vendredi, 27 juin 2014 05:23

Préparatifs de la campagne agricole 2014 : Des semences accrues et du matériel agricole disponible

Évaluer cet élément
(0 Votes)

La saison des pluies est en train de s’installer progressivement au Niger et dans les autres pays du Sahel.  Au Niger, pays dont plus de 80% de la population pratique l’agriculture,   cette période est porteuse de beaucoup d’espoir, car c’est la  période des cultures de céréales.

  Les producteurs  s’affairent aux travaux champêtres.  Dans certains villages agricoles,  ils sont  aux premiers labours, et dans d’autres, c’est le moment des semis.  


Conformément à sa mission, l’Etat à travers la Direction Générale de l’Agriculture, accompagne les paysans, en les appuyant dans les  préparatifs de  la campagne agricole, le suivi des cultures, etc.


En termes de semences, l’Etat a en fourni aux producteurs des zones du Niger ayant connu un déficit céréalier au titre de la campagne agricole 2013.  Dans ce sens, a indiqué le directeur général de l’Agriculture M. Harouna Ibrahima, des requêtes formelles  portant sur 17 200 tonnes ont été transmises,  sur un besoin réel à  couvrir de 16 000 tonnes de semences certifiées,  et 1200 tonnes de semences locales de céréales, notamment le mil et le  sorgho, ainsi que de légumineuse,  notamment le niébé. Au total, 9 872 tonnes de semences certifiées ont été acquises, dont 7342 tonnes  de mil, 400 tonnes de sorgho et 1988 tonnes de niébé. D’autres  semences sont également attendues de la part de certaines  ONG qui ont fait des annonces,  dont 248 tonnes par Mercy Corps, 90 tonnes par le CICR et 28,5 tonnes par Samarithan’s Purse.


Un important programme de production de semences de mil, de sorgho, de maïs, riz, de niébé, d’arachide, de sésame et d’oignons, a été aussi mis en place à travers pour le compte de l’année 2014, dans  toutes les   régions du Niger, avec l’appui de plusieurs partenaires, a indiqué M. Harouna Ibrahima.  Ces semences, dont les variétés sont spécialement choisies, sont produites sur une superficie de 29 373,22 hectares.


Dans le cadre de la modernisation de l’Agriculture, l’Etat a initié un programme de mécanisation du secteur agricole.   A ce sujet, note   M. Harouna Ibrahima, 4000 Unités de Cultures Attelées (UCA) ont été acquises en 2013,  4000 autres en 2014 et 1000 tracteurs de 75 CV ont été acquis dans le cadre de la convention avec la société chinoise DTE.


Toujours dans le but d’accompagner les producteurs nigériens,  un programme de formation a été initié. Cette démarche  s’inscrit également dans le cadre du   règlement 2008 portant harmonisation des règles régissant l’inspection, le contrôle de qualité et la certification des semences dans l’espace CEDEAO. Une  loi complémentaire nationale est également en cours d’adoption.


Ainsi, a indiqué le directeur général de l’Agriculture, dans le cadre de la mise en œuvre de cette mesure,  le Niger  devait, comme tous les autres pays de l’espace communautaire,  mettre en place depuis 2009  un dispositif d’inspection au champ, et de contrôle de qualité au laboratoire.


Des équipes d’inspecteurs formées depuis 2010 pour gérer les programmes régionaux de multiplication de semences travaillent  sur la base d’une programmation régionale annuelle et des déclarations de cultures permettant de mobiliser les moyens pour assurer les missions de contrôle au champ par les équipes d’inspecteurs.

 
En 2014, ce sont 84 inspecteurs régionaux, départementaux et de postes phytosanitaires (dont 48 anciens et 36 nouveaux) qui ont été formés sur les procédures de contrôle et de certification de semences ; la conduite de l’inspection au champ et au laboratoire ; l’identification des principales variétés de mil, sorgho, niébé, arachide ; et la reconnaissance des principaux ravageurs de ces espèces lors des contrôles en champ et au laboratoire.

 Souley Moutari

27 juin 2014
Publié le 27 juin 2014
Source : Le Sahel
{module 583}