Les nouvelles du Pays


  • Au Conseil des ministres du jeudi 15 novembre 2018 : Examen et adoption de plusieurs projets de textes

    Au Conseil des ministres du jeudi 15 novembre 2018 : Examen et adoption de plusieurs projets de textes

Monsieur le Directeur Général, l’ANVD a été distinguée, en septembre dernier, du prestigieux prix Awards en Excellence et Qualité, lors du 32ème congrès International de la Qualité tenu à Francfort, en Allemagne. Qu’est-ce qui justifie une telle distinction de portée internationale ?

Merci beaucoup pour l’opportunité que vous me donnez de parler de notre Agence et de ses activités. Effectivement, l’Agence Nigérienne de Volontariat pour le Développement a été récemment distinguée par le Business Initiative Direction (BID), lors du 32ème congrès international de la qualité tenu à Francfort en Allemagne. Il s’agit du Prix international Awards in Excellence and Quality dans la catégorie OR que l’ANVD a obtenu. Ce choix a été fait sur la base des critères, notamment le Total Qualité Management (TQM). C’était au cours d’une importante cérémonie qui a regroupé plusieurs entreprises en provenance du monde entier. Cette distinction a pour nous une seule explication : c’est en fait la reconnaissance des efforts que déploie notre Agence, notamment dans la conduite d’un management inclusif, de la gestion axée sur les résultats (GAR), ainsi que le développement d’un partenariat tous azimuts sur le plan international.

Il ne faut pas non plus occulter le leadership de l’ANVD dans la promotion du volontariat national et au sein des organisationsous régionales de volontariat de la CEDEAO et la qualité du plaidoyer fait par le Niger, notamment par la voix du Président de la République, SEM. Issoufou Mahamadou, relativement à la contribution que le système de volontariat peut apporter dans l’atteinte des Objectifs du Développement Durable (ODD).

 

Madame la maire, présentez-nous la Commune urbaine de Birni Ngaouré.

La Commune urbaine de Birni Ngaouré, a été créée par la loi N° 2002-14 du 11 JUIN 2012. Elle est limitée à l’ouest par les Communes rurales de Fakara et N’Gonga ; au sud par celles de Kankandi et de Fardji; au nord par N'Gonga et à l’est par la commune de Golé. Le chef-lieu de la Commune qui est Birni Ngaouré est situé à 33 kilomètres de Dosso et à 105 km de Niamey, la capitale – ce qui fait d’elle un carrefour de brassage et d’échanges de cultures. La Commune couvre une superficie de 516 Km2 ; elle compte 62 villages et quartiers administratifs. Sa population est majoritairement composée de Peulhs, Zarmas, Haoussas et des Touaregs ; elle est estimée à 53 323 habitants selon le RGP/H 2012. Les activités des populations de la Commune sont l’agriculture, l’élevage et le petit commerce.

Votre Commune étant un important carrefour économique, peut-on estimer que Birni N’Gaouré est une Commune riche ? Ou plutôt, a-t-elle les moyens de sa politique ?

La Commune n'est pas riche parce qu'elle n'a pas les moyens de sa politique. A titre d'exemple, le PDC qui est quinquennal a un taux d’exécution qui tourne autour de 15 à 20 %.

Le 1er octobre prochain, les élèves des écoles primaires vont reprendre le chemin de l’école. Cette rentrée scolaire 2018-2019 s’annonce sous des auspices des réformes initiées par les Autorités de la 7ème République. Le ministre de l’Enseignement primaire, de l’Alphabétisation, de la Promotion des langues nationales et de l’Education Civique, M. Douada Mamadou Marthé, a apporté des précisions sur ces réformes.

Monsieur le ministre, la rentrée scolaire 2018-2019 c’est dans quelques jours. Peut-on savoir les dispositions prises, sur le plan national, par votre Ministère pour une bonne rentrée scolaire?

Des dispositions sont prises, d’abord par l’envoi des fournitures scolaires au niveau de toutes les régions. Nous avons aussi procédé aux affectations inter-régionales des enseignants. Nous avons également pris d’autres décisions pour que des nouvelles inspections soient créées, c’est une centaine d’inspections qui ont été créées, dans le cadre du transfert des compétences et de la décentralisation, où il a été prévu une inspection par commune, en respectant les dispositions qui exigent un minimum de trente (30) écoles et entre 50 à 60 enseignants, pour créer une inspection. Ainsi, c’est pour dire que nous sommes à pied d’œuvre pour que la rentrée scolaire se fasse sans difficultés. Dans ce cadre, j’ai rencontré, ici à Niamey tous les Directeurs régionaux de l’éducation, auxquels j’ai confié un certain nombre de tâches à exécuter avant la rentrée. Nous avons aussi envoyé des missions mixtes, composées des agents du Ministère de l’Enseignement primaire, des associations actives dans le secteur de l’Education, des syndicats, dans toutes les régions du Niger. J’ai aussi personnellement rencontré tout ce beau monde pour lui dire comment la rentrée va se faire. Je puis vous assurer qu’actuellement tous les maires ont la liste exacte des écoles qui sont sous leurs responsabilités. Tous les inspecteurs ont aussi la même liste, ils ont aussi la liste de tous les enseignants contractuels, qu’ils ont trouvés. Donc la première des choses, il faut un contact imminent et immédiat entre les maires et les inspecteurs pour mettre en place un cadre harmonieux de travail. Ainsi, j’ai demandé et je le réitère ici à l’endroit de tous les inspecteurs de l’éducation qu’ils prennent attache avec les maires pour se comprendre et pour voir comment leurs relations, leur travail et particulièrement comment cette rentrée scolaire se feront avec beaucoup plus d’harmonie.

En janvier dernier, le gouvernement a adopté en Conseil des ministres le décret portant adoption du Plan de transfert de compétences et des ressources de l’Etat aux communes et aux régions pour la période 2018-2021, dans certains secteurs prioritaires dont celui de l’Education. Qu’est ce qui justifie cette décision et où en sommes-nous par rapport à son application ?

Le transfert de compétences et des ressources de l’Etat aux communes et aux régions est l’expression d’une volonté politique forte des Autorités de la République dans le cadre de la décentralisation et c’est pour nous une excellente chose qui permettra de partager nos responsabilités avec les communes, qui sont, en réalité, les structures les plus proches de l’école. Si par exemple, au niveau d’une commune, si tant est que c’est le Ministère qui va constater la présence ou l’absence d’un enseignant ou de celles d’un élève ou encore s’il s’agit de la construction d’une école ou d’une classe, nous ne pouvons que faire des hypothèses de travail. Parfois nos structures qui vont sur le terrain n’ont pas la maîtrise totale de tous ces aspects. Or, un maire, en tant qu’élu local, a toutes les compétences pour mieux connaître et maîtriser ces questions. C’est donc une sorte de partage des responsabilités entre les maires et l’administration, de façon qu’il y ait un bon fonctionnement et suivi de notre système éducatif. Nous avons près de 19.000 écoles au Niger, à partir de cet instant, il nous faut donc une administration de proximité pour que notre système éducatif redémarre. Par rapport à l’aspect du Plan de transfert de compétences et des ressources de l’Etat aux communes et aux régions, la question qui va immédiatement se poser est celle de la signature des contrats. Tous les enseignants contractuels qui sont dans notre système éducatif, à partir du 1er octobre 2018, vont signer des nouveaux contrats. Contrats qui les rattachent à la Mairie. Donc nous leur demandons urgemment de prendre attache avec les maires pour qu’ils signent ces nouveaux contrats, non pas sur le champ, car le processus peut prendre deux à trois mois. A cet effet, un planning sera fait entre les inspecteurs et les maires, c’est un dispositif interne, pour programmer et savoir pour telle école ce sera à telle date, etc. donc des nouveaux contrats seront signés en 4 exemplaires. Un pour l’enseignant, un destiné à l’inspection, un pour la Mairie et enfin un pour le Ministère. Dans tous les cas même en situation normale c’est cette procédure qui est appliquée. Cependant, il y a le cas des enseignants titulaires, ces derniers ne signent pas de contrats. Ils sont concernés par un acte du préfet du département où se trouve la commune, qui, par décision désigne que tels et tels enseignants sont mis à la disposition de telle commune. Par exemple, le préfet de Kollo, peut dire, les 20 enseignants qui figurent sur cet acte ou sur la décision exerça à N’Dounga sont mis à la disposition de la commune de N’Dounga. Seul lui peut le faire maintenant, il revient au maire, à partir de cet instant, de procéder à l’affectation de ces enseignants titulaires. La même chose pour les agents contractuels, tous les actes administratifs que les préfets ont signés avant, que ce soit les affectations, les nominations des directeurs, tout cela devient caduque. Donc il faut maintenant que le maire prenne un acte, même si c’est pour confirmer un enseignant à son poste. Il faut un nouvel acte, par exemple, pour dire qu’un tel enseignant qui était à N’Dounga est encore confirmé à N’Dounga et changer de commune s’il est affecté ailleurs. Quoi qu’il en soit, même pour un directeur il faut ce nouvel acte. Donc même pour les titulaires il faut des nouveaux actes. Ainsi, aussi bien pour les enseignants contractuels que pour les titulaires il faut des nouveaux actes pour les nommer ou pour les affecter. C’est donc désormais les maires qui font les affectations ou les confirmations, c’est aussi eux qui nomment les directeurs d’écoles même si c’est pour confirmer et c’est eux aussi qui vont créer les écoles. Le décret 2000-457/PRN/MEP du 8 décembre 2000, stipule les conditions de la création d’une école. Après la création de l’école, le maire nous fait, avec l’inspecteur le compte rendu. Les maires, les inspecteurs et les directeurs font donc le recrutement, les affectations, la construction de classes, les transports et la gestion des fournitures. Mais le maire n’a le pouvoir d’affectation qu’au niveau de sa commune, donc il ne peut pas affecter un enseignant d’une commune à une autre. Par contre, le préfet lui, peut mettre des enseignants à disposition d’une commune à une autre. Le Gouverneur peut lui, à son tour, mettre à disposition des enseignants d’un département à un autre, c’est que le préfet et le maire ne peuvent pas faire.

Monsieur le ministre, pensez-vous que nos communes et nos régions ont les moyens pour réussir ce transfert de compétences, surtout quand on sait que certaines communes ne sont pas viables ?

Ce n’est pas une question de viabilité seulement. Car en fait, la commune n’a pas en tant que telle la responsabilité, par exemple, de faire un financement pour l’instant de grande envergure. Il y a des compétences précises qui leur sont reconnues et définies. Il y a des textes qui explicitent ce que le maire doit faire. Par exemple, la construction, l’équipement et l’entretien des infrastructures scolaires; l’acquisition et la gestion de fournitures, l’élaboration de la carte scolaire ainsi que le recrutement et la gestion de contractuels. En vérité, on restera dans le même schéma que nous avons actuellement, à la seule différence qu’il y a des points précis où les maires doivent agir. Par exemple, concernant la construction des classes. Ce n’est pas qu’ils vont construire ces classes mais c’est à eux de faire la passation des marchés, or à l’état actuel des choses, c’est le Gouverneur qui signe les marchés au niveau local ou régional. Donc au lieu que le Gouverneur signe le contrat de la construction d’une classe, c’est maintenant au maire de le faire. Et le paiement ne se fera pas par le budget de la commune, mais par l’agent spécial donc le responsable financier au niveau du département. Donc on ne donnera pas les biens de l’Etat aux communes, en tant que tel mais plutôt on donnera la responsabilité d’attribution des marchés aux maires et les paiements se feront par les responsables financiers départementaux. Concernant les salaires des enseignants titulaires et des contractuels, à l’état actuel des choses, les états de paiement sont signés par les inspecteurs et les préfets. A partir de décembre 2018 ou janvier 2019, certes les inspecteurs garderont leur signature, au lieu que les préfets signent c’est aux maires d’apposer leurs signature sur ces états de paiement et ce paiement se fera toujours au niveau des départements. Si on continuait de payer par billetage, il y aura à termes des problèmes. C’est donc pour qu’il n’y ait pas de confusion que nous allons demander à tous les enseignants du Niger, titulaires comme contractuels, d’ouvrir un compte. Ainsi, automatiquement, de la même manière que moi fonctionnaire je suis payé à travers mon compte bancaire, l’enseignant, contractuel ou titulaire, quelle que soit sa localité, le sera aussi par l’entremise d’une banque…

…Et dans les localités où les banques n’existent pas ?

A ce niveau c’est des mutuelles qui s’en chargent. Par exemple, à un certain moment nombreux sont les contractuels qui étaient à Asusu, maintenant nous sommes en train de négocier avec Al-Izza et Nita qui sont des agences de transfert d’argent, et qui sont beaucoup plus déconcentrées et implantées un peu partout sur notre vaste territoire, pour que ces enseignants puissent, à travers ces mutuelles et ces structures, accéder à leurs salaires et pécules et que la répartition se fasse sans accroc. Surtout qu’il y a la question de la gestion de temps scolaire. Certains enseignants, pour chercher leurs salaires prennent jusqu’à 15 jours. Souvent ils arrivent à l’endroit où ils doivent percevoir les salaires et on leur dit qu’il n’y pas de disponibilité financière. Ce qui prolonge la durée d’attente. C’est aussi pour éviter ces genres de désagrément que nous avons pris des mesures, pour qu’au même moment que le paiement des fonctionnaires se fait dans les banques, qu’aussi ces enseignants, contractuels et titulaires soient payés par ces

mutuelles et ces agences de transfert d’argent.

L’année scolaire 2017-2018 a été caractérisée notamment par un important redéploiement des enseignants contractuels hors de Niamey. Redéploiement qui continue d’ailleurs et qui fait beaucoup parler de lui. Où en est-on sur cette question ?

Ces redéploiements entrent dans le cadre d’une gestion rationnelle du personnel. On s’est retrouvé, dans les centres villes avec beaucoup d’enseignants, certaines classes enregistrent des surplus d’enseignants alors que dans certaines localités vous avez des écoles qui n’ont pas suffisamment de maîtres. A Niamey par exemple, nous avons enregistré 3.800 enseignants en surnombre. Des régions comme Tillabéry, Tahoua et Dosso avaient un besoin. Nous avons aussi constaté qu’à Niamey il y avait plus de femmes en surnombre et surtout elles ne tenaient pas de classes. Nous avons donc décidé de les redéployer, en attendent que nous réfléchissions et trouvions une solution. Nous avons donc affecté environ un millier de ces contractuels hommes comme femmes. Ils ont été principalement redéployés à Dosso, Tillabéry et Tahoua. Au cours de ces vacances, nous avons fait le point. Pour essayer de rapprocher les épouses de leurs maris et de leurs enfants. Nous avons donc essayé de faire une réorganisation au niveau de Niamey. Ainsi, 126 secteurs pédagogiques ont été créés qui seront dirigés par des Conseillers pédagogiques et des inspecteurs faisant fonction. A ces secteurs pédagogiques nous allons envoyer 2 à 3 anciens enseignants ayant des numéros matricules tournant entre 50 à 60.000, car on pense qu’ils sont les plus expérimentés. Nous allons leur apporter une formation en encadrement et c’est eux qui vont servir d’encadreurs des nouveaux enseignants qui seraient sur le terrain, particulièrement à Niamey. Avec ce processus, nous allons créer un besoin à Niamey. Si nous arrivons à créer un besoin de 200 voire 300 postes, nous allons ramener certaines femmes mariées à Niamey. Les autres, nous allons là aussi fait le point pour essayer de ramener certaines dans la périphérie de Niamey. Au niveau de cette périphérie, nous avons créé l’inspection de Liboré, N’Dounga, Bitinkodji, Kollo, Karma et Hamdallaye. Nous avons affecté quelques 400 enseignants à affecter au niveau de cette périphérie et cela juste pour faire venir les femmes mariées redéployées à Tahoua, Dosso et Tillabéry. C’est pour dire, qu’en tous cas, nous sommes en train de prendre toutes les mesures nécessaires pour ramener ces femmes auprès de leurs enfants et de leurs époux.

Réalisée par par Mahamadou Diallo

Maradi : 12 décès et 50.642 personnes sinistrées dans des inondations12 personnes sont mortes et plus de 50.000 ont été sinistrées  dans les pluies diluviennes enregistrées au cours de cette saison   dans la région de Maradi, centre Est du Niger, annoncé à l’ANP  le secrétaire permanent régional du dispositif national de prévention et gestion des crises alimentaires,  M. Mani Issoufou.
Au total 7333 ménages  soit 50.642 personnes ont été déclarées sinistrées dont   12 décès et 26 blessés, a-t-il détaillé ajoutant que les eaux ont détruit ou endommagé  3153 maisons et 290 cases, 14 classes, 9 mosquées et 3 puits et tué ; 53 têtes de bétails et 75 volailles.
Au niveau des cultures, des champs ont été inondés sur  918 ha, alors que la  la chute de grêle  dans le département d’Aguié a endommagé 4701 ha de cultures.
La réaction des bonnes volontés se fait encore attendre,  selon le secrétaire permanent régional du dispositif national de prévention et gestion des crises alimentaires.
Pour le moment,  un don de 20 tonnes de riz  de la fondation TattaliIyalli  de la 1ere Dame Malika Issoufou  a été reparti au niveau de 13 communes dans 42 villages. L’UNICEF pour sa part a fourni 403 kits non vivres, composés surtout de nattes, seaux, bâches au niveau de six (6) communes dans 15 villages.
M. Mani Issoufou a enfin  lancé un appel  à l’endroit de leurs  partenaires pour qu’ils apportent une assistance aux sinistrés car il y a de ces  derniers ceux qui ont perdus leurs champs, d’autres leurs maisons, sans compter d’autres formes de pertes.
27 communes couvrant 137 villages ou quartiers sur l’ensemble des départements de la région de Maradi  ont enregistré des dégâts.
Selon le Bureau des Nations Unies pour les Actions Humanitaire au Niger (OCHA),  ‘’quelques 170 000 personnes pourraient être affectées par les inondations cette année notamment dans les régions de Dosso et Niamey ‘’.
« Les prévisions pour la période août septembre 2018 laissent entrevoir des très fortes pluies dans toutes les régions du pays et qui risquent d’engendrer d’importantes inondations », alerte OCHA.
AT/CA/MHM/ANP – 0075 Septembre 2018

24 septembre 2018
Source :http://www.anp.ne

‘’On vient de loin, c'est vrai, mais on avance vite et c'est bien avec des résultats encourageants’’ ainsi s’exprime Mme Moussa Khadîdja, la présidente du Groupement Féminin ‘’Toune ni bon sé’’ du quartier Yantala de Niamey. Une manière d’exprimer leur combat pour lutter contre la pauvreté. Longtemps écartées soit directement, soit indirectement, de nos jours, les femmes sont de plus en plus des créatrices et des reperceuses d'entreprises.» Elles ont pu mesurer la portée des défis immenses qui s’offrent à elles pour faire face à leur autonomisation.

« Dans tous les domaines, elles doivent être présentes, elles l’ont compris et se sont levées comme un seul homme pour s’investir corps et âmes dans la pratique de la culture de contre saison et des activités qui génèrent des revenus ». affirme une amie à la Présidente Mme Sakina qui fait aussi partie de ces braves femmes du groupement ‘’Toune ni bon sé ‘’ qui veut dire en langue locale ‘’Lèves toi’’

Les Organisations Non Gouvernementales dans leur volet leadership féminin et sécurité alimentaire font face à la situation préoccupante, pour cela elles œuvrent pour améliorer durablement l’état nutritionnel des ménages ruraux et réduire le taux de malnutrition des ménages. Outre la culture de contre saison, nous fait savoir la présidente, les femmes du Groupement font du Savon liquide, du savon de toilette, de gommage pour femmes, de l’encens, de la pommade et divers autres articles qu’elles revendent. Ce rassemblement regroupe en son sein près de trente(30) femmes.

Idées et opinions

Interview

Culture

Patrimoine immatériel de l’humanité en musique : L’Inzad, une vielle monocorde traditionnelle commune à préserver

L'Inzad, élément culturel commun à plusieurs pays de la bande sahélienne, dont l’Algérie, le Mali ou le Niger, est une vielle monocorde traditionnelle... ...

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Le Comité Exécutif du Conseil Africain de la Musique dont le siège est basé à Brazzaville au Congo a décidé d’admettre le groupe nigérien Sogha comme ... ...

Culture : Le Musée national Boubou Hama réceptionne le pavillon rénové du pétrole

La cérémonie de réception du Pavillon du musée national Boubou Hama dédié à l’exploitation du pétrole au Niger a eu lieu, le samedi 6 octobre dernier... ...

Cure salée : Le Premier ministre visite un site de vaccination du bétail et échange avec les chefs traditionnels, les cadres régionaux et les femmes l…

Après la cérémonie d’ouverture de la 54ème édition de la Cure Salée qu’il a présidée dans la matinée, le Premier ministre, Chef du gouvernement SE. Br... ...

Projection de la série ‘’Femme actuelle’’ de Boubacar Djingarey Maiga : Une série de treize épisodes présentée au public

Deux ans après son film “dans le noir”, Boubacar Djingarey Maiga nous revient avec une série de treize épisodes de treize minutes (13) chacun, tirée d... ...

Niger : Guéréwal ou l’hymne à la beauté bororo, l’une des attractions de la cure salée

La cure salée ou le rassemblement annuel des nomades à In’Gall du 14-16 septemebre  donne aussi l’occasion aux peulhs bororos ou wabaadé d’organi... ...

À Zanzibar : Honneur au cinéma nigérien !

Non seulement le film de Rahmatou Keïta, Zin'naariyâ!, était le seul et unique film de long métrage de toute l'Afrique de l'Ouest sélectionné pour la ... ...

Agadez : Première réunion préparatoire de la cure salée édition 2018

Le gouverneur de la région d’Agadez M. Sadou Saloké a présidé la première réunion préparatoire de la cure salée édition 2018. Au cours de cette réunio... ...

Oumarou Ganda, un grand ambassadeur de la culture nigérienne

Son effigie tarde à s’implanter dans la colonne des Etalons de Yennega au Festival Panafricain de Cinéma de la Télévision de Ouagadougou pour inaction... ...

Politique

Actu africaine

Afrique : Possible circulation sans visas avant fin 2018 ?

L’Union africaine a fixé à 2018 le délai pour la suppression des exigences de visa pour tous les citoyens africains dans tous les pays africai... ...

Toute l’histoire de la transsaharienne : le projet routier titanesque qui va révolutionner le commerce intra-africain

 Le projet de construction de la route transsaharienne est né vers la fin des années 1960 pour désenclaver la région du Sahel et favoriser les éc... ...

Christophe Viarnaud : «Le futur de l'Afrique va passer par la révolution énergétique, la révolution de l'agriculture et la révolution de l'éducation»

ADEA’s Mission in Angola (July 2015) | Copyright: ADEAChristophe Viarnaud est le fondateur de Methys, une entreprise spécialisée dans la digitalisatio... ...

La Zlec, une chance de transformer l’Afrique

L’Afrique est en train de changer. Certains considèrent ces changements comme des défis, mais il faut les voir comme des opportunités. Prenons, par e... ...

L'Afrique que du temps perdu ! : Par Dr Abdoulaye HASSANE DIALLO

Ce titre me parait convenir à la situation que vit notre continent, l’Afrique, berceau de l’Humanité. II n’est donc pas exagéré par rapport à sa traje... ...

Difficile pour les Africains d’aller dans un autre pays africain

Le président rwandais Paul Kagame et l'ancien président de l'Union africaine Idriss Déby ont reçu les premiers passeports de l'UA en 2016 De nombreux ... ...

Afrique - Jean-Michel Huet : « Il est temps d'y aller ! »

Coauteur du rapport de l'Institut Montaigne « Prêts pour l'Afrique d'aujourd'hui ? », Jean-Michel Huet se veut afro-réaliste. Voici son analyse du con... ...

La France perd des parts de marché partout en Afrique

En quinze ans, la France a vu sa part de marché tomber de 11 % à 5,5 % en Afrique. La Chine a occupé le champ laissé par les Européens selon... ...

Étudier : pourquoi le choix de l'Afrique

« À nos partenaires du Nord, aux étudiants surtout, je dirai : N'ayez pas peur de venir en Afrique. Nous travaillons dur et obtenons des rés... ...

Revue de Presse Labari