Forfait Albarka

Zinder/Fin de la mission de suivi de la campagne agro-sylvo-pastorale et hydraulique : Un bon déroulement de la campagne appuyé par d’énormes soutiens techniques et matériels et financiers

Le ministre délégué auprès du ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, M. Mohamed Boucha a achevé, vendredi dernier, sa mission de suivi de l’installation de la campagne agro-sylvo-pastorale et hydraulique dans la région de Zinder. Durant cinq jours la délégation ministérielle a sillonné les dix départements de la région pour mesurer l’impact de l’installation de la campagne agro-sylvo-pastorale .Il a tenu vendredi une réunion de synthèse qui a regroupé les cadres centraux et régionaux et les autorités administratives et coutumières

D’une manière générale, la campagne agricole d’hivernage 2017 a connu un démarrage précoce comparativement à celle de 2016. Sur les 80 postes suivis, 69 postes disposent de données comparables dont 33 sont excédentaires et 36 déficitaires para rapport à 2016.

Pour le ministre Mohamed Boucha, 3378 villages agricoles de la région ont réalisé les semis soit 100¨% contre 3308 villages à la même période de l’année passée, soit 98 pour cent. Au plan phytosanitaire, les principaux ennemis rencontrés sont les vers de collet, les cicadelles, les criocères, les chenilles défoliatrices, les sauteriaux et les pucerons.

Au total 1885 ha ont été infestés par ces différents ravageurs contre 3741 ha en 2016 à la même date. Les traitements ont porté sur 1172 ha, soit un taux de réalisation de 62,17%. Les stades phénologiques pour le mil sont : la levée (23%), la levée avancée (46 pour cent), le tallage (30%) et la montaison (1 pour cent) observée dans les départements de Belbédji, Mirriah et Takeita.

Pour le sorgho, les stades dominants sont la levée (65% et la levée avancée (31%). S’agissant du niébé, le stade dominant est la levée suivie de la levée avancée et le stade le plus avancé est la ramification observée au niveau des départements de Kantché et Mirriah.

En ce qui concerne l’arachide, le stade dominant est la levée avancée et le stade le plus avancé est la croissance observée dans tous les départements à l’exception de celui de Tanout.

La situation alimentaire est caractérisée par une importante hausse des prix de céréales comparée à 2016 à la même période, hausse atténuée grâce à l’injection par l’Etat avec l’appui des partenaires au développement, d’importantes quantités de céréales pour la distribution gratuite ciblée, la vente à prix modéré et les activités de Cash for Work et Cash transfert et Food for work. Sur le plan pastoral, l’installation de cette campagne est également jugée satisfaisante, a fait remarquer le Ministre Mohamed Boucha.

Les stades phénologiques des herbacées varient de la levée avancée au tallage pour les graminées et de la levée avancée à la ramification pour les légumineuses au niveau de la bande sud de la région et par endroit dans la zone pastorale. Le couvert végétal des ligneux est également à un niveau acceptable. Les points d’eau de surface sont pleins au niveau de toute la région, ce qui facilite l’abreuvement des animaux. L’état de leur embonpoint est satisfaisant. Le mouvement des animaux est intense du sud vers le Nord en direction de la zone pastorale et les animaux sont concentrés partout où le pâturage vert est accessible.

Sur le plan sanitaire, 236 foyers de suspicion de maladies ont été déclarés avec 67 pour cent chez les petits ruminants, 28 pour cent chez les gros ruminants et (pour cent chez la volaille. Ces foyers concernent principalement les maladies pasteurelliques, la dermatose nodulaire, la clavelée, la fièvre aphteuse, le botulisme et la piroplasmose chez les ruminants tandis que chez la volaille, il s’agit surtout de la maladie de Newcastle.

Pour tous ces cas, des dispositions idoines ont été prises par els agents de l’Elevage pour juguler lesdits foyers, précise Mohamed Boucha. Les termes de l’échange restent en défaveur de l’éleveur à cause de la baisse drastique des prix des animaux et de la hausse des prix des denrées de base. Le bon déroulement de cette campagne résulte non seulement de la bonne pluviométrie mais aussi et surtout des actions menées en amont dans le cadre des préparatifs.

Pour le ministre délégué à l’agriculture et à l’élevage, Mohamed Boucha, sur le plan agricole, les actions menées par l’Etat avec l’appui des partenaires au développement ont fourni 1905 tonnes de semences toutes espèces et variétés confondues au profit des ménages vulnérables, 1359 tonnes d’engrais, 12206 litres de pesticides et 38502 sachets de fongicides, 770 appareils de traitement portatifs, deux unités de transformation de manioc et trois moulins, 2 magasins de stockage des céréales pour la sécurité alimentaire,2 centrales communales d’approvisionnement en aliment pour bétail et 2 radios communautaires et 101 tracteurs placés pour le compte de la maison du paysan. Le montant de toutes ces réalisations se chiffre à 2.629.824.400 FCFA.

Dans le cadre de la maitrise de l’eau pour l’irrigation et la mise en place des maisons du paysan, au cours de ce premier semestre 2017, les investissements réalisés s’élèvent à 3.013.014894 FCFA.

Il s’agit de 302 ha d’aménagements des petits périmètres irrigués principalement avec l’appui des partenaires au développement, 12 seuils d’épandage réhabilités et/ou construits, 7 mares aménagées, 235 puits maraichers bétonnés, 195 forages agricoles réalisés, 465 motopompes distribués et 11800 ml de réseau californien installés.

Pour les équipements ruraux agricoles ,il a été réalisé 2 maisons du paysan complètes à Kellé et Bouné (département de Gouré),18 magasins de 200T pour six maisons du paysan,2 radios communautaires à Bandé et Doungou (département de Magaria et Kantché, des travaux de récupération des terres en travaux HIMO pour 1840 ménages et des travaux de construction des murs des écoles et/ou la réparation des classes.

Sur le plan pastoral, les quantités totales ‘aliments bétail placées par l’Etat et ses partenaires pour la vente à prix modérés sont de 2268 tonnes. Une annonce de 2050 tonnes viendra renforcer le stock de réserve de la région. La vaccination a touché 627.120 bovins contre la péripneumonie contagieuse des bovidés, 1.276.417 petits ruminants contre la peste et 22 340 camelins contre la pasteurellose.

En outre, il a été procédé à la distribution de 4723 caprins au profit de 1724 ménages, 72 kits de petits ruminants d’embouche soit 140moutons,16 kits de gros ruminants soit 16 bovins et la formation de 1661 auxiliaires d’Elevage, 160 km linéaires de couloirs de passage réalisés dans les départements de Gouré, Tanout et Magaria,15 broyeurs de tiges mis en place, 2 banques pour aliment bétail construites à Mirriah et à Damagaram Takaya. Le coût de toutes ces réalisations dans le domaine de l’élevage s’élève à 2.070.398.694FCFA.

Sur le plan de l’environnement, les réalisations se rapportent à 1935 ha de terres récupérées, 188 ha de faucardage, 404 ha de fixation des dunes, 3123 l de miel récoltés, 9 tonnes de poisson pêchées, 41 tonnes de feuilles de moringa produites, 1.450.681 plants produits et 935 ha ensemencés. Le coût global de toutes ces opérations est de 860.372.137 FCFA.

Pour ce qui est de l’Hydraulique, les actions menées portent sur les travaux neufs et des réhabilitations où 10 puits cimentés ont été concernés, 91 forages équipés de pompes à motricité humaine et 5 mini AEP simples.

S’agissant des travaux neufs, il a été réalisé une mini AEP multi villages ,5 mini AEP simples, 6 postes d’eau autonomes, 10 puits cimentés neufs, 19 forages équipés de pompes à motricité humaine. Ces réalisations ont permis de mettre en service un total de 118 nouveaux équivalents points d’eau moderne et 26 équivalents points d’eau moderne réhabilités au profit d’une population estimée à 36.00 habitants ainsi que pour leur cheptel.

Sur le plan de l’assainissement, les réalisations ont porté sur 3005 latrines familiales, 233 latrines publiques et 134 villages ATPC déclenchés. Le montant de toutes ces infrastructures réalisées dans la région de Zinder avec l’appui de l’Etat et ses partenaires s’élève à5.385.852.484 FCFA.

Le ministre Mohamed Boucha a saisi l’occasion à l’occasion de ce périple de cinq jours d’échanger avec les autorités administratives et coutumières ,les cadres techniques régionaux et départementaux et les populations sur un certain nombre de thèmes relatifs à l’Initiative 3N à travers trois priorités majeures du Président de la République, la maitrise de l’eau à travers sa mobilisation pour une irrigation conséquente, la maison du paysan constituée de ses 8 éléments, la restauration des terres à des fins agricoles et pastorales ,la mise en place du fonds d’investissement pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la mise en place de l’ Agence pour la promotion du Conseil agricole.

A cela s’ajoute la mise en œuvre des projets et programmes, le respect des plans de développement communautaires (PDC)par les partenaires au développement ,la sécurité plus particulièrement, la collaboration entre la population et les forces de défense et de sécurité ,la renaissance culturelle et ses objectifs, les risques des conflits agriculteurs-éleveurs et les voies de leur prévention et la préparation à temps de la campagne des cultures irriguées.

Les attentes des populations, des Maires et des Services techniques déconcentrés ont trait à la mise à la disposition des services déconcentrés de l’Etat, les agents d’encadrement ,la logistique(motos et véhicules) et l‘équipement en matériel informatique et technique ,la construction et ou la réhabilitation des locaux des services régionaux, départementaux et communaux, le renforcement des capacités des producteurs, le renforcement des quantités d’aliments pour bétail et des céréales(mil, sorgho, maïs et riz) pour la vente à prix modérés, le renforcement des infrastructures hydrauliques, les aménagements des périmètres irrigués et la construction des ouvrages de mobilisation des eaux dans les zones où cela est possible, la mise en place à temps des intrants agricoles (semences, engrais et pesticides, l’amélioration de l’assainissement des centres urbains et ruraux, l’achèvement des ouvrages en souffrance au niveau de la région.

A toutes ces préoccupations soulevées, la mission, compte tenu de la recrudescence des conflits entre agriculteurs et éleveurs engage les acteurs à tous les niveaux au respect et à l’application stricte des textes afin de préserver la quiétude des populations.

Des efforts importants seront faits pour renforcer les capacités des services déconcentrés en personnel et moyens techniques et les communes sont instruites pour élaborer et transmettre des dossiers d’aménagements des terres irriguées, des pistes de desserte, des points d’eau aux partenaires intervenant dans la région et de procéder à la multiplication des ouvrages de retenues d’eau et leur empoissonnement.

Au total, un montant de 13.959.462.609 FCFA a été injecté dans la région de Zinder au cours du 1er semestre 2017 par l’Etat et ses partenaires pour la mise en œuvre du Programme de la Renaissance Acte II, volet développement rural.

Siddo Yacouba, ANP-ONEP/Zinder

31 juillet 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Agriculture