mardi, 04 novembre 2014 21:09

Festival « Adjra » ou carrefour des sonorités d’Afrique : Adjra promet de financer un clip de la chanson “Al Hadj” de Mamane Barka

Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

Mamane Barka AdjraLe festival « Adjra» qui célèbre la création musicale du Bénin et d’Afrique s’est déroulé du 4 au 11 août 2014 à Sê (Bénin) situé à une cinquantaine de kilomètres de la Capitale Cotonou sur la route de la ville historique de Ouidah. Cette importante rencontre  d’échanges culturels se rapportant à la musique et à l’artisanat se veut un évènement panafricain propre au rapprochement des peuples et à la promotion des traditions locales qui met en exergue les instruments traditionnels africains.

 


Ce grand festival a regroupé autour des artistes béninois, ceux venus de quatre (4) autres pays de l’Afrique de l’ouest à savoir : la Côte d’Ivoire, le Togo, le Mali et le Niger. Selon le promoteur et manager général du Festival International « Adjra », M. Eric C.A. Thossou alias Eric Thom’son, cette manifestation a pour objet  de sauvegarder le patrimoine endogène panafricain ; promouvoir la diversité et le panafricanisme culturel entre les pays participants ; renforcer la coopération culturelle entre pays africains mais aussi entre l’Afrique et le reste du monde ;  mobiliser la jeunesse africaine autour des enjeux de développement à travers cet espace d’échange culturel et enfin favoriser les rencontres entre artistes et programmeurs.
Dix ans après le lancement de la première édition qui s’est déroulée en 2004, la 6ème édition de 2014 a poursuivi la démarche apportée en 2012 qui consiste à aller à la rencontre des différents pays voisins afin de renforcer cette volonté de sauvegarde du patrimoine endogène panafricain, c’est-à-dire sans aucun mélange de musique faite à base d’instruments modernes comme la guitare, le piano a expliqué le promoteur du festival « Adjra » avant de préciser que « Adjra » signifie tam-tam en terre cuite recouvert de peau d’animal. Ce festival selon M. Eric C.A Thossou, met ainsi en lumière l’une des richesses naturelles du Bénin qu’est l’argile tout en implantant ses manifestations à Sê, un village réputé pour sa poterie. Pratique ancestrale réservée exclusivement aux femmes, la poterie continue, aujourd’hui encore, de faire la fierté de toute une population, a affirmé le promoteur de cet important évènement culturel.
La 6ème  édition a regroupé les groupes «Binkadi» de Côte d’Ivoire, «Yassih» du Togo, «Norberka» du Bénin, «Bwazan» du Mali et «Biram» de Malam Mamane Barka du Niger. Notre pays participe ainsi pour la seconde fois à ce festival  avec le même artiste Malam Mamane Barka. Celui-ci  a, on se rappelle remporté lors de l’édition de 2012,  le trophée de la meilleure musique endogène d’Afrique avec le titre «banané » qui signifie bénédiction en langue kanouri.» Sa prestation qui a égayé le public béninois en 2012, lui a valu cette invitation à l’édition  2014. Ce qui prouve davantage l’importance de la richesse de la musique nigérienne. Selon Malam Mamane Barka, le festival « Adjra » se veut comme un festival de proximité dont l’accès est libre et gratuit au public puisqu’il se déroule sur la grande place publique du village où est dressé un grand podium et l’animation commence à partir de 15h pour finir à la tombée de la nuit, ce, pendant six (6) jours. Le 7ème jour est consacré à la nuit des trophées avec le passage sur scène des artistes lauréats, a précisé l’artiste Malam Mamane Barka. Il a indiqué qu’à cette édition de 2014, tous les lauréats retenus sont des artistes béninois dans toutes les disciplines et catégories de trophées à savoir : meilleure musique, meilleur clip, meilleur potière, meilleur joueur de tam-tam, etc. Les  trophées décernés sont par exemple «Adjra » de la chanson endogène d’Afrique (dénommé prix «Ala Azon Ndje »), « Adjra » de conservation du patrimoine musical endogène ; « Adjra » de promotion des valeurs culturelles endogènes et enfin le trophée «Adjra » de promotion de l’industrie culturelle. Au terme du festival, il a été organisé une partie de tourisme dans la ville historique et touristique de Ouidah pour tous les participants étrangers avec en toile de fond des visites sur plusieurs sites dont entre autres : la forêt sacrée, le temple du typhon, la porte du « non retour », le musée historique de Ouidah, etc.
Dans le but de promouvoir, de faire connaitre davantage, et /ou de le faire découvrir à ceux qui ne le connaissent pas encore, le festival « Adjra » a décidé de financer  la prise en charge du tournage et de la réalisation d’un clip d’une des chansons de Maman Barka  intitulée « Al Hadji » et qui sera bientôt sur les écrans des télévisions nationales publiques et privées du pays. A la question de savoir l’un de ses souhaits le plus cher, l’artiste «Barkaï  nous a confié ceci : « je fonde l’espoir de voir créer un jour au Niger un festival de proximité à l’image du festival béninois « Adjra» pour la valorisation de notre culture endogène.»

 Zeïnabou Gaoh

05 novembre 2014
Source : Le Sahel

 

 

 

Dernière modification le mardi, 11 novembre 2014 09:52