Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

lundi, 13 novembre 2006 20:42

Une montagne s?écroule

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Le monde culturel et footballistique nigérien est en deuil avec la disparition d’un de ces illustres serviteurs, Mamane Ali, plus connu sous le nom de « Dan Baba ». Son décès est survenu dans la nuit du dimanche 29 au lundi 30 octobre 2006, vers 1h du matin, de suite d’un ictère ou jaunisse, à l’hôpital national de Niamey.



La disparition du célèbre artiste a secoué plus d’un acteur ou passionné du football. L’homme était un fervent supporteur des Lions de Lacouroussou (Olympique FC de Niamey) et du Onze nigérien le Mena national.

C’est dans les années 60, de retour au bercail, que « Dan Baba » se découvrit une passion pour le football de son pays. En 1974 précisément, avec le baptême du Onze nigérien du nom de Mena par le Conseil militaire suprême (au pouvoir à l’époque) que « Dan Baba » intégra pleinement le cercle des supporteurs attitrés de l’équipe nationale.

Sympathique, courtois et doté d’un sens irréprochable de l’humour, l’empereur du « Solo » fut très respecté et adulé des inconditionnels de nos stades, tant au Niger que sur d’autres stades africains. Il a tout vécu avec le football nigérien, connu les années tant de gloire que de déceptions notamment avec l’Olympique football club et le Mena national. Avec passion et amour il a vibré et poussé en parfait douzième homme, le Onze nigérien qu’il a accompagné dans toutes ses compagnes africaines, de Yaoundé à Dakar en passant par Cotonou, Lomé, Accra, Abidjan, Moga-discio, Ouaga, Bamako, Alger…

Le vieux « Dan Baba » a tout donné pour que vive l’honneur de sa patrie, son pays le Niger. L’homme était également préoccupé, très préoccupé même par la grave crise qui mine et continue de miner notre football. Il était soucieux du devenir de ce sport qu’il a tant chéri et dorloté.

Personnellement, je me rappelle de nos larges conversations sur ce sujet. Il n’hésitait pas à partager son inquiétude quant au lendemain de notre football. Las, il était déçu et désespéré de la prise d’otage de la jeunesse amoureuse du football par des dirigeants plutôt à la quête d’intérêts mesquins.

Jusqu’au crépuscule de sa vie, malgré le poids de l’âge, le vieux « Dan Baba » a répondu présent à tous les rendez-vous, rencontres, assemblées générales ou matches… Toujours disposé et disponible pour le football.

Homme de culture, il le fut également. Non seulement chanteur et compositeur avec son célèbre groupe, le « Super solo » auquel il laisse plusieurs titres, il fut aussi un acteur chevronné et incontesté du 7éme art nigérien. Il a tourné entre autres dans « Cabascabo » de feu Oumarou Ganda, « Lellé » d’Abdoua Kanta, etc…

Dan Baba laisse une image d’homme sage et très apprécié de tous. Plusieurs artistes et dirigeants de notre football, parmi lesquels les 2 anciens présidents de la Fédération nigérienne de football (Fénifoot), en l’occurrence Elh. Boubé Abdoulkadri et Hima Souley ; des supporteurs, journalistes sportifs et anciens joueurs du Mena ; des parents, amis et connaissances ont tenu, bien que dans la douleur, à l’accompagner lundi 30 octobre dernier, jusqu’à sa dernière demeure au cimetière musulman de Yantala. L’émotion et la tristesse étaient sur tous les visages.

Agé de 85 ans, Mamane Ali «Dan Baba» laisse derrière lui 2 veuves, 14 orphelins et plusieurs petits-fils. Repose en paix « La montagne !»
Ousmane Keïta 

13 Novembre 2006.

Publié le 12 Novembre

Source: Républicain-Niger
Lu 3547 fois Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15