mardi, 17 novembre 2015 22:21

Poursuite de la mission de la ministre de la Population dans la région de Niamey : Pré-évaluation de la campagne agro-sylvo-pastorale et hydraulique 2015 dans les arrondissements communaux 2 et 3

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Dans le cadre de la mission de pré-évaluation de la campagne agro-sylvo-pastorale et hydraulique 2015 qu’elle a entreprise depuis le jeudi dernier dans la région de Niamey, la ministre de la Population, de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant, Dr Maïkibi Kadidiatou Dandobi, est allée lundi dernier s’enquérir de la situation agro-sylvo-pastorale et hydraulique au niveau des 2ème  et 3ème  arrondissements communaux. Elle est accompagnée dans ce déplacement du gouverneur de la région de Niamey M. Hamidou Garba, des cadres centraux relevant de son département ministériel ainsi que des cadres régionaux et municipaux.

C’est par le 2ème arrondissement que la délégation ministérielle a entamé son périple lundi dernier. En effet,  la ministre de la Population s’est d’abord rendue au village de Dan Zama Koira où elle a rencontré les populations au cours d’un meeting qui a enregistré la présence des principaux chefs des villages agricoles que compte la commune. Au cours de ce meeting, les chefs des villages ont indiqué que deux (2) villages  sur trois sont déficitaires du point de vue agricole et que la campagne n’a pas répondu aux attentes  des producteurs. Les causes avancées par les producteurs sont entre autres l’installation tardive de l’hivernage, l’attaque des ennemis des cultures comme le borer des tiges.


Selon le chef du village de Gorou Kaïna, c’est conscient de la gravité de la situation qu’il a instruit ses administrés à enchainer avec les cultures irriguées. D’ores et déjà, le village a reçu un appui de la part de l’Etat en semences notamment de maïs, de niébé, de boutures de manioc, d’ail, de poivron, de tomates et  de chou  leur permettant de se remettre au travail pour faire face à la situation et combler le déficit enregistré afin d’assurer la sécurité alimentaire des populations. Visiblement, les producteurs ont compris l’importance de la culture irriguée. Cette prise de conscience a été saluée par la ministre de la Population qui a estimé que le changement de comportement tant prôné par les autorités nigériennes est en train de réussir.


Par ailleurs, la représentante des femmes a, quant à elle, indiqué que leurs doléances consistant à sécuriser leur périmètre irrigué ont été satisfaites. Elle a estimé qu’avec l’appui en semences et autres soutiens dont elles ont bénéficié, les conditions sont réunies pour relancer leurs activités et participer au développement local voire régional et national.
Intervenant pour sa part, la responsable communale de l’agriculture a noté que la commune2 a reçu, dans le cadre préparatoire de la campagne agricole, 2 tonnes de mil de variété ICVM ; 50 kg de mil HKP ; 200 kg de niébé IT 90 ; 200 kg d’arachide 55-437 ; 50 litres de produits phytosanitaires. Elle a ensuite rappelé que la campagne agricole a démarré dans la commune avec un retard par rapport à l’année passée.
Selon elle, la situation phytosanitaire a été mauvaise car les dégâts causés par les prédateurs ont beaucoup contribué au déficit céréalier. L’Etat a mis à la disposition des populations 110 tonnes de céréales à travers l’opération de vente à prix modéré. Parlant de la perspective de la campagne irriguée, pour combler le déficit céréalier, la responsable communale de l’agriculture a indiqué que l’opération boutures de manioc a été lancée en septembre. Cette opération a touché 317 producteurs de l’arrondissement  dont 82 femmes pour une superficie de  15,75 hectares. En termes d’appui pour mieux préparer la campagne irriguée, la commune a reçu 400 kg de maïs ; 500 kg de niébé ; des semences potagères ; 45 litres de produits phytosanitaires; 40 motopompes.


S’agissant de la situation pastorale, la commune enregistre un déficit fourrager. Déjà  la campagne de vaccination a concerné 4182 bovins contre la péripneumonie  contagieuse bovine; 22.093 petits ruminants vaccinés contre la peste de petits ruminants ; 107 camelins vaccinés contre la pasteurellose cameline. Entre 2014-2015,  il a été placé 836 petits ruminants. 100 petits ruminants ont été offerts à travers l’opération ‘’habbanayé’’. Pour ce qui est de la vente à prix modéré d’aliments bétails, la commune a reçu 40 tonnes de son de blé. Retenons que les directeurs régionaux ont par la suite pris la parole pour apporter des clarifications par rapports aux actions que l’Etat et les partenaires mènent pour accompagner les producteurs.


Peu après ces échanges riches et fructueux avec les populations, la délégation ministérielle s’est déployée sur le terrain pour constater de visu la situation qui prévaut dans la zone. C’est ainsi que la ministre a parcouru un périmètre irrigué. Elle a, à cet effet reçu d’amples explications de la part des producteurs qui ont exprimé leur engagement à travailler pour garantir la sécurité alimentaire et nutritionnelle. En outre, la délégation ministérielle a également sillonné le village de Gorou Béri où les femmes de ladite localité ont bénéficié de l’appui des petits ruminants dans le cadre de l’opération ‘’habbanayé’’. Les bénéficiaires ont apprécié cette opération.


A l’issue de la réunion de synthèse qui s’est tenue dans la salle de réunion du gouvernorat de la région de Niamey, il est reconnu que les  populations de Gorou Béri ont besoin d’un renforcement des capacités en vue de mieux comprendre la technique ‘’habbanayé’’. Les producteurs ont aussi besoin d’une assistance technique pour bien conduire leurs activités. Il ressort également que les villages agricoles sont déficitaires à hauteur de 70%. Concernant la situation fourragère, elle est aussi déficitaire pour les arrondissements Niamey 1 et 2.  
 Notons que la mission s’est poursuivie le lundi dans l’après-midi au niveau du 3ème arrondissement. La délégation ministérielle conduite par la ministre de la Population, de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant, Dr Maïkibi Kadidiatou Dandobi, a visité un jardin appartenant à un privé sis à Zimbara. Elle a ensuite visité le périmètre de culture de manioc au village de Kongou Gorou Maï Gari Koira.


La fin de la visite a été marquée par un imposant meeting qui a enregistré la présence des producteurs et des éleveurs. Lors de sa présentation, la responsable communale de l’Agriculture a souligné que la campagne agricole a débuté avec un retard.


Pour les préparatifs de la campagne, l’arrondissement a bénéficié de 0,7 tonne de niébé ; 300 kg voandzou ;  15 kg de gombo, 104 litres de pesticide ; 40 motopompes et 75 tonnes de céréales dans le cadre de la vente à prix modéré. Elle a expliqué que la situation phytosanitaire a été marquée par des attaques de borer des tiges sur le mil au stade de tallage avancé et début de montaison, et la mineuse de l’épi à la grenaison. Les attaques des pucerons sur le niébé et les insectes floricoles ont été maîtrisées grâce aux produits phytosanitaires mis à la disposition de la commune. L’état de pauvreté du sol a également contribué au déficit céréalier enregistré dans le village.


Ajoutons que le village est déficitaire à 70% sur l’ensemble de ses 7 hameaux. C’est pour palier le déficit céréalier que l’Etat a très tôt mis à la disposition des producteurs les boutures de manioc depuis le mois de septembre. L’Etat et ses partenaires ont aussi offert des semences potagères, céréalières et légumineuses à la commune. Il s’agit de semences d’ail, de poivron, de courge, de maïs, de niébé, d’oignon, de pastèque, de chou, de laitue, etc. Sur un tout autre plan, il faut noter que la commune3 enregistre également un déficit fourrager.  Les populations ont à leur tour rappelé les appuis qu’ils ont  obtenus de la part de l’Etat et de ses partenaires.


En s’adressant  à l’assistance, la ministre en charge de la Population a prodigué de sages conseils aux populations concernant la consolidation des acquis. Elle leur a demandé de redoubler d’efforts pour juguler le déficit céréalier en s’investissant davantage dans la culture irriguée. Quant au gouverneur de la région de Niamey, il s’est penché dans son intervention sur la nécessité de préserver la  paix et la sécurité afin de garantir le développement de notre pays.  

 Laouali Souleymane(onep)

17 novembre 2015
Source : http://lesahel.org/