mardi, 17 septembre 2013 10:30

Atelier du CNRA et du PPAAO, producteurs agricoles et scientifiques : approche participative pour le développement des filières agricoles fruits et légumes

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le Conseil National de la Recherche Agronomique (CNRA) et le Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO) tiennent, depuis hier à l’hôtel Africa Hall, une rencontre d’échanges entre producteurs agricoles et scientifiques. Cet atelier permettra aux scientifiques de dégager des thèmes de recherche à  partir des contraintes exprimées par les organisations des producteurs de fruits et légumes. 

C’est le Secrétaire exécutif du CNRA, M. Gouro Soumana Abdoulaye, qui a ouvert les travaux en présence du représentant du projet PPAAO et de plusieurs invités.

C’est sur une base participative et consensuelle que des scientifiques, des représentants des producteurs agricoles, des structures d’appui au développement et autres maillons des filières agricoles, vont se concerter pendant deux jours. Ces acteurs vont travailler, ensemble, sur le thème de la production des fruits et des légumes. A cette occasion, des questions relatives au développement de la filiale fruits et légumes, ainsi que les stratégies de sa vulgarisation seront déterminées, afin de faire l’objet de recherches et d’appels à  propositions. Au cours de cet atelier, les producteurs auront l’occasion de formuler, avec l’aide des chercheurs présents, des demandes précises qui devront, à leur tour, susciter des challenges dans le milieu scientifique.

En 2012, lors du premier exercice du genre, qui fut également organisé par le CNRA et le PPAAO, 24 projets ont été  reçus, 14 ont été déclarés recevables et évalués au plan international dont neuf (9) pour la filière niébé et cinq (5) pour la filière oignon. Quatre (4) projets ont été retenus pour financement avec des montants variant de 70 millions à 100 millions de francs CFA. ‘’C’est vous dire que la mise en œuvre de ce type de mécanisme de financement est hautement compétitive. D’autre part, notre pays s’est engagé dans cette voie en finançant le CNRA pour près de 800 millions de francs CFA, afin que ce mécanisme soit mené à bien. Cette contribution de notre pays est le signal fort vers la création d’un fonds national de la recherche agronomique’’, a indiqué M. Gouro Soumana Abdoulaye Secrétaire Exécutif du CNRA, à l’ouverture de l’atelier.

Il a expliqué, à la trentaine de participants issus des organisations des producteurs et à la vingtaine de chercheurs, qu’une bonne gouvernance, une transparence, une équité et une atteinte obligatoire des résultats s’imposent pour le développement d’une culture de l’excellence scientifique. Pour M. Gouro Soumana Abdoulaye, l’agriculture est la garante de l’indépendance économique, sociale et politique d’un pays. Ainsi, note-t-il à titre d’exemple, malgré l’engouement des Nigériens pour le ‘’kopto’’, nous importons massivement les feuilles de Moringa. En effet, nos besoins en fruits et légumes sont pour une grande part couverts par une importation non négligeable.

Pour le Secrétaire exécutif du CNRA, la recherche agricole, sur une base compétitive, est un mécanisme qui va garantir le succès de l’agriculture nigérienne. C’est pourquoi cette équipe s’appesantira, au cours de cet atelier, sur des sujets comme les nouvelles techniques d’irrigation, l’amélioration génétique, les problèmes phytosanitaires, etc.

Sabou Samira (Stagiaire)

17 septembre 2013
Publié le 17 septembre 2013
Source : http://lesahel.org/

{module 583}