Inzad-Agadez-Culture-Niger.jpgL'Inzad, élément culturel commun à plusieurs pays de la bande sahélienne, dont l’Algérie, le Mali ou le Niger, est une vielle monocorde traditionnelle de la musique Touareg et nomade du Sahara.

Cet ancien instrument traditionnel est un patrimoine immatériel de l’humanité, symbole de la culture des nomades. Sa sauvegarde s’impose comme une mission pour les générations présentes et futures afin de permettre à l’histoire des cultures de poursuivre son vaste chemin au Niger et dans tout le Sahara, où l’instrument tient son originalité. Ainsi, l’originalité du monde touareg apparaît à travers le rituel de l’exécution de cet instrument, puisque ce sont les femmes à qui échoient l’honneur de le jouer, généralement assises, pour accompagner en musique les chants et les poèmes que les hommes sont chargés de déclamer. Si l’instrument en lui-même fait partie intégrante du patrimoine matériel, il n’en demeure pas moins que c’est la face cachée de l’iceberg. C’est tout le patrimoine immatériel et notamment le matriarcat qui se dissimule derrière.

Symbole de l’hospitalité propre à sa terre de naissance, l’Inzad est l’âme de la culture touarègue et le socle de son identité. Il est le témoignage d’un savoir-faire artisanal et ancestral qui se transmet de mère en fille depuis des générations. Il est essentiellement joué assis, par les femmes. La musique de l’Inzad, accompagnée de chants poétiques joue un rôle important dans la consolidation de la communauté touarègue et assure plusieurs autres fonctions. Il est l’instrument de communication et d’éducation à travers ses poèmes qui véhiculent le courage, la sagesse ou encore la droiture. Le respect de la musique de l’Inzad est sacré. Á cet effet, le chercheur algérien, Nouredine Benabdellah, indique que « Le jeu de l’Inzad est un cérémonial sérieux, ce n’est pas un amusement ».

Imprimer E-mail

Culture