vendredi, 17 octobre 2014 02:58

Point de presse la FAO à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Alimentation : Partager les actions en faveur de l’agriculture familiale

Évaluer cet élément
(0 Votes)

La communauté internationale a célébré hier jeudi 16 octobre, la Journée Mondiale de l’Alimentation, édition 2014. Cette édition dédiée au monde rural à travers le thème «Agriculture familiale : nourrir, préserver la planète», a été mise à profit par les structures intervenant dans le domaine de l’alimentation pour animer un point de presse au siège de la FAO. Se sont réunis autour du  représentant résident de la FAO, M. Amadou Ouattara, le représentant du Ministère de l’Elevage et celui du Ministère de l’Environnement, le Secrétaire exécutif du CNRA, le représentant du PAM ainsi que leurs collaborateurs.

A cette occasion, tous les responsables  sont intervenus tour à tour  pour  notamment parler des activités que mènent leurs structures respectives dans le cadre de l’alimentation au Niger.  Prenant la parole le premier, le représentant  de la FAO a rappelé que la Journée Mondiale de l’Alimentation (JMA) célèbre la date de création l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture, l’Alimentation et la Faim (FAO) le 16 octobre 1945. Cette journée a pour but de sensibiliser les autorités politiques, les décideurs du monde, les leaders  ainsi que tous les acteurs sur les problèmes liés à la faim dans le monde et sur les questions de  l’alimentation. Elle permet également de dresser chaque année le bilan des actions réalisées ou en cours par les Etats, les organismes et les structures dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage et de la nutrition.
Intervenant au cours de ce point de presse, M Ouattara a rappelé, pour le déplorer, qu’en cette année 2014, plus de 500 millions de personnes souffrent encore de la faim en dépit des efforts déployés à travers le monde. Il a ajouté qu’environ 70% de la population mondiale est nourrie par l’agriculture familiale exercée par près de 500 millions d’exploitants  sur les 578 millions d’agriculteurs que compte la planète.  Pour le représentant de la FAO, le choix du thème qui met en exergue l’exploitation familiale trouve toute sa justification. Evoquant les interventions des deux organismes du Système des Nations Unies pour accompagner le gouvernement nigérien, M. Ouattara a indiqué que la FAO et le PAM ont créé une synergie d’actions afin d’avoir un impact très concret sur les populations. «Nous œuvrons tous ensemble pour gagner le combat”, a-t-il affirmé.
Le représentant du PAM a ajouté que son institution  s’active actuellement à mettre en œuvre dans notre pays, un programme de soutien aux populations, étalé sur trois (3) ans, pour la période 2014 et 2016. Indiquant que le PAM œuvre pour l’atteinte de l’objectif «Faim Zéro» décrété au niveau mondial, le représentant du PAM a ajouté que le Programme envisage d’entreprendre plusieurs activités en faveur des producteurs.  C’est ainsi que le PAM prévoit d’acheter 30% des  besoins en vivres auprès des petits producteurs locaux nigériens. L’an dernier, 8000 tonnes ont été achetées aux petits producteurs. En outre, a-t-il dit, la FAO et le PAM sont en train d’exécuter un programme commun pour accroitre la production familiale.  Il a justifié  que les deux organisations estiment que les petits exploitants  doivent être  aidés, spécialement les femmes, précise t-il. Il a annoncé que dans le cadre du programme triennal, le PAM soutiendra 2000 écoles cantines dans les communes de convergence. Le PAM déploiera un ensemble d’activités pour accompagner les populations, notamment dans le domaine de la culture pluviale et irriguée, l’élevage, la filière de semence, la transformation des produits, l’équité-genre, l’adaptation au changement climatique, la résilience.
Quant au secrétaire exécutif du CNRA, il a expliqué que son institution entend également organiser plusieurs actions tout au long des trois derniers mois de cette année.
Le représentant du ministère de l’Environnement a lui souligné que son département  a surtout réalisé des actions de restauration  de terres et de protection des bases productives.  S’agissant de la récupération de terres, plus 75.000 ha ont été restaurés et 20.000 ha de dunes ont été fixés.  En outre, l’Etat a lancé la semaine dernière la campagne nationale pour la réalisation des bandes pare-feux.  

Intervenant à son tour, le représentant du ministère de l’Elevage a dit  que leur  secteur n’a pas été perdu de vue par les autorités de la 7ème République.  Il a indiqué que les appuis apportés aux petits exploitants a permis de créer des petites unités industrielles qui apportent une importante  contribution à l’amélioration de l’offre, en produits laitiers notamment.

Zabeirou Moussa

17 octobre 2014
Source : Le Sahel