jeudi, 19 juin 2014 22:28

Mise en œuvre du projet pilote d'aménagement et de mise en valeur des périmètres irrigués dans la Vallée de l'Irhazer et la Plaine du Tamesna : Contribuer à la sécurité alimentaire par le développement de l’irrigation

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le Projet d'aménagement et de mise en valeur des périmètres irrigués dans la Vallée de l'Irhazer et la Plaine du Tamesna a été signé depuis 2006, suite à un protocole d’accord entre le gouvernement du Niger et le groupe AREVA.

Ce protocole consiste à financer la mise en valeur de 5 000 ha de périmètres irrigués dans la zone. Le projet s’intéresse à la mise en place d’un système intégrant l’agriculture et l’élevage en vue de l’émergence d’une nouvelle génération d’exploitants agricoles modernes à l’horizon 2020. Le projet intervient dans la région d’Agadez, précisément dans les départements d’Ingall et de Tchirozérine. En effet, l’étude de faisabilité du projet a permis de retenir 11 sites sur 15 étudiés. Parmi ces sites, deux ont été retenus pour une phase pilote.


L’objectif global du projet est de contribuer à la sécurité alimentaire par le développement de l’irrigation, la finalité étant de refonder les bases de l’économie rurale à travers la relance de la production rurale, à l’horizon 2020. Selon les responsables du Ministère en charge de l’Agriculture, le projet est en parfaite harmonie avec les objectifs de l’Initiative 3N ‘’les Nigériens Nourrissent les Nigériens’’ qui vise à transformer radicalement les systèmes de production agricoles au Niger, afin de mettre les populations rurales à l’abri des affres de la famine et leur garantir les conditions d’une pleine participation à la production nationale globale et à la répartition des revenus.


Avant la mise en œuvre global du projet, un projet pilote proposé a été reformulé pour deux ans, et une convention de financement de deux (2) milliards de FCFA a été signée en janvier 2013 entre AREVA et l’Etat du Niger. Cette phase pilote concerne les sites d’Agharous et de Tiguirwit, situés dans la vallée de l’Irhazer. Au cours de cette phase, les différents outils, à savoir la mise en place et le fonctionnement d’une ferme agropastorale à Agharous et d’une ferme agricole à Tiguirwit, suivis des activités de renforcement de capacités et d’accompagnement des producteurs seront testés sur 100 hectares de terres de cultures irriguées sur les deux sites pilotes.


Cette phase du projet permettra de tester et valider des modèles d’aménagement et de mise en valeur de la vallée de l’Irhazer et de la plaine du Tamesna. Il est prévu aussi l’identification de 190 exploitants des zones bénéficiant chacun de 0,5 ha. La phase pilote du Projet PAMPI-VI/PT a pour maître d’ouvrage le Ministère de l’Agriculture, et est coordonnée par M. Chégou Maman.


En outre, la mise en œuvre du PAMPI/PT s’inscrit dans une démarche participative. Cette approche sera sous-tendue par un certain nombre de principes dont le développement d’un partenariat stratégique et opérationnel s’appuyant sur la mobilisation sociale, le développement des synergies et l’harmonisation des approches avec les différents intervenants. Il faut aussi ajouter la responsabilisation des communautés de base et l’appropriation locale, ainsi que l’intégration du genre etc.


Les ministères techniques et les institutions intervenant dans le domaine du développement rural, les ONG et associations de développement, ainsi que les prestataires, apporteront leur soutien à la mise en œuvre du projet en matière de développement d’un cadre favorable à l’atteinte de ses objectifs.
Il faut souligner que le 1er Programme de Travail et Budget Annuel (PTBA) 2013 du projet pilote a été adopté pour une période de sept mois (juin-décembre), pour un coût de 790 millions 342 mille 584 francs CFA. Au cours de la 2ème réunion ordinaire du projet tenue le 12 juin 2014, il a été relevé qu’en fin 2013, les dépenses d’investissement et de fonctionnement s’élèvent à 258 millions de francs CFA, soit environ 33% de réalisation du PTBA, et correspond à 13% du coût du projet. Le PTBA 2014, année de croisière du projet pilote, a été évalué à 1 milliards 445 millions 427 mille 682 francs CFA.
Les grandes réalisations du projet-pilote.


Après son lancement, le projet a mené plusieurs activités en 2013. C’est ainsi que des missions de sensibilisation sur les deux sites ont été conjointement organisées avec les autorités communales de Tchirozérine et d’Ingall, et des réunions de sensibilisation ont été tenues sur les sites d’Agharous et de Tiguirwit. Au total, 113 producteurs, dont 93 à Agharous et 20 à Tiguirwit, ont été identifiés respectivement par les mairies de Tchirozérine et d’Ingall, en collaboration avec les autorités administratives et coutumières des zones concernées. Les sites ont été clôturés en grillage et 600 plants de pommier de Sahel ont été achetés auprès de la pépinière RICHADI de Sadoré, et acheminés à Agadez ; en outre, 600 vitro plants ont été commandés auprès de laboratoires spécialisés par l’intermédiaire de l’ICRISAT qui assurera l’acclimatation.


‘’Trente-deux réunions de sensibilisation sur les sites d’Agharous, Tiguirwit et Injigrane ont été tenues. Ces réunions ont permis de toucher environ 400 personnes dont les autorités régionales et locales, les cadres techniques régionaux et départementaux, les élus locaux, les chefs traditionnels, les jeunes, les femmes, les ONG de la zone’’, a affirmé le coordonnateur du projet, M. Chégou Maman.


Pour l’année 2014, des réalisations physiques ont été effectuées à plus de 60% au cours des cinq premiers mois. Il s’agit entre autres du nettoyage et du débroussaillage des deux sites par des ONG locales avec une mise à contribution de la main-d’œuvre locale ; les travaux de sous-solage, labour, hersage, planage et parcellaire exécutés par l’ONAHA sont terminés et réceptionnés sur les deux sites. A cela s’ajoutent les travaux de mise en place des clôtures grillagées qui sont terminés sur les deux sites. Pour le coordonnateur du projet pilote, les investissements ont connu un bond remarquable au cours de cette période. ‘’Si cette tendance se maintient, le PTBA 2014 sera réalisé à 100% sans aucune difficulté’’, a-t-il soutenu.


Sur les sites, des travaux d’aménagement et d’équipement ont été réalisés en réhabilitant le réseau d’irrigation gravitaire à Agharous, et en démarrant les travaux d’installation du réseau californien. Une autre installation de goutte-à-goutte est au stade d’attribution du marché et la réhabilitation du bassin du site d’Agharous en cours de réalisation. Toujours sur ce site, une étude est en cours pour l’installation du système de pompage solaire.


Dans ce projet-pilote, les forages seront réhabilités. Déjà, il a été procédé à l’analyse radiologique et bactériologique des eaux des quatre forages, dont 3 à Agharous et 1 à Tiguirwit; au soufflage des quatre forages ; à l’installation de trois nouvelles pompes sur les deux forages d’Agharous et de Tiguirwit; à la construction d’abris et de clôtures pour les stations de pompage, ainsi qu’à l’installation de groupes électrogènes.


Enfin, un plan budgétaire annuel, qui couvrira toute l’année, d’un montant de 1 milliard 445 millions 427 mille 682 francs CFA, soit 72% du budget global du projet, est prévu. Ce plan budgétaire constitue la seconde programmation annuelle du Projet Irhazer-Tamesna, après celle de 2013 qui a vu l’installation et l’opérationnalisation des structures de mise en œuvre du projet. Il sera financé exclusivement par la contribution du Groupe AREVA. La réussite de la mise en œuvre sera appuyée par une approche tendue en mobilisant tous les acteurs sociaux.


Seini Seydou Zakaria, Envoyé spécial

20 juin 2014
Publié le 20 juin 2014
Source : Le Sahel 
{module 583}