mardi, 16 août 2016 07:30

Cinéma/« Mama Kiota » : Un documentaire sur le parcours de Seyda Oumalkhairi Ibrahim Niasse

Évaluer cet élément
(0 Votes)

«Mama Kiota», surnom d’une femme bien connue de la communauté musulmane au-delà du Niger, est le titre du film à caractère biographique qui a été projeté le 13 Août dernier à l’Académie des arts de Niamey (ACAM). «Mama kiota », est le surnom de Seyda OumalKhairi Ibrahim Niasse épouse du défunt Cheikh Aboubakar Hassoumi Kiota, une figure de renommée dans la communauté musulmane, surtout au sein de la Tariqa Tidjaniya dont il a fait de la localité de   Kiota au Niger, un des grands foyers.

C’est le professeur Pearl Robinson une universitaire américaine fréquentant le Niger, et le continent africain depuis des décennies qui a réalisé le film « Mama Kiota ». Le documentaire retrace le parcours de cette femme leader, fondatrice de l’association « Jamiyat Nassirou Dine ». La chercheuse américaine a consacré certains de ses travaux à l’autonomisation des femmes nigériennes, dont celles de la Tidjania. Ce qui a abouti à la réalisation du film sur Mama Kiota.  

Le film retrace ainsi le parcours de « Mama Kiota », son enfance, sa formation au Sénégal chez son père Cheik Al Islam Ibrahim Niasse un « Soufi », son arrivée vers 1960 à Kiota au Niger avec son époux Cheikh Aboubakar Hassoumi Kiota, son leadership dans le domaine de la transmission du savoir religieux, ses actions d’entraide, de promotion de l’entreprenariat féminin, de l’autonomisation socio économique de la femme nigérienne. Plusieurs témoins, hommes et femmes se sont succédé dans le film pour évoquer et saluer les activités et actions exemplaires de Seyda OumalKhairi Ibrahim Niasse.

Malgré son âge, Mama Kiota continue à œuvrer pour un Islam de paix, de tolérance, un Islam de développementComposé en grande majorité de femmes, le public qui a fait le déplacement de l’Académie des arts martiaux de Niamey a découvert à travers le film ce que Mme Amadou Djamila, présidente de l’association Jamiyat Nassirou Dine, qualifie de «parcours exceptionnel de Mama Kiota ». Aussi, a-t-elle souligné, «c’est grâce aux inlassables efforts de Mama Kiota que plusieurs générations de femmes ont bénéficié de formation dans le domaine religieux, social et économique. Leurs actions contribuent aujourd’hui à l’essor de leur pays ».

Le directeur de cabinet du ministre de la Renaissance culturelle des arts et de la modernisation sociale M. Harouna Abdouramane a salué la réalisation de ce film, qui, a-t-il relevé s’inscrit dans le cadre de la politique de renaissance culturelle prônée par le gouvernement. Aussi, il a remercié Professeur Pearl Robinson qui donne ainsi la possibilité au monde de connaitre une des « icones» du Niger, et les valeurs de tolérance, de paix qui caractérisent l’Islam.

Souley Moutari(onep)

16 août 2016
Source : http://lesahel.org/