vendredi, 24 octobre 2014 02:16

Point de presse de l’artiste ‘’Bambino’’ au CCFN “Ce qui m’anime lors de mes concerts à l’étranger, c’est de faire connaitre mon pays, le Niger, grâce à ma musique”

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Omar Goumour BambinoEn prélude au concert qu’il va donner demain samedi 25 octobre, à 20 h au Théâtre de Plein air du Centre Culturel franco-Nigérien (CCFN) de Niamey, l’artiste nigérien Omar Goumour Al-Moctar dit ‘’Bambino’’ a animé mercredi dernier, un point de presse à l’auditorium du CCFN. C’était en présence du directeur du CCFN, M. Jean-Paul Durin, et de la chargée de communication dudit centre, Marie-Laure Mbongo.

 

Ce point de presse a été une excellente occasion pour le guitariste et chanteur, Omar Goumour Al-Moctar de partager sa passion pour la musique.


Omar Goumour Al-Moctar est né le 1er janvier 1980 à Tidène, dans un campement de nomades touaregs situé à environ 80 km au nord-est d'Agadez.
En 1990, lors des événements relatifs à la rébellion touarègue, la famille de ‘’Bambino’’ s’est exilée en Lybie puis en Algérie. C’est durant l’exil familial en Libye que le jeune artiste a profité pour nouer des relations d'amitié avec des musiciens locaux.


Sa première guitare lui a été offerte par son oncle Rhissa Ixa, et l’un des meilleurs guitaristes de la région d’Agadez, M. Haja Bébé, l’a initié à cet instrument. Bambino apprend vite et finit par regagner le groupe. Etant le plus jeune du groupe, les autres membres l'appelaient ‘’bambino’’, d’où ce surnom qui lui est resté et qui signifie  enfant ou bébé en langue italienne.


La seconde rébellion touarègue, en 2007, poussa ‘’Bambino’’ à s’exiler de nouveau au Burkina Faso où il rencontre le cinéaste Ron Wyman qui tourna un documentaire sur les Touaregs, ébloui qu’il était par la musique de Bambino qu’il emmena enregistrer ses œuvres dans son studio, à Massachusetts, aux Etats Unis d’Amérique.
Omar Goumour AI-Moctar, compte à ses actifs trois albums, à savoir, Agamgam en 2004, Agadez en 2011 et Nomade en 2013. Sa musique est autant un mariage du blues originel du Mississippi ou de la Côte ouest américaine, que de chants arabes, berbères  et  africains.
Au regard des influences donnant un cachet d’universalité à son œuvre, Bambino explique notamment qu’il voue une passion aux œuvres musicales de Jimy Hendrix, Mark Knopfler, Dire Straits, qui lui servent d’inspiration.
Lors de son point de presse, Bambino a fait part des contraintes qui assaillent les artistes africains en général, et nigériens en particulier. ‘’Je ne gagne pas des mallettes d’argent lors de mes prestations à l’international, je ne parade pas en limousine et ne dors pas dans des hôtels luxueux. Ce qui m’anime lors de mes concerts à l’étranger, c’est de faire connaitre mon pays, le Niger, grâce à ma musique. En outre, et surtout, j’aime la musique du fond du cœur’’,  a dit Omar Goumour AI-Moctar.   

Samira Sabou

24 octobre 2014
Source : http://lesahel.org/

 

Dernière modification le vendredi, 24 octobre 2014 04:07