jeudi, 17 septembre 2015 05:31

Prise d’otage du Président Michel Kafando et du Premier ministre Isaac Zida par le RSP, au Burkina Faso : Situation confuse à Ouagadougou

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Kafando ZidaSelon les informations par le site d’information burkinabé, Burkina 24, la situation restait encore confuse et très tendue, hier soir, à  Ouagadougou (Burkina Faso) où des militaires du Régiment de la sécurité présidentielle (RSP) ont investi, hier en fin d’après-midi, le Palais Kosyam.

Ces derniers qui ont fait irruption en plein Conseil des ministres, ont pris en otage le Président de transition, Michel Kafando, et son Premier ministre Isaac Zida, ainsi que plusieurs membres du gouvernement.
En réaction, des appels à la mobilisation populaire en vue d’obtenir la libération des hauts responsables du pays ont été aussitôt lancés par les leaders des mouvements des jeunes. En effet, selon la même source, dans un communiqué qu’il a rendu public, le président du Conseil national de transition (CNT), M. Cherif Sy, a dénoncé une «prise d’otage» et a déclaré que « la nation est en danger». Cherif Sy a fustigé « une énième irruption du RSP» qu’il qualifie «d’atteinte grave à la République et à ses institutions ».  C’est ainsi qu’il a vivement appelé « tous les patriotes à se mobiliser ».
Pour sa part, le Balai citoyen, fer de lance du mouvement qui a conduit à la chute de Blaise Compaoré, a appelé sur les réseaux sociaux à la « mobilisation générale à la place de la Révolution pour sauver Kosyam, pris en otage par le RSP et dire non au coup d’Etat en cours». D’autre part, pour marquer sa désapprobation, l’'Union d'Action Syndicale a décrété  un mot d'ordre de grève générale sur toute l'étendue du territoire jusqu'à nouvel ordre.
En réponse à  tous ces appels à la mobilisation,  les populations sont descendues dans la rue pour réclamer la libération du président Michel Kafando, du Premier ministre Yacouba Isaac Zida et des ministres. « Les manifestants se sont amassés aux environs de 19h30 Gmt dans les quartiers de Ouaga 2000 et de Patte-d’oie dans les encablures de la présidence en direction de laquelle ils marchaient quand les éléments du Régiment de sécurité présidentielle ont décidé de tirer des coups de feu en l’air pour les disperser», précise le site.
Mais loin de démordre, les manifestants continuaient encore à  se mobiliser pour, disent-ils, aller « libérer leur président de la République, son premier ministre » et tout le reste des otages du palais de Kosyam.
Comme le rappelle la radio RFI, « les relations sont difficiles entre le Premier ministre Isaac Zida, pourtant issu de l'armée, et les hommes du Régiment de la sécurité présidentielle. Plusieurs crises - en décembre, en février et en juin - ont opposé Zida à ses anciens camarades ».
La même source souligne que  cette intervention des militaires intervient alors que, ce lundi, la commission de réconciliation et de réformes mise en place durant la transition a rendu son rapport, qui préconise notamment la dissolution du RSP. Cette intervention des militaires du RSP, ajoute RFI, «intervient également à quelques semaines seulement de l’élection présidentielle et des législatives, prévues le 11 octobre prochain dans le cadre du processus de transition, entamé après la chute de Blaise Compaoré, le 31 octobre 2014, après 27 années à la tête du pays ».
S’exprimant sur les ondes de  RFI, le porte-parole du mouvement Balai citoyen, Guy-Hervé Kam, n’a pas mâché ses mots : « le RSP est une plaie dans la démocratie. Nous en demandons la dissolution», a-t-il déclaré. Selon lui, c’est sans doute la teneur du rapport de la Commission qui a mis le feu aux poudres. « Ce que la commission demande c'est que le RSP, en tant que régiment militaire, ne s'occupe plus de la sécurité du président au Burkina Faso. Dans toutes les bonnes Républiques, c’est comme ça. (…). Les militaires ont pris goût à ça », a déploré M. Guy-Hervé Kam, tout en estimant que «le RSP doit redevenir un régiment républicain ».

 Assane Soumana(onep)
17 septembre 2015
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le vendredi, 18 septembre 2015 14:19

Actu africaine