Sanef 2018

mercredi, 10 juin 2015 22:55

Fin des travaux de la 4ème réunion de la Task Force Régionale sur le Pastoralisme : Pour des actions concrètes en faveur du développement du secteur de l’élevage

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Task Elevage NigerLes travaux de la 4ème  réunion de la Task Force Régionale sur le Pastoralisme (TFRP) du Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS) se sont tenus, du 8 au 9 juin dernier au Palais des Congrès de Niamey. La clôture des travaux a été présidée par  le ministre de l’Elevage, M. Mahaman El hadji Ousmane en présence du chef du projet PRAPS régional de la Banque mondiale, du chef du projet PRASPS du Niger, du secrétaire exécutif du CILSS, des experts et  de plusieurs invités.

En clôturant les travaux  de cette rencontre, le ministre de l’Elevage, M. Mahaman El Hadji Ousmane, a indiqué que cette rencontre marque la fin du processus de formulation du Programme de renforcement des appuis au pastoralisme et annonce en même temps, la levée du jour du PRAPS tant attendu par nos pasteurs et agro-pasteurs. C’est pourquoi, il a renouvelé sa gratitude aux participants qui prennent part à cette rencontre pour faire progresser ensemble une cause aussi importante que celle du développement des zones sahélo-sahéliennes. Pour lui, cela est une marque d’estime pour le gouvernement de la 7ème République qui a fait de la question du développement des zones pastorales, une de ses priorités.
Le ministre de l’Elevage a par la suite rappelé que le forum de N’Djamena, la rencontre de Nouakchott et les précédentes réunions régionales sur le pastoralisme ont facilité, avec l’appui des services de consultations régionaux et internationaux, la mise en place du PRAPS. M. Mahaman El Hadji Ousmane, a félicité la Banque mondiale pour sa nouvelle vision du développement de l’élevage à un moment où, l’écart entre les riches et les pauvres continue de se creuser dans des nombreux pays en développement. Une vision qui dit-il, consiste d’une part à ramener l’extrême pauvreté à 3% dans 20 ans et d’autre part, au plan social, de promouvoir une prospérité partagée parmi les 40% des plus pauvres de la population des pays en développement.
Selon le ministre Mahaman El Hadji Ousmane, en acceptant de financer le PRAPS, le Groupe de la Banque mondiale s’est engagé d’une part, à renforcer les capacités de résilience des pasteurs et agro-pasteurs en leur permettant de jouir de leurs activités dans un climat de paix, de sécurité et de stabilité et d’autre part, de faire de l’élevage, un secteur porteur de croissance et de richesse au sein de notre espace. Il a souligné que les travaux de cette rencontre se sont penchés sur le processus de formulation du PRAPS et les actions de mise en œuvre du projet. Les participants ont aussi passé en revue la prochaine étape après approbation du projet.
Auparavant, le chef du projet PRAPS régional de la Banque mondiale, M. Christian Berger s’est dit heureux d’avoir assisté à cette dernière réunion de TFRP ou phase préparatoire du PRAPS, un nouvel organe de gouvernance en matière de pastoralisme, mais aussi un projet complexe et ambitieux. Il a ajouté que les regards sont aujourd’hui tournés vers la mise en œuvre du projet. Mieux, cette réunion a montré l’immensité de la préparation du projet, le dynamisme des pays impliqués dans sa concrétisation et sa mise en œuvre.
De son côté, le secrétaire exécutif du CILSS, M. Djimé Adoum a estimé que cette 4ème réunion marque la phase de formulation et permet par la même occasion d’amorcer la phase d’exécution du PRAPS, de faire le point sur le processus de formulation et de convenir  des actions de mise  en œuvre du projet. Il s’agit aussi plus spécifiquement de convenir des prochaines étapes après l’approbation du projet par la Banque mondiale, de faire l’état de préparation de la mise en œuvre du PRAPS et de la capacité de démarrer rapidement, de convenir des outils de gouvernance du PRAPS et la formulation notamment la transformation de la plate forme. A cela, il faut ajouter le partage d’expériences et l’échange sur les stratégies de communication ainsi que la feuille de route des événements majeurs d’exécution du PRAPS.
Pour sa part, le chef du projet PRAPS du Niger, M.  Souleymane Fofana a rappelé aux acteurs que le défi à relever est important. C’est pourquoi, ils doivent agir vite pour que ce projet devienne opérationnel sur le terrain, que des actions concrètes puissent être engagées en vue d’aider les pasteurs à mieux faire face à la sécheresse et à mieux valoriser les débouchés à savoir les marchés.

Mamane Abdoulaye(onep)

11 juin 2015
Source : http://lesahel.org

Dernière modification le mercredi, 10 juin 2015 23:11