Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

vendredi, 18 avril 2008 20:17

Cousinage à plaisanterie

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le cousinage à plaisanterie, cette relation entre deux personnes dans laquelle l'une est autorisée par la coutume, et même obligée dans certains cas, de taquiner l'autre ou de lui faire des railleries dont il ne doit, en aucun cas, prendre ombrage, et vice versa.

 C'est un système qui permet de consolider les liens entre les individus, entre les groupes sociaux, et partant, un ciment de l'unité nationale. Cette première édition de la semaine nationale de la parenté à plaisanterie qui débute aujourd'hui et se poursuivra jusqu'au 24 avril prochain, permettra aux Nigériens de s'égayer au rythme des chansons, comédies, et autres anecdotes pleines d'humour dirigé contre les cousins. Le cousinage ou parenté à plaisanterie constitue assurément une richesse qui caractérise les rapports entre les différentes ethnies et certains groupes socio-professionnels de notre pays. Ces relations qui tirent leurs sources de nos valeurs ancestrales, jouent un rôle indéniable dans la consolidation de la quiétude sociale. Mais force est de réaliser que ces derniers temps, ces valeurs traditionnelles, pourtant très profondes, sont menacées d'effritement. C'est sans doute au regard de cet état de fait que les autorités ont décidé de consacrer, cette année, une semaine d'expression de la parenté à plaisanterie qui coïncide avec la célébration de la Journée de la Concorde nationale.

Aujourd'hui donc, les populations de Niamey seront au rendez-vous des grands comédiens de notre pays, à travers le démarrage de la semaine nationale de l'expression de la parenté à plaisanterie. C'est en fait une occasion en or qui nous est donnée pour réfléchir un thème, celui de l'unité et la solidarité entre tous les fils de ce pays, sans distinction aucune.{sidebar id=1}

Toutes les ethnies du Niger se taquinent mutuellement. La tolérance de la pratique l'exige, et notre pays constitue un conglomérat de tribus. On parle de plus de 110 relations de cousinage à plaisanterie qui autorisent les uns et les autres à s'accepter dans la différence et à fraterniser par le biais des blagues, dans le seul but de renforcer l'harmonie, la cohésion sociale et l'unité nationale. Facteur de régulation sociale et valeur culturelle à laquelle croit tout Nigérien donc, la parenté à plaisanterie a instauré les blagues entre cousins croisée, entre grands-parents et petits-enfants, entre corporations professionnelles et entre communautés. Ces relations permettent de résoudre bien des problèmes de famille ou de société, rendant ainsi la vie sociale plus harmonieuse et conviviale. Cela est d'autant plus vrai que la pratique de ce cousinage à plaisanterie permet d'éviter certains incidents dans la communauté. Aussi, elle constitue indéniablement une force à même de jouer le rôle de régulateur de tension sociale.

Les autorités de 5ème République, à travers le ministère de la Culture, des Arts et Loisirs, Chargé de l'Entreprenariat Artistique, ont vu juste en instituant cette semaine de cousinage à plaisanterie. Car devant le cousinage à plaisanterie, au-delà des facilités d'intégration qu'il accorde, des amitiés qu'il crée, et des règles de partage qu'il cultive, il n'y a pas de place pour l'animosité entre individus ou groupes sociaux. C'est donc une école de maîtrise de soi, de culture de la bonne humeur et aussi un garde-fou pour les communautés. En résumé, le cousinage à plaisanterie est une recette efficace de gestion des conflits entre les communautés. Nous vivons une situation qui nous oblige aujourd'hui à valoriser sa pratique, au vu de la situation qui prévaut dans le Nord de notre pays.

Saïdou Daoura

18 Avril
Publié le 18 Avril 2008
Source: Sahel Dimanche

 

Lu 2262 fois Dernière modification le samedi, 28 avril 2018 10:59