-la-cndhhttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68787-reedition-des-attaques-terroristes-au-niger-que-sont-devenues-les-recommandations-de-la-cndh

Prison civile NyLe mercredi 19 novembre dernier, une attaque terroriste a visé la localité de Banibangou située dans le département de Ouallam, région de Tillabéry. En effet, des hommes armés ont attaqué le camp de gendarmerie de cette localité, tuant au moins un gendarme. 

Le lendemain jeudi 20 novembre, une autre attaque a été déjouée dans les environs de la ville de Ouallam. Deux jours après, c’est à Arlit, dans la région d’Agadez, qu’une autre attaque aurait été déjouée par des militaires américains basés dans la zone. Ces attaques et tentatives interviennent trois semaines seulement après la sanglante attaque qui, le 30 octobre 2014, a fait une dizaine de morts, dont neuf éléments des Forces de défense et de sécurité (FDS), dans le département de Ouallam. Suite à cette attaque, la Commission nationale des droits humains (CNDH) avait effectué une mission pour investiguer sur les circonstances de cette attaque, ainsi que l’état du dispositif sécuritaire dans la zone. Dans une déclaration qu’elle a publiée la Commission a relevé quelques failles dans la prise des décisions, alors même que des informations avaient circulé avant l’attaque. Au vu des failles constatées, la Commission dirigée par le Professeur Khalid Ikhiri avait formulé un certain nombre de recommandations dans le sens de prévenir de nouvelles attaques. Entre, elle a recommandé une meilleure gestion des informations à tous les niveaux de la hiérarchie ; une formation des FDS en matière de lutte contre le terrorisme ; un renforcement de la patrouille régionale et départementale au regard de l’insécurité persistante dans la région de Tillabéry et un renforcement des capacités opérationnelles des FDS dans la zone. Que sont donc devenues toutes ces pertinentes recommandations de la Commission nationale des droits humains ? Sont-elles en train toujours d’être examinées par ceux à qui elles sont adressées ? E n tout cas avec les dernières attaques et tentatives d’attaques enregistrées, surtout dans la même zone  de Ouallam, il y a lieu de s’interroger sur les améliorations qui sont en train d’être apportées à notre système de sécurité depuis la sanglante attaque du 30 octobre 2014. Sans même compter avec les forces étrangères présentes sur son territoire, avec les gros moyens que les autorités de la 7ème République ont orientées vers la sécurité, le Niger doit être en mesure de circonscrire ces attaques qui sont le plus souvent menées par des individus circulant à bord des motos.
Moussa Douka

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)POLITIQUE.Wed, 26 Nov 2014 04:36:48 +0000
Cérémonie de présentation de lettres de créance au Palais de la Présidence : Le Président de la République reçoit les lettres de créance de quatre nouveaux ambassadeurs accrédités auprès de notre payshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68781-ceremonie-de-presentation-de-lettres-de-creance-au-palais-de-la-presidence-le-president-de-la-republique-recoit-les-lettres-de-creance-de-quatre-nouveaux-ambassadeurs-accredites-aupres-de-notre-payshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/politique-niger/politique-niger/item/68781-ceremonie-de-presentation-de-lettres-de-creance-au-palais-de-la-presidence-le-president-de-la-republique-recoit-les-lettres-de-creance-de-quatre-nouveaux-ambassadeurs-accredites-aupres-de-notre-pays

Issou amba TurquieQuatre nouveaux ambassadeurs accrédités auprès de la République du Niger ont présenté, hier, leurs  lettres de créance au Président de la République, Chef de l’Etat, SEM. Issoufou Mahamadou. C’était lors d’une  cérémonie solennelle qui a eu lieu au Palais de la Présidence.  


Issou amba TchequeC’est d’abord  SEM. Huseyin Ozdemir qui  a présenté au Président de la République SEM Issoufou Mahamadou, ses lettres de créance en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Turquie  auprès de la République du Niger avec résidence à Niamey.

Peu de temps après, SEM Pavel Mikes a  aussi présenté, au  Président de la République, ses lettres de créance,  en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire  de la République Tchèque auprès  de la République du Niger avec résidence à Abuja au Nigéria.

Issou amba-VenzuelaEnsuite, SEM Alejandro Israel Correa Ortega  a présenté au Président de la République SEM Issoufou Mahamadou, ses lettres de créance  en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Venezuela  auprès de la République du Niger, avec résidence à Cotonou au Bénin.

Et,  enfin, SEM Kawamura Hiroshi, a présenté au Président de la République, SEM Issoufou Mahamadou ses lettres de créance en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Japon  auprès de la République du Niger avec Résidence à Abidjan en Côte d’Ivoire.Issou Amba Japon
Souley Moutari

25 novembre 2014

Source : http://lesahel.org

 

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)POLITIQUE.Tue, 25 Nov 2014 03:40:39 +0000
Journée parlementaire d’information : Vers la création d’un fonds pour les générations futureshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/assemblee-nationale/item/68778-journee-parlementaire-d-information-vers-la-creation-d-un-fonds-pour-les-generations-futureshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/assemblee-nationale/item/68778-journee-parlementaire-d-information-vers-la-creation-d-un-fonds-pour-les-generations-futures

Joe Amoako TuffourLe Niger fait partie des pays, adhérents à l’ITIE, qui font des progrès notables en termes de transparence dans la gestion des ressources provenant de l’exploitation minière et pétrolière. Ce progrès doit inciter à faire mieux, c’est-à-dire, à l’exemple d’un pays comme le Ghana, créer un fonds alimenté par l’argent provenant de l’exploitation de ces ressources en faveur des générations futures.


C’est cette perspective que poursuit le Réseau parlementaire nigérien sur la gestion transparente dans les industries extractives et c’est dans ce cadre que le Réseau a organisé, dimanche dernier, avec l’appui du NDI, une journée parlementaire d’information à l’intention des députés. En effet depuis son retour au Niger le National Democratic Institute (NDI) travaille, à travers son partenariat avec l’Assemblée nationale, pour une prise de  conscience plus aigue des élus nationaux à la prise en compte des intérêts des populations qui les ont élus.
Dans la perspective de voir l’initiative de création d’un fond pour les générations futures aboutir, le NDI s’efforce d’appuyer et de renforcer les capacités des parlementaires plus particulièrement le Réseau parlementaire sur la gestion transparente dans les industries extractives.
Intervenant à cette cérémonie, le Représentant résident du NDI au Niger, M. Jean Nico, a expliqué qu’avant l’organisation de la présente journée parlementaire une délégation de ce Réseau parlementaire a effectué du 13 au 19 aout 2014 une mission au Ghana pour être édifiée de l’expérience de ce pays à ce sujet. En intervenant à la cérémonie d’ouverture, le Président du Réseau parlementaire nigérien sur la gestion transparente des industries extractives, l’honorable Amadou Ali Djibo dit Max, a indiqué que la mission du Réseau, qui a été créé en 2012 par les députés de tout bord politique, est « de promouvoir la transparence dans la gestion des ressources naturelles exploitées au Niger en participant non seulement à l’amélioration du cadre légal mais aussi en veillant à ce que les ressources y provenant soient mieux gérées par les gouvernants. Le Niger qui a adhéré à l’ITIE en 2007, est devenu pays conforme en 2011.
Cette adhésion à l’Initiative emporte comme conséquence pour le pays la publication des revenus générés par la vente des ressources et des avoirs versés à l’Etat par les Compagnies. Mieux, a continué le député Amadou Ali Djibo, le Constituant de 2010 a prévu une section entière à la gestion des ressources du sous-sol nigérien en explicitant les domaines dans lesquels les produits issus de la vente des ressources naturelles doivent être affectées pour le bien des générations présentes. Il a en outre fait injonction à l’Etat de prendre une loi afin de prévoir la part pour les générations futures». Enfin en intervenant, le 5ème Vice Président de l’Assemblée nationale, M. Mohamed Ben Omar, a indiqué que « la transparence dans la gestion des ressources naturelles est de nos jours une préoccupation  aussi  bien  pour les populations qui  sont censées être les bénéficiaires que pour les   partenaires au développement qui nous accompagnent.  Elle demeure en  un défi pour les autorités de la 7ème République qui ne ménagent aucun effort pour sa concrétisation. En effet, il n’est un secret pour personne que selon des études réalisées en Afrique, tes recettes provenant de la vente des produits naturels n'ont pas permis le développement des pays et les populations en bénéficient très peu.
Evidemment notre pays n'en fait pas exception et notre économie a dépendu pendant des décennies des cours mondiaux de l'uranium et peut être dépendra du pétrole les années à venir. Il est donc important pour nous chers collègues, a continué le 4ème Vice-président, de faire en sorte que notre économie ne soit plus dépendante ni de l’uranium, encore moins du pétrole en épargnant une part de revenus provenant de leur vente ». La journée parlementaire a été animée par un exposé débat animé par un expert ghanéen, le Pr Joe Amoako Tuffour. Brillant économiste il a joué un rôle important dans la mise en place de la loi sur le fonds des générations futures au Ghana alimenté par les ressources provenant de l’industrie pétrolière.
 Mahaman Bako

 

25 novembre 2014

Source : http://lesahel.org

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)Assemblée NationaleTue, 25 Nov 2014 03:20:52 +0000
Diplomatie : Le ministre d’Etat, en charge des Affaires Etrangères et de la Coopération a reçu les copies figurées des lettres de créance de trois ambassadeurshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/diplomatie/item/68776-diplomatie-le-ministre-d-etat-en-charge-des-affaires-etrangeres-et-de-la-cooperation-a-recu-les-copies-figurees-des-lettres-de-creance-de-trois-ambassadeurshttp://nigerdiaspora.net/les-infos-du-pays/diplomatie/item/68776-diplomatie-le-ministre-d-etat-en-charge-des-affaires-etrangeres-et-de-la-cooperation-a-recu-les-copies-figurees-des-lettres-de-creance-de-trois-ambassadeurs

Bazoum Amba TurquieLe ministre d’Etat, ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, M. Mohamed Bazoum, a reçu, dimanche dernier, dans l’après midi, les copies figurées des lettres de créance de trois ambassadeurs accrédités auprès de la République du Niger. 


Bazoum Amba JaponIl s’agit de SEM  Huseyin Ozdemir, en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Turquie  auprès de la République du Nige avec résidence à Niamey ; de SEM Alejandro Israel Correa Ortega, en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Venezuela  auprès de la République du Niger, avec résidence à Cotonou au Bénin, et enfin de SEM Kawamura Hiroshi, en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Japon  auprès de la République du Niger avec Résidence à Abidjan en Côte d’Ivoire.Bazoum Amba Venezuela

Seini Seydou Zakaria

 

24 novembre 2014

Source : http://lesahel.org

 

]]>
boubaged@gmail.com (Nigerdiaspora)DIPLOMATIE..Tue, 25 Nov 2014 03:14:45 +0000