vendredi, 08 janvier 2016 23:33

Mohamed Ibn Chambas, encore dans nos murs pour la libération des prisonniers politiques

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Mohamed Ibn ChambasPrésent à Niamey, il y a à peine deux mois, pour apprécier la situation sociopolitique au Niger à quelques mois de la tenue des élections générales de fin de mandat, Mohamed Ibn Chambas, l’émissaire spécial du Secrétaire général des Nations unies en Afrique de l’Ouest, est encore dans nos murs depuis le lundi 4 janvier dernier. Il est revenu sur ses pas aux fins d’évaluer les progrès enregistrés dans la décrispation de la situation politique, sujet dont il s’est entretenu avec le Président Issoufou lors de son précédent séjour. Des efforts ?

Il ne serait pas exagéré de dire qu’il est mal barré, son interlocuteur, le maître de Niamey, ayant trouvé depuis lors les moyens et les artifices pour corser davantage la situation. En plus de Hama Amadou qu’il détient en prison en dehors de toute procédure judiciaire, il vient de faire arrêter un gros paquet d’opposants politiques, en majorité militants du Moden Fa Lumana Africa. L’alibi ? Une fumeuse histoire de coup d’État à propos duquel, pour toute preuve, le ministre de l’Intérieur a agité des sms non authentifiés (personne ne les encore lus) et des appels téléphoniques qui ont fait rire plus d’un, à Niamey comme à l’extérieur. Mohamed Ibn Chambas, on peut le dire, va passer son temps à des discutions infructueuses et s’en ira au terme de son séjour, comme il était venu : les bras ballants, sans obtenir quoi que ce soit. Issoufou Mahamadou, lui, s’en moque éperdûment. Il veut ses élections tropicalisées et n’est pas prêt à les accepter autrement.

Laboukoye

09 janvier 2016
Source : Le Courrier

Dernière modification le samedi, 09 janvier 2016 01:41