mardi, 17 mars 2015 02:39

Zinder/Lancement des activités de pêche financées par le PAM, au village de Wara-Wara (département de Dungass) : Développement de la pisciculture au profit des communautés villageoises

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le Secrétaire Général de la Préfecture de Dungass, M. Wassissiden Youssouf, a donné, mercredi dernier, le coup d’envoi des activités de pêche à l’échelle du département où 30 mares permanentes ont été retenues pour des actions de faucardage en vue de développer la pisciculture. Il s’agit, à travers cette opération financée par le Programme Alimentaire Mondial (PAM), d’apporter une contribution à l’amélioration des conditions de vie des populations par l’exploitation judicieuse de ces mares permanentes.


Dans son discours de lancement des activités de la pêche, le Secrétaire Général de la Préfecture de Dungass, M. Wassissiden Youssouf, a d’abord rendu un vibrant  hommage  au PAM qui a entrepris une  vaste opération de faucardage des mares et la formation des pêcheurs, des activités qui cadrent parfaitement avec les objectifs de l’Initiative 3N. Il s’est félicité de l’appui du PAM et de la FAO qui ont efficacement contribué, à travers la mise en œuvre de cette activité, à renforcer la résilience des populations vulnérables.
Pour sa part, le Maire de Dungass, M. Amadou Issoufou, a félicité le Président de la République pour avoir mis en place le Programme de Renaissance qui a permis de changer de manière qualitative le cadre de vie des populations nigériennes. Il  s’est réjoui du soutien important du PAM qui a injecté 330 millions de FCFA  au titre des travaux de récupération de 260 ha de terres sur lesquelles, 12.000 personnes ont travaillé à plein temps. La mise en place de cette activité a permis de freiner l’exode rural des jeunes notamment en direction de l’étranger. M. Amadou Issoufou a demandé aux partenaires au développement et au gouvernement d’accroître leurs appuis en faveur des populations en procédant à l’empoissonnement de 400 mares permanentes dont regorge sa commune.
  Quant au Chef de Canton de Dungass, il a exprimé toute sa gratitude au PAM pour la qualité de son intervention dans la zone. En effet, a-t-il fait constater, grâce à la pratique de la pisciculture, les jeunes ont fini par abandonner l’exode. ‘’Aujourd’hui, force est de reconnaître que les uns et les autres ont pu tirer leur épingle du jeu à travers la pêche car les ménages parviennent à subvenir à leurs besoins et à unir leurs efforts pour entreprendre des activités génératrices de revenus ou d’intérêt général comme  la construction de mosquée », a-t-il  souligné.
En outre, a-t-il fait remarquer, le village de Wara Wara est devenu un centre économique important où le trafic routier et le transport par les deux roues connaissent un développement extraordinaire. Le PAM, a-t-il dit, a redonné une nouvelle vie aux communautés rurales de son entité administrative  qui se sont engagées à travailler pour se prendre en charge.
La responsable du Sous Bureau PAM de Zinder, Mme Mawa Sorro, a déclaré que son institution à travers son programme d’intervention Prolongé de Secours et de Redressement (IPSR), ‘’appuie depuis l’année dernière  le Gouvernement du Niger dans son combat de renforcement de la résilience et de réponse aux besoins d’urgence des populations vulnérables affectées par les crises, catastrophes et conflits’’. Cela, a-t-elle dit, passe nécessairement par la restauration et/ou le renforcement durable des moyens de subsistance et des écosystèmes de ces communautés afin de favoriser une meilleure intégration des  activités de sécurité  alimentaire de l’éducation et de la nutrition.
Ce  Programme, a-t-elle ajouté, cadre parfaitement avec les axes stratégiques de l’Initiative 3N, notamment la gestion durable des terres et des ressources naturelles, la prévention et gestion des crises alimentaires et catastrophes, l’accès aux financements, la mise en place d’un système participatif de gouvernance et la Stratégie de développement.
‘’Ouvrir la pêche à Wara-Wara, c’est donner un visage,  un nom,  une preuve, de ce qu’est la vraie résilience car il s’agit de produire nous-mêmes du poisson pour se nourrir, créer des emplois, relever l’économie locale  de manière à toucher tous les secteurs – Nutrition, éducation, production locale, /création d’emplois, formations techniques des exploitants notamment, a-t-elle expliqué.
Le Projet d’aménagement des mares a pour objectif global le renforcement de la résilience des populations vulnérables face aux crises alimentaires à travers le Cash pour la création des actifs  productifs au bénéfice des ménages vulnérables, d’augmenter les revenus des couches vulnérables  et d’atténuer significativement la migration des populations vers l’extérieur.
Les activités financées par le PAM ont permis de soutenir 1244 ménages vulnérables dont 53 ménages sans bras valides ont bénéficié du cash for asset.
En outre, 370.906.400 FCFA  ont été distribués aux ménages très pauvres durant sept mois ; trois Comités de gestion formés en technique de confection des ouvrages et en gestion du site ; 250,32 ha de plan d’eau dégagés, 83,44 ha mis en valeur à travers l’empoissonnement et 15 ha  mis en valeur à travers le maraîchage.
La responsable du Sous-Bureau PAM  de Zinder a encouragé les populations à s’approprier  des activités en cours et sollicité davantage la collaboration et la contribution des Services techniques de l’Etat pour pérenniser les  acquis.

Sido Yacouba, ANP-ONEP/Zinder

17 mars 2015
Source : http://lesahel.org/