mercredi, 28 septembre 2016 23:25

Universités du Niger : Une rentrée académique sous haute tension

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Universite Abdou Moumouni NY NigerLa sortie malheureuse du Ministre Ben Omar est la preuve que rien ne va plus dans l’enseignement supérieur miné depuis des années par d’énormes difficultés. En effet, cette année encore, les choses ont très mal commencé. Les enseignants et les étudiants du Niger ont déclenché une grève pour protester contre des retards de paiement des salaires et des bourses ce qui, du coup, a fortement paralysé les universités publiques du pays. On se souvient que de nombreux mouvements de grève avaient déjà compliqué la rentrée académique à Niamey et dans tout le reste du pays début septembre.

Les enseignants-chercheurs réclament le versement d’arriérés de salaires et de primes de recherches. Quant aux étudiants, ils ont décidé de «boycotter les cours» pour «exiger» le paiement «d’arriérés de bourses» et «le recrutement d’enseignants suffisants». Ils réclament aussi «plus de salles de cours». On se souvient aussi que le ministre Ben Omar dans un point de presse, en réponse aux enseignants et étudiants, a justifié les retards des salaires et bourses par les importantes dépenses militaires du pays, ce qui, évidemment est loin de convaincre ses interlocuteurs pour qui « le paiement des salaires et des bource n’est pas négociable »

29 septembre 2016
Source : Le Monde d'Aujourd'hui

Dernière modification le vendredi, 30 septembre 2016 04:04