Les nouvelles du Pays


  • Conférence de presse sur le nouveau Plan de Développement Economique et Social (2017­- 2021) en prélude à la Table ronde de Paris

    Conférence de presse sur le nouveau Plan de Développement Economique et Social (2017­- 2021) en prélude à la Table ronde de Paris

Africa Ceo Forum 2017Réinventer le modèle d’affaires africain. C’est sur ce thème que se sont penché, lundi matin à Genève, les milliardaires Mo Ibrahim et Naguib Sawiris. Pour l’inauguration du 5e Africa CEO Forum, les deux stars africaines étaient entourées de Pierre Guislain, vice-président du secteur privé auprès de la Banque africaine de développement (BAD), ainsi que de Saran Kebet-Koulibaly, vice-présidente de la Société financière internationale, gérant un portefeuille évalué à près de 50 milliards de francs.

Lire aussi: Amir Ben Yahmed: «J’attends des entreprises suisses qu’elles fassent preuve d’audace et d’ambition»

«Un nouveau modèle d’affaires pour l’Afrique? On ne parle pas ici d’une entreprise, mais de 54 pays», s’étrangle Mo Ibrahim, le magnat des télécommunications anglo-soudanais, fondateur de Celtel, une société qu’il a vendue en 2005 pour près de 3,4 milliards de francs. Selon la cheville ouvrière de la Fondation Mo Ibrahim, qui publie chaque année un indice de gouvernance africaine, le dynamisme du continent n’est paralysé que par un seul facteur: la corruption. «La Guerre froide, qui a placé au pouvoir des fous sanguinaires, a été davantage préjudiciable que le colonialisme», lâche-t-il, sous les applaudissements nourris du public de l’Hôtel Intercontinental, pour l’occasion entièrement privatisé.

Un débat animé

Même son de cloche de Naguib Sawiris, membre de la dynastie à la tête d’Orascom, également 460e fortune mondiale selon le magazine Forbes: «L’Afrique n’est pas différente du reste du monde. Mais elle est encore trop souvent dirigée par des mafieux.» D’après le frère aîné du milliardaire égyptien Samih Sawiris, à l’origine du méga projet de complexe touristique d’Andermatt (UR), les cas de fraude institutionnalisée sont en recul, mais la marge de progrès reste importante.

Si un peu moins d’une dizaine d’économies africaines ont connu des taux de croissance supérieurs à 6%, la progression moyenne de l’Afrique est passée de 5,3% entre 2010 et 2014 à 3,4% en 2015. En territoire subsaharien, elle est même tombée à 1,4% l’année dernière. Pire: les économies des deux champions du continent, le Nigeria et l’Afrique du Sud, pesant 32% de ce que produit l’Afrique, sont notoirement sinistrées. «Comme le disait Warren Buffet, c’est quand la mer se retire que l’on voit ceux qui se baignent sans maillot», résume Amir Ben Yahmed, président de l’Africa CEO Forum, manifestation que la Chambre de commerce d’industrie et des services de Genève est allée chercher «avec les dents», dans le but de la pérenniser une année sur deux au bout du Léman.

Démocratiser l’électricité

Pour Saran Kebet-Koulibaly, «outre la bonne gouvernance en Afrique, il faut aussi améliorer la productivité du continent, via notamment les nouvelles technologies». Les quelque 1150 représentants d’entreprises suisses et africaines, ainsi que des chefs d’Etat présents dans la salle de conférences genevoise acquiescent. Et Mo Ibrahim de nuancer: «Le numérique, c’est en effet très à la mode. Mais il faut aussi faire de l’agriculture un secteur «sexy», car 70% de nos emplois en dépendent.» D’après lui, l’Afrique souffre d’un autre déséquilibre tragique. «Le continent regorge de terres arables, mais seul 2% des étudiants optent pour ce champ d’études», assène-t-il.

A en croire Pierre Guislain, régler le problème de sécurité alimentaire ne suffit pas. Il faut aussi offrir l’accès à l’électricité au plus grand nombre. A l’horizon 2050, l’Afrique aura battu les courbes démographiques asiatiques. Pour garder leur pouvoir, les dirigeants africains devront s’atteler à brancher leur population. «Ainsi, le secteur privé du continent pourra se déchaîner. L’Afrique sera alors inarrêtable», conclut-il.

Dejan Nikolic

21 mars 2017
Source : https://www.letemps.ch/

Le Nigérien de la semaine


Anne Rachel Inne
 
 
 
 
 

Revue de Presse Labari

Idées et opinions

Société

Interview

Culture

Conférence de presse, en prélude au concert de MALI YARO

YOUNBAN c’est le nom du prochain album de l’artiste MALI YARO qui sera vernis le 9 décembre prochain au palais des congres de Niamey. En prélude à ce ... ...

Niger - Aïcha Macky : "J'ai voulu changer le regard sur l'infertilité"

C'est sa 41e récompense. Cette fois, c'est une étoile, celle de la SCAM (Société civile des auteurs multimédias), qui distingue chaque année les 30 me... ...

Portrait d’artiste : Mali Yaro, l’enfant sacré de Sirki Koira

Né en 1973 à Sirfi Koira, dans le département de Téra, année durant laquelle une bonne partie de l’Afrique de l’ouest a connu une disette, DOULAYE BOU... ...

Artiste chanteur Ismaêl Diallo : Ismo One, la force tranquille

La world music, c’est ce mélange d’Afro Zouk, Hip Hop, Reggae, Ragga et Funk comme effet de temps et de mode. Parmi les artistes en vogue dans ce doma... ...

Agadez : le Bianou, l’unité dans la ferveur

Le samedi 30 septembre 2017, Agadez a vibré aux sons, rythmes et danses de la fête de Bianou. Des moments de joie et de communion Une fête religieuseF... ...

In ’Gall : la grande fête annuelle des éleveurs nomades du Niger

L’édition 2017 de la Cure Salée s'ouvre aujourd’hui à In‘Gall. A l'’instar des années antérieures, ce sont des milliers d’éleveurs, venus d’horizons... ...

4ème édition du festival international de danse « Rue Dance Niger» : Promouvoir le patrimoine culturel à travers la danse

La 4ème édition du festival international de danse « Rue Dance Niger» a débuté hier après midi à Niamey. La cérémonie officielle d’ouverture de cette ... ...

Le festival de Kazan à l'heure du Niger : Projection du film Zin'naariyâ! de Rahmatou KEÏTA

Pour la première fois, un film Nigérien en compétition au Festival International du Cinéma Musulman de Kazan (Tatarstan - ... ...

Portrait : Amadou Edouard Lompo : Dramaturge, écrivain et scénariste nigérien

Conseiller pédagogique de français de son Etat, Amadou Edouard Lompo est un passionné de la littérature. Il termine son do... ...

Politique

Actu africaine

Tant que l’Afrique restera désunie…

C’est vrai qu’il faut casser le caillou sur lequel on s’est brisé le front en trébuchant. Mais il est plus indiqué de repartir s’enquérir des nouvelle... ...

Sécurité "C'est l'heure pour l'Afrique de se prendre en charge"

Le président sénégalais, hôte du 4ème Forum international sur la paix et la sécurité de Dakar a rendu hommage aux Forces Armées sénégalaise, ici le 1... ...

Forum économique de Malabo : faciliter les échanges commerciaux en Afrique

13% tel est le taux de l’ensemble des activités de commerce sur le continent africain, selon la Commission Economique des Nations-Unies pour l’A... ...

Chômage des jeunes en Afrique : la vraie raison !

Dans son article, Karol Boudreaux, explique d’abord ce qu’elle entend par chômeur (sans emploi, sous employés, secteur informel). Elle décortique ensu... ...

NEPAD : de nouvelles stratégies pour transformer l'agriculture africaine à l'étude

De nouvelles stratégies pour la transformation de l'agriculture sur le continent africain sont en cours d'élaboration par le Nouveau partenariat pour ... ...

Côte d'Ivoire : Après l'inauguration du barrage de Soubré, le tarif de l'électricité va baisser

Le prix de l'électricité va baisser en Côte d'Ivoire. Du moins si l'on suit sa logique et s'en tient au discours prononcé par le président de la Répub... ...

Afrique centrale: la libre circulation des personnes devient une réalité

La Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (Cemac) a "pris acte" mardi de la ratification fin octobre, par tous les Etats membres, de l... ...

Communiqué final issu de la 4ème Réunion de la Task Force sur le Programme de la monnaie unique de la CEDEAO (2)

Les Etats membres invités à poursuivre les réformes structurelles engagées pour s'affranchir des fluctuations des cours des matières premières et perm... ...

« L’Afrique n’a pas besoin d’aide, un système financier moins cynique lui suffirait »

Echange de dollars contre des dinars au marché noir, à Tunis, en août 2017. Crédits : Zoubeir Souissi/REUTERSPour notre chroniqueur, « l’aide au ... ...