mardi, 21 octobre 2014 05:17

Foire agro-sylvo-pastorale à Torodi : Un cadre d’échanges et de promotion des initiatives des femmes rurales

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les femmes agricultrices, pastorales, éleveurs, productrices, transformatrices et artisanes de la région de Tillabéry ont massivement répondu à l’invitation du mouvement ‘’Cultivons’’ et des autorités régionales à la foire agro-sylvo-pastorale de Torodi.  Cette foire riche en animations et en expositions a été un espace attractif qui  a également mobilisé les populations de Torodi et des localités environnantes. Les  organisateurs et certaines participantes ne cachent pas leur satisfaction. 


Mme Hadiza Boubacar Kindo, présidente de l’union des femmes productrices, transformatrices et artisanes de la commune rurale de Torodi a, au nom de tous les groupements féminins de Torodi, salué cette initiative qui vise la promotion de la femme rurale, affirmant que les femmes de la région de Tillabéry en général, et celles de la commune rurale de Torodi en particulier, accueillent à bras ouverts cette foire. A travers cette foire, indique-t-elle, toutes les femmes et les groupements ont été mobilisés. ‘’C’est une occasion pour nous de nous faire connaitre et de faire connaitre aux autorités, au plus haut sommet, nos    talents, nos compétences, nos initiatives en tant que femmes rurales’’ a  dit Mme Hadiza Boubacar Kindo.  
La présidente de l’union des femmes productrices, transformatrices et artisanes de la Commune rurale de Torodi a souligné que cette foire donne  une grande occasion aux autorités, aux Partenaires Techniques et  Financiers, ainsi qu’aux autres visiteurs, de connaitre davantage ce qu’est la femme rurale, au-delà des travaux domestiques.
De plus en plus, a-t-elle dit, le niveau de prise de conscience s’élève pour toutes les femmes rurales grâce aux efforts des autorités à tous les niveaux. C’est pour cette raison  qu’elle a profité de l’occasion, devant les femmes ministres et les autres femmes élues présentes à la foire, et pour formuler quelques doléances. Ainsi, au nom de leur union, elle a sollicité l’appui des autorités et des partenaires pour soutenir et protéger les initiatives des femmes rurales, précisant qu’elles ont un problème de motos pompes, de machines de transformation de certains produits (arachides par exemple),  des  problèmes de formation en techniques de conservation des produits (transformés ou non), des problèmes de semences, etc. A cet effet,  elle a souhaité que toutes ces femmes responsables soient leurs porte-paroles à tous les niveaux.
Pour M. Marou Amadou Bello, membre de la campagne ‘’Cultivons’’, beaucoup d’efforts ont été faits et d’autres sont en cours dans le souci d’accompagner les paysans et les paysannes. Il a ainsi souhaité plus de financement de cette campagne qui cadre avec les objectifs de l’Etat du Niger à travers son gouvernement dans plusieurs programmes du développement. Cette   campagne répond aussi à la vision de beaucoup d’ONG, d’où la nécessité pour ses organisations de s’associer au mouvement pour qu’ensemble  ils parviennent à rendre leurs actions plus efficaces. M. Marou Amadou Bello a indiqué qu’ils sont en train de chercher à aider toutes les productrices et transformatrices à trouver des moyens de transformation et de conservation de leurs produits. Leur objectif, a-t-il souligné, c’est de voir que tous les produits locaux se consomment localement, ce qui est aussi une manière d’aider la femme rurale de s’autonomiser.
Mme Gambi Karimoune, potière venue de Boubon a exprimé toute sa fierté de participer à cette foire. ‘’J’aime mon travail, d’ailleurs je l’ai appris de mes parents. C’est grâce à ce travail que je parviens à faire face à mes dépenses, à satisfaire certains besoins de  mes enfants et de  ma famille. Je participe à la gestion de mon foyer avec ce que je gagne’’,  a-t-elle  affirmé.
Il faut noter la présence de plusieurs touristes et autres nigériens qui ont effectué le déplacement depuis Niamey, Tillabéry, Kollo, etc.
Les produits exposés sont notamment le fromage, les tourteaux, l’huile d’arachide, le lait caillé, les pots de fleurs, des produits alimentaires transformés et des produits artisanaux.  

Ali Maman (envoyé spécial)

21 octobre 2014
Source :Le Sahel