mardi, 24 janvier 2017 06:26

Zinder/Démarrage de la campagne de vaccination du cheptel de la Région : Objectif : vacciner 100% de bovins et de petits ruminants

Évaluer cet élément
(0 Votes)

La campagne de vaccination du cheptel de la région a démarré le 10 Janvier dernier avec pour objectif de toucher 100% de bovins et de petits ruminants éligibles, c'est-à-dire âgés de plus de trois mois, a indiqué le Directeur Régional de l’Elevage. Dr Abdou Issiakou a ajouté que ces opérations vont coûter près de 100 millions de FCFA.

Pour conduire ces opérations sur le terrain, trois mandataires privés ont été identifiés par la Direction régionale de l’Elevage. Ils auront pour tâche de couvrir selon un zonage mis en place. Le premier prendra en charge les départements de Dungass et Magaria, le second s’occupera de Gouré et le troisième le département de Mirriah.

 

Dans les autres départements de la région, la mise en œuvre des opérations sera assurée par les services   techniques d’Elevage. En zone pastorale, des caravanes comprenant 3 à 4 équipes seront mobilisées pour les mêmes motifs, a ajouté le directeur régional de l’Elevage qui indique par ailleurs que la région dispose suffisamment de vaccins avec plus d’un million de doses de PPR et plus d’un million de doses de PPCB.

Pour l’heure, le seul vaccin qui peut paraitre insuffisant (avec 20.000 doses de disponible) est celui utilisé contre la pasteurellose des petits ruminants.

En dehors de l’Etat, la campagne de vaccination bénéficie de l’appui du Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS).

Les différentes équipes sont à pied d’œuvre pour faire de cette campagne une réussite. Aucune réticence des éleveurs n’a été signalée à l’échelle régionale, affirme Issakou Abdou qui précise que la ‘’santé animale est bonne en dehors des foyers de dermatose nodulaire (variole) qui affecte les bovins.

Pour circonscrire les foyers, la Direction Régionale renferme d’importantes quantités de vaccins, ajoute la même source.

La situation alimentaire est bonne et les prix des produits d’aliment pour bétail notamment le son de blé est accessible sur tous les marchés à 5000F le sac de 50KG.

‘’Si la tendance se maintient, les animaux sont susceptibles de passer sans difficulté la période de soudure même si la région a enregistré durant la campagne qui vient de s’achever un déficit fourrager de 2 millions 300.000 tonnes de matières sèches.

Avec la vente prochaine des produits d’aliment pour bétail à prix modérés, les prix pratiqués sur les différents marchés vont connaitre une baisse significative.

Par ailleurs, les prix des animaux sont en baisse vertigineuse car les principaux acheteurs notamment les nigérians avec la dévaluation de la Naira ne sont pas attirés par ces produits.

Force est de constater que les animaux et la volaille sont venduis à vil prix au niveau des villages installés le long de la frontière qui lie les deux pays.

‘’Avec 3000F, vous disposez d’un couple de pintade à Matameye (70km de Zinder) et 8000F à Zinder pour le même produit.

Pour rendre crédibles ces opérations, les mandataires sont rigoureusement suivis sur le terrain par les agents de l’Elevage habilités à fournir les résultats relatifs à cette campagne de vaccination, a affirmé Dr Abdou Issiakou qui dénonce le faible appui des Communes pour la promotion du secteur de l’Elevage.

Les Communes sont censées prendre en charge l’aspect sensibilisation des éleveurs en apportant un appui en carburant aux équipes de vaccination. Toutefois ils s’abstiennent de le faire regrette le Directeur Régional de l’Elevage qui affirme que les principales ressources de ces collectivités reposent sur les taxes liées à l’abattage, à l’identification et à la présentation’’.

Récemment, des cas de rage ont été signalés à Mirriah sur les camelins et à Bouné sur les caprins où le Gouverneur par une circulaire demande aux Communes de contribuer à l’abattage des chiens et chats errants pour sécuriser la population et le cheptel. Seules quelques communes de Mirriah ont honoré cet engagement, explique Dr Abdou Issiakou qui indique par ailleurs que le coût de l’opération contre cette maladie mortelle ne doit pas excéder 500.000 FCFA par Commune.

Siddo Yacouba ANP-ONEP/Zinder

24 janvier 2017
Source : http://lesahel.org/