vendredi, 13 novembre 2015 04:36

Sommet de la Valette sur la migration : Le Chef de l’Etat appelle l’Afrique et l’Europe à un partenariat global par des engagements partagés et solidaires

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Sommet Valette migrationLe Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a appelé mercredi, 11 novembre 2015,  à la Valette (Malte), l’Afrique et l’Europe à un partenariat global par des engagements partagés et solidaires  en vue de gérer  la migration illégale qui engendre des drames humains affectant tous les pays.

Dans un discours devant ses pairs africains et européens peu après l’ouverture officielle du Sommet de la Valette sur la Migration, le Président Issoufou Mahamadou a affirmé que la gestion des migrations doit ‘’se traduire dans le cadre du dialogue politique permanent et d’un partenariat global entre l’Afrique et l’Europe par des engagements partagés et solidaires’’.

 

Nous devons donc, tous ensemble raisonner comme Montesquieu: “chaque fois qu’on a à choisir entre sa patrie et l’humanité, on doit choisir l’humanité”.  SEM Issoufou Mahamadou


Pour que l'Afrique et l'Europe puissent s'attaquer efficacement à ce défi commun, a souligné le Chef de l’Etat, il faut prendre en compte ses causes profondes notamment la pauvreté, les inégalités,  le déficit de démocratie et l'insécurité.  Après avoir noté que ‘’l'Europe ne peut  accueillir toute la misère du monde’’, le Président de la République a dit qu’elle peut néanmoins ‘’apporter une contribution capitale à sa résorption en aidant à la mise en œuvre de programmes de développement économique et social dans les pays d'origine et les pays de transit.
En plus du développement des pays d'origine et de transit des migrants, SEM Issoufou Mahamadou a préconisé la promotion de l'organisation de la migration légale, le renforcement des capacités opérationnelles des Forces de Défense et de Sécurité dans la prévention et la lutte contre la migration clandestine, la création de forces spéciales destinées à cette mission, la protection et la prise en charge des migrants, la création de centres d'accueil.


En marge du Sommet, le Président de la République a reçu, mercredi en début d’après-midi,  le Président de  la Commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), M. Kadré Désiré Ouédraogo.


A l’issue de cette audience, M. Ouédraogo a dit avoir fait au Chef de l’Etat le point des  préparatifs, par la CEDEAO, de cette rencontre de la Valette  sur la Migration. Il s’agit, a-t-il précisé, de dégager une plateforme commune pour les pays membres de la CEDEAO sur cette importante question des migrations. M. Ouédraogo a indiqué qu’il a également échangé avec le Président de la République sur les activités et les programmes de la communauté ouest-africaine.


Le Président Issoufou Mahamadou, a-t-il rappelé, est le leader du Programme de Coopération Monétaire de la CEDEAO qui vise à établir une monnaie unique au sein de la Communauté. Dans ce cadre, l’entretien a porté sur les étapes franchies et celles à franchir pour atteindre cet objectif commun, a ajouté le Président de la Commission de la CEDEAO.
 
Lire l’intégralité du discours prononcé par le Chef de l’Etat, lors du Sommet de la Valette sur la Migration ci-dessous.

Abdourahmane Alilou AP/PR
www.lesahel.org


«Nous devons donc tous ensemble raisonner comme Montesquieu: chaque fois qu’on a à choisir entre sa patrie et l’humanité, on doit choisir l’humanité», déclare SE. Issoufou Mahamadou



Issoufou Migration Malte« Monsieur le Premier Ministre la République de Malte, Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement
Monsieur le Président du Conseil de l’Union Européenne,
Mesdames et Messieurs,
L’heure est grave; la migration, qui suscite tant de débats et provoque tant de tragédies humaines engage notre responsabilité commune, que nous soyons pays d’origine, de transit  ou de destination.


Le Niger, pays de transit par excellence, est témoin de ces drames qui se jouent sur son territoire: exploités par d’ignobles trafiquants véreux et sans scrupules, des centaines de migrants meurent pendant la traversée de notre vaste désert. Ceux qui arrivent à survivre doivent affronter la traversée d’un autre désert, le désert libyen, puis celle de la Méditerranée où nombre d’entre eux  s’y noieront  par centaines.


Chaque année, c’est plus de 100 000 migrants subsahariens qui transitent par mon pays, le Niger, en direction de l’Europe, soit l’essentiel du flux migratoire africain sur cette destination.  Mon pays est aussi un pays d’origine des migrants, en particulier vers les pays du Maghreb, notamment la Libye.


C’est ainsi que la ville historique d’Agadez, «Perle du désert», «porte du Sahara», est devenue aujourd’hui l’épicentre du phénomène migratoire en Afrique avec tous ses avatars. Le Niger se sent donc doublement concerné et interpellé par la question objet de notre sommet.


Les drames humains engendrés par la migration illégale affectent tous les pays. Aussi est-il essentiel que la gestion des migrations puisse se traduire dans le cadre du dialogue politique permanent et d’un partenariat global entre l’Afrique et l’Europe par des engagements partagés et solidaires.


Pour que l’Afrique et l’Europe puissent s’attaquer efficacement à ce défi commun, il faut prendre en compte ses causes profondes.  Celles-ci sont la pauvreté, les inégalités,  le déficit de démocratie et l’insécurité. Ces causes sont souvent amplifiées par le changement climatique et la pression démographique.


Monsieur le Président,
Certes, l’Europe ne peut  accueillir toute la misère du monde mais elle peut apporter une contribution capitale à sa résorption en aidant à la mise en œuvre de programmes de développement économique et social dans les pays d’origine et les pays de transit.
C’est le lieu de saluer la création du fonds fiduciaire d’urgence d’un montant de 1,8 milliard d’euros. Certes ce montant ne suffira pas pour faire face à des besoins que nous savons énormes. C’est assurément un véritable plan Marshall qu’il nous faut.


En contribuant au développement des pays d’origine et de transit des migrants, l’avantage est double: donner l’espoir aux migrants potentiels en les fixant dans leurs pays d’origine et contribuer à la croissance de l’économie européenne grâce à un marché plus large.
Par ailleurs, je préconise la promotion de l’organisation de la migration légale, le renforcement des capacités opérationnelles des Forces de Défense et de Sécurité dans la prévention et la lutte contre la migration clandestine, la création de forces spéciales destinées à cette mission, la protection et la prise en charge des migrants, la création de centres d’accueil dans le respect de nos engagements internationaux,  notamment le Traité de la CEDEAO sur la circulation des personnes et des biens, la Stratégie Africaine pour le Sahel et la Convention de Genève sur le Statut des Réfugiés.


A titre de contribution pour lutter contre cette migration irrégulière, le Niger a renforcé son arsenal juridique par l’adoption d’une loi qui réprime la traite et le trafic des êtres humains. J’ai aussi engagé mon gouvernement à élaborer et mettre en œuvre un programme de développement durable pour la prévention et la lutte contre la migration irrégulière. Je me réjouis de constater que ce programme cadre avec les axes du plan d’action soumis à notre approbation. Je reste convaincu que la mise en œuvre de ce programme contribuera efficacement à la lutte globale contre la migration irrégulière.


Mais il importe de ne pas se méprendre, la migration irrégulière aura de beaux jours encore tant que nous ne parviendrons pas à intensifier les efforts visant à promouvoir la mobilité et la migration légales, à engager une réforme de la gouvernance économique mondiale axée sur un équilibre des termes de l’échange, un libre accès aux marchés des pays développés et un accroissement de l’investissement privé direct.
Nous devons donc, tous ensemble raisonner comme Montesquieu: “chaque fois qu’on a à choisir entre sa patrie et l’humanité, on doit choisir l’humanité”.
Je vous remercie !

Onep
13 novembre 2015
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le vendredi, 13 novembre 2015 05:37

Actu africaine