Entretien avec Ghomo Gueguang auteur du livre ‘’ La Responsabilité des notaires’’ : «Le notariat nigérien est un notariat en mouvement et dynamique»M. Gueguang Ghomo est un jeune doctorant en droit notarial à Clermont auvergne en France, aspirant notaire à l’école internationale des notaires de Niamey, expert et consultant sur les questions notariales pour plusieurs journaux d’Afrique. Conscient d’un manque criard et l’absence d’écrits africains répertoriables sur les notaires, M. Gueguang a écrit son premier ouvrage intitulé ‘’La responsabilité des notaires : pour un régime spécifique’’. Dans cet entretien, le jeune auteur aborde plusieurs thématiques de son œuvre. Maître Gueguang a voulu aussi par cette occasion, transmettre son expérience et ses connaissances au notariat africain et mondial.

M. Ghomo Gueguang, de quoi parle votre livre ? Et pourquoi ce livre ?

Le livre parle comme le titre l’indique des notaires et de leurs responsabilités. A l’évidence, nous définissons pour le public, le notaire, son rôle, ses missions et sa responsabilité. Plus particulièrement, nous indiquons que le régime de droit commun tel que appliqué actuellement aux notaires est inapproprié, c’est la raison pour laquelle, nous pensons qu’il faudrait un régime de responsabilité spécifique, adapté à ces officiers publics.

Concernant le pourquoi du livre, nous pouvons dire que l’absence d’écrits africains repertoriables sur les notaires, leurs actes et les préjudices y relatifs nous ont amenés à écrire cet ouvrage. Une autre raison, a été le constat lors de la recherche de l’amplification des décisions de justices sévères et injustes à l’encontre des notaires ; occasionnant malheureusement l’insécurité juridique et la perturbation du trafic juridique dans le monde des affaires. Le panafricanisme notarial n’est pas des moindres dans notre motivation, nous avons voulu des écrits africains pour que par exemple, le jeune chercheur qui s’intéresse aux questions notariales trouvent des informations fiables, actualisées et contextualisées aux réalités africaines dans notre œuvre.

Imprimer E-mail

Culture