Nigerdiaspora

Nigerdiaspora

Résultat de recherche d'images pour "Amères vérités" Enfin, pourrait-on dire ! Longtemps emmurée dans un silence inexplicable et déroutant alors que tout, pratiquement tout, lui commande de ne s’offrir aucun répit dans les déclarations tonitruantes, les interviews, les marches et meetings populaires, en un mot dans l’âpre lutte politique que lui impose, à la fois, le sort désastreux du Niger et un devoir de solidarité vis-à-vis de ses militants, prisonniers politiques du régime en place, l’opposition politique commence à donner de la voix. « Nous n'avons droit ni au silence, ni à la passivité », a déclaré le Moden Fa LumanaAfrica de Hama Amadou dont la déclaration, ce samedi 11 février 2017, a sonné comme la résurgence d’une opposition politique que Mahamadou Issoufou pensait avoir enterrée mais qui, en vérité, s’était donné le temps de digérer trahisons et voltes-faces en son sein.

Hama Amadou Amadou Boubacar CisseComme par enchantement, le président Issoufou Mahamadou lance l’opération Maïboulala (le détenteur de la chicotte) tandis que le sulfureux dossier des bébés importés refait surface. Une simple coïncidence, peut-être. Ce sont deux dossiers diamétralement opposés, d’ailleurs. Ils ne partagent même pas la même juridiction. Le premier implique des affaires de gestion de biens et deniers publics tandis que le second porte sur une affaire de supposition d’enfants. Mais ça, c’est la forme. Dans le fond, les deux affaires débouchent sur deux opposants politiques qui dérangent : Hama Amadou et Amadou Boubacar Cissé (ABC).

Issou Lawrence RossignolLe Président de la République, Chef de l’Etat SE Issoufou Mahamadou, a accordé hier matin, une audience à une délégation française conduite par la ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes, Mme Lawrence Rossignol comprenant le Secrétaire d’Etat auprès des ministres des Affaires Etrangères et du Développement International chargé du Développement et de la Francophonie M.Jean Marie le Guen.

Brigi Kandadji FranceLa France et le Niger se dotent d’un nouveau document d’accord de coopération pour les trois prochaines années. Lequel document laisse entrevoir un financement de plus de 39 milliards de Fcfa (environ 60 millions d’euros). Le document a été paraphé à Paris durant le séjour français du Premier ministre Brigi Rafini du 07 au 10 février 2017.

Sur cette somme, près de 50 millions d’euros seront consacrés à la construction du barrage hydroélectrique de Kandadji. Les objectifs de cette centrale, lancée depuis mai 2008, sont, entre autres, de sécuriser l’agglomération de Niamey en fourniture d’eau potable, de produire de l’électricité avec une puissance de 125 MW ou encore d’assurer un début d’étiage de 120 m3/ seconde sur le fleuve Niger.

OCI NIGER 01Les assises de la 1ère session de la Conférence Ministérielle de l’Organisation de la Coopération Islamique se sont tenues, du 8-9 février 2017, à Djeddah, au Royaume d’Arabie Saoudite, sous la présidence du ministre saoudien du Travail et du Développement Social. Notre pays a été représenté à cette rencontre par la ministre de la Population, Dr Kaffa Rakiatou Christelle Jackou. On y notait également la présence de plusieurs ministres venus des pays membres de l’OCI et du Secrétaire général de l'OCI.

Le secrétaire général adjoint du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage M. Abouba Saidou a présidé, hier matin à Niamey, un atelier régional de formation sur les mesures de sauvegardes environnementales et sociales. Cet atelier qui est organisé par le projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS) regroupe des participants venus de six pays engagés dans la mise en œuvre de ce grand projet. Il s’agit du Niger, du Mali, du Burkina Faso, du Sénégal, de la Mauritanie et du Tchad.

 Maraichers AgadezLes membres de la Commission des affaires sociales et culturelles (CAS/C) ont effectué hier matin, une visite sur le site de la foire des produits maraîchers de la région d’Agadez sis à la place Toumo de Niamey. Cette visite de la délégation parlementaire conduite par le Président de la Commission des affaires sociales et culturelles vise non seulement à encourager les maraîchers mais aussi à inviter la population de Niamey à venir massivement acheter les produits exposés.

Zorro de Zongo (ZZ) ! Il ne s’agit pas du titre du film de fiction que l’on connait,plutôt le nom d’une association, créée par de jeunes diplômés nigériens qui perçoivent leur citoyenneté comme un devoir envers leur pays et la communauté nationale. Mais la philosophie des membres du Collectif ZZ n’est pas sans rappeler Zorro, le célèbre personnage masqué dudit film. En effet, les jeunes du collectif ZZ, entendent aussi contribuer dans l’anonymat au développement de l’entrepreneuriat, et véhiculer une image positive de leur pays.

La Fada qui a siégé il y a quelques jours au restaurant "La Cabane" dans le quartier Plateau de Niamey n’a pas dérogé à l’habitude. Parmi les personnalités invitées lors de cette soirée, il y avait M. Aminou Boukari, l’Administrateur Général de Goviex, une société minière, qui était « l’invité sénior ». À 20h30mn déjà, les membres de la fada et les invités ont pris place. Le vice président du collectif ZZ, M. Amadou Boukar qui joue le rôle de modérateur, rappelle le principe de la rencontre, présente l’invité senior. Puis l’une après l’autre les personnes présentes déclinent leurs identités, précisent leurs occupations ou leur secteur d’activité. Ensuite, la parole est donnée à l’invité senior qui entretient l’assistance sur son cursus académique, son parcours professionnel et surtout son expérience.

La commune rurale de Tagazar est l’unique commune du département de Ballayera. Elle compte 1134 km² avec 1314 habitants. Elle est située sur le dallol avec beaucoup de potentialités en agriculture et élevage. Elle a comme chef lieu Balleyara qui est, du reste, connu pour son marché international et le dynamisme du commerce local.

Au plan agricole, selon le maire de cette commune, M. Moctar Seyni, depuis l’avènement des autorités de la 7ème République, l’on peut dire que la commune de Tagazar a deux (2) saisons à savoir la saison pluvieuse et la saison irriguée. La population pratique les cultures pluviales et les cultures irriguées. Cette année a-t-il ajouté, 2000 ha seront emblavés au niveau de la commune uniquement pour la production de la pomme de terre.

Page 9 sur 1995