jeudi, 31 juillet 2014 04:10

Fête de Ramadan/marée humaine au Musée National Boubou Hama de Niamey : Environ 35.928 entrées en deux jours

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Fete Musee Boubou HUne fois de plus, la tradition a été respectée. En effet, les jeunes enfants et même les moins jeunes de la capitale et de sa banlieue ont littéralement pris d’assaut le Musée national Boubou Hama de Niamey, principal lieu d’attraction à l’occasion des grandes fêtes. Cette affluence massive en ce haut lieu de culture, d’histoire et d’artisanat, est en fait, le résultat d’une bonne organisation. ‘’L’organisation est parfaite et tout se passe comme prévu à la grande satisfaction de tous’’ a confié Mme Niandou Kadi, chargée de Communication au Musée National Boubou Hama de Niamey. Les enfants en sont particulièrement heureux.


Le constat est réel. Les rues qui mènent aux deux grandes portes du Musée national sont pleines. Un embouteillage monstre règne en ce mardi 29 juillet 2014 correspondant au deuxième jour de la fête de   Ramadan. Les enfants arrivent de tous les quartiers et villages périphériques de Niamey. Certains en véhicules personnels, d’autres en taxis ou mini-bus. Même les ‘’dogon baro’’, ces véhicules de transport de marchandises, en service au marché de Katako, sont mis à contribution. Au niveau des deux grandes portes d’entrée du Musée, l’ambiance est électrique. De loin, on peut percevoir les cris des enfants, impatients de franchir le portail. ‘’On veut rentrer, c’est la fête, il faut accélérer l’entrée’’ entend-t-on, ‘’une forêt de mains’’ levées vers le haut, chacune montrant son ticket d’entrée. Mais en ce jour de fête, il ne suffit pas seulement d’avoir son ticket, il faut surtout réussir à entrer dans l’enceinte du Musée.


Pourtant, ces jeunes filles et garçons sont venus tous pour immortaliser les événements de l’année. Venu en groupes d’amis ou de quartiers, en famille, ils se tiennent les mains et se bousculent pour se faufiler et  avoir une issue. La joie et l’inquiétude se mêlent et se lisent sur les visages. Joie de la fête et d’être dans l’ambiance, inquiétude de ne pas pouvoir accéder au Musée. A l’intérieur du Musée, l’ambiance est déjà à son paroxysme. Les jeunes sont visiblement contents de cette opportunité que leur offre le Musée National pour être en contact avec l’histoire, l’art, la culture et la tradition nationale du Niger, leur pays. Le Musée Boubou Hama est incontestablement un cadre pédagogique offert aux jeunes nigériens de tout âge et de tout statut (scolaires ou déscolarisés).


Pour Mme Niandou Kadi, Chargée de Communication au Musée National Boubou Hama de Niamey, l’objectif est atteint. ‘’C’est une des missions du Musée, la promotion et la valorisation de l’histoire, de l’art, de la culture et la tradition du Niger et de son peuple à travers les différents objets culturels, les monuments, le zoo, etc.’’ dit-elle. Mais en plus de cela, précise-t-elle et pour rendre l’utile à l’agréable l’administration du Musée a créé des lieux de jeux pour enfants. Ainsi, après la visite des différents compartiments du Musée, les jeunes peuvent s’adonner à des jeux. Les enfants ne s’inquiètent de rien, car la sécurité est renforcée aussi bien aux environs, à l’entrée qu’à l’intérieur du musée. La présence des forces de l’ordre (police nationale,  et les Sapeurs pompiers) est en effet visible.


Selon la Chargée de Communication du Musée, les enfants sont en bonne et parfaite sécurité au Musée, car toutes les dispositions sont prises pour garantir cette sécurité tout le temps que durera l’événement. ‘’Aucun problème majeur ne s’est produit. Avec la présence de la sécurité, les enfants sont contents. A chaque occasion, la sécurité des personnes est assurée dans la règle de l’art et avec professionnalisme’’ indique Mme Niandou Kadi. Et les enfants ne cachent pas leur satisfaction. C’est le cas de Rachida Boureima venu du quartier Aéroport. ‘’Je suis satisfaite et contente de ce que j’ai vu au musée’’ dit-elle. Pour leur par Nadia Abdoulaye et Nadira Hama âgées d’environ 10 ans chacune, venues en compagnie de leurs ainés ont dit avoir été édifiées de cette visite au musée. «On a beaucoup appris, car on a vu des animaux, des oiseaux, des objets d’arts » ont-elles confié. Bello Boureima venu de Dan Gao lui, remercie ses parents pour lui avoir accordé l’autorisation d’être avec ses amis au Musée à cette occasion. Déjà, le rendez est pris pour la fête de Tabaski.

Ali Maman (Stagiaire)

 31 juillet 2014
Publié le 31 Juillet
Source :  Le Sahel
{module 583}

Dernière modification le mercredi, 10 septembre 2014 14:00