mardi, 22 mars 2016 04:25

Aliko Dangote : "C'est d'abord aux Africains de croire et d'investir en Afrique"

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Aliko Dangote Investissement AfriquePour le magnat nigérian, qui a fait le déplacement à Abidjan pour la quatrième édition du Africa CEO Forum, le ralentissement de la croissance mondiale et en Afrique est une opportunité d’investir, que les entrepreneurs du continent doivent saisir.

Côte d'Ivoire : 4e édition de l'Africa CEO Forum à Abidjan

Comment l’Afrique peut-elle faire face à la conjoncture défavorable que traverse l’économie mondiale, marquée par la baisse des prix du pétrole et des minerais, la stagnation en Europe et le ralentissement du moteur chinois ? C’est à cette question que se sont attelés les intervenants du premier panel du Africa CEO Forum, ce lundi 21 mars à Abidjan.

Reprenant une idée force développée dans son discours d’ouverture, plus tôt, Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement, a rappelé qu’avec une croissance attendue autour de 4,4 % en 2016, les perspectives du continent restent reluisantes et supérieures à la moyenne mondiale (3,4 % prévu par le FMI cette année). “Je ne suis pas inquiété par ce qui se passe à l’extérieur du continent. L’Afrique se débrouille toujours très bien, en dépit des difficultés”, a insisté le dirigeant nigérian.

 

Une approche résolument optimiste et sereine reprise avec force par le vice-président kényan William Ruto : “La chute du prix des matières premières n’a pas changé les fondamentaux de l’Afrique, a insisté le dirigeant kényan. Nous avons des ressources naturelles énormes, la plus grande possibilité de croissance de la classe moyenne et la plus grande part de population jeune au monde. Les plus grands retours sur investissements sont en Afrique. Il faut garder l’œil sur [cela] et ne pas se laisser affecter par les petits challenges du moment.”

 

Des opportunités

Dans une intervention très attendue, le milliardaire nigérian Aliko Dangote, présent pour la première fois au Africa CEO Forum, a indiqué qu’à ses yeux, les challenges auxquels font face les économies africaines offrent “une opportunité pour aller de l’avant”.

“C’est le meilleur moment d’investir et de faire des acquisitions, parce que les prix des actifs sont en recul et les bonnes affaires sont nombreuses”, a insisté le patron de Dangote Group, qui a rappelé que le conglomérat nigérian comptait pour sa part investir jusqu’à 18 milliards de dollars d’ici 2020 notamment dans le raffinage des hydrocarbures, la pétrochimie, l’agriculture et le ciment à travers les 18 pays africains dans lesquels il est présent.

 

S’adressant aux 800 participants de l’Africa CEO Forum, Aliko Dangote a encouragé les entrepreneurs africains à croire et investir sur le continent : « Si nous les Africains, ne le faisons pas et ne donnons pas l’exemple, personne d’autre ne viendra investir en Afrique », a-t-il insisté.

 

Les participants à cette rencontre n’ont toutefois pas éludé les difficultés réelles que connaissent les économies de la région. Akinwumi Adesina a pointé notamment le déficit en infrastructures de transport et énergétiques. L’entrepreneur sud-africain Jonathan Oppenheimer, héritier du groupe familial fondateur du géant minier Anglo American, a regretté un environnement politique qui limite souvent la croissance ainsi que la faible sécurité du capital.

Moulay hafid El Alamy, fondateur du groupe marocain Saham et ministre de l’Industrie du royaume chérifien, a lui rappelé l’impératif, pour les pays africains, d’avoir un cap et une stratégie de développement clairs et de long terme.

22 mars 2016

Source : http://www.jeuneafrique.com/

Dernière modification le mardi, 22 mars 2016 05:19

Actu africaine