Artiste chanteuse Fati Issaka dite ‘’Batou Béri’’ du groupe ‘’Djow Bouda’’ : ‘’Djow Bouda’’, un remake d’une célèbre chanson du terroirCette voix est en train d’imprimer ses marques dans la musique tradi moderne nigérienne ces dernières années. Mais, c’est depuis 2005, que Fati Issaka ou Batou Béri par son nom d’artiste a commencé ce métier. Aujourd’hui, la quarantaine révolue, et malgré son poids physique, elle chante et danse avec la même énergie, la même détermination de donner le meilleur d’elle-même sur scène afin de faire partager à ses fans sa voix et ses pas de danse inspirés de ‘’ Bitty Harey’’, la danse populaire du Zarmaganda.

Fati Issaka a commencé à chanter lors des activités politiques avec des groupes musicaux du quartier yantala Bas. Il y’a treize ans, elle était choriste pour appuyer les candidats au prix Dan Gourmou. Trop attachée à la culture nigérienne, elle a voulu évoluer traditionnellement. « J’aime la culture, j’aime défendre nos valeurs et principes musicaux, on doit éviter de trop copier les produits qui nous viennent de l’étranger. Batou Béri est un groupe dont je suis l’une des membres fondateurs. Apres 12 ans avec ce groupe de Ali Malika, j’ai senti à un moment la nécessité de voler de mes propres ailes en créant mon groupe. C’est ainsi que ‘’Djow Bouda’’ a été créé il y’a un an. J’ai à mon actif cinq sons qui cartonnent bien » se réjouit-elle.

«Nos thématiques tournent autour de l’unité nationale, la cohésion sociale, la paix, la force de notre groupe c’est l’union, l’entente, entre les membres, le travail en équipe » a déclaré Fati promotrice du groupe ‘’ Djow Bouda’’ un remake d’une célèbre chanson du terroir. Elle participe à des concerts, des rencontres culturelles et des festivals du pays. Fati dit avoir reporté des concerts dans certaines zones de Tillaberi à cause de la situation sécuritaire. Selon elle sans la paix, il n’y a pas de développement et pour faire la promotion de la culture, il faut d’abord faire la promotion de la paix. «Nous voulons, à notre niveau, même modestement, apaiser ce monde, ne serait-ce qu’avec nos chansons. Remplacer le son de détresse par des moments de joie et de gloire par la force de la musique »

Imprimer E-mail

Culture