IDEES & OPINIONS.

mercredi, 04 mai 2016 09:27

Déclaration du CADDRH du 04 mai 2016

CADDRH NigerRéuni en séance extraordinaire, ce mercredi 04 mai 2016, à l’effet d’examiner la situation sociopolitique qui prévaut au Niger, le Comité Exécutif du Cadre d’Actions pour la Démocratie et les DRoits de l’Homme (CADDRH), rend publique la déclaration ci-après :
De la situation politique :
Les élections présidentielles controversées de février et mars 2016 ont mis à jour la flagrante et révoltante faillite de notre système démocratique.

mardi, 03 mai 2016 05:24

Plaidoyer pour une immigration

Abdoulaye Hassane Diallo 06Cette  contribution  est   une   intervention  que  j’ai   faite  le  24 Juin  1989   en  France  à  Gonesse à  l’occasion  du  Bicentenaire de  la Révolution de  1789  ,  organisé   par  l’Association  David   DIOP  et  dont  le  thème  portait  sur  « les  enfants  Sénégalais  nés  en  France ».  Sous  le  Haut  Patronage de  Mme  Abdou DIOUF   et  de l’ Ambassadeur  du   Sénégal  en  France.  Ce  fut  l’une  des  rares  rencontres  au  cours  desquelles  d’éminents  Conférenciers  avaient   abordé  et  développé  des  thèmes  qui  touchent  à  la  vie  des  noirs  en  Europe  Des  contributions  qui  furent  d’ailleurs  publiées  dans  une  revue  scientifique  «  le  Cahier  Médical «  pour  servir  de  pistes  et  de supports  à  nos  relations  entre  l’Afrique  et l’Europe.       

                                  PLAIDOYER  POUR  UNE IMMIGRATION                                                                                                                                   

                                               AFRICAINE     SOUTENUE                               

Cette  contribution  est   une   intervention  que  j’ai   faite  le  24 Juin  1989   en  France  à  Gonesse à  l’occasion  du  Bicentenaire de  la Révolution de  1789  ,  organisé   par  l’Association  David   DIOP  et  dont  le  thème  portait  sur  « les  enfants  Sénégalais  nés  en  France ».  Sous  le  Haut  Patronage de  Mme  Abdou DIOUF   et  de l’ Ambassadeur  du   Sénégal  en  France.  Ce  fut  l’une  des  rares  rencontres  au  cours  desquelles  d’éminents  Conférenciers  avaient   abordé  et  développé  des  thèmes  qui  touchent  à  la  vie  des  noirs  en Europe Des  contributions  qui  furent  d’ailleurs  publiées  dans  une  revue  scientifique «  le  Cahier  Médical «  pour  servir  de  pistes  et  de supports  à  nos  relations  entre  l’Afrique  et  l’Europe.                                                                                                                             

       De    1989  à   2016  ce  thème  est  plus  que  jamais  d’actualité  quand  on  connait  le  drame  que  vivent  ces  jeunes  j’allais  dire  ces  familles   entières  qui  se  jettent  dans  la  « gueule  du  loup »  en  pensant  aller  vers un  mieux être  qui n’est  en  fait  qu’un  chapelets  de  misères. En  tant  qu’africain  je  trouve  que  nos  dirigeants  sont  en partie  responsables  de  ces  déchirures  familiales  qui  n’honorent  nullement  aucun   être  humain  Face  qu’Allah   nous  entende  et  que  nous  assumions  aussi  nos  responsabilités  dans  un  monde  devenu  malheureusement  une  véritable  jungle. II  est  même plusqu’urgent  pour    que  la  Diaspora  africaine  mette en  place  une  structure  continental e  à  l’image de  l’Union  Africaine.  Un  véritable Haut  Conseil  Mondial  de  la  Diaspora  Africaine.  Ceci  pourrait  apporter  un  peu  de  répit  à  nos  frères  qui  meurent  dans  les  calles  de  bateaux  ou  qui  sont  traités  dans  les  pays  d’accueil  comme  des  « moins  que  rien »

              J’avais  été  invité  en  tant  que  Président  du  Groupe  de  Réflexions  sur  la  Santé  en  Afrique  créé  par  un certains nombre  d’intellectuels  africains , encore  étudiants  à  Lyon  pour apporter  notre  contribution  à  nos  différents  et  divers  pays,  en  retournant  au  bercail.  Car  notre  esprit  portait  sur  les  nombreux  problèmes  qui affectent  nos  populations  d’Afrique  qui  souffrent chaque  jour . Nous  en  avions  pris  conscience  que  nous  devrions  être  utiles  à  ce  continent pour  la  chance que  nous  avons eue  en  allant  en  France et  au  delà  faire  des  études  qualitatives . Nous  étions  des  volontaires  et avions  comme  devoir  d’aider  nos  frères  médecins  qui  sont  peu  nombreux,  sans  beaucoup  de  moyens  et  répartis  souvent   au  fin  fond  de  nos  brousses .  Nous  avions  au  cours  de  notre long  séjour  à l’extérieur ,noué  des  relations  qui  nous  permettaient grâce  aux  divers  dons  en  médicaments,  d’aider et  de  soutenir  nos    frères.  A  ce  titre  nous  avons  souvent  participé  à  plusieurs  rencontres  internationales  notamment  au  Colloque de  Senslis  non  loin  de  Paris  en  1987  et  dont  le  thème   était  «   Une  autre  dée  du  soin «  .  Nous  avions  abordé  le  cas «   de  l’accompagnant  dans  les  hôpitaux   africains «   Nous  avions  organisé  aussi  des  rencontres  au  niveau  de l’Hôpital  de   Saint  Etienne  sous  la  direction  d’un  grand  médecin  le  Dr  Bandelier  et  enfin  à  Genève  au  Palais  des  Nations  qui  avait  invité  l’OMS  à  nous  parler  de  son  expérience  en  Afrique.  La  délégation  du  gouvernement  nigérien  était  conduite  par  son  Ministre  de la  Santé le  Capitaine  Mai   Manga  aujourd’hui  général  de  son  Etat et à  la  retraite. Les raisons  qui  nous avaient  amenés à créer ce  Groupe de Réflexions , le  GRSA étaient  simples répondant à un  besoin.

    En  effet,  les  infirmiers  d’Etat  dont  des  nigériens  étaient  formés  à  l’Ecole  de   Santé  à  l’Avenue  LACASSAGNE  à  Lyon  pendant  que  d’autres   étudiants  poursuivaient  leurs  études dans  les  Facultés  de  Médécine  sans  compter  l’Ecole  de  Santé  des  Armées  . Nos  compatriotes  y ont  été  formés  et  exercent  encore  de  nos  jours  dans  les Hôpitaux  Militaires  de  notre  pays  Ils  sont  colonels  et  certains  arborent  les  étoiles  de  Général . Ils s’y  reconnaitront Cependant,  ce  Groupe  de  Réflexions  ne  comportait  que  des  civils.  Nous  avons  pensé  également  que  la  Santé   est  l’affaire  de  tous et  qu’elle  touche  tous  les  secteurs  de  la vie. Nous  tenions  nos réunions  chaque  mercredi  dans une  des  salles  d’études  de  cet  Institut  médical .

   Voilà  les  principales  raisons  fondamentales  qui nous  ont  donné l’envie   de  créer  cette  structure de réflexions  .

    

                 POURQUOI  PAS  L’EGALITE  DANS  LA  FRATERNITE ?                                                   

                                                           

                                             

                            

                            

                                     

                     

                            

                                           

                             

                               

                                                                                                                                    

                         

                                                            

                                            INTRODUCTIO N

   Lorsque  les  Européens  débarquèrent en Afrique(  aux  environs de  188O),  nul  ne pouvait  prédire,  ni  prévoir que l’Europe et  ce  continent allaient  écrire une  page historique  des  liens  séculaires,  grâce à une  interférence de civilisations  et  de  cultures à travers une  longue marche.  Cette longue  marche  dont le  Bicentenaire de la Révolution,   est célébré  aujourd’hui .

Si  l’histoire  balbutie  quelquefois, il  est des  moments où  elle  est une  référence  objective qui  restitue les  faits et  les  évènements  ayant  marqué  la  marche des  Sociétés au  cours de leur existence .

    Après   une   période de  péripéties, d’incompréhensions  et  parfois  d’affrontements,  les  colonisés  et  les  occupants,  avaient  fini par  composer,  donc  par cohabiter,  cela à travers une  collaboration  dont  la  finalité  s’est  traduite par une  indépendance des  pays africains . Parfois  non  sans  des  heurts et   violents   quelquefois.  Mais  au  delà, il  fallait   restituer  les  circonstances qui  ont,  à  un  moment ou  à  un  autre, par  la  force des choses,  provoqué l’arrivée  des  africains sur  les  continents  européens .  Ce  problème  assez complexe mérite  d’etre  exploré pour,  non  seulement éclairer  tout  un  chacun  sur  les  rapports et  les  liens   qui  unissent  l’immigré  aux  Européens  mais  aussi  inviter les  uns  et les autres à développer  plus étroitement ce qui les unit pour préparer une Europe multiraciale et  multiculturelle .

Cela  dans un  espace où  tolérance et  coopération  doivent  occuper pleinement  toute  leur   place. 

  

          Nous  allons  en  quelques minutes,  essayer de voir ensemble  et  de  parcourir   les  grands traits qui caractérisent l’immigration et l’avenir de l’immigré dans un   espace  européen          Mais ;  prudence  est mère de  sûreté car  en  quelques instants, il  ne  s’agirait  que d’une  ébauche,  le  sujet étant  tres vaste  et  très important  Il  doit  donc interpeller  tout  le  monde  et mérite  d’être  bien  cerné .

                                           A  Définition  de  l’immigré

II  est considéré  à  tord  ou  à  tord  comme  un individu qui  serait  venu  en Europe  pour  surtout   échapper au  « lot  de   souffrances » dont  il était  victime    dans  son  pays . L’immigré  au  sens propre  du  terme  , est   plutôt  le  produit de  la  rencontre  et  de  la  confrontation  de   deux  peuples.   Résultat d’un  choc  de  culture et  dont  la  logique   historique  en  est la  conséquence  directe  ou  indirect.

Nous  devons  éviter  l’amalgame    entre  celui  ( l’immigré)  qui  a  été   « emmené  par  force » sur  les sols  d’Europe  pour  travailler   puis pour  défendre  ensuite  l’Europe  envahie   et  occupée le   Nazisme  et  ceux que  l’on    qualifie  de  « délinquants »  ou  de  terroristes. L a  différence  est  nette. C’est   pourquoi d’ailleurs   ceux   dont  les  peuples  ont  versé  leur   sang  pour   sauvegarder la   liberté     à  un  moment  de  leur  existence  doit être   bien  traité  .  II   doit  partager  tous  les  droits  sur  les  sols   d’accueil  conformément  aux  textes  des  lois  de  pays  Européens  en  vigueur  .Et   d’ailleurs  parce qu’il  participe  au  développement  de  ces   pays  d’accueil  pour  avoir  investi  son  intelligence  et  sa  force. Ce  qui  doit  susciter  l’égalité  dans  le  partage   des   biens.  Comme  se  fut  au  cours  des  nombreuses  guerres de  la  première    mondiale  aux  autres  en  passant   par   la  deuxième  sous  les  balles  ennemies  dans  les  tranchées,  à   Verdun  ,  au  Chemin  des  Dames  et  au  Dardanelles . Où   toute  la  jeunesse   africaine  avait   versé  son  sang   et  toutes   ses  frorces  pour  chasser  et   bouter  hors de  France  ces  hordes  sauvages  de  nazis.  C’’est  pourquoi  si  nous  avons partagé  les  peines nous  devront  partager  aussi  le  fruit   de  la  paix  et  de  la  liberté.

                     

                                  B   La   marche  de l’histoire

     En   188O, lorsque   les   européens  débarquèrent  officiellement  en  Afrique,  les  populations qui  y  vivent étaient très  bien  organisées ,  traditionnellement.  En  effet sur  ce  continent   tous   les  historiens,  chercheurs   et  scientifiques  s’accordent  à  prouver  que  la  vie,    bel et  bien commencé     bas . La   découverte  de l’homme  Néolithique a  indiscutablement  cautionné  cette  version  .Lorsque  nous  remontons  dans  le  temps au  cours  de  la  colonisation , nous  retiendrons  que  l’occupation  du  continent  africain  s’était  déroulé  en  deux  temps

                            La  première   action  engagée  avait  comme  support  la  religion   Et  à  ce  propos  en  Tanzanie  on  racontait qu’à  la  première  rencontre  des  populations,  avec  le  blanc  on  leur  avait  tendu  la    Bible  en  leur  disant  «  fermez vos  yeux »  Mais, au  moment    elles  avaient  ouvert  leurs  yeux   « elles avaient la  Bible  entre  les  mains »  mais,  n’avaient  plus  leurs  terres »   Dans  la  deuxième  phase, il y a  eu  l’affrontement  par  les  armes,  pour  les  peuples  qui  avaient  refusé  de  se  soumettre. On  peut  parmi  ces  pays ou  Etats  retrouver  ceux  de  l’Extrême  Orient  comme  le  Vietnam   alors  que  certains comme l’Algérie, l’Ethiopie,  Le  Zimbabwe  etc. avaient  obtenu  leur  indépendance en combattant,  les  armes  à  la  main .  Et toute   la  différence  est là.

                               D’ailleurs, des  Empires  (  Sokoto au   Nigéria,  Macina  en  Guinée,  Songhay au  Mali etc...  )  sans  oublier   celui  de  Chaka   Zulu qui  a  été  un  grand  stratège,  homme  d’Etat  et  que  dire  de  l’Almamy    Samory  TOURE,  de  Guinée  qui  avait  combattu  les  français  les  armes  à  la  fin  pendant   32  ans  avant  d’être  trahi  et  déporté  au  Gabon .  II   trouvera  la  mort  sur  cette  terre  avant  que  ces  restes  ne  soient  rapatriés  en  Guinée  sa  terre  natale  grâce  à  l’intervention  du  Président  Ahmed  Sékou  TPOURE   ,  à  l’indépendance.  Des  empires  comme  au     Bénin où  BEHANZIN   avait  donné  du  fil à  tordre  aux   français.  Toussaint  LOUVERTURE  avait   bien  croisé le  fer  avec  l’occupant  colonial  alors  qu’au  Sénégal  Ba  BEMBA    avait  pris  les  armes  contre   le Maréchal  FAIDHERBE .  Au   Niger  également  nous  avons  eu  nos  résistants   Saraouni  MANGOU  contre  la  bande  de Voulet  et  Chanoine (auteurs  de  massacres  du  drame  de  Dan  Kori ( Konni)  et  tout  près  à  Karma  les  nigériens  avaient refusé d’obtempérer  aux  colons  défendant  leur  territoire avec  leurs  meilleures  cavaleries  Voir  la  Bataille  de  Koptitenda  en  lisant  les livres et  travaux  de  nos  grands  historiens  et  universitaires  nigériens   Ils  sont  nombreux  Boubou  Hama,  Mamani  Abdoulaye , Dankoussou,  Boubé  Gado, Diouldé  Laya, Ko  Lailaba    Michel  KEITA , Djibo  HAMANI,   TIDJANI  Alou,    Niandou   Abdoulaye,   Souley  ADJI, Mamoudou  DJIBO,  BOUBE   Balibali  ,  KIMBA Djibo  etc... On  n’y  trouvera  d’autres  Mais,  ceux là  demeurent une  bonne  référence  nationale  .

                            Ainsi,  les  liens  qui unissent  les  immigrés africains  aux  européens,  remontent  bien  loin  et  ne  sont  ni  éphémères,  ni  légers  comme  certains  esprits  incultes le  pensent  ou  osent  le  croire. L’Europe  devrait  s’en  souvenir  et  si  elle  oublie  ou  tente  d’oublier,  elle  doit  aller  fouiller  dans  les profondes  entrailles   de l’histoire  de  l’Humanité.  Le  Général  De GAULLE,  le  plus illustre  des  Généraux  français  l’avait écrit  dans  ses  Mémoires.  Elle  sera  édifiée. Elle  devrait  inscrire  cela  dans  son  subconscient  comme  une  mémoire  collective .  Elle  doit  s’en  souvenir à  travers les  traces  indélébiles des  divers  et  différents  conflits  au  cours desquels  les  africains  participèrent  et aidèrent  à  restaurer  la  légitimité  des  frontières  des  pays et  Etats  européens  qui  furent  occupés  toujours , par  nos  ennemis  communs.  

                                              D La  mémoire  collective

                      C’est  peut être  bien  ainsi  que   nous  devrions   respecter la  mémoire  collective qui  doit conserver ici  ou là l’histoire dans  son intégralité afin  que les générations  actuelles  et  futures à  qui  elle  devrait  être restituée,  empruntent les  pas  que les  européens et  les  immigrés auront effectués  dans  le  combat  commun contre tous  les  maux  dont  souffrent  nos  sociétés  contemporaines.

                           

                                                 E   Les  rapports avec  les  européens                                               

     Les  rapports devraient  être  sans  ambigüité  et   demeurer confraternels    entre  toutes  les  communautés et  parties  prenantes ils  doivent  être  emprunts   de  cordialité  et  de  solidarité   Cela   sans  aucune  forme de  rejet en condamnant  et  en  écartant  tout  ce  qui  pourrait nuire   à  la bonne entente.  Nul  ne  détenant  la  vérité  absolue,  chaque,  chaque  immigré, à  l’endroit  de l’autre  doit adopter une attitude digne .  Nous  devons  nous  sentir  ici  en  Europe  comme  chez  nous ?  La  morale  l’exige.

                            

                              F Quelles  perspectives  dans  l’Europe  de  demain ?                                

                       

       Seul  l’avenir nous  le dira. Cependant, il  faut  que  nous  gardions  espoir  pour qu’ensemble,  avec  nos  différences,  nous  puissions  construire  et  bâtir  l’Europe  de  demain     nous  osons  espérer  que  les  barrières  et  les  préjugés s’effaceraient  au  détriment  de  la  cause  humane. Cette  cause là  qui   motivé  et suscité  notre  départ  du  pays  d’origine  pour  émigrer  vers  et  en  Europe .

                              Ainsi,  l’immigré  de  demain,  si  ce  n’est   seulement   celui d’aujourd’hui  doit  être  aussi   celui  qui  conservera  un  regard  sur  son  pays  d’origine  afin   de  ne  pas  se  noyer .  D’où  la  nécessité    de  garder  des  liens  par  les  voyages,  comme  l’a su  justement  bien  faire l’Association  de  notre  frère  DAVIDIOP   pour  laquelle  ce  message  est  plein  de  signification .  Garder   toujours   le  contact  avec   le  pays  d’origine  en  nous   retrempant   dans  les  réalités  profondes. Nous  espérons  également  que  l’Europe  de  demain sera,  pour  nos  immigrés,  celle      tout  racisme,  toute  ségrégation et  autre  xénophobie  disparaitrons  L’immigré  devrait  trouver  toute  sa  place   au  delà  des  frontières.  Nous  le  souhaitons,  l’espérons  et  nous  y  croyons   sincèrement.

                                                  CONCLUSION

                  Nous  voici  au  terme  de  notre  intervention. II   serait  présomptueux  de   dire  que  nous  avons abordé ce  sujet   en  profondeur. Cela  relèverait  d’un  autre  débat  parce  qu’en  10  minutes,  on  ne  peut  qu’effleurer la  question, somme  toute  très  sérieuse  et  même  très   pertinente.    Nous  relevons  cependant un  point  important : celui  qui a  permis  à l’Association DAVIDIOP  avec  la présence  de Mme  Abdou  DIOUF,  ainsi  que celle  de  toutes  les  personnalités de  poser  la  question à  travers  cette  rencontre. Dans  le cadre de l’anniversaire du  Bicentenaire  de la  Révolution de  1789 Une  telle  prise  de  conscient  qui nous amenés  à  développer  le  thème  pose  les  jalons  d’une  future  rencontre.  Cette  référence   demeure   le  point  de  départ d’une  discussion  autour  de la  question   des  Droits  de l’Homme    des  Libertés  de  l’individu de  la Démocratie  dans  des  Etats  dont  se  réclame  aujourd’hui,  la  France  dans  toute  sa  grandeur.

                                     En  effet,  la situation  des  immigrés nous  interpelle et  présence  de tant  de personnalités  est  la  preuve  palpable  et tangible   d’une  sérieuse  prise  de  conscience  de  ce  sujet  Nos  dirigeants devraient  en  être  regardant  pour ne laisser  à  ce  frange  de notre  communauté  de  faire  face  toute  seule  à  cette  situation .

                  

                                                Enfin,  je  terminerai  mes  propos  par  ces  phrases empruntées   au  Président  DIOUF,  du  Sénégal qui a  dit que «  l’avenir  du  continent    africain  et  en  particulier  de  l’Afrique  noire,  est  étroitement  lié  à  l’avenir  du  monde et  de  la   Société Internationale    .  Dans  ce  contexte   général ,  l’Europe  et l’Afrique noire ont  des  relations  privilégiées   la   fois économique, politique et  culturelle. II  importe,  dans l’intérêt de l’une  comme de l’autre,  que  ces  relations s’orientent    de plus en plus  vers une  complémentarité véritable   » ( 1)                        

                                              Qui  dit  mieux ?  Le  Président  DIOUF  a tout  dit.  Reste  que le chemin  est encore  long  et que  ce combat  pour  l’égalité  demeure  et  se  poursuit aussi  bien  dans le  pays de JAURES , des  autres Nations  libres  et  de  notre  continent   africain

                                          Dr  Abdoulaye  HASSANE  DIALLO    Politologue                                                                                                  

Justice Niamey 02 A peine a-t-il laissé entendre sa volonté ( ?) de mener une croisade contre la corruption, les détournements, fraudes et autres infractions qu’il est démenti par les faits. Le procès des huit que la Justice a voulu sacrifier sur l’autel de l’image de Mahamadou Issoufou comme boucs émissaires a révélé des vérités amères que les Nigériens doivent connaître. Les conseils de la défense ont brandi des preuves, en l’occurrence des listes, qui indiquent clairement l’implication de hautes personnalités auxquelles Mahamadou Issoufou ne va pas jamais toucher à un brin de cheveu. A elle seule, une bonne dame que l’on soupçonne depuis longtemps d’être impliquée dans maints scandales, aurait une liste de 200 personnes. C’est ça la réalité de ce scandaleux concours professionnel de la santé. Comme il en fut le cas lors d’autres concours précédents concernant les ministères de l’Intérieur, des Affaires étrangères et des Finances.

mercredi, 27 avril 2016 04:25

Lettre à mes compatriotes

 campagne electorale Niger 01Chers compatriotes, J’ai promis, il y a deux semaines, de vous parler des mauvaises compagnies, tel que nous l’a brillamment rapporté Birago Diop dans les célèbres contes d’Ahmadou Coumba. Eh bien, les mauvaises compagnies, c’est une série de quatre contes par lesquels Ahmadou Coumba a alerté ses contemporains sur les mauvaises fréquentations. Bien entendu, cela est valable, tant sur le terrain social que dans l’arène politique.

Dictature Niger 2Le Niger n’est plus une démocratie ; la senteur fétide de ses dernières élections a fini par répugner les démocrates du monde et Hollande aussi, n’en déplaise aux caciques du régime qui peuvent aussi comprendre que la missive quelque peu clandestine qu’on leur a envoyée ne change rien à leur déconvenue pour quelqu’un que les amis ont cru naïvement être un respectable démocrate et donc d’une grandeur incomparable. Jean Olivier de Sardan, l’a aussi écrit, lui qui connait plus qu’un autre le Niger devenu son pays d’adoption : en France personne ne parle de cette victoire sale et salissante ! On comprend bien que personne dans le monde ne parle plus du Niger et de sa démocratie repoussante. Nous sommes perdus sur les chemins, à la croisée des chemins…

 

BARKIRE ALHASSANE Je faisais partie de ceux qui essayaient de canaliser ceux qu’on appelait les extrémistes, mais là la coupe est pleine, «TROP C’EST TROP» la COPA a signé son arrêt de mort en ce qui me concerne, en se tirant une balle dans le pied!!!

Je voulais faire cette publication pour demander à l’origine de cesser de prendre la fameuse communauté internationale à témoin, mais de prendre notre destin en mains, malheureusement je viens de me rendre compte que la COPA ne mérite plus que nous les écoutons dans la mesure où elle vient de nous démontrer qu’elle s’est désormais résignée à reconnaitre un pouvoir que nous ne reconnaitrons jamais, qu’elle est désormais complice de tous ceux qui nous ont conduit à cette situation principalement cette communauté dite internationale.

FAN Niger 05Le Niger a toujours été considéré comme un pays de paix, une terre d’accueil et de générosité. De par la dégradation de la situation sécuritaire et de la bonne gouvernance dans la sous- région, il est aujourd’hui menacé d’instabilité à laquelle s’ajoute son histoire de famine chronique. En outre, la position géographique qu’occupe le Niger, fait de lui l’un des pays enclavés de l’Afrique de l’ouest. Situé au cœur du sahel, il représente désormais un centre de refuge pour les acteurs de l’insécurité. Victime de sa position géostratégique, le pays est aujourd’hui pris en tenaille sur le plan sécuritaire. La sous-région, quant à elle fait face à une vague de violences : une situation humanitaire catastrophique, la sécurité transfrontière se dégrade de jour en jour.

Abdoulahi ATTAYOUBIl est difficile de comprendre la logique qui a prévaluv dans la formation de ce gouvernement !

Après une longue période d’attente qui commençait à inquiéter par son caractère inhabituel, la composition du gouvernement a fini par être dévoilée. Comme toujours, il est aisé d’imaginer les difficultés qu’ont dû éprouver le président de la République et son Premier ministre pour réaliser une synthèse raisonnable afin de satisfaire les différentes composantes de leur mouvance et de préserver les équilibres qu’ils estiment nécessaires à la stabilité du pays.

Niger DrapeauChose promise, chose due. La semaine dernière, je décidais, après un peu plus de deux ans, de mettre un terme aux lettres hebdomadaires que j’adressais au président de la République. Je n’en trouvais plus de raison depuis le 2 avril 2016. J’ai eu déjà l’occasion de m’étaler sur les raisons objectives qui fondent ma décision, notamment ces chiffres fantastiques qui prouvent que le 20 mars 2016, il y a eu pire qu’un holdup électoral et que les institutions qui en sont issues ne peuvent être crédibles ni respectables. Chacun de ces hommes qui se sont vus promus, tantôt à la tête de telle institution, tantôt au sein du gouvernement, sait qu’il ne le doit pas au peuple souverain du Niger. C’est là où c’est grave. Comment doit-on appeler une telle situation où le gouvernant ne doit pas sa place au peuple mais à des subterfuges politiciens qui jurent d’avec les lois de la démocratie ?

SAMI Youssoufou 02Cette fois j’irai me plaindre auprès du bon Dieu : La République, le mérite et le hasard

" L’art de gouverner commence par l’art de bien s’entourer" nous dit Napoléon. Produit de l’opacité qui entoure la nomination de 40 ministres dans un pays de 18 millions, dont plusieurs à capacités managériales douteuses, doit être une source de grande inquiétude et qui émeut profondément les nigériens. Bien évidement, les nigériens qui aspirent à un mieux être en sont encore surpris et abasourdis suite à la formation de ce gouvernement.

Page 1 sur 44

Info+

Repères chronologiques du harcèlement contre MODEN/ FA Lumana-Africa et son Président, SEM Hama Amadou

Repères chronologiques du harcèlement contre MODEN/ FA Lumana-Africa et son Président, SEM Hama Amadou

Investiture : Quand on fête sur le malaise

Investiture : Quand on fête sur le malaise

Le premier ministre Brigi Rafini entre en fonction

Le premier ministre Brigi Rafini entre en fonction

Niger : Issoufou Mahamadou, le tumultueux second quinquennat

Niger : Issoufou Mahamadou, le tumultueux second quinquennat

EDITORIAL : En avant pour la renaissance culturelle !

EDITORIAL : En avant pour la renaissance culturelle !

Le président Issoufou investi et reconduit son premier ministre

Le président Issoufou investi et reconduit son premier ministre

Niger : Issoufou investi pour son deuxième mandat

Niger : Issoufou investi pour son deuxième mandat

Incendie à l’écogare Wadata : Un vendredi noir sur les commerçants

Incendie à l’écogare Wadata : Un vendredi noir sur les commerçants

Mahamadou Issoufou à la recherche d’une légitimité

Mahamadou Issoufou à la recherche d’une légitimité

Liberté provisoire accordée à Hama : La preuve du caractère politique de sa détention

Liberté provisoire accordée à Hama : La preuve du caractère politique de sa détention

 

 

JOURNAUX

Sahel 04 mai

Sahel Dimanche 29 avril

Le Canard Déch. 25 avril

Match 16 déc.

Le Courrier 28 avril

Le Témoin 04 oct.

L'Actualité 06 janvier

Le Temps. 27 août

Jeunesse Info.  11 sept.

Le Nassara.  28 nov.

Monde d'Auj.27 avril

L'Aurore  02 nov.

Haské 06 août

Nouv. Republicain 07 janvier

 

Journal télévisé

Nigerdiaspora


Nigerdiaspora a 10 ans !

NIGERDIASPORA ND 10ans