Les locaux de "Samariya Jangorzo" de Niamey ont abrité le samedi 23 novembre dernier, le Festival International de Caricature et d’Humour (FICAH). Initié par M. Dessy, le « FICAH » est une rencontre culturelle et festive qui réunit des jeunes dessinateurs, des comédiens, des humoristes, des producteurs et diffuseurs des œuvres artistiques originales inspirées du patrimoine culturel national. Cette 4ème édition, placée sous le thème « les jeunes comme artisans de la paix : contribution de la parenté à plaisanterie » a pour objectif de promouvoir le cousinage à plaisanterie.

A l’ouverture du festival, le représentant du gouverneur de la région de Niamey, M. Dandakoye Mamane, a indiqué que le Festival International de Caricature et d’Humour (FICAH) est un moyen souple et efficace de transmission de message, d’information et de connaissance. Selon lui, la promotion de la paix, de la solidarité entre les différentes entités et entre les différentes communautés du Niger figure en lettre d’or dans la problématique de la gouvernance socio politique des autorités de la 7ème République. « En mettant en exergue ce précieux héritage légué par nos ancêtres comme stratégie de prévention ou de gestion de conflit et pour une coexistence pacifique M. Dessy, à bien voulu inscrire sa démarche dans la vision des plus hautes autorités de notre pays en l’occurrence le Président de la République, SEM. Issoufou Mahamadou et le Chef du Gouvernement, SEM. Birgi Rafini » a dit M. Dandakoye Mamane.

Pour sa part, le promoteur du FICAH, M. Dessy a transmis ses sincères remerciements aux autorités et aux populations de Niamey pour l’accueil qui a été réservé à tous les festivaliers. Il a par ailleurs souligné que les organisateurs du FICAH et les partenaires qui les accompagnent, à savoir l’ONG EIRENE Sahel, ont la conviction que le patrimoine socioculturel est le socle inébranlable sur lequel doit s’établir la base d’un développement durable et d’une coexistence pacifique. « Cette année, le FICAH, se tient à Niamey la capitale pour la première fois et cela grâce à la bonne disposition d’esprit des autorités locales. Pendant longtemps, l’on a considéré les jeunes comme une charge familiale qui n’apporte aucune contribution à la société. Mais grâce à l’art, ce cliché tombe ! Aujourd’hui, nous pouvons contribuer grandement en tant que jeunes acteurs de la paix, avec notre jeunesse, avec notre souplesse, avec notre amour, avec notre art », a indiqué le promoteur du FICAH. Par ailleurs M. Dessy a exprimé sa reconnaissance, à ses partenaires pour le soutien apporté à l’art nigérien et à la construction de la paix.

Imprimer E-mail

Culture