Forfait Albarka

Tillabéri : Concertation pour une transhumance transfrontalière apaisée entre le Niger et le Burkina Faso

Une rencontre de réflexion sur la mise en place des cadres de concertation et de dialogue multi acteurs et leurs modalités de fonctionnement pour une transhumance transfrontalière responsable et apaisée sur la frontière Niger-Burkina Faso, s’est tenue les 24 et 25 Mai 2017 à Tillabéri. Cette rencontre s’est déroulée sous la présidence du Gouverneur de la région Ibrahim Tidjani Katiella, en présence des préfets, des maires, des chefs traditionnels des localités frontalières du Niger, du Burkina Faso, des responsables de l’antenne régionale du Projet d’Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS), des représentants des organisations de la société civile pastorale du Niger.

Organisé avec le soutien du projet d’appui au pastoralisme au sahel (PRAPS) partenaire du Réseau des organisations des pasteurs et éleveurs du Niger (Ropen Maroobé), cet atelier constitue une occasion supplémentaire pour les différents acteurs de réfléchir sur la mise en place effective et l’opérationnalisation des cadres de concertation et de dialogue multi-acteurs pour une transhumance transfrontalière apaisée dans les communes tels qu’ils ont été prévus par les textes de la CEDEAO ainsi que les lois et règlements de la République du Niger, a indiqué le Président de Ropen Maroobé, M. Amadou Halidou Taro. Le président du Ropen-Maroobé a aussi rappelé qu’en tant que relais du comité national de transhumance (CNT), tous les cadres de concertation qui seront mis en place aux différentes échelles de l’organisation territoriale et administrative du Pays, notamment la région, le département, la commune et le village ou tribu, répondront au cas par cas de la même mission et des mêmes prorogatives.

Amadou Halidou Taro a enfin renouvelé ses remerciements au PRAPS et l’a encouragé pour l’engagement et la grande motivation avec lesquels il supporte les actions des éleveurs en faveur de l’élevage. Le PRAPS qui a pour objectif l’Appui du Pastoralisme au Sahel contribue à sécuriser l’élevage, à renforcer la paix et la cohésion sociale au Niger. Pour sa part, le Gouverneur de la région de Tillabéri a indiqué que dans le cadre de la transhumance transfrontalière, le Burkina Faso demeure pour le Niger un pays d’accueil en même temps un pays de transit à destination d’autres pays comme le Ghana, le Mali et la Côte d’Ivoire.

Pour le Gouverneur Ibrahim Tidjani Katiella, la transhumance transfrontalière constitue un facteur social, culturel, économique et politique de rapprochement des peuples et de solidarité entre les communautés dans l’espace des quinze pays membres de la CDEAO. La recherche de la paix et sa consolidation entre les communautés nigériennes elles-mêmes et entre elles et la communauté des pays voisins est une préoccupation majeure du Président de la République, Chef de l’Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, a ajouté le Gouverneur de la région de Tillabéri.

Aussi au nom du gouvernement M. Ibrahim Tidjani Katiella a salué le geste plein de citoyenneté du Ropen   Maroobé et le projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS) qui, à travers cette rencontre se proposent ensemble de renforcer les capacités des acteurs pour une transhumance transfrontalière responsable sur la frontière Niger Burkina. Le Gouverneur de la région de Tillabéri a émis le vœu de voir les réflexions issues de l’atelier servir de modèle et de source d’inspiration pour toutes les communautés du Niger et au delà pour tous les pays membres de la CEDEAO.

Zakari Mamane, ONEP/Tillabéri

07 juin 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Agriculture