Forfait Albarka

Campagne agricole à Zinder : Tous les villages agricoles ont semé

Du 23 au 27 juillet 2017, le Secrétaire d’Etat chargé de l’agriculture et de l’élevage dudit ministère, M. Mohamed Boucha a sillonné les 10 départements et la ville de Zinder pour s’enquérir de l’état de suivi et de l’installation de la campagne agro-silvo pastorale et hydraulique dans la région.

Au terme de toutes ces visites, il a présidé une réunion de synthèse, le jeudi 27 juillet, dans l’après midi, à la salle de réunion du gouvernorat de Zinder.

La synthèse de ses visites fait ressortir que globalement la campagne agricole d’hivernage 2017 a connu un démarrage précoce comparativement à celle de 2016.

            Sur les 80 postes suivis, 69 disposent des données comparable dont 33 sont excédentaire et 36 déficitaire par rapport à 2016 ;

            A cette date, les 3.378 villages agricoles de la région ont réalisé les semis soit 100% contre 3.308 villages à la même période de l’année passée, soit 98% ;

            Au plan phyto sanitaire, les principaux ennemis rencontrés sont : les verres de collet, les cicadelles, les criocères, les chenilles défoliatrices, les sautériaux et les piserons. Au total, 1.885 hectares ont été infestés par ces différents ravageurs, contre 3.741 hectares en 2016 à la même date. Le traitement ont porté sur 1.172 hectares soit un taux de réalisation de 62,17%.

            Les stades phonologiques pour le mil sont : la levée (23%) , la levée avancée (46%) , l’étalage (30%) et la montaison (1%) observé dans les départements de Bebédji, Mirriah et Takiéta. Quant au sorgho, les stades dominants sont la levée (65%) et la levée avancée (31%).

S’agissant du niébé son stade dominant est la levée suivie de la levée avancée, et le stade le plus avancé est la ramification observée au niveau des départements de Kantché et Mirriah.

Pour l’arachide, le stade dominant est la levée avancée et le stade le plus avancé est la croissance observée dans tous les départements à l’exception de celui de Tanout.

S’agissant de la situation alimentaire, selon Mohamed Boucha dans la région de Zinder, elle est caractérisée par une importante hausse de prix des céréales comparée à 2016 à la même période, hausse atténuée grâce à l’opération vente à prix modéré initiée par l’Etat et ses partenaires.

            Sur le plan pastoral la synthèse fait ressortir que l’installation de cette campagne est également jugé satisfaisante. Le stade phénologique des herbacées varient de la levée avancée au tallage pour les graminées et de la levée avancée à la ramification pour les légumineuses au niveau de la bande sud de la région et par endroit dans la zone pastorale. Le couvert végétal de ligneux est également à un niveau acceptable.

Les points d’eaux de surface sont pleins au niveau de toute la région ; ce qui facilite l’abreuvement des animaux ; l’état de leur embonpoint est jugé satisfaisant. Le mouvement des éleveurs est intense du sud vers le nord en direction de la zone pastorale et les animaux sont concentrés partout où le pâturage vert est accessible.

Sur le plan sanitaire 236 foyers de suspicion de maladie ont été déclarés. Pour tous ces cas, selon le ministre, des dispositions idoines ont été prises par les agents de l’élevage pour juguler lesdits foyers. Les termes de l’échange restent en défaveur de l’éleveur à cause de la baisse drastique des prix des animaux et de hausse des prix de denrées de base.

Les quantités totales d’aliments bétail placés par l’Etat et ses partenaires pour la vente à prix modérés sont de 2.268 Tonnes ; une annonce de 2050 tonnes viendra renforcer le stock de réservé de la région.

Aux cours de toute ces visites dans la région de Zinder, le secrétaire d’Etat chargé de l’agriculture te de l’élevage, a reçu ici et là les préoccupations des populations, des maires, et des responsables des services techniques déconcentrés. Il en est ressorti quelques attentes des populations entre autres :

-          La mise à la disposition des services déconcentrés de l’Etat des agents d’encadrements, la logistique, moto et véhicule…

-          La mise en place à temps des intrants (semences, engrais et pesticides) ;

-          Le renforcement de capacité des producteurs ;

-          Le renforcement des quantités d’aliments de bétail et des céréales (mil, sorgho, maïs et riz) pour la vente à prix modérés ;

-          Le renforcement des infrastructures hydrauliques, les aménagements des périmètres irrigués et la construction des ouvrages des mobilisations des eaux dans les zones où cela est possible ;

-          L’amélioration de l’assainissement des centres urbains et ruraux ;

-          L’achèvement des ouvrages en souffrance au niveau de la région ;

-          La multiplication des ouvrages des retenus d’eau et leur empoisonnement.

Enfin, compte tenu de la recrudescence des conflits entre agriculteur et éleveur la mission engage les acteurs à tous les niveaux au respect et à l’application stricte des textes afin de préserver la quiétude des populations.

AMADOU MAHAMADOU

3& juillet 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Agriculture