vendredi, 11 décembre 2015 00:05

NDP-Zaman Lahiya : «L’honneur perdu»

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Moussa Moumouni Djermakoye 01Le parti de feu Adamou Moumouni Djermakoye est la première entité politique sur l’échiquier national à s’aligner de facto sur la candidature du président sortant, foulant ainsi aux pieds tout l’héritage idéologique du père fondateur. D’aucuns voient en cette allégeance ‘’shap-shap’’, un «honneur perdu».

Nous l’avions déjà rapporté dans ces mêmes colonnes, que «la soumission» de Moussa Djermakoye au président Issoufou Mahamadou est une affaire d’argent. En d’autres termes, le patron de l’ANDP-Zaman Lahiya et ses thuriféraires auraient été grassement soudoyés. Et ces affirmations nous avaient valu les remontrances du CSC à l’époque. Pourtant, aujourd’hui, le temps et les événements nous donnent entièrement raison. Car jusqu’ici, rien n’explique la position de l’ANDP-Zaman Lahiya. Ou du moins, aucun militant ne comprend cette posture adoptée par Moussa Djermakoye. Lequel, de toute évidence, a trahi sa parole et l’honneur de milliers d’hommes et de femmes qui aiment tant ce parti. D’ailleurs, un confrère de la place avait produit un document qui liait moralement Moussa Djermakoye et certains cadres du parti, notamment Moussa Abdou. Sur la base de cet accord sur l’honneur, Moussa Djermakoye s’engageait solennellement de «respecter et de faire respecter les dispositions statutaires du parti». Aussi, il donnait sa parole de prendre en toute collégialité les décisions engageant le parti. Alors, la décision de soutenir Issoufou Mahamadou dès le premier tour est-elle le fruit d’un consensus au sein des instances dirigeantes du parti ? Visiblement non ! Moussa Djermakoye avait rusé par le biais d’une soi-disant «Commission de réflexion», laquelle décidera de la position à adopter. Par cette mascarade, il a largement outrepassé ses prérogatives. Pire, il tombe dans le reniement de la parole donnée, une faute très grave dans nos sociétés traditionnelles. Moussa Djermakoye s’est dédit, il a rompu le lien sacré qu’il avait scellé, cela en présence de té- moins. Qu’est-ce qui pousse un homme d’un tel rang social à revenir sur sa parole ? Avions-nous perdu à ce point nos repères sociaux ? C’est une dérive morale qui chagrine tous ceux qui ont connu le père fondateur de l’ANDP-Zaman Lahiya. Attachés à ces valeurs ancestrales, les militants de la première heure n’ont pas attendu longtemps pour se décider à migrer vers d’autres formations politiques. Dans la région de Dosso, ce sont des contrées entières qui basculent soit à l’UDR-Tabatt, soit à Lumana FA. Moussa Djermakoye a réussi l’exploit de dynamiter l’héritage politique de son défunt frère. Quel gâchis !

Alpha 

11 décembre 2015
Source : Le Courrier