Campagne agricole 2017 : Un excédent de 28 680 tonnes se dégage

  Campagne agricole 2017 : Un excédent de 28 680 tonnes se dégageLors du dernier conseil des ministres tenu le 19 janvier dernier, le ministre de l’Agriculture et de l’Elevage M.Albadé Abouba a fait une communication relative à la restitution de l’évaluation de la campagne agrosylvo- pastorale 2017 menées par des missions ministérielles de pré-évaluation de la campagne agrosylvo- pastorale et hydraulique 2017-2018 dépêchées dans les huit (8) régions du pays, du 07 au 24 novembre 2017. Il ressort des rapports de ces missions que « de façon générale », « la campagne agro-sylvo-pastorale et hydraulique d’hivernage 2017 a connu un démarrage précoce dans presque toutes les régions comparativement à celle de 2016. Concernant la production agricole, il se dégage un excédent de 28 680 tonnes à terme, selon la communication du ministre de l’Agriculture et de l’Elevage.

Selon le communiqué du Conseil des ministres, prometteuse jusqu’en fin juillet, la pluviométrie a été marquée par des séquences de sécheresses, plus ou moins longues selon les endroits, de fortes précipitations et surtout l’arrêt des pluies dans plusieurs localités alors que les cultures sont au stade de floraison. La situation phytosanitaire a été caractérisée par une pression parasitaire relativement faible (147 762,82 ha infestés), comparativement à la moyenne des dix dernières années (160 703 ha infestés) et à celle de la campagne précédente (244 468 ha infestés).

Cependant indique le communiqué, la situation alimentaire est actuellement satisfaisante dans toutes les régions. Cependant dit le communiqué, les prix du mil, du sorgho, du maïs et du niébé sont en légère hausse comparés à la même période en 2016. L’appréciation qualitative des niveaux de productions céréalières par département donne la situation suivante : productions bonnes : 18 départements ; productions moyennes : 16 départements ; productions médiocres : 29 départements.

Le Gouvernement explique que sur les 12.384 villages agricoles, 3 867 villages (soit 31%) sont déclarés déficitaires à plus de 50% pour une population de 4 600 914 habitants. Cette situation est semblable à celle de 2016. Entre autres causes de ces déficits constatées par les missions ministerielles, figurent les sécheresses, surtout l’arrêt des pluies dans plusieurs localités alors que les cultures sont au stade de floraison ; les attaques parasitaires et les dégâts causés par les oiseaux granivores ; les inondations ; la baisse de la fertilité des sols.

Les résultats provisoires de la campagne agricole 2017 se présentent comme suit selon les rapports dressés par les missions ministérielles : Production brute : 5 854 623 tonnes toutes céréales confondues pour un disponible net de 4 956 117 tonnes. Aussi, par rapport aux besoins qui sont de 4 927 437 tonnes, il se dégage un excédent de 28 680 tonnes à terme, pendant qu’il est de 474.607 tonnes pour les céréales sèches (mil, sorgho, maïs, fonio).

Le Gouvernement annonce que cet excédent sera renforcé avec le calcul du bilan alimentaire qui prendra en compte la production des cultures pluviales comme irriguées qui est estimée à 67 840 tonnes équivalent céréalier rien que pour l’opération bouture de manioc et une prévision de 700 081 tonnes équivalent céréalier pour les cultures irriguées. « Malgré cet excédent céréalier, les opérations traditionnelles d’appui aux populations vulnérables seront poursuivies dans les zones déficitaires » dit le gouvernement.

Garé

23 janvier 2018
Source : La Nation

Imprimer