vendredi, 31 janvier 2014 07:10

Clôture de la 8ème édition du mois du livre, de la littérature et de la lecture publique : Abdoul-Aziz Issa Daouda remporte un prix de 2 000 000 FCFA pour son essai ''Boubou Hama, conteur et romancier''

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Adoul Aziz IssaPour rendre hommage à l'homme de culture Boubou Hama, les autorités nigériennes ont initié un concours interscolaires, ''le mois du livre'', au cours duquel, chaque année, les écrits les plus méritants sont récompensés.

Cette année, la cérémonie de clôture de la 8ème édition de cette activité littéraire s'est déroulée au Centre Culturel Oumarou Ganda de Niamey, en présence du ministre de la Culture, des Arts et des Loisirs, M. Ousmane Abdou, du président du comité d'organisation, M. Adamou Idé, du président du jury, Pr. Ousmane Mahamane Tandina, des récipiendaires, des parents d'élèves, des enseignants, artistes écrivains et plusieurs autres invités. C'est M. Maï Moustapha Fernand, SG du Ministère de la Culture, des Arts et des Loisirs, qui a procédé à la remise du prix.
En réceptionnant le prix, le président du comité d'organisation, M. Adamou Idé, a rendu un hommage mérité au cinéaste Oumarou Ganda dont le centre qui porte le nom a servi de cadre à cette manifestation organisée par le Ministère de la Culture, des Arts et des Loisirs. Il a aussi évoqué le décès de Issoufou Lankoandé, rappelé à Dieu le 28 janvier dernier, une grande perte pour le monde des arts au Niger. En effet, ce sculpteur de génie, à travers son art et son talent, a porté le nom du Niger dans tous les coins du monde, jusqu'en Chine. Aussi, il a imploré Dieu le Tout Puissant pour le repos de l'âme du disparu.

 

Par ailleurs a-t-il indiqué, le jour de la clôture de mois du livre, le 9 janvier, est également l'anniversaire de la disparition de Boubou Hama, éminent homme de culture nigérien, qui n'a ménagé ni son temps, ni sa santé, ni ses moyens, pour se consacrer à son idéal, la recherche, la préservation et la diffusion de la connaissance en vue du rapprochement des peuples.
En effet, a-t-il dit, ''la culture est le plus court chemin d'un peuple à un autre, et tout peuple qui ne valorise pas la sienne est condamné à servir les autres''.
Il a rappelé que ''la culture est d'abord et avant tout le socle sur lequel se bâtissent les grandes nations. Et Boubou Hama avait pour son pays, le Niger, cette légitime ambition. C'est en reconnaissance de sa grande contribution au rayonnement culturel du Niger que les autorités nigériennes ont institué un prix dédié à son nom. Ce prix est décerné à l'occasion du ''Mois du Livre et de la Lecture Publique'' dont la huitième édition a été lancée en décembre dernier, par le Ministre de la Culture, des Arts et des Loisirs''.
Pour sa part, le président du jury du grand prix Boubou Hama, Pr. Ousmane Mahamane Tandina, a indiqué que les membres du jury ont lu et apprécié les douze (12) œuvres présentés par les candidats.
Ces douze textes appartiennent à 5 genres différents: 3 essais, 1 recueil de poèmes, 1 chronique, 1 pièce de théâtre, 6 romans ou histoires romancées.
Conformément à l'arrêté n° 0066 MJS/C/DLPL du 23 septembre 2011, portant institution du Grand Prix Boubou Hama, le jury a retenu cinq critères pour évaluer les œuvres concurrentes, à savoir la langue, l'originalité du texte, la logique du texte selon le genre, la forme éditée de l'œuvre et l'intérêt de l'œuvre.
Le jury a par ailleurs fait quelques suggestions pour une amélioration du règlement intérieur du prix Boubou Hama, pour les prochaines éditions.
Ainsi, le jury propose que le prix Boubou Hama se limite au domaine littéraire, donc qu'il ne lui soit plus associé celui de l'art; dans le domaine de la littérature, de dissocier les créations purement littéraires et les œuvres consacrées à la recherche en littérature; d'élargir les œuvres de recherche en compétition aux sciences humaines en général, et non exclusivement à la tradition orale; de n'autoriser à concourir aucune œuvre passée devant un jury pour l'obtention d'un diplôme; de rehausser substantiellement le montant du prix Boubou Hama; d'encourager les candidatures féminines au concours; de créer un 2ème et un 3ème prix.
Juste après la cérémonie de remise du Grand prix Boubou Hama, ont été proclamés les résultats du concours national de contes et nouvelles, par M. Kangaye Seini Maïga, président du jury. En conte, le premier prix a été décerné à Mlle Rachida Balabé Idé, pour son conte ''Le Petit être'' ; en nouvelle, le premier prix est allé à M. Kader Chaibou pour son œuvre ''Le Fantôme d'un amour contrarié''. Chacun des récipiendaires a reçu une somme de 250 000 FCFA. Ils ont exprimé leurs reconnaissances à leurs encadreurs, remercié tous ceux qui les ont encouragés, tout en promettant de continuer à améliorer encore plus leurs talents littéraires.
Mamane Abdoulaye

 

31 janvier 2014
Pubié le 31 janvier 2014
Source : http://lesahel.org/

{module 583}

 

Dernière modification le lundi, 03 février 2014 00:11