vendredi, 02 octobre 2015 16:12

Assemblée nationale Pourquoi l’enquête parlementaire à l’ARTP tarde toujours ?

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Assemblee 27 05 14 01On se rappelle que la plénière de l’Assemblée nationale avait décidé de la mise en place d’un comité chargé de faire une enquête parlementaire sur la gestion de l’autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP). Une gestion marquée par deux signatures de conventions de prêt de 20 milliards de FCFA entre cette société et l’Etat du Niger.

Des conventions signées pour, dit-on, faire face aux problèmes inhérents à l’envoi des troupes, c’est-à-dire des soldats au Mali et au rapatriement des Nigériens vivant en Centrafrique, entre autres. Aujourd’hui, cette question d’enquête parlementaire est reléguée aux calendes grecques, alors même que l’arrêté de mise en place du comité d’enquête avait été signé depuis le mois de mars 2015.

 

Qui a peur de l’enquête parlementaire ?

C’est la question qui se pose au sein des états majors des partis politiques membres de la mouvance pour la renaissance du Niger (MRN). Des partis de la majorité qui ne compre nent toujours pas l’attitude du groupe parlementaire du PNDS de vouloir faire obstacle à la manifestation de la vérité. L’enquête parlementaire à l’ARTP est une résolution de la plénière qui ne doit souffrir au risque de violer le règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Du reste, au cours de cette session dite budgétaire, les députés de l’opposition se doivent de mettre tout en oeuvre pour la manifestation de la vérité par rapport à cette affaire gravissime des 20 milliards de l’ARTP. Tout semble dire que le pouvoir et ses partisans devenus des prédateurs et des spécialistes de détournement de deniers publics, en peu de temps de gestion du pouvoir d’Etat, ne veulent pas d’une enquête parlementaire à l’ARTP. En tout état de cause, l’opinion publique est prise à témoin de la mauvaise gouvernance qui caractérise actuellement la gestion des affaires publiques et la volonté des tenants du pouvoir à faire obstruction à la manifestation de la vérité.

Norbert 

 

02 octobre 2015
Source : Le Courrier