mercredi, 16 septembre 2015 10:28

Conférence de l’Association des Médiateurs des pays membres de l’espace UEMOA (AMP/ UEMOA), à Bamako, au Mali : Les Médiateurs de l’espace UEMOA impulsent l’intégration

Évaluer cet élément
(1 Vote)

UEMOA AMPDu 10 au 12 septembre 2015 s’est tenue à Bamako au Mali, une Conférence de l’Association des Médiateurs des pays membres de l’espace UEMOA (AMP/ UEMOA) avec l’appui de la Commission de L’Union Economique monétaire Ouest Africaine (UEMOA).

La libre circulation des personnes et des biens et l’harmonisation des frais d’inscription dans les Universités Publiques de l’espace UEMOA, étaient les thèmes centraux des échanges de cette conférence qui a vu la participation des Médiateurs de l’AMP/UEMOA, des représentants de la Commission de l’UEMOA, ainsi que des délégations des différents acteurs concernés des huit pays de l’Union : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée- Bissau, Mali, Niger, Togo et Sénégal.

La délégation du Niger a été conduite par la Secrétaire Générale du Médiateur de la République, Mme Abdourhamane Amina Moussa, qu’accompagnaient deux des collaborateurs du Médiateur de République, du Directeur Général du CNUT ainsi que des représentants de la douane et ceux de la Chambre de Commerce, d’industrie, et de l’artisanat.

L’un des principaux objectifs de la coopération au sein de l’AMP-UEMOA est de contribuer communautairement, à l’amélioration de la protection des citoyens membres de l’union et l’efficience des administrations publiques des Etats qui composent l’espace UEMOA.

Dans la même perspective, la bonne gouvernance et l’état de droit sont, pour les Médiateurs, plus qu’une préoccupation, une raison d’être.

Le Représentant de la Commission de l’UEMOA à cette conférence, M. Christophe Marie Dabiré, a rappelé en cette circonstance, que la liberté de circulation des personnes et des biens, la libre prestation des services et la liberté de circulation des capitaux sont les quatre libertés fondamentales dans tout processus d’intégration et constituent ainsi les piliers essentiels du marché commun. Néanmoins cette manifestation de la liberté de la circulation des personnes et des biens est diversement vécue entre les Etats membres de l’Union, malgré la volonté exprimée des chefs d’Etat et de gouvernement, à travers les traités signés et ratifiés.

C’est pour palier à ces entraves que les Médiateurs de l’AMP-UEMOA ont initié la tenue de cette Conférence qui a traité de deux problématiques importantes de la sous région à savoir, le développement économique, social et culturel à travers la libre circulation des personnes, des biens et services et le développement de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, condition incontournable de l’émergence à travers l’harmonisation des curricula(LMD) et des frais d’inscription dans les Universités publiques de l’espace.

Le Président de l’AMP-UEMOA, N’Golo Coulibaly, Médiateur de la Côte d’Ivoire, l’a d’ailleurs rappelé à l’ouverture des travaux de la Conférence, que son association a pour but de favoriser l’approfondissement de l’état de droit et l’intégration régionale et sous régionale par le développement des relations entre les institutions qui ont dans leurs attributions compétence d’exercer la médiation institutionnelle. M. N’Golo a également suggéré un front uni contre les défis de l’heure (terrorisme, maladies émergentes ou réémergences, immigration des bras valides de l’Afrique)

Cette initiative de l’AMP-UEMOA d’impulser l’intégration a été saluée par le Premier Ministre du Mali, Modibo Keita qui a présidé la cérémonie d’ouverture de la Conférence. Pour le Premier ministre malien, la médiation fait partie de nos valeurs traditionnelles et que l’acte que viennent de poser les Médiateurs de l’espace UEMOA est un soutien de grande valeur aux actions entreprises par les gouvernements de l’Union.

Au cours des trois jours de la Conférence, les experts de la Commission de l’UEMOA et les groupes cibles invités (usagers de la route, ordres professionnels, monde académique, média, chambres consulaires….) ont évoqué des faits et situations vécus dans la pratique et ont échangé sur des expériences respectives avant de formuler des recommandations à l’endroit des Etats membres de l’Union et de la Commission de l’UEMOA.

En marge de la Conférence de Bamako, s’est tenue la 5ème Réunion Ordinaire du Bureau de l’AMP-UEMOA. Plusieurs points étaient inscrits à l’ordre du jour notamment le point des activités 2015, la situation financière et le choix de la date et du lieu devant abriter la prochaine Assemblée Générale de l’Association.

Cellule communication du Médiateur de la République

16 septembre 2015
Source : www.lesahel.org

Dernière modification le vendredi, 18 septembre 2015 14:21

Actu africaine