vendredi, 06 mai 2016 04:52

Agadez : un centre historique classé patrimoine mondial

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Agadez Niger PAIXÇa passe pour la cité historique d’Agadez. Le célèbre minaret de la grande mosquée d’Agadez et l’architecture de la vieille ville, déjà mondialement connus, sont classés Patrimoine mondial de l’UNESCO au sortir de la 37ème session du Comité Patrimoine mondial tenue en juin 2013 à Phnom Penh au Cambodge. C’est le fruit d’un long processus, mais c’est surtout la reconnaissance de l’ingéniosité de l’architecture traditionnelle de cette zone du Niger et de l’originalité de ces monuments. Avec l’inscription d’Agadez sur cette prestigieuse liste, le Niger et sa riche culture viennent ainsi marquer davantage leur présence dans ‘’la civilisation de l’universel’’ pour utiliser l’expression du Président poète Léopold Sédar Senghor.

Le site historique d’Agadez ainsi classé a une superficie de quelque 77 hectares et comprend 11 quartiers anciens appelés communément la vieille ville d’Agadez. Il s’agit des quartiers Katanga, Obitara, Ambit, Akanfaya, Agargarin-Saka, Founa yimmay, Amarewat, Hougou Béri, Amdit, Imourdan-Magass, Hasna, etc. Le site englobe aussi en son sein quelque 18 éléments les plus représentatifs. Ces éléments sont constitués de monuments, de places et de placettes. On peut citer, entre autres monuments, la Grande Mosquée et son minaret en terre (le plus long au monde), le Sultanat, la maison de Anastafidet, la maison du Kadi, la maison du Boulanger, la maison où Henri Barth avait séjourné en 1850, le palais du Sultan Almoumoune, etc. Il faut dire que l’essentiel de ces monuments datent des XVème et XVIème siècles, alors que la ville d’Agadez serait, elle, fondée depuis le XIème siècle. L’actuelle ville s’est développée tout autour de la vieille ville.

 

Mais le chemin n’a pas été facile pour acquérir, du moins de manière formelle, ce statut de patrimoine mondial. D’après le responsable de la Cellule de Gestion et du Centre de Conservation du site historique d’Agadez, M. Ali Salissou, le processus de revalorisation du site a véritablement commencé en 2002. Un dossier a été déposé en 2006, mais jugé insuffisant par l’UNESCO. En 2010, le Niger relance le dossier tout en incluant les observations de l’UNESCO. Ainsi une cartographie du site a été réalisée avec l’appui de l’Institut Géographique National du Niger (IGNN), et un plan de conservation du site (2012-2018) a été élaboré. Ce qui a permis à notre pays de déposer le dossier en 2012 pour le classement de la ville d’Agadez.

 

Ce classement de la ville d’Agadez au rang du patrimoine mondial de l’UNESCO met davantage en exergue le rôle historique joué par cette cité sur plusieurs plans de l’histoire. En effet, la ville et le sultanat d’Agadez ont joué un rôle politique, économique et intellectuel important dans l’espace nigérien. Le gouvernement unique que symbolise le sultanat a joué un rôle unificateur dans une zone caractérisée par des rivalités entre les diverses tribus.

 

Sur le plan économique, Agadez est un carrefour d’échanges importants pour le commerce caravanier. ‘’La création d’Agadez répondait à un objectif, celui d’un port pré-saharien pour les Etats Haoussa en pleine expansion politique et économique’’, écrit Pr Djibo Hamani, dans son livre ‘’Au carrefour du Soudan et de la Berbérie : Le Sultanat touareg de l’Ayar’’. Au plan culturel, Agadez fut aussi un important centre intellectuel, notamment pour le développement de l’Islam dans le Soudan occidental. En effet, comme l’écrit Djibo Hamani dans le même livre, ‘’dans les dernières années du XVème siècle, la ville était déjà un centre islamique renommé dont le sultan, Muhammad Sattafan, était en relation avec al-Suyuti’’. Tout comme Tombouctou, le tombeau des Askia à Gao, le site historique d’Agadez est classé patrimoine mondial de l’UNESCO. Il appartient à tous les acteurs, pour ce qui est de la région d’Agadez, de créer les conditions pour un retour du tourisme dans cette région.

 

Siradji Sanda(onep)

06 mai 2016
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le vendredi, 06 mai 2016 05:03