Forfaitt-ORANGE-4G

images/stories/2013/Bazoum_Mohamed_03.jpg"Selon certaines discrétions des hautes personnalités du Pnds Tarayya et pas des moindres, le Président Issoufou Mahamadou n’a pas dit son dernier mot par rapport au choix de son dauphin. Il parait qu’il aurait fait savoir à ses proches qu’il lui faut quelqu’un de confiance, sur lequel il peut compter demain pour sauver ses arrières. En aucun cas, Mohamed Bazoum ne lui semble pas être quelqu’un à qui il faut faire confiance. Ce monsieur l’a toujours contredit. Ce fut principalement le cas en 2012 lors de l’attribution d’un passeport à un libyen du nom de Bachir Salah et aussi après une attaque terroriste dans le département de Téra où des forces de défense et de sécurité ont trouvé la mort où il disait ceci : «Nous reconnaissons que vous n’êtes pas bien équipés» sur les antennes des radios et télévisions, se sont des exemples parmi tant d’autres, où il semblerait qu’il impliquait directement le président Issoufou Mahamadou. En tant que ministre d’État et président du parti majoritaire au pouvoir, l’opinion nationale et internationale étaient stupéfiantes d’entendre un ministre de son rang étaler la faille de son armée face à l’ennemi. Il y a autant d’exemples qui montrent que Bazoum ne peut être un chef d’État sur qui il peut compter, aucun signe de garantie de sa part.
Poulho Y. 
09 mars 2019
Publié le 27 février
Source : Le Monde d'Aujourd'hui

Imprimer E-mail

Affaire du présumé détournement à la cellule Crises alimentaires Idé Kalilou sort de prisonLe vendredi 22 février, l’ancien Directeur de cabinet du Premier ministre, Idé Kalilou, est sorti de prison, après y avoir passé plus de 1000 jours sans être jugé, dans l’affaire du présumé détournement à l’ancienne cellule Crises alimentaires. Arrêté en compagnie de l’ancien Coordonnateur de la cellule Crises alimentaires Bakary Sangaré et de l’ancien Directeur de cabinet du Premier ministre Mala Ari, Idé Kalilou a été relaxé, alors que ses deux compagnons d’infortune sont toujours en prison, dans l’attente d’un procès. On peut donc imaginer qu’aucune charge n’a été retenue contre l’intéressé qui peut désormais respirer l’air de la liberté, après en avoir été privé pendant plus de deux années. «Le Canard en Furie» qui, à l’instar d’autres médias de la place, est largement revenu sur cette affaire, ces dernières semaines, se réjouit que ses dénonciations et celles de ses autres confrères aient pu faire bouger le fameux dossier qui semblait un moment laissé dans les tiroirs, pendant que des pères de familles étaient privés de leur liberté. Maintenant que la machine judiciaire est, on le souhaite, remise en marche, il faut espérer pour Bakary Sangaré et Mali Ari l’ouverture prochaine de leur procès pour qu’ils aient l’occasion de se défendre et d’être définitivement fixés sur leur sort. 

09 mars 2019
Publié le 25 février
Source : Le Canard en Furie

Imprimer E-mail

Le Premier ministre, Chef du gouvernement, SE Brigi Rafini, s’est entretenu hier matin avec le nouvel Ambassadeur du Tchad au Niger, SE Ousman Sougui Koko. A sa sortie d’audience, le diplomate tchadien a dit avoir rendu une visite de courtoisie au Chef du gouvernement. Il a rappelé que le Tchad et le Niger entretiennent des relations séculaires basées sur la volonté de nos deux Chefs d’Etat à savoir le Président de la République du Tchad SE Idriss Deby Itno et son homologue Issoufou Mahamadou de la République du Niger. Selon lui, les relations que le Niger et le Tchad entretiennent ont conduit à la création des commissions mixtes, du G5 Sahel, etc.

Laouali Souleymane (ONEP)

08 mars 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Au moins cinq personnes ont été tuées et 37 autres blessées dont 10 cas graves dans un accident de circulation mercredi après-midi sur la route Zinder-Agadez (centre du Niger), a-t-on appris jeudi de source officielle.

C'est un bus de transport public parti de Zinder avec 63 passagers à son bord, qui s'est renversé à 75 km d'Agadez, a rapporté la radio nationale.

Le gouverneur de la région d'Agadez, Sadou Saloké, accompagné de plusieurs responsables administratifs et sécuritaires, s'est rendu sur les lieux où les forces de sécurité se sont fortement mobilisées pour apporter les premiers secours aux victimes, a ajouté la même source, précisant que les blessés sont traités au centre hospitalier d'Agadez.

Les accidents de la route constituent au Niger un véritable fléau national : selon les statistiques du ministère des Transports, au moins 800 personnes perdent la vie par an au Niger dans les accidents de la circulation, faisant du pays l'un des premiers en Afrique où le taux d'accidents est le plus élevé.

1er mars 2019
Source : http://french.china.org.cn/

Imprimer E-mail

Double Facturation Corniche YantalaMais le lancement des travaux de modernisation de cette Corniche suscite aujourd’hui beaucoup d’interrogations et de commentaires au sein de l’opinion nigérienne. Cela, au vu de la maquette présentée, en son temps, aux Nigériens par les commis du ministère de l’Equipement et les chinois de la société chargée des travaux. Aujourd’hui, c’est cette même corniche qui est présentée une seconde fois pour des travaux de rénovation. Avec le lancement du démarrage des travaux de modernisation, les Nigériens se souviennent que la modernisation des deux corniches devrait être un travail connexe à la construction de ce qu’on appelle pompeusement échangeur du rond point Kennedy construit par la société chinoise CGC INTER. Alors, revenir quelques temps après pour en faire un nouveau projet ressemble à une tricherie qui s’apparente à une stratégie visant à couvrir un éventuel détournement du premier financement. Il est légitime donc, aujourd’hui de se poser des questions. Aux responsables de ce projet alors, d’expliquer aux Nigériens ce qui s’est réellement passé. C’est-à-dire, les raisons qui ont fait que le projet de modernisation de la corniche n’était pas réalisé en même temps que l’échangeur. Auquel cas, les Nigériens ont le droit de douter et de penser à une double facturation. Une tricherie pour mettre à sac les ressources publiques.

 25 février 2019
Source :  Le Courrier 

 

Imprimer E-mail