lundi, 09 février 2015 04:49

Tillabéri/Mission du Haut commissaire à l'Initiative 3N à Bonkoukou et à Balleyara : Apprécier l'impact des appuis de l'Etat et ses partenaires et encourager les populations dans la pratique des cultures de contre saison

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Amadou Allahoury Diallo 01Le Haut commissaire à l'Initiative 3N M. Amadou Allahoury Diallo a effectué vendredi dernier, une mission dans la zone de Bonkoukou et de Balleyara. Le haut commissaire était accompagné de plusieurs représentants des partenaires du Niger en l'occurrence le représentant de la FAO au Niger M. Amadou Ouattara et son conseiller senior Moussa Nyass, celui de Qatar Charity M. Mohammed Tahar Souibgui, le coordinateur régional du Programme d'Action Communautaire (PAC III) de Tillabéry et le président de la plate forme paysanne.

Il s'agit pour la mission de visiter un certain nombre de sites maraichers dans la zone, échanger avec les productrices et producteurs afin de dégager ensemble les forces et les faiblesses de cette activité.
La mission conduite par le haut commissaire à l'Initiative 3N était arrivée à Bonkoukou aux environs de 10h 30 mn. Zone maraichère par excellence, le département de Bonkoukou est réputé pour la production de la pomme de terre. Apres l'accueil et les salutations du préfet et du maire de cette localité, la délégation s'est rendue sur le site maraicher de Balley Koira à quelques encablures à l'Ouest du village. Sur ce site de 10,5 ha, les maraichers cultivent exclusivement la pomme de terre grâce aux appuis de l'Etat ; de la FAO ; de Qatar Charity et de certaines ONG. Cependant, ce site est confronté à des problèmes comme le manque de clôture ; l'insuffisance des puits ; la non rentabilité de la production à cause du manque des unités de conservation de la pomme de terre etc.
près avoir entendu les préoccupations et les problèmes soulevés par les producteurs, le représentant de l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) au Niger M. Amadou Ouattara a annoncé que son institution compte mettre place un programme de transformation et conversation de la pomme de terre et de l'oignon à travers la construction des magasins dans certaines localités du Niger afin de valoriser les produits issus des cultures maraichères.
Amadou Allahoury Diallo 02Du site maraicher de Balley-Koira à celui de Namari peulh en passant par les sites de cultures irriguées de Faria-beri ; Tanka Lokoto ; du jardin potager scolaire de Garia Bakobe ; de Garia ; du centre d'appui à la modernisation de l'Elevage ; du village Ingawa où plusieurs ménages ont reçu des brebis et des pintades de la part du projet Programme Spécial Sécurité Alimentaire, le Haut commissaire à l'Initiative 3N et sa délégation ont vu sur le terrain les résultats des appuis de l'Etat et de ses partenaires dans la lutte contre l'insécurité alimentaire au Niger. Il a longuement échangé avec les producteurs maraîchers et les éleveurs sur la nécessité de redoubler les efforts pour tourner définitivement le dos à la pauvreté et à la famine. Par rapport au centre d'appui à la modernisation de l'Elevage de Tabaghor, propriété de Dr. Rissa Zakara, ancien fonctionnaire de la FAO, il a été expliqué au Haut commissaire à l'Initiative 3N que ce centre est propice à l'insémination artificielle et à l'élevage des pintades et des biches. Le propriétaire s'est dit disposé à partager cette expérience avec les paysans. En ce qui concerne les sites maraichers visités, les productrices ont montré à la délégation leur ferme détermination et engagement à faire des cultures de contre saison le levier du développement de notre pays où l'agriculture pluviale est fortement confrontée à des aléas climatiques.
Tirant la synthèse de cette visite marathon dans la zone de Balleyara, le Haut commissaire à l'Initiative 3N, M. Amadou Allahoury Diallo a souligné qu'elle a permis de constater l'existence d'un réel engouement des populations autour des cultures de contre saison à travers l'augmentation des superficies d'année en année. ''Et le haut commissariat ne peut que se réjouir de voir les producteurs faire de l'irrigation une campagne régulière. Nous voulons que tous les ans, les superficies augmentent en même temps que les rendements. Et nous pensons que les populations ont compris l'objectif de l'Etat et de ses partenaires''. Mais un certain nombre de problèmes comme le manque de système de transformation et de conservation des produits, l'enclavement des zones de production, le manque d'agents d'encadrement à Bonkoukou, le retard dans l'acheminement des semences ont été soulevés par les producteurs.
Ces problèmes a dit le Haut commissaire seront examinés par l'Etat et ses partenaires pour rapidement trouver des solutions. Particulièrement à propos du problème de l'encadrement, M. Amadou Allahoury Diallo a tenu à relever que le Président de la République a donné des instructions pour qu'on fasse le point au niveau de l'ensemble du pays en vue de prendre des dispositions idoines.
Pour sa part, le représentant de la FAO M. Amadou Ouattara, a indiqué que le mandat de son institution est d'appuyer le gouvernement du Niger à atteindre sa sécurité alimentaire et nutritionnelle. ''C'est ce que nous faisons parce que le programme faim zéro du Niger, c'est à travers l'initiative 3N. La FAO soutient ce programme. Sur tous les sites maraichers visités, nous avons effectivement constaté que nos appuis ont été utilisés à bon escient. Nous allons faire des rapports qui seront envoyés à notre siège pour chercher plus de moyens dans l'accompagnement du gouvernement'' a-t-il indiqué. Dans le cadre de l'opérationnalisation de la Maison du paysan, M. Amadou Ouattara a précisé que la FAO va s'impliquer dans la construction de ces infrastructures étant donné que c'est une initiative si chère au Président de la République S.E Issoufou
Mahamadou. D'ores et déjà, la FAO a prévu 400 millions de FCFA pour la construction des Maisons du paysan. ''Les appels d'offres ont été lancés et les marchés seront attribués dans les semaines à venir et les travaux vont certainement démarrer'' a annoncé le représentant de la FAO au Niger.
Pour sa part, le représentant du bureau Qatar Charity au Niger M. Mohammed Tahar Souibgui, a fait remarquer que les interventions de l'ONG Qatar Charity ont commencé au Niger depuis la crise alimentaire de 2005. Ces interventions ont un volet appui à l'agriculture et financement des micro-projets permettant aux populations de se prendre en charge à travers des activités génératrices de revenu. Qatar Charity intervient aussi dans l'éducation et la santé. ''Cette visite dans la zone de Balleyara a permis d'apprécier les résultats de la complémentarité entre les partenaires et les services de l'Etat'', a-t-il relevé.
Pour le président de la Plate forme paysanne du Niger M. Djibo Bagna, l'agriculture et l'élevage restent incontestablement le moteur du développement du continent africain. Et la lutte contre l'insécurité alimentaire passe nécessairement par le dialogue entre l'Etat, les partenaires et les producteurs et éleveurs afin de construire des politiques adaptées et réalistes. ''Aucun pays au monde ne peut songer au développement sans au préalable régler le problème de sécurité alimentaire'', a-t-il conclu. lHassane Daouda, Envoyé spécial

09 février 2015
Source :  Le Sahel