dimanche, 25 janvier 2015 05:40

L'Afrique connaîtra une croissance robuste en 2015

Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

Afrique Chantier 01Les économies africaines poursuivront leur croissance en 2015 grâce à l'investissement privé et à la consommation, qui sont depuis plusieurs années des moteurs essentiels de la croissance du produit intérieur brut (PIB) , selon le Rapport de l'ONU sur la situation et les perspectives de l'économie mondiale pour 2015 (rapport WESP).

 

 

Le PIB de l' Afrique devrait accélérer sa croissance, de 3,5% en 2014 à 4,6% en 2015 et 4,9% en 2016, selon ce rapport.

Dans sa présentation de son rapport jeudi devant la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (UN-CEA) à Addis Abeba, capitale de l'Éthiopie, le directeur de la division de politique macroéconomique au sein de la CEA, Adam Elhiraika, a déclaré que l'essor de la classe moyenne, l'amélioration du cadre économique et la baisse du coût des affaires étaient les principaux contributeurs de la croissance économique en Afrique.

L'économie mondiale devrait marquer une expansion un peu plus rapide, mais toujours à un rythme modéré, avec un taux de croissance du produit mondial brut (PMB) de 3,1% et de 3,3% en 2016, respectivement, contre 2,6% pour le taux estimé en 2014.

L'une des faiblesses majeures du contexte macroéconomique mondial reste la situation de l'emploi, car la croissance du PIB reste contenue et inférieur à son potentiel dans un grand nombre de régions du monde, de sorte qu'elle ne permet pas la création d'un nombre suffisant d'emplois productifs, selon ce rapport.

Le rapport met en garde que la croissance en Afrique est exposée à un certain nombre de risques de revers.

Parmi ces risques pour la croissance, M. Elhiraika a cité la baisse des cours pétroliers, la baisse des prix des matières premières, l'épidémie d'ébola en Afrique de l'Ouest, une nouvelle vague d'affaiblissement sur les marchés en développement,la persistance de l'instabilité politique dans certaines zones, ou encore l'éventualité de chocs liés au climat.

L'une des cinq sous-régions du continent, la sous-région d'Afrique de l'Est, devrait selon les estimations enregistrer la croissance la plus rapide, atteignant un taux de 6,8% en 2015 et de 6,6% en 2016.

"Le Kenya et l'Ouganda seront des moteurs de croissance essentiels.Le Kenya bénéficiera de l'expansion rapide des services bancaires et de communication ainsi que des investissements et infrastructures, en particulier dans le secteur ferroviaire. La croissance de l'Ouganda sera confortée par l'augmentation d' activité dans des secteurs tels que la construction, les services financiers, les transports et les télécommunications", indique ce rapport.

L'Afrique du Nord et l'Afrique australe devraient enregistrer une accélération de leur croissance, de 1,6% et 2,9% respectivement en 2014 à 3,9% et 3,6% en 2015.

Les perspectives d'intensification de la croissance en Afrique du Nord sont liées au regain de stabilité politique en Égypte et en Tunisie.

En Afrique australe, l'Angola, le Mozambique et la Zambie devraient rester les sources de croissance les plus rapides, toutefois en 2015 les accélérations de croissance devraient principalement être liées à l'augmentation des investissements dans les secteurs autres que diamantaire au Botswana, à la reprise de la consommation des ménages en Afrique du Sud, et à l'augmentation des investissements dans le secteur minier et l'exploration gazière au Mozambique.

L'Afrique de l'Ouest et l'Afrique Centrale devraient connaître une progression modérée de leur taux de croissance, de 4,3% et 5,9% respectivement en 2014 à 4,7% et 6,2% en 2015, la recrudescence d'instabilité politique et de terrorisme dans certains pays de la région comme le Mali, le Nigeria et la République de Centrafrique empêchant une expansion plus forte.

En Afrique de l'Ouest, l'épidémie d'Ebola et l'instabilité politique possible accrue à l'approche des élections au Nigeria constituent les principaux risques pour les perspectives.

Malgré une croissance continue dans la région, un certain nombre de risques internes et externes peuvent faire dérailler la performance économique de l'Afrique, selon le rapport.

Une période prolongée de baisse des prix pétroliers, un affaiblissement dans les économies développées, ou un nouveau ralentissement de la demande chinoise pour les matières premières affecterait négativement les revenus commerciaux du continent.

Le resserrement des conditions financières mondiales dans les pays développés tels que les Etats-Unis peuvent également conduire à la sortie de capitaux privés et accroître la volatilité des devises.

En outre, l'épidémie d'Ebola a déjà sévèrement touché les ressources humaines ainsi qu'un impact négatif sur le commerce des biens et des services en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone, les trois pays les plus touchés par l'épidémie. Si elle n'est pas contenue, l'épidémie poserait un risque majeur pour les perspectives de croissance dans la sous-région Afrique de l'ouest.

L'instabilité politique et le terrorisme et les troubles civils et du travail dans un certain nombre de pays africains continuent d'être une source de perturbation et des dommages, et pèsent négativement sur les investissements, le commerce et le tourisme.

Cependant, le nombre total de conflits armés en Afrique a diminué depuis 2000. En plus, des initiatives sont en cours au niveau continental pour traiter les questions de la paix et de la sécurité. Les chocs climatiques continueront également à être une source de risques à la baisse, puisque la plupart des économies africaines dépendent encore sur la production agricole.

 

L'inflation en Afrique devrait rester constante à une moyenne de 6,9% en 2015 et modérée légèrement à 6,7% en 2016. Depuis son sommet en 2012, l'inflation a baissé en raison de la modération des prix mondiaux des produits de base, de la nourriture, de l'huile et des importations industrielles, ainsi que des politiques monétaires prudentes de la région.

Les pays importateurs de pétrole devraient être les principaux bénéficiaires de la baisse des prix du pétrole et autres matières premières.

 

Pendant ce temps, les pays exportateurs de pétrole comme le Nigeria ont continué à voir l'inflation élevée en 2014, à une moyenne de 8,1%, avec un taux de 8,2% attendu en 2015.

Les pays riches en minéraux, comme la Sierra Leone et la Zambie devraient également connaître une légère baisse de l'inflation.

La baisse des matières premières et du pétrole et les politiques monétaires plus strictes des Etats-Unis pourraient peser négativement sur les monnaies des deux pays producteurs de pétrole et exportateurs de matières premières.

L'Afrique centrale enregistre les taux d'inflation les plus bas, principalement parce que la plupart des pays de cette région arrimer leur monnaie à l'euro.

 

On se attend également à diminuer l'inflation en Afrique australe, de 6,2% en 2014 à 6% en 2015 en raison de l'huile inférieure et les prix alimentaires mondiaux, et en Afrique du Nord de 7,5% l'an dernier à 7,2% en 2015.

Toutefois, l'inflation augmentera légèrement en Afrique de l'Est, de 9% en 2014 à 6,2% en 2015, et l'Afrique de l'Ouest restera la sous-région ayant le taux d'inflation le plus élevé, qui atteindra 8,8% en 2015.

 

Le Nigeria devrait être le principal moteur de cette situation due à l'expansion budgétaire dans la période qui a précédé les élections 2015 et la demande croissante des consommateurs.

Au Ghana, l'augmentation des tarifs de l'eau et de l'électricité, qui a poussé l'inflation à un sommet de 17,5% en 2014, continuera d'être une source de pressions inflationnistes.

Le rapport WESP est produit au début de chaque année par le Département des affaires économiques et sociales, la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CONUCED), les cinq commissions régionales de l'ONU et de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT).

25 janvier 2015
Source : http://french.peopledaily.com.cn/

 

Dernière modification le dimanche, 25 janvier 2015 06:02

Actu africaine