Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

jeudi, 06 avril 2006 13:36

01-03-2005 Fespaco, Le Niger en compétition

Évaluer cet élément
(0 Votes)
La 19ème édition du festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) se tiendra du 26 février au 5 mars prochain autour du thème : « formation et enjeux de la professionnalisation ». Sur les 20 longs métrages en compétition, le Burkina Faso, pays hôte présente quatre films : « Ouaga Saga », de Dany Kouyaté, « la Nuit de la vérité » de Fanta Régina Nacro, « Sous la clarté de la lune » d’Appoline Traoré et « Tasuma, le feu » (projeté le mois dernier au CCFN de Niamey) de Daniel Kollo Sanou.
Dans la catégorie des 20 courts métrages en compétition, c’est encore le « pays des hommes intégres » qui est en tête avec 5 films suivi de la Tunisie. Notre pays compéti cette année dans la section « Panorama des cinémas d’Afrique, des Caraibes et du Pacifique » une section réservée aux films des réalisateurs des pays ACP, avec « Al Lééssi… une actrice africaine » de Rahmatou Keita. Ce film qui a déjà reçu des prix dans d’autres festivals, retrace le parcours de Zalika Souley, la comédienne nigérienne, une des grandes figures du cinéma africain.

Deux autres sections présentent au FESPACO des longs et courts métrages. Il s’agit de la section « Films de la diaspora » réservée aux productions des cinéastes de la diaspora africaine des Amériques et de la Caraïbe. Les films de long métrage de cette section compétissent pour le prix Paul Robeson.

 L’autre section est celle des « films du monde », réservée aux films réalisés par des cinéastes des pays non ACP et dont les ouvres ne sont pas éligibles au concours du Prix Paul Robeson.

Rappelons que le dernier Etalon de Yennega (le grand prix du FESPACO) est détenu par le cinéaste mauritanien Abderrahmane Sissako pour son film «Heremakono».

 Le Niger dont le cinéma tenait la dragée haute dans les année 70, avait décroché en 1972 le premier Etalon de Yennega avec « Le Wazzou Polygamme » d’Oumarou Ganda. (nous y reviendrons)

 A.C

 Source: Le Démocrate

Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15