mercredi, 11 mai 2016 05:10

Visite du ministre d’Etat, ministre de l’agriculture et de l’élevage : M. Albadé Abouba à l’ONAHA, à l’IPDR-Kollo et à l’INRAN

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Albade Abouba Onaha Inra KoloLe ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et de l’Elevage M Abouba Albadé a poursuivi hier les visites qu’il a entreprises en vue de rencontrer ses nouveaux partenaires des services rattachés à son département ministériel.

En compagnie de ses collaborateurs, Albadé abouba a commencé son périple d’une journée par l’office national des aménagements hydro agricoles (ONAHA), la locomotive nigérienne des cultures irriguées créée depuis 1978 par les autorités de l’époque dans leur tentative de riposte aux crises alimentaires récurrentes et pour pallier les effets néfastes des aléas climatiques dont est tributaire l’agriculture de notre pays.

 

A l’ONAHA le ministre d’Etat a été accueilli par le PCA et le DG ainsi que le personnel avant de visiter le garage des engins lourds, l’atelier de maintenance, la salle-machine où le DG et les responsables d’unités lui en ont fourni d’amples informations. Au garage des engins lourds, c’est des épaves qui occupent tristement les lieux car, il s’agit d’engins datant ou presque de la création de cet office. Nombreux sont en pannes, vétustes tandis que d’autres sont totalement dépassés. Ils sont non seulement aux arrêts mais il est aussi impossible de trouver des pièces de rechange. Toutefois le ministre d’Etat a été rassuré que l’ONAHA dispose des moyens pour continuer sa mission puisque ces dernières années l’Etat l’a doté d’engins et des véhicules qu’il a déployés sur les chantiers a laissé entendre le DG de l’Office.

 

L’atelier et la salle-machine sont quant à eux en état de marche et qu’en dépit de quelques difficultés les techniciens s’acquittent de leur devoir. Le ministre d’Etat a marqué une halte au projet PRPIP financé par la coopération allemande à travers la KFW pour un coût d’environ 14milliards de FCFA. Ce projet de 5 ans qui interviendra dans 139 villages des régions de Dosso et de Tillabéri a une cible de 12.557 bénéficiaires. Il concernera plusieurs périmètres irrigués en vue d’augmenter leur capacité pour une superficie de 3.671 ha. Le ministre a ensuite visité l’atelier de réparation des pompes. Si aucun problème ne lui a été notifié, il a lui été cependant signifié que les pompes commandées par l’office pour lutter contre les inondations ont une tuyauterie inadaptée et que l’office attend toujours la réaction du fournisseur.

 

A l’issue de la visite, le ministre d’Etat Abouba a présidé une réunion de travail au cours de laquelle les responsables de l’ONAHA l’ont assuré que l’office a connu un regain d’activité après une longue période de léthargie. En effet, depuis 2011 l’ONAHA a repris du souffle grâce aux moyens que l’Etat est en train de lui octroyer mais aussi aux efforts de restructuration engagés en 2014. A ce jour l’office qui gère tous les aménagements hydro-agricoles du Niger (87 au total dont 65 opérationnels) disposes actuellement de 16.802 ha exploités. Au plan humain et matériel, le DG a indiqué que l’office dispose de 275 agents et de quinze engins lourds, de 33 camions et 24 véhicules. L’ONAHA vit certes mais son fonctionnement se heurte à de nombreuses difficultés. Il est confronté à un vieillissement des infrastructures dans les AHA, un coût élevé de l’énergie, la faiblesse des entités représentatives des producteurs, un problème de commercialisation mais aussi celui du foncier irrigué et la tension de trésorerie selon son directeur.

 

Néanmoins, l’ONAHA a des perspectives prometteuses car, il table sur une augmentation des superficies irriguées pour l’amener à 70.000 ha en 2030 contre les quelque 16.800 actuellement a dit le directeur général. Après avoir suivi avec une attention soutenue l’exposé sur cet office, instrument indispensable et irremplaçable dans la lutte contre l’insécurité alimentaire quasi laissé à l’abandon pendant plusieurs années, le ministre d’Etat a regretté le fait qu’il n’y ait pas eu une dynamique de consolidation des acquis ni de politique de renouvellement des équipements de ce précieux outil. Pour le ministre d’Etat Abouba Albadé, l’heure est à l’action expliquant que le plus important est de savoir que faire pour redorer le blason de l’ONAHA.

 

A cet effet, il a demandé au conseil d’administration et à la direction générale de réfléchir et de soumettre des propositions au ministère qui plaidera la cause. Il a réaffirmé sa volonté d’apporter tout le soutien qu’il faut tout en instruisant les agents à bien gérer les matériels qui leur seront bientôt fournis. M Abouba Albadé leur dit et répété que l’atteinte de l’objectif « Faim Zéro », c’est pour 2020 et non en 2030. Il est donc nécessaire que chacun, chaque entité sache que l’autosuffisance alimentaire est l’objectif ultime à atteindre tout en martelant qu’il est beaucoup attendu des aménagements hydro-agricoles.

 

A l’IPDR de Kollo, le ministre a visité les unités pédagogiques en plein travaux de réhabilitation sur financement de la coopération espagnole avant de rencontrer le personnel pour une séance de travail. L’exposé du DG de l’institut a permis au ministre de connaitre ses atouts mais aussi ses difficultés. Abouba Albadé a salué et félicité le personnel administratif et celui de l’encadrement. Il a souligné que la situation de l’IPDR, institut qui joue un rôle important dans l’atteinte des objectifs du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage en y fournissant l’essentiel des agents de terrains, sera examinée avec la plus grande minutie. Pour le ministre, l’IPDR doit avoir une nouvelle dimension et le ministère s’engage à lui insuffler une dynamique nouvelle en lui allouant avantage les moyens pour accomplir sa mission.

 

A l’INRAN dernière étape de la visite, le ministre a rencontré tout le personnel de cet établissement public à caractère scientifique, culturel et technique. 359 agents y travaillent. En présentant l’institut le directeur général a indiqué que l’INRAN connait une véritable renaissance ces cinq dernières années. Il a 35

résultats de recherches concluants. Il s’est surtout réjoui de l’augmentation de la subvention de l’Etat qui est passé du simple à plus du double. Cependant il a soumis quelques doléances dont la satisfaction pourrait davantage permettre à l’Institut de mieux jouer son rôle d’institut de recherche. Il s’agit notamment de l’adoption du statut de personnel administratif et technique, de la sécurisation des patrimoines de l’INRAN, du rehaussement de la subvention et de l’accompagnement de l’institut dans le cadre de la coopération bilatérale. Le ministre d’Etat a félicité le personnel pour les résultats satisfaisants qui concourent à l’atteinte de l’objectif «Faim Zéro ». Reconnaissant que les défis sont nombreux, M. Albadé Abouba a promis que l’Etat va accompagner au mieux l’INRAN tout en exigeant aux chercheurs davantage de résultats.

l Zabeirou Moussa(onep)

11 mai 2016
Source : http://lesahel.org/