mercredi, 26 février 2014 12:12

Fin de la 2ème édition du Festival de la Concorde et de la Cohésion Social (FECCOS) à Illéla (Tahoua) : Mise en exergue de la beauté de la culture nigérienne

Évaluer cet élément
(0 Votes)

La 2ème édition du Festival de la Concorde et de la Cohésion Sociale (FECCOS), organisé par le Collectif pour la Défense du Droit à l’Energie (CODDAE) en partenariat avec le Programme d’Appui à la Société Civile (PASOC II) a éteint ses lampions, dimanche dernier dans la ville d’Illéla. Au nombre des recommandations qui ont été formulées à l’issue des échanges entre les différents festivaliers, figure l’institutionnalisation de l’événement tous les deux ans. A l’occasion de la cérémonie de clôture, plus de 27 prix ont été attribués aux lauréats venus de plusieurs contrées du Niger et des pays voisins.


Dans son allocution de clôture, le ministre de la Culture, des Arts et des Loisirs, M. Ousmane Abdou a remercié le PASOC II et
l’Union Européenne pour avoir accepté d’appuyer cette manifestation culturelle. Le ministre a relevé que l’expérience du Promoteur du FECCOS, le haut niveau des membres du Jury, l’assiduité et la discipline des participants, l’organisation impeccable des activités, la bonne prestation des groupes musicaux et artistiques se sont harmonieusement conjugués pour faire de cette rencontre une réussite parfaite. Il a indiqué que ce grand rendez-vous culturel qu’est le FECCOS, a répondu à l’attente des Nigériens ainsi qu’aux impératifs du thème central qui est « l’inventaire des éléments matériels et immatériels du Sharo ». Selon M. Ousmane Abdou, cet évènement historique lancé en faveur des populations rurales notamment la jeunesse Peuhle, a mis en exergue les valeurs de notre riche et inépuisable patrimoine culturel.
Le ministre en charge de la Culture a exprimé toute sa satisfaction, tant pour le bon déroulement des manifestations que pour la qualité de l’organisation. «Le succès auquel nous sommes parvenu est surtout le fruit de la souplesse, de la compréhension mutuelle et de la confiance qui ont prévalu entre le Promoteur, les cadres techniques, les éleveurs et les nombreux visiteurs. L’un de nos objectifs qui vise à mettre le Sharo au centre du débat public, d’en saisir toutes les dimensions, d’en éclairer tous les aspects et réfléchir aux solutions devant permettre sa meilleure pratique est pleinement atteint » a dit M. Ousmane Abdou.
Il a ajouté que le Niger, sous l’impulsion de SEM Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l’État,
entend faire de la culture nigérienne un tremplin pour le développement économique, social et culturel. «A cet égard, une des priorités du Gouvernement est le développement économique, social et culturel au bénéfice des laborieuses populations de notre pays. Il est entendu que cet objectif ne saurait être atteint que lorsque tous les citoyens nigériens se mobilisent unis comme ici à Illéla » a dit le ministre. Il s’est dit convaincu qu’au cours de ce rendez-vous, la pratique du Sharo a gardé son authenticité, c’est-à-dire qu’elle s’est tenue dans des rencontres de fraternité, de nouvelles connaissances et d’ouverture de nouvelles relations. «C’est dire que, l’exercice auquel les compétiteurs ont été soumis, trois jours durant, a été d’une grande utilité pour la compréhension de la pratique du Sharo au Niger et pour démontrer que la culture est aussi un élément de croissance économique. Nul doute alors que les produits de la culture nigérienne deviendront de plus en plus attractifs et compétitifs afin qu’ils contribuent pleinement au développement de notre économie » a conclu M. Ousmane Abdou.
Quant au Promoteur du FECCOS, M. Moustapha Kadi, il a émis le vœu que les recommandations sorties de cette 2ème édition soient prises en compte par les autorités. Outre l’institutionnalisation du FECCOS tous les deux ans, des recommandations relatives à l’organisation d’un concours ouvert aux jeunes écoliers à l’occasion des prochaines éditions; et la décoration des acteurs de la culture lors de l’organisation du FECCOS, etc... ont été formulés. Les festivaliers se sont quittés en se donnant rendez-vous pour la 3ème édition qui se tiendra en 2016.
l Oumarou Moussa
Envoyé spécial

26 février 2014
Publié le 26 février 2014
Source : http://www.lesahel.org/

{module 583}