mercredi, 18 mai 2016 04:41

Cinéma /Projection du film ‘’L’arbre sans fruit’’ de Aicha Macky Kidy : Lumière sur la question de l’infertilité

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Après ‘’Moi et ma maigreur’’, ‘’Savoir faire le lit’’, la voila s’attaquer à un autre tabou ‘’l’infertilité’’ à travers son nouveau film ‘’L’arbre sans fruit’’. Elle, c’est Aicha Macky Kidy, une jeune et prolifique réalisatrice nigérienne. Le Film a été projeté dans la soirée du 13 mai, Journée nationale de la femme nigérienne, au Centre culturel Franco Nigérien Jean Rouch (CCFN/JR) de Niamey en présence du ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale, Porte parole du gouvernement M. Assoumana Malam Issa.

Le grand auditorium du CCFN a refoulé du monde malgré les conditions climatiques qui prévalaient en cette soirée. En effet, prévue au théâtre Plein air, la projection a été transférée au grand auditorium à cause de la pluie et du vent qui s’abattaient sur la capitale.

Des conditions qui n’ont pour autant pas découragé les cinéphiles et surtout ceux qui croient en cette jeune et battante réalisatrice. Certains sont venus de Maradi, d’autres de Zinder. Le déplacement en vaut le coût pour qui connaît la pertinence des thématiques qu’aborde cette réalisatrice. Sociologue de formation avant de devenir réalisatrice, Aicha Macky Kidy traite à travers les images des sujets sociaux, pour les porter à la connaissance du plus grand nombre et susciter le débat. Ce dont les écrits ne sauraient faire dans une société majoritairement ‘’illettrée’’. Cependant, la réalisatrice aborde des sujets parfois sensibles pour ne pas dire tabous mais toujours dans le respect de nos valeurs sociales.

Le dernier film de Aicha ‘’L’arbre sans fruit’’ traite de l’infertilité, un problème pour ne pas dire un drame que vivent, dans le silence, de nombreux couples nigériens. Le regard des autres sur le couple et particulièrement sur la femme, les préjugés sociaux sur le problème, le témoignage et l’expérience des personnes vivant dans cette situation, leur combat pour avoir un enfant, l’avis des spécialistes (médecins, sages femmes), des leaders religieux et communautaires, rien n’a été oublié par la réalisatrice. On se demande alors comment, Aicha Macky a su délier les langues, obtenir des témoignages à visage découvert sur un sujet plus ou moins tabou dans notre société.

Le mérite de ce film est donc de contribuer à briser un tabou. En effet, dans notre société, l’infertilité d’un couple est tout de suite imputée à la femme, conduisant à des drames conjugaux : manque de considération ou maltraitance de la belle famille sur la femme, ou par l’époux lui-même, répudiation, etc. Pourtant, l’origine de ce ‘’mal’’ pourrait aussi venir de l’homme. Le film de Aicha n’a pas manqué de souligner cet aspect contribuant ainsi une meilleure compréhension du phénomène et à sa gestion par le couple. Dans ce film, la réalisatrice aborde sans complexe une expérience personnelle. C’est dire que ce film proche d’une autobiographie (la réalisatrice étant l’actrice principale) va donner de l’espoir à ces nombreuses femmes qui vivent le problème de l’infertilité et aux nombreux couples dans leur combat pour la procréation.

Au terme de la projection, la réalisatrice a été fortement ovationnée par le public au moment de monter sur le podium. Aicha Macky Kidy a présenté les acteurs présents à la projection, le technicien de son (un Béninois) et l’un des producteurs Sani Magori. Donnant son appréciation de la soirée, le ministre en charge de la Renaissance culturelle et des Arts a qualifié l’événement de «la meilleure activité » à laquelle il a participé à l’occasion de la Journée nationale de la femme nigérienne. ‘’Cette activité m’a fait découvrir beaucoup de visages que je connais et surtout beaucoup de talents qui restent à promouvoir et à accompagner’’ a déclaré M. Assoumana Malam Issa qui a félicité la réalisatrice. Le ministre a par la suite exprimé l’engagement du gouvernement à accompagner la réalisatrice. ‘’Si c’est l’Etat qui doit décider que ce film aille au FESPACO ou à Cannes, il ira’’, a-t-il ajouté.

Le ministre Assoumana Malam Issa dit avoir découvert, à travers ce film, beaucoup de choses vécues. Il a exprimé sa solidarité à toutes les femmes qui n’ont pas encore eu d’enfants et qui se battent pour en avoir, précisant toutefois que même si elle n’a pas d’enfants une femme n’est pas un arbre sans fruit. Ce dernier film (‘’L’arbre sans fruit’’) de Aicha Macky Kidy a été coproduit par Les Films du Balibari de Clara Vuillermoz et Maggia Images de Sani Magori.

Siradji Sanda(onep)

18 mai 2016
Source : http://lesahel.org/