jeudi, 17 octobre 2013 08:10

Visites du ministre de la Culture, des Arts et des Loisirs à l’APEIC et au CNCN : s’enquérir des conditions de travail dans les deux structures

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le ministre de la Culture, des Arts et des Loisirs, M. Ousmane Abdou, a effectué, samedi dernier, deux visites au niveau des services sous tutelle de son département ministériel. Il s’est rendu successivement à l’Agence de Promotion des Entreprises et Industries Culturelles (APEIC) et au Centre National de Cinématographie du Niger (CNCN), tous deux situés au quartier Koira-Kano de Niamey pour s’enquérir des conditions de travail des agents et des activités menées dans ces deux structures.

L’APEIC, qui est la première structure à  recevoir la visite du ministre, est l’Agence de Promotion des Entreprises et Industries  Culturelles. Elle a été créée en 2009 par le gouvernement du Niger à travers une loi d’orientation relative à la culture. M. Ousmane Abdou a visité les locaux de l’agence. Il s’est notamment rendu à la direction générale, à  la direction de la Promotion et de la Communication des Entreprises Culturelles, à la direction de la Formation et de l’Assistance-Conseils, et à la direction des Ressources Financières et du Matériel. Dans toutes ces directions, le ministre a reçu de la part des responsables,  des explications sur le travail qui s’y fait. M. Ousmane Abdou, s’est par la suite entretenu avec les agents de l’APEIC. 

Dans l’exposé fait au ministre en guise de présentation de l’agence, son directeur général, M. Oumarou Moussa, la mission de l’APEC est la dynamisation de l’entreprenariat artistique et culturel, et la promotion de la création des entreprises culturelles au Niger. Cette mission découle d’un certain nombre d’objectifs, dont les plus importants sont entre autres, de redynamiser l’entreprenariat artistique et culturel, y compris l’entreprenariat féminin;  de contribuer à la professionnalisation des entrepreneurs culturels à travers la formation professionnelle continue; de faciliter la participation des entreprises dans les foires, les festivals, les salons internationaux des entreprises culturelles; de collecter, produire et diffuser des informations qui touchent aux questions des entreprises culturelles au niveau de la sous région et au niveau international; de délivrer les cartes professionnelles et les licences d’entrepreneurs culturels; et d’accompagner les porteurs de projets dans la recherche de financements au niveau des banques et autres établissements financiers.

Selon M. Oumarou Moussa, 10 projets sélectionnés par l’APEIC ont bénéficié de l’accompagnement de ECOBANK Niger, qui est la seule banque, pour le moment, à appuyer les industries culturelles au Niger. Pour l’année 2013, la banque a également donné son accord pour financer 10 autres projets.  Comme difficultés rencontrées, le  directeur général de l’APEIC a évoqué, entre autres, la réduction de la subvention de l’APEIC, et la réticence des banques de la place à financer les projets culturels. A l’issue de cet exposé, le ministre de la Culture, des Arts et des Loisirs a exprimé toute sa satisfaction  eu égard aux résultats enregistrés par cette structure en si peu de temps.  Il a salué le sens de responsabilité, l’esprit d’initiatives, et l’ardeur des responsables de l’APEIC dans l’atteinte des objectifs assignés à leur agence. ‘’L’APEIC est le poumon du monde culturel. Si nous devons développer le secteur de la culture, l’APEIC doit être mise au centre de nos préoccupations’’, a souligné le ministre.

La délégation ministérielle s’est par la suite rendue au Centre National de la Cinématographie du Niger (CNCN).  Comme à l’APEIC, M. Ousmane Abdou a visité tous les services du centre et a reçu d’amples explications sur le travail de cette structure de la part de ses responsables. Au cours d’une rencontre que le ministre a eue avec les agents, le directeur général du CNCN, M. Ali Damba, a fait un exposé exhaustif sur le centre, sa mission, ses activités quotidiennes, les difficultés qu’il rencontre, ainsi que ses perspectives d’avenir. Créé en 2008, ce centre compte 14 agents versés dans la conception et l’exécution des tâches. En outre, le centre dispose d’un plateau technique assez relevé, avec des salles de montage, et des équipements techniques de dernière génération. Selon M. Ali Damba, le CNCN fait beaucoup dans le renforcement des capacités à travers la formation des cinéastes chez Moustapha Alassane, et dans la conception des scénarii.

M. Ali Damba a également évoqué les nombreux partenariats que le centre a su établir avec plusieurs institutions nationales et internationales. Il a ensuite parlé du programme ambitieux  de formation des enfants en cinéma qui bénéficie de l’appui de Orange Niger.  ‘’Il faut se réjouir que le Niger fasse partie des pays qui produisent des films. Entre 2012 et 2013, nous avons produit sept (7) films long métrage, et d’autres encore sont en cours de réalisation’’, a dit M. Ali Damba. Le ministre a salué la reprise du 7ème art au Niger, qui sort du creux de la vague, après le succès des années 1970-1980.  Il a assuré les responsables du CNCN de l’accompagnement du gouvernement dans l’atteinte de ses objectifs. Après ces visites, M. Ousmane Abdou et la délégation qui l’accompagne se sont  rendus dans la famille de Yassine, le réalisateur du film ‘’Fils à papa’’, décédé en début de semaine, pour lui présenter leurs condoléances, et prier pour le repos de l’âme du disparu.

l Oumarou  Moussa

17 octobre 2013
Publié le 17 octobre 2013
Source : http://lesahel.org/

{module 583}