jeudi, 19 novembre 2015 23:00

Cérémonie de présentation de trophées au Ministre de la Culture, des Arts et des Loisirs : Pour l'épanouissement du 7ème art nigérien

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Sani Magori Prix FESDOBLe cinéaste nigérien, M. Sani Elhadji MagoriLe cinéaste nigérien M. Sani Elhadji Magori, a présenté hier, au ministre de la Culture, des Arts et des Loisirs, M. Gambo Habou, le prix de l'intégration sous-régionale composé d'un trophée et d'une enveloppe d'un million cinq-cent mille (1.500. 000) FCFA remporté au Festival des Films Documentaires de Blitta (FESDOB).


Cette cérémonie s'est déroulée au Cabinet du ministre de la Culture, des Arts et des Loisirs, en présence du directeur général du Centre National de la Cinématographie du Niger (CNCN), des cadres dudit ministère et de nombreux cinéastes qui se sont distingués lors des différents festivals internationaux de 2012 à 2015.



En prenant la parole à cette occasion, le ministre de la Culture, des Arts et des Loisirs a rappelé que le domaine cinématographique était la fierté du Niger qui était l'un des pionniers dans la sous-région, mais qui, à un moment, avait perdu sa place. M. Gambo Habou s'est en outre réjoui de constater qu'il y a aujourd'hui des hommes et des femmes courageux qui ont repris le flambeau, et que depuis 2012, notre pays est en train de renaitre dans le domaine du cinéma. ''L'intégration sous-régionale est l'un des objectifs du Président de la République Issoufou Mahamadou qui joue un rôle important dans la consolidation de la paix dans la sous-région'', a-t-il déclaré.

 

Le ministre Gambo Habou a en effet félicité et encouragé les cinéastes qui utilisent leurs maigres ressources pour concevoir et produire des films, avec l'appui du Centre National de la Cinématographie du Niger, malgré l'insuffisance des moyens. Grâce à leur détermination, notre pays a remporté dix (10) prix dans la période allant de 2012 à 2015.

 

Mais, déplore le ministre en charge de la Culture, ces dix (10) prix n'ont malheureusement pas été portés à la connaissance du public qui ignore les efforts que ces dignes fils du pays sont en train de déployer pour la promotion de la culture nigérienne. Le cinéma avance donc sans tambour ni trompette.

 

A travers le film ''Koukan Kourcia, les médiatrices'' tout un conflit qui pouvait dégénérer a trouvé, selon le ministre Gambo Habou, la solution la plus pacifique ; ce qui va servir d'exemple dans beaucoup de régions et éviter des conflits de ce genre. ''De telles initiatives qui sensibilisent et qui amènent à la réconciliation nationale sont à encourager'', a-t-il indiqué. Il a enfin remercié, au nom des autorités de la 7ème République, tous les producteurs qui ont remporté les prix.

 

Selon le directeur général du Centre National de la Cinématographie du Niger (CNCN), notre pays a participé à plusieurs reprises et a remporté des trophées à l'occasion du Festival des Films Documentaires de Blitta (FESDOB) qui se tient chaque année depuis bientôt cinq (5) ans.

 

C'est le cas, a dit M. Ali Demba, de nos représentants qui sont allés à ce festival pour représenter notre pays à savoir Sani Elhadji Magori qui a remporté le prix de l'intégration sous-régionale avec le film ''Koukan Kourcia : les médiatrices'' et M. Malik Abdourahamane qui a remporté le prix Clap Ivoire de Canal Plus avec le film ''Agadez, culture et tradition''.
Pour le cinéaste Sani Elhadji Magori, qui a mis l'occasion à profit pour présenter les autres trophées qu'il a remportés, l'objectif de ses deux films ''Koukan Kourcia ou le cri de la tourterelle'' et ''Koukan Kourcia : les médiatrices'', était de ramener la paix dans la région de Dogaraoua.


Aïchatou Hamma Wakasso(onep)
19 novembre 2015
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le vendredi, 20 novembre 2015 14:20