lundi, 09 juin 2014 22:32

Décès de l'émir de Kano, un des principaux dignitaires musulmans du Nigeria, à l’âge de 83 ans

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Ado Bayero NigerL'un des principaux dignitaires musulmans du Nigeria, l'émir de Kano (nord), est mort vendredi à 83 ans, posant la question de la succession de cette p

 

ersonnalité clé dans une région ravagée par les violences du groupe islamiste Boko Haram.

Emir depuis 1963, Ado Abdullahi Bayero a succombé à un cancer, a annoncé le palais de l'émir. Il était, avec le sultan de Sokoto et le Shehu de Borno, l'un des chefs religieux traditionnels les plus influents du nord du Nigeria, majoritairement musulman. Des milliers de personnes ont envahi les rues de Kano, la deuxième ville du pays, pour lui rendre un dernier hommage. Nous avons perdu un père et un leader, a déclaré l'une d'entre elles, Haruna Bala, un mécanicien de 37 ans, en larmes. Après les prières, des milliers de fidèles ont accompagné le cortège funèbre jusqu'à l'endroit où l'émir reposera auprès de ses ancêtres, tandis qu'une foule était massée le long des trois kilomètres du parcours.

L'émir était resté très en retrait récemment à cause de sa maladie, au moment où le nord du Nigeria attirait l'attention du monde entier avec le rapt de plus de 200 lycéennes à Chibok (nord-est), mi-avril dans l'Etat de Borno, par le groupe islamiste armé Boko Haram.

Le président nigérian Goodluck Jonathan, qui a exprimé ses condoléances dans un communiqué, a estimé que la mort de l'émir est une perte pour la Nation et l'a décrit comme un des chefs traditionnels les plus respectés, doté d'une immense sagesse.

“L'émir sera toujours dans nos mémoires et vénéré par la population de Kano et tous les Nigérians pour son immense sagesse et compétence en tant que chef traditionnel, et pour avoir utilisé sa position afin de construire l'unité et l'harmonie dans notre pays”, a déclaré M. Jonathan. L'émir de Kano avait survécu, ainsi que le shehu de Borno, à des tentatives d'assassinat du groupe islamiste Boko Haram qui leur reproche de trahir la religion en se soumettant à l'autorité du gouvernement nigérian.

 

10 juin 2014
Publié le 10 juin 2014
Source : Le Sahel
{module 583}

Actu africaine