Sanef 2018

jeudi, 21 mai 2015 21:36

Musée régional de Zinder : Vers la mise en place d’un programme de rénovation

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le Musée régional de Zinder a été créé en 1986 à l’initiative du Colonel Moumouni Djermakoye Adamou, alors Préfet du département de Zinder qui a instruit l’écrivain Mamani Abdoulaye de s’impliquer pour promouvoir la culture  dans la région de Zinder qui constitue selon ses propres termes, un ‘’haut lieu culturel et historique’’, rapporte la directrice de ce centre, Mme Ibrahim Amsatou.

Quatre bâtiments ont été construits en 1998 sur la base des contributions des imposables de la région  pour prendre la dénomination de : Pavillon Français, Pavillon Allemand, Pavillon haoussa et le centre de collecte pour accueillir les objets ethnographiques et historiques qui retracent l’histoire du Sultanat du Damagaram  et l’histoire de la région de Zinder.
Après  ces premiers  pas, la volonté des autorités qui se sont succédé à la tête de la région de Zinder s’est émoussée, a expliqué la Directrice en dehors d’un petit effort de réhabilitation de deux pavillons entrepris en 2006, à l’occasion de la fête tournante du 18 décembre.
Ces deux pavillons pourvus d’objets historiques de grande  valeur ont été ravagés par un incendie dont l’origine reste encore floue. Après une série de requêtes adressée par les responsables du Musée au Ministère de la Culture, ce dernier a décidé en 2005, d’allouer une subvention de 1,5 million de FCFA par an à ce centre pour assurer son fonctionnement axé sur la conservation des produits et l’organisation des expositions.  
Le site devant abriter toutes les infrastructures du musée régional est grandement occupé par trois écoles, un petit marché traditionnel et une aire de vente de bois de chauffe. Plusieurs tentatives pour libérer cet espace culturel anarchiquement envahi ont été entreprises par les autorités régionales sans résultats probants, a fait remarquer Mme Ibrahim Amsatou qui se rappelle d’une récente visite effectuée par le ministre en charge de la Culture au cours de laquelle des instructions ont été données afin que le musée recouvre ses droits.
Le Gouverneur de Zinder a mis en place un comité d’urbanisme qui regroupe la direction des impôts, les services de la municipalité et le Conseil Régional pour recaser vers d’autres sites les occupants actuels. La mise en œuvre de ce déguerpissement est entrée dans une phase de refroidissement, explique la directrice du musée régional qui indique par ailleurs que la responsabilité est imputable aux autorités de la ville qui sont entrain de trainer les pieds sur cette question.
A ce propos d’ailleurs, l’Assemblée nationale a interpellé récemment le ministre de la Culture pour obtenir d’amples précisions sur cette occupation anarchique entretenue par les responsables municipaux, précise-t-elle.  Après avoir fait un état des lieux, Mme Ibrahim Amsatou qui a en charge la gestion du Musée Régional s’est investie pour la réhabilitation de certains bâtiments et la clôture du centre de collecte avec l’appui de l’Etat et d’une ONG Italienne dénommée CISP(Comité International pour le Développement des Peuples).
Elle a mis en place un ambitieux programme de rénovation du Musée qui s’articule autour de la clôture du site, la rénovation des expositions, le renforcement des collections, l’introduction des activités éducatives et audiovisuelles à l’intention des écoles et des visiteurs. En outre, elle envisage la création à long terme d’un centre éducatif pour les jeunes désœuvrés pour apprendre des petits métiers (dont la menuiserie).
Un autre espace dit musée en plein air à l’image de celui de Niamey sera crée pour accueillir les habitats traditionnels des dix départements de la région de Zinder. La Maison de l’explorateur Allemand Henri Barth installée dans le quartier Birni de Zinder sera réhabilité avec le concours financier d’une association dénommée Mateni Kani, basée en République Fédérale d’Allemagne.
Le musée régional a été crée pour faire la promotion de la région de Zinder et pour réussir ce pari, il serait souhaitable qu’il soit  mis sous la tutelle du Conseil Régional, a indiqué Mme Ibrahim Amsatou qui compte installer au centre de collecte deux nouvelles salles d’exposition et une unité de réserve pour la conservation des produits. Elle a entrepris une campagne de sensibilisation en direction des autorités préfectorales pour inscrire dans l’élaboration de leur budget une participation à l’effort de la mise en place d’un musée en plein air pour recevoir les objets et les habitats spécifiques aux départements de la région.  
Une autre offensive sera menée à l’intention des partenaires et des autorités régionales à l’occasion de la célébration le 18 mai de chaque année de la journée internationale du musée pour organiser des activités culturelles et des expositions. En 2005, le Ministère de la Culture dans le cadre de la relance des activités du musée décide de lui attribuer annuellement 1,5 million de FCFA. Une subvention irrégulièrement perçue du fait du retard monstrueux pour son obtention.
En 2014, au moment où l’année tire à sa fin,   la subvention n’a pas été perçue pour permettre au musée de faire face à certaines charges de fonctionnement. En attendant, la directrice du Musée régional compte sur les frais de location  avoisinant moins de 100.000FCFA  provenant de la buvette et de la salle d e jeux du centre de collecte pour payer les salaires de ses deux employés.
Aujourd’hui, l’autre inquiétude de la directrice du musée régional est de réussir à éviter un jour, un jet de pierre qu’elle reçoit  en compagnie de ses visiteurs provenant des élèves des écoles installées illégalement  sur le site.

Sido Yacouba, ANP-ONEP/Zinder

21 mai 2015
Source : http://lesahel.org/