Lancement officiel, à Tondibiya Gorou, de la campagne de cultures irriguées 2017-2018 : Le ministre d’Etat Albadé Abouba annonce la mise en valeur de plus de 172.000 ha à travers le pays

Lancement officiel, à Tondibiya Gorou, de la campagne de cultures irriguées 2017-2018 : Le ministre d’Etat Albadé Abouba annonce la mise en valeur de plus de 172.000 ha à travers le paysUne campagne s’achève, une autre commence aussitôt pour le monde rural nigérien. Après la campagne agricole pluviale qui tire à sa fin sur l’ensemble du territoire, les autorités en charge de ce secteur ont décidé de relancer un nouveau cycle cultural pour donner aux producteurs l’opportunité de renouer avec la terre nourricière. Et pour cause, le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, M. Albadé Abouba, a procédé, hier, au lancement officiel de la campagne de cultures irriguées pour la saison 2017-2018.

C’est le village de Tondibiya Gorou, sis dans la région de Niamey sur la route de Ouallam, qui a été retenu pour la cérémonie de lancement. Le site bénéficie de l’appui de la coopération japonaise, le PAC3 et la ville de Niamey. Une cérémonie à laquelle ont pris part le ministre de l’aménagement du territoire et du développement communautaire, celui délégué à l’élevage, le gouverneur de la région de Niamey et le président de la délégation spéciale de Niamey, le haut-commissaire de l’Initiative 3N, ainsi que les représentants des partenaires techniques et financiers du secteur rural, notamment la FAO.

Dans son allocution de lancement, le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et de l’Elevage a d’abord transmis les salutations du Président de la République aux populations du village hôte de cette cérémonie, avant de leur exprimer ses remerciements pour leur mobilisation massive prouvant ainsi leur engagement et adhésion à l’I3N. Le ministre d’Etat Albadé Abouba a rappelé que la campagne pluviale est à son terme laissant place à la campagne des cultures irriguées qui se prépare progressivement.

Pour le ministre d’Etat, la culture irriguée est déterminante dans la recherche de la sécurité alimentaire durable. Elle l’est aussi pour l’atteinte de l’objectif « Faim Zéro » décliné dans le programme de Renaissance acte II du Président de la République et l’I3N. Le ministre d’Etat a expliqué que la mise en œuvre de la stratégie de l’I3N a consacré la maitrise de l’eau pour les productions agro-sylvo-pastorales comme principal axe majeur de ses composantes.

«Ce pari constitue le socle du programme de renaissance acte II du Président de la République qui vise à reléguer l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Niger aux oubliettes de l’histoire », a souligné M. Albadé Abouba. Aussi, a-t-il poursuivi, c’est pour atteindre cet objectif ambitieux que son département ministériel a mis un programme d’appui, de soutien et d’accompagnement des producteurs tenant en compte les objectifs de l’I3N, à savoir l’augmentation des superficies et la diversification des cultures.

A cela s’ajoutent les efforts d’approvisionnement en intrants et matériels agricoles qui vont se poursuivre pour l’ensemble du pays à travers les structures étatiques et les moyens des partenaires techniques et financiers. Des ressources importantes sont prévues pour l’acquisition d’intrants et équipements agricoles pour mettre en valeur 172800 ha mais aussi atténuer le mouvement migratoire et obtenir des productions conséquentes. La campagne de cultures irriguées va renforcer la sécurité alimentaire par le développement de la culture irriguée, céréalière et maraichère, par l’amélioration des revenus des ménages ruraux et par la diversification de la consommation des produits autres afin d’améliorer la nutrition.

Le ministre d’Etat Albadé Abouba a exprimé sa reconnaissance et celle du Niger aux partenaires et a renouvelé ses remerciements à tous les partenaires techniques et financiers qui accompagnent le secteur rural du Niger. Le ministre et sa délégation ont reçu des explications sur l’échantillon des kits maraichers offerts par l’Etat et les PTF aux cinq arrondissements communaux de Niamey avant de visiter le site du village.

Auparavant, le Gouverneur de la région de Niamey, M Seydou Ali

Zataou, a souligné que la région de la capitale malgré, son statut de ville industrielle à fort taux d’urbanisation, ne reste pas moins une région où l’agropastoralisme est pratiqué par une portion non négligeable de sa population. Aussi, s’est-il réjoui du choix de son entité administrative pour le lancement de la campagne, a précisé que

Niamey dispose de 80 sites maraîchers avec une superficie exploitable de près de 11250 ha et une population d’exploitants estimée à 14218 dont 1694 femmes. En termes de production maraichère, Niamey avait produit près de 89000 tonnes au cours de la saison 2015-2016, a dit le gouverneur tout en soulignant que la production de la saison 2016-2017 n’est pas encore évaluée même si tout laisse croire qu’elle serait à la baisse compte tenu de la forte pluviométrie qui a endommagé certains sites.

Pour la campagne que vient de lancer le ministre d’Etat, la région envisage d’emblaver 10.742 ha pour une production attendue de 302. 480 tonnes de spéculations soit un équivalent céréalier de 49 036 tonnes, a expliqué le gouverneur, Pour ce faire, il a invité les acteurs maraichers à redoubler d’efforts à travers leurs organisations pour accroitre leur production en vue d’améliorer leurs conditions de vie et contribuer à l’atteinte de l’objectif «Faim Zéro» conformément au Programme de Renaissance du Président et l’I3N.

Zabeirou Moussa(onep)

03 novembre 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer