mercredi, 17 août 2016 00:54

Table-ronde sur les technologies de l’information et de la communication sur Initiative pour l’irrigation dans le Sahel : Les TIC, comme un moyen efficace de dissémination des techniques d’irrigation

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le Projet d’Appui Régional à l’Initiative pour l’Irrigation au (Sahel PARIIS) en collaboration avec le Ministère de l’Agriculture et de l’élevage, la Banque Mondiale et le CILSS organise, du 16 au 17 août à Niamey, une table-ronde sur les technologies de l’information et de la communication (TIC) pour l’irrigation au Niger. La cérémonie d’ouverture de cette table-ronde était placée sous la présidence du Secrétaire général du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, M. Illa Djimrao aux côtés duquel on notait la présence des représentants de la Banque Mondiale, du Secrétariat exécutif du CILSS et du Haut-commissariat à l’initiative 3N.

Le PARIIS est un projet né de la conférence de haut niveau des six pays membres du CILSS tenue en octobre 2013 à Dakar qui « ont convenu de combiner leurs efforts pour accroitre le rythme et la qualité des investissements dans l’agriculture irriguée sur la base d’une approche participative et systémique de la résolution des problèmes et de développement des solutions adaptées » a rappelé le secrétaire général du Ministère. C’est suite à cette conférence qu’a été mise en place la « Task Force » pilotée par le CILSS avec pour charge d’instruire un programme régional pour appuyer les six Etats dans la réalisation des objectifs qualitatifs et quantitatifs à savoir « augmenter sensiblement les investissements en matière d’irrigation pour passer de 400 mille à un millions d’hectares irrigués d’ici 2020 ».

Financé par la banque Mondiale, le PARIIS est donc né de cette vision commune des Etats membres du CILSS, de booster la production dans le domaine de l’irrigation à travers la « création des conditions favorables pour assurer la performance et la durabilité des investissements qui seront réalisés et contribuer ainsi à l’atteinte des objectifs de la déclaration de Dakar » a indiqué M. Illa Djimrao. Ce dernier s’est appesanti sur l’objectif du projet qui est d’améliorer les capacités de planification d’investissement et de gestion des parties prenantes et d’accroitre les superficies aménagées en vue « de garantir la performance des systèmes d’irrigation dans les six(6) pays du sahel ». Entres autres composantes du PARIIS, a dit le Secrétaire général du ministère de l’Agriculture, il y a la modernisation du cadre institutionnel et de planification, le financement des solutions d’irrigations et la gestion des connaissances et de coordination.

La présente table-ronde a pour objectif de contribuer à préparer le PARIIS Niger par l’intégration harmonieuse des technologies de l’information et de la communication dans l’irrigation de chacun des pays. Spécifiquement, elle a pour objectifs la sensibilisation des acteurs sur le rôle des TIC dans le développement de l’irrigation, l’appropriation par des TIC par tous les acteurs du PARIIS Niger, l’identification des principaux domaines dans lesquels une meilleure utilisation des TIC peut contribuer effectivement à l’atteinte des objectifs du projet ainsi que la formulation des propositions pour une mise à l’échelle et des recommandations pour le projet. Tout en soulignant que les travaux de la table-ronde se dérouleront de manière participative, le Secrétaire général du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage a indiqué que le succès de cette rencontre repose sur la contribution active de tous les participants avant d’exprimer sa certitude quant aux conclusions pertinentes qui sortiront de leur débat.

Le représentant de la Banque Mondiale a affirmé que son institution a soutenu le CILSS pour mettre en œuvre l’initiative Irrigation au Sahel à travers une allocation financière de 175 millions de Dollars et cela en vue d’aider les pays pour atteindre les objectifs de la déclaration de Dakar, à avoir un système performant d’irrigation. Selon Amadou Ba, l’utilisation des TIC est d’une grande importance pour la dissémination et la vulgarisation des nouvelles techniques d’irrigation. Le représentant du Secrétariat exécutif du CILSS a expliqué que pour accroitre le rythme d’aménagements dans les six Etats, il est nécessaire de procéder à un changement de paradigme dont les axes doivent être définis. Il a souligné la complexité du domaine de l’irrigation en invoquant les questions du foncier, du marché, de la chaine de valeurs. M. Ko Hamidou a indiqué qu’il y a forcément un besoin des TIC avant de souligner qu’il est attendue des participants à cette table-ronde des idées pertinentes pour avancer plus vite.

Zabeirou Moussa(onep)

17 août 2016
Source : http://lesahel.org/