jeudi, 09 octobre 2014 05:30

Réunion du comité de pilotage du Programme de réhabilitation des périmètres irrigués publics (PRPIP) : Des réflexions pour booster l’irrigation et améliorer la productivité des périmètres

Évaluer cet élément
(0 Votes)

La première réunion du Comité de pilotage du Programme de réhabilitation des périmètres irrigués publics (PRPIP) s’est tenu, hier matin à Niamey. La cérémonie d’ouverture des travaux qui s’est déroulée à l’hôtel Terminus, a été présidée par le Secrétaire général du ministère de l’Agriculture, M. Illa Djimrao en présence des représentants de la Coopération allemande et de l’Autorité du Bassin du Niger (ABN).


En ouvrant les travaux de l’atelier, le Secrétaire général du ministère de    l’Agriculture a rappelé que l’Initiative 3N «les Nigériens Nourrissent les Nigériens» fait du développement de l’irrigation, un programme prioritaire à travers la mise en œuvre de la composante maitrise de l’eau du plan d’accélération dont la réhabilitation des périmètres hydro agricoles revêt une importance capitale.
Selon ses explications, le programme de réhabilitation des périmètres irrigués publics a été lancé suite à la signature le 23 juillet 2013 d’une convention entre l’autorité du bassin du Niger (ABN), la République du Niger et la KFW (coopréation allemande). «Il a démarré ses activités en avril 2014. Le montant global du financement est de 11 millions d’euros soit environ 7.215.560.000 FCFA. Ce programme comporte trois principales composantes du projet à savoir : études et travaux ; Mesures d’accompagnements ; Gestion administratives et financière » a-t-il indiqué.
Pour M. Illa Djimrao, l’étude complémentaire effectuée en 2011, confirme que la plupart des périmètres irrigués publics créés il y a de cela plus de 20 ans sont confrontés à une forte dégradation des infrastructures et de drainage et qu’ils souffrent en même temps de nombreux problèmes de digestion et d’exploitation. «Ces phénomènes se traduisent entre autres par une baisse progressive de l’intensité culturale et des rendements unitaires sur certains périmètres, réduisant ainsi la rentabilité des cultures et les revenus des exploitants» a-t-il ajouté.
Selon lui, pour apporter une solution durable à cette situation, le gouvernement prévoit la réhabilitation d’une superficie irriguée totale de plus de 10.000 ha sur l’ensemble du territoire national dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’accélération de l’initiative 3N. C’est dans cette optique, que le gouvernement de la République Fédérale d’Allemagne a alloué au titre de la coopération multilatérale à travers la KW, 11 millions d’euros à l’Autorité du Bassin du Niger (ABN) sur la mise en œuvre du programme de réhabilitation des périmètres irrigués publics dans la vallée du Niger.
Ainsi, au cours des travaux de la présente réunion du comité de pilotage, les différents participants auront à examiner plusieurs points parmi lesquels, la présentation du PRPIP ; le bilan des activités réalisées et la présentation du plan d’opération 2014-2015. C’est pourquoi, le Secrétaire général du Ministère de l’Agriculture a souhaité que cette première réunion soit un cadre d’échange, où tous les participants définiront les approches et la méthodologie pour aboutir à la fin de la première phase du Programme, à une réhabilitation pérenne des périmètres retenus. Il a enfin saisi l’occasion pour adresser au nom des autorités nigériennes, ses sincères remerciements à l’ABN, aux partenaires au développement pour leur appui constant.
Pour sa part, le chef de Division Etudes et Planification de l’ABN, Dr Henri-Claude Enoumba a reconnu que le Projet est important dans la sous-région, dans la mesure où, il est inscrit dans le plan d’investissement de l’Autorité du Bassin du Niger. «Ce qui a amené l’ABN à solliciter auprès de la KFW, dans le cadre de ses financements, le financement de ce programme et nous en sommes redevables, notamment les populations nigériennes qui devraient en bénéficier. Notre soucis reste sa mise en œuvre avec une grande participation des populations autant qu’on puisse les intégrer dans la mise en œuvre de ce programme », a indiqué Dr Henri-Claude Enoumba.

Hamsatou Anabo (Stagiaire)

 

09 septembre 2014
Source : Le Sahel