mardi, 15 juillet 2014 08:27

Ouverture de l’atelier de restitution de l’étude sur Genre, Changement Climatique et Agriculture : Des pistes pour assurer la résilience des populations vulnérables

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le Nouveau Partenariat pour le Développement en Afrique (NEPAD) en collaboration avec la Fondation « Guri Vie meilleure » et le Haut Commissariat à l’Initiative 3N Co-organise depuis hier,  au Palais des Congrès de Niamey, un atelier de restitution de l’étude sur ‘’Genre, Changement Climatique et Agriculture’’.

La cérémonie d’ouverture de cette rencontre qui durera  deux (2) jours a été présidée par le représentant du Haut Commissaire à l’Initiative 3N Dr Abdoulrazak Boukari en présence du représentant  du NEPAD, celui de la Fondation de la Première Dame Hadjia  Aïssata Issoufou, du Secrétaire général de la région de Niamey et de plusieurs invités et participants.


L’objectif assigné à ces assises est la validation de l’étude sur la mise en œuvre de l’Initiative Africaine pour une Agriculture intelligente face au changement climatique(AIC). Dans son allocution d’ouverture, le représentant du Haut Commissaire à l’Initiative 3N a rappelé que  les femmes en dépit de leur charge de travail excessive notamment les tâches ménagères, l’éducation des enfants et les contraintes sociales dont de nombreux cas de discrimination fondée sur le sexe, constituent les premières victimes de la dégradation des systèmes de production agricoles. Et les conséquences d’une telle situation se traduisent par des déficits chroniques en produits vivriers avec comme corolaire une insécurité alimentaire et nutritionnelle.


Au Niger poursuit Dr Abdoulrazak Boukari, 26% des femmes enceintes et allaitantes souffrent de malnutrition aigüe globale et 4 enfants sur 10 sont dans une situation de sous nutrition chronique. C’est donc explique t-il pour s’attaquer aux causes profondes  de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, tout en proposant des réponses appropriées aux situations d’urgence et de précarité économique auxquelles une frange importante de la population nigérienne (en particulier les femmes et les enfants) est confrontée que le Gouvernement du Niger sous l’impulsion de Président Issoufou Mahamadou, et sous la conduite du Premier ministre Brigi Rafini a adopté le 18 avril 2012, le document cadre stratégique de l’Initiative 3N « les Nigériens Nourrissent les Nigériens ».


Conçue sur la base d’une approche participative et inclusive, cette initiative, rappelle le représentant du Haut commissariat à l’I3N, est bâtie autour de cinq (5) axes stratégiques et vise à « contribuer à la protection des populations nigériennes contre la faim et la malnutrition et garantir les conditions d’une pleine participation à la production nationale et à améliorer leurs revenus». Dans le cadre des programmes d’amélioration des mécanismes de la résilience et la prévention des différentes formes de malnutrition, les groupes vulnérables en particulier les femmes sont en priorité bénéficiaires des kits à différents niveaux notamment ‘’ménages, villages et communes’’. Dr Abdoulrazak Boukari a en effet félicité l’agence du NEPAD pour les appuis multiformes qu’elle n’a cessé d’apporter au Niger et au Haut Commissariat à l’Initiative 3N dans la mise en œuvre de son programme et la fondation « Guri Vie Meilleure » pour l’appui combien important qu’elle a toujours apporté à la mise en œuvre de l’initiative 3N à travers diverses interventions à l’endroit des femmes et dans tout le pays.


Pour le représentant de l’Agence NEPAD, la lutte contre la pauvreté et celle pour la résilience au changement climatique doivent se renforcer l’une et l’autre et se compléter. Les mesures d’adaptation doivent prendre en considération les impacts du changement climatique sur les pauvres et les plus fragiles notamment les agricultrices car ce fléau pose d’ores et déjà un défi considérable de sécurité. «Les marchés locaux sont le principal et le plus dynamique débouché des producteurs ; le marché alimentaire africain va être multiplié par trois (3) d’ici 2030 et devrait représenter plus de 1000 milliards de dollars » a dit M. Ibrahim Gourouza Magagi. Pour être efficaces et durables ajoute t-il, les efforts d’intensification doivent être orientés en priorité vers les agriculteurs familiaux et les organisations de producteurs doivent jouer un rôle croissant dans la structuration des chaines de valeurs. «L’Agence du NEPAD à travers son programme Genre, Changement Climatique et Agriculture entend y contribuer» a conclu le représentant du NEPAD.

Hamma Wakasso Aïchatou  

15 juillet 2014
Publié le 15 juillet
Source : http://lesahel.org/
{module 583}